Extrait de la fiche complète Méharée en Mongolie RandoPays

De
Publié par

LA ROUTE DU SEL 500 Km sur la trace des caravanes MONGOLIE Expédition en méharée Méharée itinérante – 27 jours Jours de marche/méharée : 20 Prix du séjour : 4250 € Portage : chameau + 1 véhicule Niveau : endurant Gîtes et hôtel : 4 nuits Bivouacs : sous tente Groupe : 8 à 11 personnes Encadrement : Accompagnateur en Dates : Lundi 04/08 au samedi 30/08 Montagne connaissant la Mongolie 2014 Lundi 01/09 au samedi 27/09 Aussi loin que remontent les civilisations, le sel, les épices, la soie ont suscité l’intérêt des hommes, par nécessité ou pour leur plaisir, développant un commerce au long cours à l’histoire inépuisable. Ainsi la mythique route de la soie a t-elle tissé son histoire au fil des siècles… Mais depuis le 15ème siècle, une autre route, moins connue, a vu le jour, tracée par des commerçants kazakhs, russes et mongols. Cette route, que l’on appelle toujours « La route du sel », était l’un des axes principaux pour le commerce entre leurs trois pays. L’itinéraire passait en Mongolie, entre les massifs de l’Altaï et de Tanuu, aujourd’hui en territoire russe. Ce commerce ouest-est empruntait le large passage entre ces deux massifs montagneux, profitant aussi de la présence de grands lacs salés du nord ouest de la Mongolie, pour transporter vers la Russie, le Kazakhstan ou bien le centre de la Mongolie, les précieux chargements.
Publié le : mardi 28 janvier 2014
Lecture(s) : 612
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
 LA ROUTE DUSEL  500 Km sur la trace des caravanes  MONGOLIE Expédition en méharée
 
 Méharée itinérante27 jours Jours de marche/méharée: 20   Prix du séjour:4250Portage: chameau + 1 véhicule   Niveau: endurant Gîtes et hôtel: 4 nuits  Bivouacs: sous tente Groupe: 8 à 11 personnes   Encadrement: Accompagnateur en Dates:Lundi 04/08au samedi 30/08 Montagne connaissant la Mongolie 2014 01/09 Lundiau samedi 27/09    Aussi loin que remontent les civilisations, le sel, les épices, la soie ont suscité l’intérêt des hommes, par nécessité ou pour leur plaisir, développant un commerce au long cours à l’histoire inépuisable.  Ainsi la mythique route de la soie a t-elle tissé son histoire au fil des siècles… Mais depuis le 15ème siècle, une autre route, moins connue, a vu le jour, tracée par des commerçants kazakhs, russes et mongols. Cette route, que l’on appelle toujours « La route du sel », était l’un des axes principaux pour le commerce entre leurs trois pays. L’itinéraire passait en Mongolie, entre les massifs de l’Altaï et de Tanuu, aujourd’hui en territoire russe. Ce commerce ouest-est empruntait le large passage entre ces deux massifs montagneux, profitant aussi de la présence de grands lacs salés du nord ouest de la Mongolie, pour transporter vers la Russie, le Kazakhstan ou bien le centre de la Mongolie, les précieux chargements. Cette route a prospéré durant des siècles, empruntée par des caravanes de chameaux, mieux adaptés que le cheval pour transporter de lourdes charges sur de très longues distances.
 
   
RandoPays® Pascal Lluch    Route de Tourres38710 Saint Jean d’Hérans  06 31 15 10 36 -pascal@randopays.com        ------------------------------------------------------------------------------------------------MATINS DU MONDE-156 rue Cuvier 69006 LyonImmatriculation : IM069100084 Rcp : HISCOXHA0086435 -: APS 15 avenue Carnot 7501Garantie financière 7 Paris 
La domination soviétique a mit fin à cette épopée, comme à bien d’autres ; les véhicules motorisés ont effacé la marche lente des caravanes. Nous vous emmenons sur les traces de ces caravanes, faisant revivre l’espace de quelques semaines cette route du sel. Notre plaisir sera largement partagé par nos chameliers, dont la tradition orale a conservé l’histoire de ces caravanes, au fin fond de l’ouest de la Mongolie au pied du massif de l’Altaï. Notre expédition suit l’itinéraire historique, partant des frontières de la province d’Olgii, pour remonter vers les grands lacs salés, puis rejoindre les dunes perlées de lacs bleutés, aux portes du massif du Khangay. Ce massif était la voie d’accès vers Kharkhorim, ancienne capitale de la Mongolie sous le règne de Chinggis Khaan et de ses descendants.  LE SEJOUR EN BREF   Lieu géographique : Mongolie ouest et centrale  Espace naturel : Montagnes, steppes, dunes et grands lacs  Altitude maximale de la randonnée : 2050 m  La thématique en quelques mots :Cette méharée unique de près de 500 Km reprend l'un des anciens itinéraires commerciaux traversant la Mongolie d'Ouest en Est. Cette caravane est un renouveau, près de 100 années après l'abandon de ce moyen de transport au long cours.  ITINERAIRE  Jour 1 – Paris > Oulan Bator Départ de France dans la journée, et arrivée dans la capitale mongole le lendemain matin. Oulan Bator, est construite sur les berges de la rivière Tuul, anciennement Urga, en l’honneur du fils d’un grand seigneur Mongol. Le nom de Oulan Bator (Ulaan Baatar) fut donné à la capitale lors de la proclamation de la république populaire de Mongolie, ce nom signifie « héros rouge ». La ville est divisée en plusieurs quartiers, qui présentent de grandes diversités ; on peut aussi y voir des yourtes en plein centre ville. Décalage horaire : Paris + 7 h  Jour 2 – Oulan Bator Arrivée du vol en matinée ; installation à l’hôtel puis visites guidées de la ville (musées, lieux historiques, etc.). Nuit en l’hôtel de bon standard  Jour 3 – Ulan Bator > Olgii > RdV équipe chamelière Vol domestique pour Olgii. Le vol nous offre un survol des vastes prairies et steppes. Bayan Olgii est l’aimag (district) le plus à l’ouest du pays, frontalier avec la Chine et la Russie ; c’est le territoire de l’ethnie kazakh, qui représente 80% de la population, alors que dans le reste du pays, elle n’en représente que 5%. Au pied de l’Altaï vit aussi une autre minorité du pays, ce sont les Tuvas, ethnie turcophone et shamaniste ; elle est constituée de moins de 2 000 personnes. C’est l’aimag le plus montagneux du pays et la frange de steppes, zones désertiques et collines qui longent le massif de l’Altaï, est assez étroite. Les urkhiankhai, eux, se retrouvent un peu partout dans la région et aussi tout au long de la frontière Russe. Olgii fut créée en 1921, et on trouve presque tout : commerces, banques, hôtels et guest-houses, théâtre. Un beau musée présentant la culture kazakhe côtoie un temple et bien sûr une mosquée, les Kazakhs étant musulmans. Visite de la ville suivant l’heure d’arrivée du vol. La plus connue des manifestations kazakhes, et certainement celle qui incarne le mieux cette culture, est la chasse à l’aigle.
RandoPays – 27 jours – Méharée en Mongolie – Textes et images ©Pascal Lluch – Page 2 sur 14 
Nos petits 4x4 russes nous emmènent vers le nord-est à la frontière de la province, en suivant la rivière Khovd, cordon de verdure joliment encaissée dans les montagnes. Nous rencontrons notre équipe chamelière, à proximité d’un lac. 3 heures de bonnes pistes. Nuitée en bivouac.   Jour 4 – Départ de la méharée
Trois itinéraires sont possibles, fonction des niveaux des rivières que nous devons traverser et de l’état des pâturages. L’expédition 2013, la première, n’a pas suivi le tracé prévu, et a failli devoir encore le modifier en cours de route, à cause de pluies sur les reliefs, ayant anormalement gonflé les rivières… Les caravanes commerciales faisaient de même, devant adapter leur progression aux aléas, passant au nord ou au sud des grands lacs et des cordons dunaires qui occupent cette immense plaine steppique entre l’Altaï et l’Aghkangay. La recherche de l’eau douce, pour nous comme pour les chevaux de notre caravane est aussi un paramètre important ; la plupart des lacs rencontrés sont en effet salés. Sel justement exploité par les caravanes de jadis… De nombreux petits massifs montagneux plus ou mois isolés, dépassant 3000 m, occupent notre horizon. Ces steppes d’altitude ne sont donc pas seulement des horizons infinis… Les paysages, au fil des jours, sont donc bien variés, et la découverte d’un lac, d’un massif dunaire après le passage d’un col plus ou mois marqué ravie le voyageur patient et curieux ! Notre axe général de marche est sud-sud-est, et commence dans un environnement relativement montagneux ; les paysages sont plus ouverts quelques jours plus tard, lorsque nous abordons les plaines des grands lacs. Les sommets éternellement enneigés s’éloignent, derrière nous, mais aussi au nord comme au sud. Mais ils font toujours partis du paysage. Les habitués des méharées au Sahara sont un peu surpris… Nous ne donnons pas donc pas l’itinéraire précis puisqu’il est fonction de paramètres difficiles à prévoir des mois à l’avance. De plus la toponymie est très aléatoire, de nombreux lieux, lacs, rivières ayant le même nom, à l’intérieur même d’une région. On peut s’en rendre sur n’importe quelle carte, quelle que soit son échelle. De même que des mêmes lieux ont des noms différents, suivant les personnes auxquelles on s’adresse ! Il y aura une ou deux journées de repos au cours de l’itinéraire. Tous les soixante kilomètres environ, nous passons à proximité d’un village ou d’une bourgade. L’un est en général aussi peu animé que l’autre ; vestiges de l’époque soviétique, qui interdit le nomadisme ( !) et tenta de fixer les Mongols, cessoum sont des centres administratifs désertés une bonne partie de l’année. Seuls quelques commerces mal achalandés créent un semblant de vie. Mais dans la steppe nous croisons desger (prononcerguer), où nous sommes parfois spontanément invités à pénétrer. Il est alors l’heure de se souvenir des règles régissant la vie sous la yourte…  Jour 23 –Dernière journée de méharée. Dernière nuit en bivouac.  Jour 24 / 25 – Début du transfert > Ulan Bator Retour en minibus 4x4 vers la capitale. 8 heures de piste par jour environ, plus cahotante qu’à dos de chameau…Nuits en auberge simple. La visite de Kharkhorim, l’ancienne capitale de l’empire mongole, est au programme.  Jour 26 – Ulan Bator Arrivée à Ulan Bator en journée, si nul retard n’est venu perturber ce retour en véhicule de 1200 Km. Le reste de la journée est consacré à des achats et/ou visites dans la capitale. Nuit en hôtel.  Jour 27 – Ulan Bator > Paris Vol de retour vers Paris. Arrivée en début d’après-midi.  L’ITINERAIRE RETOUR,PROGRAMME AU MOIS DE SEPTEMBRE,  EST EXACTEMENT INVERSE A CELUI-CI. Cet itinéraire est donné à titre indicatif, il est fonction de la saison, de la météorologie, de l’état des rivières et du pâturage etc.
RandoPays – 27 jours – Méharée en Mongolie – Textes et images ©Pascal Lluch – Page 3 sur 14 
Avant le départ du séjour, et sur place, dans l’intérêt du groupe ou de la découverte, des variantes d'itinéraires ou modifications peuvent être apportées par le guide. L’itinéraire pourra à tout moment être modifié ou interrompu pour des raisons de sécurité, à l’initiative du guide. Votre équipe y est préparée.  NIVEAU / DIFFICULTE Endurant ; il n’y a pas de difficulté, mais il faut apprécier la vie saine et rustique du caravanier, pendant 20 jours. En général, chacun alterne monte et marche à pied, avec une moyenne de 25 km par jour.  POINTS FORTS · Uneexclusivité RANDOPAYS / LES MATINS DU MONDE · Reprise d’un itinéraire historique prestigieux et oublié · Grande diversité de paysages et biotopes mongols · Isolement et beautés des paysages ·  Sauvegardedu savoir faire quasi disparu de métiers traditionnels  DATES ET PRIX 2014 Prix: 4250 € Lundi 04/08au samedi 30/08 – guidé parPascal Lluch Lundi 01/09au samedi 27/09 – guidé parDamien Parisse  Retrouver ces informations actualisées sur notre site, ainsi qu’une galerie d’images de l’expédition de 2013 à la page MongolieYzd7/8frpptth.clru//:  Le prix comprend   vols France <> Ulan Bator Les  vol domestique Ulan Bator > Olgii ou inverse pour le voyage retour Le  pension complète en auberge et hôtels. La  Les transports, les transferts décrits dans le programme et l’acheminement des bagages  Les visites guidées (monastères, musées)  Un interprète et guide locaux   aux méharées auLes services de l’Accompagnateur Montagne diplômé d’Etat, habitué long cours  Le prix ne comprend pas   frais de visa Les  Les boissons  Vos frais personnels  pourboires Les  L’assurance annulation et/ou rapatriement (voir nos conditions de vente)  Les frais supplémentaires entraînés par une éventuelle modification ou prolongement du séjour, indépendant de notre volonté (en dehors du programme prévu, hôtellerie, repas et transferts supplémentaires, etc.).
   
RandoPays – 27 jours – Méharée en Mongolie – Textes et images ©Pascal Lluch – Page 4 sur 14 
 
INSCRIPTION / ORGANISATION / CONTACT Ce voyage est organisé par Pascal Lluch (RandoPays) ; les inscriptions se font auprès de l’agence Les Matins du Monde, qui fournit l’assurance et la couverture légale. Le bulletin d’inscription fourni sur simple demande àys.com@randopaapcslaou Catherine Labbe clabe@lesmatinsdumonde.comettéléchargeable ici. Merci de le renvoyer, avec l’acompte, à l’adresse indiquée sur le bulletin. Une confirmation vous sera envoyée.  LES MATINS DU MONDE-lesmatinsdumondemoc.ww.w   156 rue Cuvier 69006 LYON SARL au capital de 15300 EUR - RCS 437506298 Immatriculation IM069100084 - RCP : HISCOX HA RCP0086435 Tel : 00 (33) 04 37 24 90 30 - Fax : 00 (33) 04 72 74 48 84                      Pour voir la carte en lignelgm/og.oaEY3pa/s6tth//p: ou cliquez dessus    
RandoPays – 27 jours – Méharée en Mongolie – Textes et images ©Pascal Lluch – Page 5 sur 14 
LA MEHAREE EN MONGOLIE   
   
 
  
 
S’il existe quelques promenades à chameau organisées, pour quelques heures, la méharée touristique au long cours est inconnue en Mongolie.  Pour les sahariens habitués à cette pratique, notons que les deux bosses du chameau de Bactriane sont confortables, et qu’il est plus petit que son cousin africain. Il n’existe pas de selle spécifique à la monte du chameau mongol ; les chameliers utilisent simplement des coussins avec ventrière et étiers, calés entre les bosses.  La caravane est constituée de chameaux de monte et de chameaux de bât. Les chameliers, eux, se déplacent à cheval !
Toujours en comparaison avec les méharées sahariennes, le rythme en Mongolie est assez lent. La mise en route le matin est longue, les chameliers se levant peu de temps avant nous, et devant ranger d’abord leur propre campement ; le climat fait qu’ils sont aussi bien équipés que nous. De plus les chameaux ne déambulent pas la nuit, et donc ne se nourrissent pas ; les chameliers leur laissent donc un temps de pâture au lever du jour. Notre propre camp est une assez grosse logistique, puisque qu’il y a une tente cuisine équipée d’un poêle à bois, démonté chaque jour, et une tente mess.  Les chameaux ont, pour la grande majorité, perdu l’habitude travailler depuis bien longtemps. Ainsi est-il difficile pour le moment, sinon impossible, de ne trouver que des chameaux bien dressés à la monte.
 Nous ne pouvons vous garantir que vous pourrez toujours conduire vous-mêmes votre monture. Elle pourra être guidée par celui qui vous précède, ou par un des chameliers à cheval, constituant de petits sous-ensembles de 3 ou 4 chameaux.  L’expérience de notre première expédition a montré que cette conduite de la caravane n’était pas un inconvénient majeur. La monte se fait, comme pour toutes les montures, par la gauche ; la présence des étriers est très pratique, garante d’une bonne assiette et de votre sécurité. La conduite ensuite est aisée.  
N’est-ce point une belle invitation au voyage ?
 Voici une partie de l’équipe de l’expédition de 2013, telle qu’est organisée la caravane.  
RandoPays – 27 jours – Méharée en Mongolie – Textes et images ©Pascal Lluch – Page 6 sur 14 
VOS GUIDES Passionnés par les grands espaces et les longs voyages, leur expérience est essentielle à la garantie de votre expédition en Mongolie.  PASCAL LLUCHest accompagnateur en montagne diplômé   Voyageur et Accompagnateur en Montagne depuis les années 80, Pascal a organisé des voyages à pied dans le monde entier, en particulier en Asie et au Sahara, où il fut pionnier sur de nombreux terrains. Cet infatigable voyageur a de l’impatience dans les semelles. Toujours en ébullition, il foisonne en permanence de projets et d’idées. L’oeil naturaliste, la fibre environnementaliste, curieux des patrimoines sous toutes leurs formes, il aime partager son savoir avec les voyageurs qu’il accompagne.  De 2001 à 2010, il a été co-repreneur de l'agence Hommes et Montagnes créée en 1969 par Odette et Jean-Louis Bernezat. Hommes et Montagnes, pionnière des voyages au Sahara, est restée leader des grandes expéditions à chameaux.  A l’initiative de plusieurs grandes traversées chamelières en Mauritanie (540 Km sans point d’eau) et en Algérie (près de 1000 Km), il propose en 2012 cette longue méharée inédite : « Nous sommes fiers d’avoir pu remettre un tel itinéraire sur pied avec des chameliers qui ne l’ont plus faite depuis des décennies. Ils sont eux-mêmes très motivés par le projet, et nous appellent régulièrement pour nous donner des indications, apporter des modifications, etc. ! ». Dans le cadre de la conservation des savoir faire traditionnels mongol, ce voyage est très important. Il démontrera que la formation de guides et de chameliers pour le tourisme est indispensable.  Outre mes voyages précédents en Mongolie, je suis partie prenante d’un projet de création d’un centre de formation aux métiers de plein air en Mongolie ; il ouvre ses portes à Ulan Bator en 2014. »  Pascalguidera le voyage du moisd’août.  DAMIEN PARISSEest accompagnateur en montagne diplômé   Berger, cuisinier, technicien loup, dameur de pistes, animateur nature, charpentier ... et même guide de trek, décidément il faut avoir de multiples compétences pour vivre en montagne !  Ces expériences, ces compétences, Damien les utilise dans son métier d’accompagnateur en montagne. Elles vous permettent non seulement d’apprendre mais de comprendre, pas uniquement de découvrir mais d’expérimenter. Tailler le silex et le bois, camper dans des hameaux abandonnés et leur redonner vie, comprendre les défis du pastoralisme et du loup, utiliser les plantes sauvages, retracer l’histoire d’un paysage, interpréter les fils ténus de l’agriculture de montagne ... telles sont quelque unes de ses activités en randonnée.  Son vécu de montagnard et sa curiosité constante ont poussé Damien vers d’autres peuples rudes, d’autres pays nomades. Depuis 10 ans il sillonne le Sahara, organise et encadre de grandes méharées, des voyages à caractère exploratoire. Il y retrouve le souffle de liberté de la haute-montagne, la griserie des découvertes préhistoriques, l’énigme de ces grandes civilisations néolithiques disparues, la simplicité d’une vie de berger.  En Asie Centrale il coordonne depuis 2005 des treks dont certains constituent de belles premières. Ailleurs, sur les sentiers suspendus de Madère, dans les fjords groenlandais, sur la banquise au Spitzberg ou dans les wadis sauvages du Yémen, c’est avec le même enthousiasme qu’il promène son vieux sac à dos.  Damienguidera le voyage du mois deseptembre.
RandoPays – 27 jours – Méharée en Mongolie – Textes et images ©Pascal Lluch – Page 7 sur 14 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.