ETUDE SUR LES ABANDONS SCOLAIRES

De
Publié par

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT DE BASE BURKINA FASO ET DE L’ALPHABETISATION Unité-Progrès-Justice ------------ ------------ SECRETARIAT GENERAL ------------ DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION ABANDONS SCOLAIRES DES ORPHELINS CAUSES EVENTUELLES ET ECART DE TAUX AVEC LES AUTRES ENFANTS ( SERD ) Septembre 2004 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 3 I CONTEXTE ET JUSTIFICATION 4 1.1 Objectifs Généraux 5 1.2 Objectifs Spécifiques 5 1.3 Résultat Attendu 5 II ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 85
Nombre de pages : 35
Voir plus Voir moins
MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT DE BASE
BURKINA FASO
ET DE L’ALPHABETISATION
Unité-Progrès-Justice
------------
------------
SECRETARIAT GENERAL
------------
DIRECTION DES ETUDES
ET DE LA PLANIFICATION
ABANDONS SCOLAIRES DES ORPHELINS
CAUSES EVENTUELLES ET ECART DE TAUX AVEC LES AUTRES ENFANTS
( SERD )
Septembre 2004
TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION
3
I
CONTEXTE ET JUSTIFICATION
4
1.1
Objectifs Généraux
5
1.2
Objectifs Spécifiques
5
1.3
Résultat Attendu
5
II
CONTRAINTES/DIFFICULTES
5
III
APPROCHE METHODOLOGIQUE
6
3.1
L’Echantillonnage
6
3.2
Méthode de collecte
7
3.3
Variables Utilisées
7
IV
DEROULEMENT DE L’ENQUETE
8
Traitement des données
8
V
ANALYSE DES DONNEES
9
Préalable
5.1
Les conditions de vie des orphelins en milieu familial et scolaire
11
5.1.1 Difficultés selon les parents
12
5.1.2 Difficultés selon les enseignants
13
5.1.3 Déclaration des enfants
14
5.2
Les conditions de travail scolaire des orphelins
15
5.2.1 Conditions de travail scolaire des orphelins en milieu familial
15 - 16
5.2.2 Conséquences des conditions de vie sur le travail scolaire des orphelins
17
5.3
Le Rendement scolaire des orphelins
18 - 19
5.4
L’analyse des taux d’Abandon issus de l’enquête complémentaire
20
5.5
Les stratégies mises en place pour la prise en charge des orphelins
21 - 22
5.6
Les suggestions et Propositions/recommandations pour améliorer les stratégies
25
5.6.1 Suggestions faites par les structures enquêtées
25
5.6.2
Proposition/recommandations
26 - 28
VI
CONCLUSION
28
ANNEXE
( questionnaires et guides d’entretien)
2
INTRODUCTION
L’éducation est l’un des facteurs fondamentaux
de développement et d’épanouissement
de l’individu et de toute la société. C’est
pourquoi
l’Assemblée Générale des Nations Unies
a
adopté à l’unanimité le 20 novembre 1989
la convention relative aux droits de l’enfant. Cette
convention
définit l’accès à l’éducation primaire comme un besoin de base et par conséquent,
elle en fait un droit imprescriptible
pour chaque enfant. C’est également pourquoi la loi
d’orientation de l’éducation du Burkina se fondant sur cette convention, fait de l’éducation un
droit pour tous les enfants
jusqu’ à l’âge de 16 ans ;
Si l’éducation est un droit humain constamment proclamé, son effectivité reste toujours à
rechercher. C’est
pour garantir cette effectivité que la plupart des nations du monde dont le
Burkina Faso ont pris des engagements à la conférence mondiale sur l’éducation tenue à
Jomtien en mars1990 et à Dakar en avril 2000 en vue d’ atteindre la scolarisation universelle à
l’horizon 2015. Tous les enfants sans exception, particulièrement ceux en difficulté, devront
avoir la possibilité d’accéder à un enseignement primaire, gratuit, de
qualité et le suivre
jusqu’à son terme.
Cependant, de nombreuses études révèlent qu'avec le coût de plus en plus élevé de la
vie, l’éducation devient de plus en plus inaccessible aux orphelins et enfants vulnérables dont le
nombre ne cesse de croître
à la faveur de la pandémie du sida. Dans certains milieux, même si
les orphelins et enfants vulnérables ont la chance d’être inscrits à l’école, ils finissent par
l’abandonner du fait de conditions affectives, matérielles et financières défavorables. Selon
International HIV/AIDS Alliance
( 2003), les résultats d’une enquête en Zambie montrent que
32% des orphelins en milieu urbain n’étaient pas inscrits à l’école par rapport à 25% d’enfants
non orphelins.
Par ailleurs, on estime à 3 millions le nombre d’enfants au Kenya qui
abandonnent les cours pour travailler dans le commerce agricole. AXIOS International montre
qu'au Burkina Faso des parents ont dû retirer les enfants de l’école pour cause de frais de
scolarité et que certains orphelins déclarent avoir été forcés à arrêter les cours pour travailler
afin d’aider leurs familles. Pour pallier ces difficultés, le Burkina Faso a élaboré et adopté
depuis 1999,
un Plan Décennal de Développement de l'Education de Base dont la mise en
oeuvre devrait permettre de donner à tous les enfants en âge d'aller à l'école la chance d’être
scolarisés. Le PDDEB vise donc l'atteinte des objectifs de Dakar et de ceux du millénaire.
La présente étude, initiée lors de la mission conjointe de
mars 2003
se propose
d'analyser la situation scolaire des orphelins et enfants vulnérables à travers le phénomène des
abandons et les facteurs explicatifs.
3
I.
Contexte et Justification
Le nombre des orphelins et autres enfants vulnérables ne cesse d'augmenter de jour en jour
dans le monde.. En 2001, «
Children on the Brink
» estimait à 34,3 millions d’orphelins dû à
toutes sortes de causes (guerres, famine, catastrophes naturelles etc, dont 11 millions du fait
de SIDA en Afrique Subsaharienne. La pandémie du VIH/SIDA a augmenté le nombre
d’orphelins et d’enfants vulnérables de façon spectaculaire et ceci particulièrement en Afrique.
(Données montrant cette évolution)
Le Burkina Faso fait partie aujourd’hui
des pays de l’Afrique de l’Ouest les plus durement
touchés par cette pandémie
.
En 1997 le pays comptait
environ deux cents mille(200 000)
enfants orphelins du SIDA et ce chiffre n’a pas
cessé
de croître et atteindrait aujourd’hui le
double.
Estimé à 7,1% jusqu’en 2000, le taux de séroprévalence est de
4,2% de nos jours
selon ONUSIDA.
Dans le domaine de l’éducation, International HIV/AIDS Alliance
1
relève que les orphelins
et autres enfants vulnérables encourent plus que les autres enfants, le risque d’abandonner
l’école. Dans certains milieux, ces enfants ont moins de chance d’être inscrits à l’école et ont
plutôt tendance à fréquenter de façon irrégulière ou au pire d’abandonner l’école. Quand bien
même ce phénomène est observé
au niveau du Burkina Faso,
le MASS ni le MEBA ne
dispose jusqu’à ce jour d’aucun système d’information permettant
d’identifier les enfants
vulnérables et orphelins et de mesurer leur taux d'abandon scolaire.
Dans le souci de mieux appréhender les
difficultés rencontrées par les enfants
vulnérables et orphelins au cours de leur scolarité et d'améliorer leur condition d'apprentissage,
les conclusions de la mission conjointe
MEBA/ PTF mandatait la DEP à initier, au compte de la
composante qualité, une étude légère et limitée intitulée «
l’écart des taux d’abandon entre
les enfants vulnérables et les autres »
à l’instar des autres directions qui devaient également
réfléchir sur d’autres thèmes dont les résultats favoriseraient l'atteinte des objectifs du PDDEB.
Elle devrait permettre entre autres de connaître la situation de ces enfants dans notre
pays, d’identifier les causes éventuelles des abandons et de proposer
des stratégies adaptées
qui visent à réduire les déperditions et leur donner plus de chance de réussite.
1
International HIV/AIDS Alliance,
bâtissons l’espoir : notes thématiques pour l’Afrique, Education,
Queensberry House, Brighton, juillet 2003.
4
1
.1 - Objectifs Généraux
Faire l’état des lieux de la situation scolaire des orphelins et enfants vulnérables
9
Comprendre les causes d’abandons scolaires des enfants vulnérables .
9
Faire ressortir l’écart éventuel de taux d’abandon entre les enfants vulnérables et
les autres enfants.
1.2.
Objectifs spécifiques
:
9
déterminer les conditions socio-économique de scolarisation des enfants
vulnérables au Burkina Faso
9
constater l’écart éventuel de taux d'abandon entre les enfants vulnérables et les
autres enfants
9
identifier les causes majeures des abandons scolaires des enfants vulnérables ;
9
répertorier les actions
menées en faveur des enfants vulnérables;
9
identifier et proposer les actions à entreprendre pour améliorer la scolarisation des
orphelins et enfants vulnérables
1.3.
Résultat
attendu
Un rapport sur la situation des abandons scolaires des enfants vulnérables est
disponible.
II- CONTRAINTES/DIFFICULTES
Les résultats du
pré-test
et certaines contraintes nous ont amenés à réadapter les
questionnaires et à circonscrire le thème en fonction des moyens financiers et logistiques mis à
notre disposition. En effet, il était difficile de traiter le thème initial à savoir «l ’écart des taux
d’abandons entre les enfants vulnérables et les autres» pour diverses raisons parmi lesquelles
nous retenons:
* Le concept « enfants vulnérables » englobe plusieurs situations d’enfants notamment,
les orphelins, les enfants de la rue, les enfants affectés et infectés par le VIH, les handicapés,
les enfants victimes de guerre, etc. Autant de cas difficiles à cerner dans le cadre d’une
enquête légère comme le souhaitent les commanditaires ;
5
* la difficulté de toucher individuellement les orphelins ou autres enfants vulnérables qui
ont abandonné l’école et de trouver des données spécifiques fiables sur la scolarité de ces
enfants au niveau des écoles;
* la réalisation d'une telle enquête même légère, avec le budget alloué ne permettait pas
de toucher un échantillon plus large.
* l' option initiale
de circonscrire le thème aux orphelins du Sida, a été écartée face au
refus de stigmatisation des orphelins de la part des enquêtés d’une part et d’autre part du fait
que la maladie du Sida reste encore un sujet tabou dans certains milieux au Burkina Faso. Cela
a conduit
à la
reformulation des objectifs de la manière suivante : «
Les causes éventuelles
des abandons scolaires des orphelins ».
III- APPROCHE METHODOLOGIQUE
Pour mener à bien cette étude, les activités ci- après ont été réalisées:
3.1.
l'échantillonnage
L’échantillonnage raisonné du public–cible a permis de choisir les localités de Gaoua,
Bobo Dioulasso, Ouahigouya et Ouagadougou comme zones d’enquête. Les critères
de choix
ont principalement été la
situation géographique, le degré d’urbanisation et la persistance de
certaines pesanteurs socioculturelles.
Les raisons qui ont orienté le choix
de ces villes sont les suivantes:
- Gaoua parce que ville frontalière avec la Côte-d’Ivoire qui est aujourd’hui l’un des pays
de la sous-région le plus touché par la pandémie du SIDA et où réside une forte colonie
burkinabé qui a dû regagner le pays suite aux différentes crises;
- Bobo Dioulasso et Ouagadougou parce que
villes carrefours et
grands centres urbains
où on trouve toutes sortes de situations (média, débauche, prostitution) qui exposent davantage
les populations à toutes sortes de vicissitudes;
- Ouahigouya parce que ville où la persistance des pesanteurs sociologiques telles le
lévirat, les mariages précoces et forcés, etc., est encore d'actualité;
Dans ces localités, l’ enquête devait toucher au total: vingt (20) écoles (choisies dans
quatre provinces identifiées en collaboration avec le Comité ministériel de lutte contre le SIDA),
dix(10) élèves par école soit deux cent ( 200) élèves orphelins et deux cent (200) tuteurs ou
parents, vingt (20) directeurs d’école et soixante (60) enseignants titulaires des classes
enquêtées, et un minimum de trois (3) structures par localité.
6
3.2
Méthode de collecte des données
Trois guides (3) d’entretien et deux questionnaires (2) d’enquête ont été élaborés, pré testés
et finalisés pour la collecte des données. Ce sont::
- le questionnaire-élève, qui a été administré à dix (10) élèves orphelins par école,
choisis au hasard
avec le seul critère d’être orphelin de mère, de père ou des deux parents
et a porté sur la vie familiale et scolaire des orphelins et enfants vulnérables;
- le questionnaire-maître s'est intéressé également à
la vie scolaire
de ces enfants;
- celui adressé aux directeurs devait fournir des informations globales sur le rendement
entre autres, de l’école;
- l’entretien
avec les
tuteurs
abordait
la vie de l’enfant aussi bien en famille qu’à l’école.
- le questionnaire-entretien avec les structures étatiques et les ONG a permis de passer en
revue les différentes stratégies de prise en charge des orphelins mises en oeuvre dans
chaque localité.
3.3 Les variables utilisées
Les variables utilisées pour la présente étude sont : le lien de parenté, le sexe, le milieu,
la personne avec qui vit l’orphelin, les conditions économiques et matérielles, les
comportements sociaux, les conditions de travail et le rendement scolaires des orphelins.
7
IV.
DEROULEMENT DE L’ENQUETE
Les enquêtes ont été menées en décembre 2003. Des équipes composées de deux ou trois
membres ont chacune administré les différents questionnaires aux publics concernés dans les
quatre localités retenues pour l’enquête. Le tableau ci-après
récapitule les effectifs concernés
par l’enquête.
Tableau 1 : Répartition des échantillons
Population
Effectifs
prévus
Effectifs
couverts
Taux de
couverture
Elèves
200
197
98,5 %
Parents/tuteurs
200
151
75,5 %
Directeurs d'école
20
19
95 %
Enseignants titulaires
60
65
108 %
Structures
12
15
125 %
Total échantillon
492
448
Dans l’ensemble 20 écoles ont été touchées, 197 élèves sur 200 (prévus) ont répondu au
questionnaire-élève; 19 directeurs d’écoles et 65 maîtres
,
15 structures et 151 tuteurs. Pour
l’essentiel , c’est un taux de couverture de 91% qui a été réalisé, ce qui est satisfaisant en
terme de représentativité de l’échantillon de départ.
Les différents questionnaires devaient être
remplis en présence des enquêteurs. Mais
les réalités du terrain les ont obligés parfois à les déposer pour remplissage auprès de certains
parents et responsables de structures.
Dans la plupart des
localités, pour pallier les problèmes de langue, les équipes ont eu
recours à des
interprètes.
Traitement des données
Les données recueillies ont été saisies avec le logiciel EPI/DATA. Elles ont été ensuite
transférées sur SPSS pour un traitement et pour la production de tableaux de fréquence à partir
desquels des indicateurs ont été calculés.
L’exploitation de la base spss s’est avérée parfois difficile à cause d’une part, de la
mauvaise saisie de certaines données et de la non saisie de certains items.
Un traitement manuel s’est imposé par la suite afin d’obtenir d’autres indicateurs qui ne
pouvaient être produits à partir de la base.
8
V. ANALYSE DES DONNEES
Préalable
Comme il a été mentionné dans la partie "contraintes" relative aux conditions de
réalisation de l'étude, l'exploitation des données de la première enquête a révélé que les
données sur les abandons ne répondaient pas totalement aux objectifs initiaux de l'étude. Une
seconde
enquête réalisée dans les provinces du Kadiogo et du Yatenga pour complément
d'informations, a montré par ailleurs qu'il n’était pas évident d'obtenir des informations fiables
sur les enfants orphelins qui ont abandonné l'école. En effet, il n’existe pas encore
dans les
écoles un système de suivi des enfants ayant abandonné en général et des
orphelins ou
enfants
vulnérables en particulier. Les seuls documents officiels faisant cas des abandons
restent les registres d’appel journalier et les propositions de passage de fin d’année.
Malheureusement, ceux-ci ne font nulle part mention des causes éventuelles des abandons qui
y sont
signalés.
En
conséquence, il s'agira:
- dans un premier temps de décrire la situation scolaire des enfants orphelins. Cette
description se fera à travers une analyse des données quantitatives et qualitatives recueillies
sur le terrain auprès d'un certain nombre d'acteurs intervenant dans la vie familiale et scolaire
de ces enfants. Ce sont notamment les parents/tuteurs, les directeurs d’écoles, les
enseignants, les structures de prise en charge et les enfants eux-mêmes. Ces données ont été
collectées à partir d'une enquête légère limitée dans le temps et dans l'espace sur la base de
questionnaires et d'entretiens avec les intéressés;
- dans un second temps, de calculer des indicateurs seulement à partir des données
recueillies lors de la deuxième enquête auprès des directeurs d’école en vue de vérifier (de
constater) s'il y a lieu, les écarts
éventuels entre les taux d’abandon des enfants
dits « normaux » et les orphelins.
L’étude
n'a donc pas la prétention de pouvoir embrasser tous les aspects de la question
et de vouloir soutenir ou contredire toutes les affirmations qui sont faites par diverses études
sur les conditions de vie et de scolarisation des orphelins et enfants vulnérables et surtout sur la
comparabilité avec les autres enfants.
Elle se propose de jeter les bases d'une étude plus approfondie qui pourrait être menée
à plus grande échelle et de façon longitudinale, pour mieux appréhender les conditions de
scolarisation et les résultats scolaires des enfants orphelins en général et des orphelins du
VIH/SIDA en particulier.
9
L'analyse se fera autour des points suivants
:
9
Les conditions de vie en milieu familial et scolaire ;
9
Les conditions de travail scolaire des enfants ;
9
Les résultats scolaires à travers les redoublements et abandons ;
9
Les écarts d’abandon entre les enfants vulnérables et les autres, issus de l’enquête
complémentaire ;
9
Les stratégies mises en place pour la prise en charge des orphelins;
9
Les recommandations et propositions d'améliorations des stratégies
Tableau 2
:
Présentation de l'échantillon par province
orphelins
% orph
Provinces Ecoles Directeurs Enseignants
tuteurs structures Effectif
élèves
G F
T
HOUET
6
6
18
52
3
3237
25 32
57
1,76
KADIOGO
6
5
25
36
6
2715
36 30
66
2,43
PONI
4
4
11
22
3
1237
22 14
36
2,91
YATENGA
4
4
11
11
3
1487
14 24
38
2,55
TOTAL
20
19
65
151
15
8676
97 100 197
2,27
Tableau 3
:
Répartition des orphelins par catégories/ province
Province Effectifs orphelins
De père
De mère De père et mère
G+F
Garçons G+F Garçons G+F Garçons G+F
Garçons
HOUET
57
25
26
11
8
2
23
11
KADIOGO
66
36
37
21
11
4
18
10
PONI
36
22
18
10
6
5
12
7
YATENGA
38
14
20
7
8
3
10
3
TOTAL
197
97
101
49
33
14
63
31
L'enquête a été réalisée dans vingt écoles primaires publiques et privées dont douze en
zone urbaine et huit en zone rurale, sur la base de critères déjà énoncés dans la méthodologie.
L’échantillon se compose de
19 directeurs d'école, 65 enseignants de tous les niveaux, 152
parents/tuteurs et 197 élèves orphelins de 6 à 16 ans, dont 97 garçons et 100 filles, et répartis
comme suit: 33 orphelins
de mère, 101 de père, et 63 des deux parents.
La méthodologie d'enquête a consisté à soumettre aux directeurs d'école, aux
enseignants et aux structures de prise en charge des orphelins, des questionnaires à remplir et
à s'entretenir avec les parents/tuteurs et les élèves eux-mêmes. Le traitement des données et
les informations recueillies ont permis de mettre en évidence en fonction des items, des
éléments d'appréciation concernant les conditions de vie et de scolarisation des orphelins en
milieu familial
et scolaire
et
leurs résultats scolaires.
10
5.1. Les conditions de vie en milieu familial et scolaire
Tableau 4
:
Répartition en fonction des liens, des personnes en charge de l’orphelin
Qualité
Nombre
d'enfants
pourcentage
Frères/soeurs
9
4,57
Grands
parents
46
23,35
Mère
75
38,07
Oncle/tante
48
24,37
Père
17
8,63
Seul
1
0,51
Tuteurs
1
0,51
Total
197
100
Personne en charge de
l'orphelin
5%
23%
37%
24%
9%
1%
1%
Frères/soeurs
Grands
parents
Mère
Oncle/tante
Père
Seul
Tuteurs
Les données collectées montrent que sur 197 élèves enquêtés, 38,07% vivent avec leur mère,
24,37% avec les oncles/tantes, 23,35% avec leurs grands parents et seulement 8,6% sont à la
charge de leur père. Ceux qui vivent avec des frères/soeurs représentent 5% et
moins de 1%
pour ceux vivant avec un tuteur ou seul.
Le graphique montre que la proportion d'orphelins qui vit avec la mère
est la plus importante.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.