Anti Mines et sous munitions

Publié par

Lundi 5 mai 2008 Position: Pourquoi le combat contre les mines anti personnel doit continuer en même temps que la lutte contre les bombes à sous-munitions. 1 Succès de la lutte initiée par Handicap International etICBL. 2 BASM:des meurtres, et encore pour longtemps. Source documentaire: OrganisationCICR.http://www.icrc.org ----- OrganisationICBLetHandicap International.http://www.handicap-international.org Armes à dispersion, dossier duCICRde novembre 2007. Les armes à sous munitions,UNIDIR,Nations Unies novembre 2006.http://www.unidir.org Les systèmes d'armes à sous munitions, publicationHandicap Internationalde 2003. 1 International Campaign to Ban Landmines(Campagne Internationale pour interdire les mines) On le sait et la presse en a fait écho pendant quelques temps, la campagne pour lutter contre les mines anti personnel est un succès. Le rapport annuel publié chaque année à propos de la situation mondial sur ce sujet permet de prendre conscience du chemin parcouru depuis les premières déclarations. Il est presque normal d'être insensible au problème des terrains minés si l'on vis pas dans ce genre d'environnement. Nombre de familles françaises ne voyagent pas, ne s'intéressent pas aux langues étrangères et encore moins aux pays frappés par le fléau des mines anti personnel. Pourtant, l'impact infernal du minage de terrains cultivables, de village et de routes se perpétue au delà des guerres, longtemps après la cessation des affrontements.
Publié le : samedi 24 octobre 2015
Lecture(s) : 0
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Lundi 5 mai 2008
Position: Pourquoi le combat contre les mines anti personnel doit continuer en même temps que la lutte contre les bombes à sous-munitions.
1 Succès de la lutte initiée par Handicap International etICBL.
2 BASM:des meurtres, et encore pour longtemps.
Source documentaire:
OrganisationCICR.http://www.icrc.org
-----
OrganisationICBLetHandicap International.http://www.handicap-international.org
Armes à dispersion, dossier duCICRde novembre 2007.
Les armes à sous munitions,UNIDIR,Nations Unies novembre 2006.http://www.unidir.org
Les systèmes d'armes à sous munitions, publicationHandicap Internationalde 2003.
1 International Campaign to Ban Landmines(Campagne Internationale pour interdire les mines)
On le sait et la presse en a fait écho pendant quelques temps, la campagne pour lutter contre les mines anti personnel est un succès. Le rapport annuel publié chaque année à propos de la situation mondial sur ce sujet permet de prendre conscience du chemin parcouru depuis les premières déclarations. Il est presque normal d'être insensible au problème des terrains minés si l'on vis pas dans ce genre d'environnement. Nombre de familles françaises ne voyagent pas, ne s'intéressent pas aux langues étrangères et encore moins aux pays frappés par le fléau des mines anti personnel. Pourtant, l'impact infernal du minage de terrains cultivables, de village et de routes se perpétue au delà des guerres, longtemps après la cessation des affrontements. Les conflits faisant parti des réalités que subissent les populations de nombreux pays depuis que les civilisations se développent, il faut accepter que les guerres existent partout. En fait, les périodes de Paix sont génératrices de développement et propices aux améliorations des armes. Quand les pays belligérants ne sont pas capables de créer leurs propres moyens de défense, ils font souvent appel à des soutiens étrangers à leur région ou à leur continent. Alors que des efforts sont régulièrement engagés vers des politiques de pacification, d'éducation, de développement économique et des structures de santé, on observe que des conflits éclatent toujours au 21 siècle.
Le prix Nobel de la paix a été décerné conjointement à Jody Williams et à la campagne International Campaign to Ban Landmine en 1997.
En m'intéressant particulièrement à comparer les déclarations de l'Institut de recherche pour le Désarmement des Nations Unies et les actions d'Handicap International j'ai pris conscience que les variables socio-économiques et politiques pèsent beaucoup plus dans le choix des armes que nos volontés utopiques. Contrairement au conseil d'une enseignante universitaire, il est hors de question d'être objectif dans la production d'un texte sur le sujet des armes, qu'elles soient anti personnel ou anti animales. Les engins explosifs qui agissent d'eux même après avoir été disposés, déposés, largués ou disséminés sur des étendues vastes ou localisées sont hors de contrôle des hommes, ce sont donc des engins terroristes. Les dispositifs qui contiennent des systèmes de mise à feu par pression, par déclenchement magnétique, par impulsion électrique ou tout autre mécanisme automatique sont aveugles au type de victime qu'ils frappent. Ce sont par conséquent des moyens abusifs utilisés pour tuer ou blesser quelque soit l'être vivant passant à proximité ou sur l'engin. La différence entre une bombe nucléaire larguée par un avion, ou propulsée par un missile avec des terrains minés est assez difficile à décrire. La différence la plus utile dans ma démonstration est le fait que le largage de la bombe, ou le décollage du missile sont des décisions humaines dont les conséquences sont observables immédiatement. La pollution par minage de terrains, de villages, de voies de communication ou de sites publics est beaucoup plus lâche et produit des blessures, tue des civils longtemps après la fin des combats et surtout, sans que l'explosion ne soit le fait d'une défense ou d'une attaque humaine, contrairement à une grenade.
Finalement je dois avouer que je ne savais pas, que personne ne m'avais informé et qu'aucun média n'avait exposé à ma vue le problème des bombes à sous munitions avant qu'Handicap International ne se penche sur ce problème. En participant à la pyramide de chaussures à Lyon, puis à Paris pour la campagne contre les mines et la campagne contre les bombes à sous munitions j'ai constaté que l'idée de ces interdictions suscite de l'enthousiasme et une débauche d'énergie.
2 Des meurtres, et encore pour longtemps.
Lors de la réception des documents de l'UNIDIR, et la relecture pour creuser le sujet, j'ai considéré que mon expérience de terrain en Bosnie, à Djibouti, au Kenya, au Soudan, au Rwanda, en RDC et au Surinam suffisait pour comprendre. Il est clair que ce n'est pas vrai, car la confrontation de mon analyse du livret d'Handicap International avec le point de vue de son auteur a montré la faiblesse de ma culture anti mines. Les mines blessent, les armes sont meurtrières et les Hommes s'évertuent à les utiliser pour régler leurs différents. La grande idée d'une résistance pacifique comme le prônait Gandi n'a que peu d'avenir. Son assassinat a démontré qu'un seule arme vient à bout d'une volonté humaine. Des milliers de combattants ont réussi à venir à bout de l'armée américaine au Vietnam, par la persévérance. Mais, toutes les armes ne pourront venir à bout de toutes les volontés humaines dans la lutte contre des armes lâches et aveugles.
Les terrains minés sont très long à dépolluer. Les cas du Cambodge, de Sierra Léone, du Mozambique reviennent à l'esprit de tous ceux qui parcourent annuellement le Rapport sur la situation des mines dans le monde, « Landmine monitoring report ». Celui-ci a augmenté en volume entre 2003 et 2007, de 832 à 1124 pages.
Si une grande majorité des pays ont cessé de produire des mines anti personnel, le déminage est très loin d'être terminé dans les pays où ces armes ont été disséminées. Nous, les émissaires des pays développés, allons aider au déminage, participons à des campagnes, signons des pétitions ou donnons un peu d'argent pour soutenir ces actions. Je ne crois pas que nous ayons tiré un bénéfice, un prestige ou un avantage en envoyant des troupes, des missiles, des canons et des combattants dans des pays lointains. L'anarchie militaro-politique vécue par le peuple irakien n'est pas très loin de mes préoccupations, mais je ne connais pas ce pays, n'ayant pas accepté la mission qui m'était proposée peu avant les bombardements de Bagdad.
Les débuts de la campagne contre les bombes à sous munitions montrent un soutien populaire car les signataires sont nombreux pour participer et soutenir cette action. Les pyramides de chaussures organisées par Handicap International dans plusieurs villes de France sont des évènements intéressant pour comprendre et ressentir ce soutien. D'une part, les bénévoles sont intéressés par cette exposition publique du problème et sa concrétisation pendant une journée. D'autre part, le travail permanent des missions dans les pays affectés par les engins explosifs permet aux volontaires d'Handicap International de venir en aide aux victimes d'accidents de mines et bombes à sous munitions.
Les bombes à sous munitions existent depuis 40 ans.
Elles ont déjà affecté l'Afghanistan, l'Albanie, l'Azerbaïjan, la Bosnie-Herzégovine, le Cambodge, la Croatie, l'Erythée, l'Ethiopie, l'Irak, l'Israël, le Koweit, le Loas, le Liban, le Maroc, le Monténégro, la Russie, la Serbie, la Sierra Léone, le Soudan, la Syrie, le Tadjikistan, le Tchad et le Vietnam.
Dominique Deschamps
Tel: ++33 676 085 501
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le marathon de l'horreur

de le-nouvel-observateur

Les clowns vengeurs - Allégeances

de les-editions-porte-bonheur

Chronique du 21 septembre

de editions-chronique

suivant