Le Moniteur d'horticulture

De
Publié par

LE MONITEURD'HORTICULTUREORGANE DES AMATEURS DE JARDINSET D'ORCHIDÉESpar GHAURÉFondé en 1877 JeanRédigé par une Société d'Horticulteurs, d'Arboriculteurs et d'Amateurs distinguésDIRECTIONSOUS LALucien CHAURÉChevalier de la Légion d'HonneurOfficier de l'Instruction publique, Officier de l'ordre du Mérite agricoleTopographieFondateur et Vice-Président de la Société de de FrancePrésident de la Section de Géologie et de BotaniquePrésident d'honneur de la Société « L'Amicale Horticole » de Saint-MaurMembre du Conseil et de la Commission de Rédaction de la Société Nationale d'horticulture de FranceExposition de 1900. Hors concours. Rapporteur du Jury.Membre du Comité directeur de l'Association de la Presse agricole.Membre d'honneur et Correspondant de Sociétés d'horticulture françaises et étrangères.SECRÉTAIRE DE LA RÉDACTION :OTTO BALLIFORCHIDOPHILKChevalier du Mérite agricoleJiplômé de l'Ecole d'arboriculture de la Ville de ParisMembre de la Société Nationale d'horticulture de Francee —»O A^NËE 1902LIBRHH»BO'RQ&nCALOARDENPARISl>(/?oa:*EW YORKLE MONITEURD'HORTICULTURESOMMAIRECHROMOLITHOGRAPHIE : ROSE THE : SOUVENIR DE PIERRE NOTTINGChronique : Au Ministère de l'Agriculture : Distinctions honorifiques. Nominations. Concours généralConcours pour la nomination d'un Directeur de station agronomique Le Phylloxéraagricole, à Saint-Denis. A l'Association de la Presse agricole. A l'Ecole d'horticulture de Versailles. Le Gui et les cou-Les ...
Publié le : vendredi 24 juin 2011
Lecture(s) : 194
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
LE MONITEUR D'HORTICULTURE ORGANE DES AMATEURS DE JARDINS ET D'ORCHIDÉES par GHAURÉFondé en 1877 Jean Rédigé par une Société d'Horticulteurs, d'Arboriculteurs et d'Amateurs distingués DIRECTIONSOUS LA Lucien CHAURÉ Chevalier de la Légion d'Honneur Officier de l'Instruction publique, Officier de l'ordre du Mérite agricole TopographieFondateur et Vice-Président de la Société de de France Président de la Section de Géologie et de Botanique Président d'honneur de la Société « L'Amicale Horticole » de Saint-Maur Membre du Conseil et de la Commission de Rédaction de la Société Nationale d'horticulture de France Exposition de 1900. Hors concours. Rapporteur du Jury. Membre du Comité directeur de l'Association de la Presse agricole. Membre d'honneur et Correspondant de Sociétés d'horticulture françaises et étrangères. SECRÉTAIRE DE LA RÉDACTION : OTTO BALLIF ORCHIDOPHILK Chevalier du Mérite agricole Jiplômé de l'Ecole d'arboriculture de la Ville de Paris Membre de la Société Nationale d'horticulture de France e —»O A^NËE 1902 LIBRHH» BO'RQ&nCAL OARDEN PARIS l>( /?oa :*EW YORK LE MONITEUR D'HORTICULTURE SOMMAIRE CHROMOLITHOGRAPHIE : ROSE THE : SOUVENIR DE PIERRE NOTTING Chronique : Au Ministère de l'Agriculture : Distinctions honorifiques. Nominations. Concours général Concours pour la nomination d'un Directeur de station agronomique Le Phylloxéraagricole, à Saint- Denis. A l'Association de la Presse agricole. A l'Ecole d'horticulture de Versailles. Le Gui et les cou- Les bureaux des associations horticoles pour 1902. Expositions françaisestumes anglaises. pour 1902. La question des sucres à la Société des agriculteurs de France. Carnet mondain. Nécrologie. Lucien ss —— Les Roses : La Rose: thé Souvenir de Pierre Notting. R. M Oliver Ames. OttoChauré. liallif. memoria M. A. Bleu. —Les Orchidées: Dendrobium densiflorum album. Pro de 0. liallif. Choix parmi —nouveautés en fleurs, fruits et légumes mises au commerce en 1902 [suite). Helcey. Travaux dules — l'exposition d'Epernay (suite). Alph. Dachy. —mois de Janvier. Jel Chauj'é. Les Fruits à Du Jasmin. —Daigret, — Les Choux : Moyen pratique d'en avoir toute l'année. Fr. Rabaute. Congrès de la SociétéJ. Ph. Rivoire.française des Chrysanthémistes français (suite) noires Chysanthème Bacchus : Ch. Waldeck-Rousseau. Choux : d'York petit hâtif. Cœur deGravures : bœuf gros,bœuf petit. Joanet hâtif. Très hâtif d'Etampes, Express, Cœur de d'York gros. gent-sur-Marne Jean Chartier,; horticulteur à Angoulême (Charente); A. V. R. Durand, horticulteur à Neuilly-sur-Seine M.; P. Gaillard, horticulteur à Nogent-sur-Marne ; Mascret, horticulteur,L. E. président de la S. d'H. de Soissons à Cauvron (Aisne) ; G. A. Michel, vice-président de la S. d'H. de la Gironde, à Bordeaux. La médaille d'honnenr agricole a été re- Tmise à MM ,ouis Joseph Dereime, jardinier chez M. Cavaré à Rosny-sous-Bois (Seine), Durand (A. J.) et Louis-Joseph Torcheux, jardiniers de la S. d'H. de Chartres. Nominations.— Par arrêté du Ministre de l'agriculture, M. Lucien Auguste Magnien, ingénieur agricole, professeur départemen- tal de la Côte-d'Or, est nommé inspecteur de l'agriculture en remplacement de Trouard-Riolle, appeléM. à la Direction l'école de Grignon. M.de Magnien sera A SES ABONNES, chargé de l'inspection de la l' région. A SES DÉVOUÉS COLLABORATEURS, M. F. de Brézenaud est chargé d'inspec- ET A TOUS SES AMIS, L e ter la 5 région. LE MONITEUR D'HORTICULTURE Concours général agricole,Le qui serameilleurs souhaitsAdresse ses encore scindé en deux, aura lieu,et ses plus sincères remerctmenls pour les animaux gras et les volailles grasses, au erbestiauxmarché aux deLa Villette,du 1 au AuMinistère de l'Agriculture. Dis- 4 mars. —tinctions A l'occasionhonorifiques. de Quant au concours pour les animaux re- différentes cérémonies, la croix de che- producteurs, les machines et les produits valier du Mérite agricole a été conférée à horticoles...??agricoles et MM. Baugé (Théophile), pépiniériste, vice- président de la S. d'H. de la Gironde, à Bor- Un concours est ouvert, à l'Institut agro- Louisdeaux; Bonnamy,jardinier chefà No- nomique, le 27 janvier, pour la nomination 10 JANVIER 1902. 4 LE MONITEUR D'HORTICULTURE d'un Directeur de la station agronomique qu'il faut pour la métropole seulement, d'Auxerre, en remplacement de M. Nautier, si on songe qu'il n'est aucune famille an- décédé. glaise qui voudrait passer les fêtes de Noël sans avoir au moins la touffe traditionnelle de Mistletoe ou de Gui dansPar arrêté du ministre de l'agriculture, son home. Cette coutume est le reste d'une supersti-l'arrondissement de Saint-Denis a été dé- tion, datant de l'époque des Anglo-Saxons,claré phylloxéré. qui fait croire que le gui est un symbole de porte-bonheur dans les familles, comme L'Association de la Presse Agri- chez nous le Buis, le jour des Rameaux. a tenu, le 17 décembre, son assem-cole L'espèce indigène, dans une grandeparlie blée générale annuelle sous la présidence de l'Europe où elle vit comme parasite sur de M. Legludic, sénateur. diverses essences d'arbres, est le Viscum L'assemblée, après avoir approuvé le re- album, ainsi nommé à cause de ses baies marquable rapport de son Secrétaire géné- blanches. En Palestine ainsi qu'en Eygpte, ral, M. Charles Deloncle, ainsi que celui du on trouve une autre espèce de gui, parasite M. Paul Dubreuil, pro-dévoué Trésorier, a également, le Viscum cruciatum dont les nomination des membres de soncédé à la baies sont rouges,puis en Nouvelle-Zélande, bureau, qui est ainsi composé pour l'année Viscum ûavidum Loranthusle (Syn. Havidus) 1902 : Président : M. Legludic, sénateur; qui croît sur les hêtres seulement et dont Vice-Présidents : MM. L. Grandeau, Henry les baies sont jaunes. Pour varier les déco- Edouard André, Battanchon Se-Sagnier, ; rations faites avec le gui, certaines familles général : Charles Deloncle, Secré-crétaire anglaises favoriséespar la fortune s'en font aire général adjoint: J. Troude; expédierégalementde cesdernières espèces, taires: Henri Bocher, Louis Bréchemin, de ces pays lointains, à l'occasion des Trésorier : PaulJ. de Loverdo, Dubreuil. fêtes de Noël. Dans le High life, le plus grand luxe en décorationfait de est d'orner les salons, d'Horticulture de Ver-A l'Ecole quelques petits pommiers en suravec pot —sailles. Sur la proposition du direc- lesquels croissent une ou plusieurs touffes l'Ecole, M. Nanot, M. A. Sanitas,teur de de celte mystérieuse plante des Druides et ancien élève diplômé de la dite école, a été spécialementqui ont été élevés et cultivés nommé Professeur et Jardinier en chef de des anglaisdans ce but. Il a pépiniéristesy la pépinière gouvernementale de la station fontmêmeune spécialité de la culturequi se agricoles d'Athènes. 11 estd'essais chargé pots de ces petits pommiers, garnis deen d'enseigner la multiplication des végétaux touffes de gui et pour lesquels ils trouvent ligneux aux jardiniers de cet établissement prix variant entredes acquéreurs à des et aux élèves des écoles des différentes pro- même 25 francs la pièce!!!12, 15,20 et8,10, vinces de la Grèce. Bureaux des AssociationsLes Le Qui et les coutumes anglaises. —1902horticoles françaises pour .— Les derniers journaux horticoles de de France. Président :M. Yiger ;-S. N. d'H. l'Angleterre noua ont appris que les im- er Albert Truffaut; Vice-1 V. Président : M. Gui, récolté enportations de Normandie Salomon, Defresne,Présidents : MM. H. ainsi qu'en Bretagne, ont été plus considé- Vilmorin, Opoix; SecrétaireMaurice de rables cette année que de coutume à l'ap- : M. Abel Chatenay; Secrétaires :général des fêtes de Noël. On enproche a expédié, Truffaut Georges, Nomblot, Le Clerc,MM. ces régions, des quantités fabuleusesde Bœuf; Très, adj.:Ozanne; Trésorier : M. Le engénéralquisont acheminées sur lemarché Bibliothécaire, M. GibaultjM. C. Marcel; de Covenf-Garden, à Londres.central On M. Hariot.Bibl. adj. comprendra aisément la quantité de gui LE MONITEUR D'HORTICULTURE — Décidément, un vent de deuilVictor, l'éminent horticulteur Nécrologie.M. Lemoinc souffle àtravers l'horticulture; lorsque nous enregis-été nommé membre d'honneurde Nancy, a trons ledécès d'un de nos amis qui, partant aun âgede la S. N. d'il, de France. avancé et ayant accompli sa mission sur terre, nous la— nous inclinonsdevant les volontés de Providence;pomologique deFrance. Président,Société mais lorsque c'est en pleine jeunesse, en pleine vie M. Gabriel Luizet Vice-Présidents: MM. Jac- ; que la mort brutale vient choisir ses victimesTrévoux Secrétairequier fils et Fraysse, de ; en nous le mau-nous sommes à demander quel est N... (M.Junteur fils en remplira lesgénéral. vais génie qui préside à la destinée des humains! fonctions provisoirement). C'est à l'âge de 36 ans, eu pleine force, que la est frapper, décembre,mort venue celte fois le 29 Expositions françaises pour 1902. Louis horticulteur pépiniériste à Chate-Paillet, — Cannes (Alpes-Marit.)du fi au 10 mars.Ex- nay (Seine.) position de tous le< produits de l'horticul- l'importanteAyant repris depuis quelques années horticole,ture, objets d'art, industrie eaux- maison, de père, à laquelle il avait donné unson huiles, eau de fleur d'oranger et nouvel essor, Louis Paillet, officier du Mérite agri-de-vie, cole et en outre architecte paysagiste, s'étaitproduits dérivés des fleurs et des fruits, adonné diverses cultures spéciales qui lui valu-àorganisée par la S. d'H. de Cannes. rent de nombreux succès, telles les Hydrangeas, S'adresser au secrétariat, 25, boulevard les Dalhias Cactus, les Pivoines, etc. avant le 25 février.Carnot, à Cannes, famille et pour sesIl est parti trop tôt pour sa amis !La question des sucres. Réunion à la —Société des Agriculteursde France. — notre der-M. Désiré Bruneau. Dans Le 4 janvier, une imposante réunion de trois cents nier numéro nous annoncions, en dernière heure, agriculteurs, appartenant à toutes les régions de le décès subit de M. D. Bruneau pépiniéristeémérite la France et représentant plus décent associa ions à Bourg-la-Roine. Nous avons pu nous procurer agricoles, s'est tenue à Paris, rue d'Athènes,8, la vie homme de bienquelques notes sur de cet sous la présidence de M. le Marquis de Vogué. qui laisse de grands regrets. Président de la Société des Agriculteurs de France. M. D. Bruneau, originaire de Jouy-en-Pithive- la suite d'un lumineux exposé de laA question octobre de cultivateursrais, est né le 18 1825 ; fils par M. le Président et d'un éloquent discours de il fit son apprentissage dans les pépinières d'Orlé- M. Ribot, député du Pas-de-Calais, la Réunion a ans au bout de quelques années, il entra comme ;l'unanimité,émis, à la résolution suivante : jardinier dans les pépinières de Jean-Laurent Ja-LA RÉUNION, min, à Paris, dont il devint chef des cultures, et Proteste avec énergie contre la conclusion de chez lequel il resta pendant 32 ans. toute convention internationale qui, ne liant pas Cet établissement fut ensuite transféré à Bourg- tous les Etats producteurs de sucre abandonnantet passa entre les mains de Jamin et Du-la-Reine et—sans réciprocité effective et loyale, notamment raud, de Durand fils, d'une Société anonyme, de en ce qui concerne les Cartels allemands et au- Mme Vve et de Leroy.— avantagestrichiens, les encore assurés à l'a- Ces changements succesifs.loin d'aider àla pros- griculture et à l'industrie françaises par la légis- périté l'établissement, ledésorganisèrentcomplè-de lation sucrière actuelle, mettraitla France en état tement lorqu'en 1879, associé à M. Jost, M. Bru- d'infériorité vis-à-vis de ses* concurrents écono- neau en racheta une partie. Ce fut alors une mar- porterait un coup fatalmiques et à l'agriculture che ascendante, et en 1893,M. Jost se retira lais- nationale. sant M. Bruneau seul à la tête de la maison que, La Réunion a émis, en outre, le vœu que le par son travail, son intelligence, son honnêteté et Parlement vote, dans le plus brof délai possible, l'apogée.ses connaissances, il avait porté à l'interdiction de l'emploi de la saccharine autre- Bruneau avait été nommé chevalier duM. ment que pour des usages pharmaceutiques et in- mérite agricole en 1889, officier en 1894 et en dustriels. 1900 il recevait la croix de la légion d'honneur. —Carnet mondain. Le lundi 6 janvier a suivant, il s'associait songendre M. Non-En juin célébré, au milieuété d'une nombreuse assistance, blot et lui céda sa maison, au mois d'avril dernier, à Notre-Dame-des-Champs, le mariage de pour jouir d'un repos bien mérité. Mlle Marguerite Vassillière, fille du sympathique la mort brutale est venue leC'est alors que Directeur de l'agriculture au Ministère, avec frapper. M. Gérard-Dufour, ingénieur. Lucien Chauré. LE MONITEUR D'HORTICULTURE semis. L'un de ces derniers montra déjà,LES FtOSÊS en plein air, ses premières fleurs avec une remarquable beauté au mois d'août 1895 et c'est ce semis qui a servi de premièreLA ROSE-THÉ souche à cette remarquable nouveauté de rosier-thé, quiSouvenir de Pierre Notting deviendra sans aucun doute, dans un avenir prochain, la rose favorite La superbe nouveauté, que représente de l'amateur, aussi bien que celle du fleu- notre chromolithographie, estun gain admi- riste-décorateur. rable issu des rosiers thés Maréchal Niel et Maman Cochet. Pouvait-on choisir une pa- renté supérieure à ces deux Roses qui sont Mrs. Oliver Ames (thé). déjà en elles-mêmes le ncc plus ultra de la Reine des Fleursi Le Gardeners'Ohronicle nous annonce que La rose-thé Souvenir de Pierre Notting est M. Dummick, représentant, à New-York, la une obtention des célèbres rosiéristes maison F. Sander et Cie de Saint-Albans luxembourgeois, MM. Soupert et Notting. (Angleterre) a apporté la veille de Noël, au En dédiant cette variété à feu leur collabo- bureau de ce journal, à Londres, une su- rateur dévoué et associé, M. Pierre Notting, perbe gerbe de roses d'une nouveauté amé- cette maison a voulu Mrs.honorer la mémoire ricaine, nommée ou Mme Oliver Ames. et perpétuer le nom d'un rosiériste, Ces roses ont parfaitement supporté unhabile qui malgré son avancé voyage de huit jours avec leurs pédonculesâge avait été enlevé trop tôt à la science horticole. plongeantdans desbouteilles rempliesd'eau. Cette merveilleuse rose, qui surpasse C'estgrâce à cessoinsqu'ellessontparvenues comme forme, ainsi qu'en beauté ses pa- à destination en Europe en parfait état de rents et que nous avions déjà annoncée et fraîcheur. présentée à diverses reprises nouvelle rose Mme Oliver Ames seraità nos lec- La teurs dans les colonnes du M. variété à fleurs rose tendre; les pétalesd'H., est une une des plus belles, des plus florifères et sont marginés de rose foncé à leur extré-des meilleures de toutes les roses-thés, de la mité, tandis qu'ils sont presque blancs à catégorie des fleurs qui provient d'unrentrent dans Ta leur base. Cette nouveauté nuance du jaune foncé. dimorphisme ou rameau qui s'est développé L'arbuste est vigoureux, très accidentellement sur un exemplaire du ro-florifère et garni d'un beau feuillage, il présente sier thé, Mme Cusin, à coloris pourpre légè-aussi le grand avantage de ne pas être envahi rementjaunâtre, parfois même rouge violet parle Blanc ou Meunier (VErisyphepannosa), vif, suivant les expositions et la saison de ce cryptogame qui entrave la végétation floraison. d'un si grand nombre de variétés rosier thé Mme Cnsin, d'origine fran-de rosiers. Le Les fleurs sont très et obtenue en 1881 par M. Guillotgrandes, pleines et çaise, s'épanouissent facilement; les boutons sont fils,rosiériste à Lyon,estune variété recher- allongés et appréciée fleuristes.admirables lorsqu'ils sont chée et très desà à moitié ouverts. dimorphisme a été fixé et multipliéLes roses, qui sont délicieu- Ce sement parfumées, par M. J. N.May, rosiériste à Summit(New-présentent un coloris jaune abricot, Jersey), Etat-Unis, qui la mettra au com-lavédejaune d'or et teinté de jaune orange, avec le merce dans le courant de l'année.bord de leurspétales nuancé d'un beau rose carminé. Otto Ballif. Cettegrande nouveauté, qui ne sera mise au commerce par sesobtenteurs qu'au mois d'avril provient1902, d'une fécondation opérée déjà en 1894 qui donna naissance l'année suivante à une douzaine déjeunes
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.