Brochure - Comment aider son enfant?

Publié par

Comment aider son enfant?Quand Papa ou Maman a un cancerUn guide de la Ligue contre le cancer pour les familles concernéesSommaireEditorial 5ImpressumL’enfant face à la maladie d’un parent 6_EditriceL’importance d’informer l’enfant 6Ligue suisse contre le cancerEffingerstrasse 40Case postale 8219 Comment parler de la maladie avec 001 Berne votre enfant 8tél. 01 89 91 00L’annonce de la maladie 8fax 01 89 91 60info@swisscancer.ch Les informations utiles 9www.swisscancer.chL’âge et les mots: quelques pistes 12_Texte Réactions possibles de l’enfant 17Marie-Dominique Genoud, Fondation As’trame La famille face à la maladie 19Alexia Stantchev, LSC p. 11, «Quelques exemples»: cancer- Affronter les changements ensemble 19backup, UK Comment génerer vos émotions? 21_Relectures, conseils (ordre alphabétique) La vie de tous les jours 23Gabriella Bianchi Micheli, Service de L’aider à développer ses ressources 25Psychiatrie et Psychologie Médicale, Informer l’entourage? 25Lugano Ligue cantonale contre le cancer Fribourg Le jeu, la joie et la maladie 26Ligue cantonale contre le cancer Genève Rythme de vie, cadre et discipline 27Quand vous êtes dépassé 28_PhotosLes visites à l’hôpital 2Couverture: Getty Imagesp. 4, 22: ImagePoint AG, Zurichp. 14: Peter Schneider, Thun Les enfants et le deuil 33p. 2: ShutterstockCheminer avec votre enfant p. 40: SundayPhotoLes cérémonies d’adieu 6_DesignWassmer Graphic Design, Langnau i. E. Quand ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 159
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins
Comment aider son enfant?Quand Papa ou Maman a un cancerUn guide de la Ligue contre le cancer pour les familles concernées
Impressum_EditriceLigue suisse contre le cancerEfingerstrasse 40Case postale 8219001 Bernetél. 01 89 91 00fax 01 89 91 60info@swisscancer.chwww.swisscancer.ch_TexteMarie-Dominique Genoud, Fondation As’trame Alexia Stantchev, LSC p. 11, «Quelques exemples»: cancer- backup, UK_Relectures, conseils (ordre alphabétique)Gabriella Bianchi Micheli, Service de Psychiatrie et Psychologie Médicale, Lugano Ligue cantonale contre le cancer Fribourg Ligue cantonale contre le cancer Genève_PhotosCouverture: Getty Imagesp. 4, 22: ImagePoint AG, Zurichp. 14: Peter Schneider, Thunp. 2: Shutterstockp. 40: SundayPhoto_DesignWassmer Graphic Design, Langnau i. E.Imre_pssionSpeck Print AG, BaarCette brochure est également disponible en allemand et en italien.© 2007Ligue suisse contre le cancer, BerneLSC / 9.2007 / 5000 F / 20SommaireEditorial L’enfant face à la maladie d’un parent L’importance d’informer l’enfant Comment parler de la maladie avec votre enfant L’annonce de la maladie Les informations utiles L’âge et les mots: quelques pistes Réactions possibles de l’enfant La famille face à la maladie Affronter les changements ensemble Comment génerer vos émotions? La vie de tous les jours L’aider à développer ses ressources Informer l’entourage? Le jeu, la joie et la maladie Rythme de vie, cadre et discipline Quand vous êtes dépassé Les visites à l’hôpital Les enfants et le deuil Cheminer avec votre enfant Les cérémonies d’adieu Quand chercher une aide professionnelle? Garder confiance Annexes Comment aider son enfant?566 88912171919212325252627282336394041
4Comment aider son enfant?Chère lectrice, cher lecteur,Remarque d’ordre Une maladie grave a des répercus- Cette brochure a pour objectif de pubrléidcaatcitoionnsnaeld: rceeststee sions sur tout l’entourage de la per-vous soutenir dans votre rôle de   indifféremment aux sonne concernée, en première ligne parent, de vous aider à comprendre hommes et aux fem-les membres de sa famille. Si vous- ce que votre enfant peut éprouver mes. Le genre mas-même ou votre conjoint(e) êtes at-et vivre, et de vous donner des culfianc ielistt eur tlilai sleé cptuorue.r teint d’un cancer et que vous êtes pistes pour communiquer avec  Nous remercions nos parent, vous avez déjà pu constater lui au mieux. Il nexiste pas de re-lectrices de leur com-que les enfants réagissent parfois cette universelle, mais en prenant préhension.de manière inattendue ou dérou-le temps danalyser la situation, tante. En plus de devoir affronter vous trouverez comment affronter les difficultés physiques, émotion-les choses en famille. nelles et pratiques générées par le cancer, vous vous inquiétez pour Avant tout, ayez confiance, les votre enfant et son avenir.enfants possèdent des capacités d’adaptation et des ressources sou- Une foule de questions se bouscu-vent surprenantes. Grâce à votre lent sans doute dans votre esprit: amour et votre attention, vous sau- Quelles conséquences aura le fait rez laider à les mobiliser.d’avoir un parent malade sur votre enfant? Que lui dire sur le cancer et les traitements? Faut-il cacher De tout cœur avec vous, ses soucis, ses angoisses? Ou au contraire les exprimer? Comment Votre Ligue contre le canceren parler? Comment réagir si l’en-fant montre des signes de détres-se? Comment continuer d’assu-mer son éducation et fournir un cadre de vie structuré en ces mo-ments difficiles?Comment aider son enfant?5
dans leur entouruq iusvreinnne ts leanchmeges ntenueegâ t à  suoque uis ancele cnup  edDtperane l àcefadilamaa L  .ega tnafnese ,el sémd-cilavisites ie, les tov v er noisnadrr i-tupa r itfaneen ,rpuesrodlules ois parfss, erts el ,eugitafa  ls,ntmeteaitrfne ?tna7C6omment aider sonte secnaoérp ed ioatupcc  on nnsc naeLse tec rce dsouruffre sor ouaqchmae  pised eal  m eurbmet pour lseulemenenm lada aepsrnoesblsien sntso, j sulp ruel sèd s en. Leille famemtntoma,sn aftnri treot. seesstt-éiuqniv te eduà lnir t leécarey rsEas eetedl n- erecolu p Is.ref  tiafuosrirfans quelle mesurcnulerl efnnaDtuep uo sli-tnevidos ntfaens lee idcsua xéi ss-coe as êtr-ilsventidalV ?el tnam ancconaersiuss ontne tsb os nneafpargner ouloir éaecutnb edp uo p au laceidiequotà ueP .nel ,uep vitiacs  rses tégèeltns rul  aamladie, léqui- lerbiaté  ilbtiode  sdimoerfiet,  repeauxnouv de ê rtevtnd iorèseusvoe Qu. ispre  zeiuqilpxe iul tion ou la situaere fnnaon,nv toa vrs vopet cer-ov , erttomésnoiensadispt inl es,ei alérédc-se tse dilamaa  lueq siof enUtnafneormer lce dinfmioptrnauosr .Ls nt cenanchmege sna selulcnd erreavo sb steitnoeul it s sesavecr tnafnearet -sensioatice trvo, emtn.sS na sxelpcours des évé-nertovne etnaf ud e blindr-for meelosil ,iul ruo-ctiar pst entmeagdrei ntub  lafue pte qn têer ep euneraat nq tnannd it, Ct.pee-nu eércaei nûs rurelle etion natdot esl s rè tncnatropmiil ed ts enr-ceors  deh aafeds .eI imllis dseponc ee orp edd ueer euossulièrement effraaytnp raecq uliharc àntt,ouhe c.sultruSocnep ersse, il ui se pard eecq c morpnessau fous ueag vsnoitamrofni sedter quiélin de lbsepeituscsse ,el izup  elz tse lon auiit d S).c molp-éetara evincomplet, il lenagrod sel resiitraurpoer-ten tilétr aéq u( ecgmen frae lats dp saa sslin etstant pouez imporl rec seap rgatr vecs.ousehoavs sn .tsoiq eus sealorait ourrIl plcxe ritnes es su qernspet  eu, connaissent pasv toers tiauitnoré psecit  ei qu iulnnodiare tnepour Il  ausraitardiss  r àseesnsges den soe  dgaruotneen iuq ensaisai er vonsi ,sésnocutit tnanventés ou devin ced sléménesti .tnaf oir»etsisiate d sorcénae «sc ohd seu enes,sComment aider son enfant?Les «scénarios fantaisistes» Lavantage dune information Le scénario fantaisiste d’un enfant réalisteconcernant le cancer dun de ses Une information claire permettra parents peut être:à votre enfant de voir les cho-> trop utopique, et nourrir  ses de façon plus réaliste et de ainsi des espoirs illégitimes se sentir en relative sécurité. Il a (par exemple quil peut guérir notamment besoin de savoir que sa maman en étant gentil  son monde ne va pas totalement et sage); sécrouler et que la vie de son pa-> démesurément effrayant,  rent malade ne dépend pas de lui. et contenir par exemple la croyance que le cancer Il pourra aussi se représenter est contagieux, ou quon  lavenir plus concrètement: «Je lattrape en dormant, en étant  ne peux pas guérir mon parent, fâché, etc.; mais je peux faire quil se repose > culpabilisant et amener l’en-plus en participant à certaines fant à se croire responsable de tâches»; «Je peux aller à l’école la maladie, capable de la soi-demain sans craindre que mon gner ou encore à penser que parent meure pendant mon ab-son parent ne serait pas tombé sence».malade s’il s’était mieux com-porté.Les lignes ci-dessus ne sont que quelques exemples. Il est souvent difficile pour les parents de savoir ce que l’imagination de leur enfant peut l’amener à penser.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.