La Lettre d'Information d'ARTHRITIS N°16

Publié par

Cette année, la Fondation Arthritis reverse 750 000€ à la Recherche !!
Au Sommaire ...
- Edito de Lionel Comole, POrte-parole et Directeur de la Fondation Arthritis
- En Direct du Labo : Frédéric Lioté : L'arthrose pour cible
- Zoom Sur : Projet de Recherche, la carte des chercheurs
- A la Fondation : Biopôle, "Dans la peau du chercheur !"
- Avec Nous : Le Groupe Clarins mobilisé pour Victor
- Avec Vous : Sport & Rhumatismes, interview de François Lamiraud
Publié le : mercredi 9 avril 2014
Lecture(s) : 34
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
N° 16- MARS 2012
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS 100 % DE VOTRE DON POUR LA RECHERCHE
Cette année, Arthritis reverse 750 000à la Recherche
A LA FONDATION LIONEL COMOLE A COURU POUR LA RECHERCHE
AVEC NOUS LE GROUPE CLARINS AU CHEVET DE VICTOR
EN DIRECT D’UN LABO FRÉDÉRIC LIOTÉ ET SON ÉQUIPE
2
ÉDITO
Lionel Comole, Porteparole et Directeur de la Fondation ATHRITIS
SOMMAIRE 6 8 ZOOMSUREN DIRECTPROJETS DED’UN LABO RECHERCHE FRÉDÉRICLIOTÉ : LA CARTEDES L’ARTHOSE CHERCHEURS POURCIBLE
«Cette année sera dynamique !»
Toute l’équipe de la Fondation se joint à moi pour souhaiter à l’ensemble des donateurs et à leurs proches une excellente année 2012.
A l’heure où le monde entier cherche à trouver des solutions de croissance sur fond de crise économique, certains états conduisent les hommes dans un extrême souci de rentabilité, d’organisation, de rigueur et avec une féroce volonté de ne pas se laisser emporter dans le tourbillon de la récession. C’est avec la même volonté et les mêmes envies que nous abordons cette année 2012. La Fondation Arthritis ne déroge pas à la règle ! La récolte de fonds pour une organisation non lucrative dans notre pays est complexe. En attendant, la Fondation progresse chaque année et tient le cap qu’elle s’est fixé – voire même le dépasse ! –. 2012 doit annoncer la dernière année où les fonds récoltés sont inférieurs au budget reversé à la recherche. Cette année sera dynamique, et marquera certainement un changement profond de la Fondation pour qu’elle puisse enfin envisager l’ambition qui est la sienne.
Aujourd’hui nous savons que la recherche peut séduire un vaste public. Il n’y a qu’à voir la prolifération de ces séries basées sur la médecine, la recherche et la science; l’audience qu’elles draînent contribue à forger une certaine sympathie pour le milieu scientifique. Au final, cette magie du petit écran suscite au grand public l’envie de s’intéresser à la science. Ça veut dire aussi que nous avons une carte à jouer autour de cet engouement, et que nous avons le devoir de valoriser nos chercheurs qui font, dans l’ombre, un travail remarquable. Ils sont souvent jeunes, dynamiques et particulièrement doués.
Cette année encore, nous donnerons toute notre énergie pour garder un esprit d’innovation, de réalisme et surtout ce rêve de guérir un jour définitivement…
10 À LAFONDATION BIOPÔLE : DANS LA PEAU DU CHERCHEUR
12 AVECNOUS LE GROUPE CLARINS MOBILISÉ POUR VICTOR
Gardez le contact avec la Fondation ARTHRITIS sur& •Retrouvez toutes les définitions des termes soulignés dans notre glossaire page 13.
Bonne lecture
15 AVECVOUS SPORT ET RHUMATISMES : FRANÇOIS LAMIRAUD
La lettre d’information d’ARTHRITISpar la Fondation Arthritis, 4 rue Berteaux Dumas - 92200 Neuilly sur seine - éditée0 800 333 555 www.fondation-arthritis.org -Directeur de la publication :Lionel Comole.Rédactrice en Chef: Caroline Dreuillet -Rédaction :l’équipe ARTHRITIS.Conception graphique, Maquette, Iconographie, IllustrationsRocquain -: FranckIllustration de couverture: Franck Rocquain Communication&Multimédia -Impression: Ets Martinenq imprimeurs. N° ISSN : 2108-8527.Prix de vente : 5 euros
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS16 - MARS 2012- N°
ACTURECHERCHE
3
www.fondationarthritis.org ACTUALITÉS RECHERCHE
› ÉVÈNEMENT ‹ ème 24 Congrèsde la Sociét Française de Rhumatologie (SFR)
ème Le 24congrès de la SFR s’est déroulé cette année du 11 au 14 décembre 2011, au CNIT de La Défense. Le stand de la Fondation Arthritis y avait pour thème : « L’activité physique au service de la recherche ».
La Société Française de Rhumatologie (SFR) est une société savante qui regroupe les personnes s’intéressant aux maladies de l’appareil locomoteur. Chaque année, la SFR organise un congrès réunissant les professionnels de santé : médecins-rhuma-tologues, chercheurs et étudiants, ainsi que les laboratoires pharmaceutiques.
« L’activité physique au service de la Recherche ! »
A partir de ces activités originales, la Fondation Arthritis a mis à l’honneur le golf et les bourses de subvention de recherche, en créant deux espaces sur son stand : L’espace « Activité physique » composé d’un simulateur de « drive », dans un décor « green ».
L’espace « Recherche » mettant à disposition des visiteurs les différentes
fiches projets et actualités Recherche, le tout dans un cadre de détente. Vous pouvez retrouver le stand de la Fondation Arthritis en vidéo sur la page Facebook : ARTHRITIS FONDATION COURTIN.
Remise de Bourses pour la Recherche Médicale
Lors de ce congrès, la Fondation Arthritis a organisé sa première remise de bourses, réunissant à la fois ses partenaires et ses chercheurs. Ce fut également l’occasion de
remercier les entreprises les plus fidèles de leur générosité et de leur proposer une vision différente de la recherche.
Chaque chercheur subventionné a ainsi présenté son projet ainsi que ses avancées, et s’est vu remettre une bourse de soutien par l’entreprise l’ayant choisi. Un moment riche en échanges et en émotions !
Photos : © Franck Rocquain pour ARTHRITIS.
De G à D : Alice Talpin (Institut Cochin, Paris), Thierry Morel (Golfy), Roger Picard (Arthritis), Francis Berenbaum (Université Paris 6), Benoit Le Goff (INSERM, Université de Nantes), Lionel Comole (Arthritis), Cécile Contin-Bordes (CNRS, Université de Bordeaux), Stéphane David (Impact Group), Magda Rybczynska (Institut Pasteur, Paris), Christine Zimmermann (Bacardi-Martini France), Claire Gibert (Arthritis), Caroline Dreuillet (Arthritis).
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS16 - MARS 2012- N°
4
ACTURECHERCHE
› AJI ‹ Facteurs associés à l’étanercept e registre néerlandais « Arthritis and Biologicals in Children obLservationnelle qui inclut tous les Register » est une étude prospective patients atteints d’AJI sous biothérapie aux Pays-Bas depuis 1999. Otten et son équipe ont suivi les patients de ce registre ayant commencé un traitement par l’étanercept avant octobre 2009, jusqu’en janvier 2011. Ils ont observé que 1/3 ont eu une excellente réponse, 1/3 une réponse intermédiaire, et 1/3 ont mal répondu au traitement. Les meilleurs répondants sont associés à de faibles scores d’incapacité fonctionnelle, l’utilisation de traitements de fond avant l’initialisation du traitement par l’étanercept, et un plus jeune âge à l’apparition de la maladie. Une mauvaise réponse est associée à une AJI systémique. Otten et al., JAMA (2011); 306(21):2340-234
› SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE ‹ Variantsgénétiques lusieurs variants de risque génétique sont associés à la spondylarthrite ankylosante attPeintes de SA afin de déterminer si les per-(SA). Une étude a suivi 502 personnes sonnes atteintes par la forme familiale ont un « poids génétique » plus important en ce qui concerne ces variants. Parmi la population sui-vie, 312 sont parents, et 190 ont une forme spo-radique de la maladie, mais tous remplissent les critères modifiés de New-York pour la SA. Les fréquences de 7 loci, dont HLA-B27, ont été comparées entre les cas familiaux et spora-dique, puis analysées par des méthodes statis-tiques. Ainsi, le marqueur HLA-B27 est significativement plus répandu chez les per-sonnes atteintes de la forme familiale de la maladie. Joshi et al., Arthritis Care Res. (Hoboken) (2012) 2012 Jan 9. doi: 10.1002/acr.21601.
› POLYARTHRITE RHUMATOÏDE ‹
Les ACPA : outils de diagnostic précoce L’apparition des anticorps anti-protéine citrullinée (ACPA) devance les premiers signes cliniques de la maladie. es ACPA ont largement fait la preuvespécifique d’unépitope particulier. de leur pertinence dans le diagnosticL’ensemble de ces résultats indique que les L de la polyarthrite rhumatoïde (PR) (cfACPA apparaissent plusieurs années avant Newsletter 10) : en effet, ils sont présentsl’apparition des signes cliniques de la chez 70 % des malades atteints de PR, etmaladie, et sont présents à de faibles ont une grande spécificité.niveaux. La réponse initiale auto-immune est principalement dirigée contre un seul Les auteurs de cette étude, publiée enauto-antigène, maispas toujours le même novembre 2011,ont cherché à analyser cesantigène. L’augmentation marquée du marqueurs au cours du développement detitrage en ACPA est observée entre 2 et 4 la maladie. Pour cela, ils ont étudié leans avant le diagnostic de la maladie, et sérum de 79 personnes atteintes de PRsemble concomitanteà l’apparition des pour lesquelles des échantillons prélevéspremiers symptômes, ce qui suggère une avant le début de la maladie étaientdeuxième étape dans le développement de disponibles. 53 personnes ont été testéesla maladie. positives pour les ACPA avant l’apparition des signes cliniques de la maladie. LaCette découverte pourrait amener les réactivité à 5 peptides citrullinés distinctschercheurs vers une piste intéressante a été mesurée par la technique d’ELISA.permettant d’améliorer le diagnostic Deux peptides dérivent du fibrinogène, 1précoce de la PR, et donc conduire à une de la vimentine, 1 de l’α-énolase, et 1 de laamélioration de la prise en charge des filaggrine.malades.
Le nombre de peptides reconnus augmente au fil du temps, sans profil d’expression
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS16 - MARS 2012- N°
Van de Stadt et al., Arthritis Rheum., 63(11):3226-3233. (2011).
5
www.fondationarthritis.org ACTUALITÉS RECHERCHE
Retrouvez toutes les définitions des termes soulignés dans notre glossaire page 13
› POLYARTHRITE RHUMATOÏDE ‹› SCLÉRODERMIE SYSTÉMIQUE ‹ ®réation d’un TNF-Kinoïde :Potentiel réseau collaboratif e Réseau SPIN (Réseau d’Intervention très prometteur dans centré sur le patient Sclérodermique) a L été récemment organisé. Il s’agit d’une collaboration entre organisations de patients, le traitement de la PR cliniciens et chercheurs qui travaillent à amé-liorer la qualité de vie des personnes atteintes Le laboratoire Néovacs vient de publier les résultats trèsde sclérodermie. encourageants de l’étude clinique de phase IIa pour unLors des premières réunions d’organisation, nouveau traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR).le collectif a œuvré pour prioriser un ensemble de besoinsnon satisfaits chez les a PR est un véritable enjeu de santéchez les patients souffrants de PR quandpersonnes atteintes de sclérodermie systé-publique, car il s’agit du rhumatismeces derniers ne répondent plus auxmique. Les équipes d’enquête ont travaillé à L inf lammatoirechronique le plusanticorps monoclonaux ».la conception d’outils permettant d’améliorer important par sa fréquence et sa gravité.les fonctions de la main, de réduire les symp-Or, certains malades sous biothérapiesCette étude a permis de démontrertômes de la dépression, ainsi que de mettre en ® sont sujets à un échappement thérapeutique,l’excellente tolérance du TNF-Kinoïde, etœuvre un programme d’auto-gestion adapté d’où l’idée de tester de nouvelles approchesd’établir le schéma d’administration le plusaux besoins des patients sclérodermiques. thérapeutiques, telles que la technologieefficace ainsi que la dose optimale. De ® Kinoïde®. plus,le TNF-Kinoïdea permis deAssociation des sclérodermiques de France :constater une amélioration des symptômeswww.association-sclerodermie.fr ® Les TNF-Kinoïdessont des complexesliés à la maladie chez des patients ayant formés à partir de TNF-α inactivé, couplédévelopper des anticorps anti -TNF. CetteThombsetal.,ClinExpRheumatol.2011dec.21 à un transporteur. Cette molécule « mime »technologie confirme son potentiel en tant le TNF, et injectée, elle permet àque nouvelle option thérapeutique› AJI ‹ l’organisme de développer une réponseprometteuse pour les patients atteints de Qualité de sommeil immunitaire anti-TNF. L’intérêt résidePR et ne répondant plus aux traitements dans le fait que les anticorps sont produitsanti-TNF. par le propre système immunitaire duet fatigue malade, et ne sont donc pas rejetés pares perturbations du sommeil sont des compli-l’organisme, à l’inverse des anticorpscations très souvent retrouvées dans les rhu-L monoclonaux. De plus, les anticorpsmatismes inflammatoires chroniques qui développés par l’organisme sont ditsentraînent une modification du ressenti face à la polyclonaux, ce qui conduit à une meilleuredouleur, à l’activité de la maladie et aux traite-efficacité.ments. Une équipe israelienne a suivi 150 enfants atteints d’AJI sur la base de plusieurs question-Comme le souligne le Professeur Marie-naires relatifs à leur sommeil, leur qualité de vie en Christophe Boissier, Chef du service derelation avec la fatigue et la douleur, ainsi que l’ac-rhumatologie de l’Hôpital Avicenne, ettivité de la maladie. Président du Conseil Scientifique de laLes troubles du sommeil et la fatigue sont forte-Fondation Arthritis, « Nous sommes trèsment associés à une augmentation de la douleur et satisfaits des résultats de l’étude dans laune forte diminution de la qualité de vie. D’où la PR, maladie grave et invalidante. Nousnécessité de conduire des stratégies visant à amé-possédons désormais des donnéesliorer la qualité du sommeil et réduire la fatigue. supplémentaires confirmant l’activitéButbul et al., Rheumatology (Oxford) ® clinique prometteuse du TNF-Kinoïde2011 ;50(11) :2051-2060
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS- N°16 - MARS 2012
6
ZOOMSUR
Des chercheurs mobilisés et subventionnés !
Alice TALPINPARIS Institut Cochin SPONDYLARTHRITE ANKYLOS
Ayan LAHIRIBREST LABORATOIRE D’IMMUNOLOGIE. EA 2216 AUTO-IMMUNITÉ
Jean-Marie BERTHELOTNANTES INSERM UMR-S 957, Faculté de médecine POLYARTHRITE RHUMATOÏD
Patrick BLANCOBORDEAUX CNRS UMR 5164 CIRD, Université V. Segalen LUPUS ERYTHEMATEUX DISSÉ
Jean-Charles GUERYTOULOUSE INSERM U 563, CPTP, CHU Purpan LUPUS ERYTHEMATEUX DISSÉ
Hans YSSELMONTPELLIER INSERM U 844, CHU St-Eloi POLYARTHRITE RHUMATOÏDE
Michael HAHNEMONTPELLIER IFR 122 - Institut de Biologie - UMR 5535 POLYARTHRITE RHUMATOÏDE
Meriem AMMARIMONTPELLIER INSERM U844, CHU St-Eloi POLYARTHRITE RHUMATOÏDE
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITI--
= 9aides aux études  012
Véronique WITKO SARSATPARIS Institut Cochin POLYARTHRITE RHUMATOÏDE
Nadia JEREMIAHPARIS Unité INSERM 768 - Hôpital Necker LUPUS ERYTHÉMATEUX DISSÉ
14 subventions
+
Pierre JURDICLYON Institut génomique fonctionnelle POLYARTHRITE RHUMATOÏDE
M.-Ch. de VERNEJOULPARIS INSERM U606, Hôpital Lariboisière LYARTHRITERHUMATOÏDE
Yannick ALLANOREPARIS Institut Cochin CLÉRODERMIESYSTÉMIQUE
7
www.fondationarthritis.org ACTUALITÉS RECHERCHE
Frédéric LIOTÉPARIS INSERM U606, Hôpital Lariboisière ARTHROSE
Gilles CHIOCCHIAPARIS Institut Cochin LYARTHRITERHUMATOÏDE
Magda RYBCZYNSKAPARIS Institut Pasteur SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE
Francis BERENBAUMPARIS Université P. & M. Curie - Campus Jussieu ARTHROSE
Julie RUERSTRASBOURG IMBC - CNRSUPR 9021 RYTHÉMATEUX DISSÉMINÉ
Sophie CAILLAT-ZUCMANPARIS INSERM U986 -H. St Vincent de Paul GRANULOMATOSE AVEC POLYANGÉITE
Adama SIDIBEGRENOBLE INSERM U 882, CEA YARTHRITERHUMATOÏDE
Francis ROUSSETGRENOBLE GREPI ARHTROSE
Isabelle AUGERMARSEILLE INSERM UMR639 LYARTHRITERHUMATOÏDE
Sami-Barna KANAANMARSEILLE INSERM UMR639 LYARTHRITERHUMATOÏDE
Formation INSERM+ Etude épidémiologique en collaboration avecUCB Pharma+ Communication scientifque
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS- N°16 - MARS 2012
8
EN DIRECTD’UN LABO
Retrouvez toutes les définitions des termes soulignés dans notre glossaire page 13
› ARTHROSE ‹ L’arthrose :un problème de Santé Publique La Fondation Arthritis a ouvert son champs d’application à l’arthrose lors son appel d’offre en 2011. Frédéric Lioté fait le point avec nous sur la maladie et sur les thématiques développées par son équipe à l’Hôpital Lariboisière à Paris. ’arthrose est une dégénérescencepour un projet présenté par Frédéric Lioté ;des flux entrants ou sortants de phosphate progressive de l’ensemble du tissunous l’avons rencontré tout récemment, etinorganique (Pi) et/ou de pyrophosphate L ostéo-articulaire. La maladie peutil nous expose les avancées sur la connais-inorganique (PPi), ce qui permet de main-toucher l’ensemble du squelette:sance de cette maladie, et les thématiquestenir l’homéostasie du Pi indispensable genoux, hanches, rachis et mains, et sonet objectifs de son laboratoire.au métabolisme cellulaire. Il s’agit d’une origine est pluri-factorielle avec des consé-balance finement régulée, qui s’oriente soit quences socio-économiques extrêmementStructure du cartilagevers la formation de Pi, soit vers la forma-importantes. Ainsi, l’on estime que 4,6 mil-Le cartilage est composé d’un seul type detion de PPi. Le groupe de Frédéric Lioté lions de personnes souffraient d’arthrosecellules, appelées chondrocytes intégréess’intéresse à cette régulation qui pourrait en France en 2003, avec un coût annuel dedans une matrice extra-cellulaire composéeprobablement modifier les caractéris-l’ordre de 1,6 milliards d’euros. En termeen majorité de collagènes et d’aggrécanes.tiques physico-chimiques du cartilage. de coût, on situe habituellement l’arthroseL’ensemble confère au cartilage résistance au deuxième rang des maladies chroniques,et élasticité. Le groupe dirigé par Frédéric après les affections cardiovasculaires,Lioté s’intéresse aux interactions entre la ce qui fait qu’elle représente un véritablesynoviale et le cartilage. problème de Santé Publique dans les paysLe chondrocyte maintient l’homéostasie du développés. cartilagepar un équilibre entre synthèse et dégradation de la matrice extra-cellulaire. L’arthrose conduit à la destruction du car-L’arthrose résulte d’un déséquilibre de cette tilage articulaire, mais les mécanismesbalance, de l’activation et la différenciation sous-jacents ne sont pas encore entière-de chondrocytes articulaires à partir de ment compris. Elle fait intervenir nonchondrocytes hypertrophiques, et enfin de seulement le cartilage, mais aussi l’osl’apoptose cellulaire de ces derniers. sous-chondral, la membrane synoviale qui « emballe » l’articulation et les ligamentsIl existe un certain nombre de facteurs liés et capsule, véritables stabilisateurs commeà l’arthrose. On peut citer l’âge, les facteurs les haubans d’un mât de voilier. À l’heuremécaniques (obésité), les facteurs géné-actuelle, il n’existe aucun traitement curatiftiques, les traumatismes (lésions directes contre l’arthrose. Aussi, il apparaît crucialdu cartilage ou de ménisques, au genou parL’excès de Pi ou de PPi, en association de mieux comprendre la pathogénie de laexemple ; déformation post-traumatique),avec le calcium, forme respectivement maladie, afin de développer des thérapieset les troubles de l’architecture osseuse quides cristaux de phosphate de calcium qui peuvent ralentir son développement.redistribuent les contraintes mécaniques.basique (BCP) ou de pyrophosphate de Il existe également une autre hypothèse àcalcium (CPP) (Voir schéma ci-dessus). Ce sont les ambitions du groupe dirigélaquelle s’intéresse le groupe de FrédéricCes cristaux sont présents dans le car-par le Docteur Frédéric Lioté, au seinLioté : les cristaux.tilage, ou sont libérés puis phagocytés du laboratoire « Os et articulations », àpar la membrane synoviale, ce qui induit l’hôpital Lariboisière, à Paris. Le ConseilL’hypothèse microcristallineune réponse inflammatoire puis unechon-Scientifique de la Fondation Arthritis aDes « transporteurs » sont localisés à ladrolyse (dégradation du cartilage). De accordé une subvention de 20 000 € en 2012membrane des chondrocytes, et assurentmanière similaire, comme nous l’explique
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS- N°16 - MARS 2012
L’équipe Unité :INSERM U 606 « os et articulations » Lieu :Hôpital Lariboisière, Paris Directeur du laboratoire : MarieChristine de Vernejoul. 4 équipes Composition de l’équipe :Equipe 3 « Inflammation ostéoarticulaire » dirigée par Frédéric Lioté. Une quinzaine de personnes, dont 6 statutaires, 1 technicienne, 1 chercheur postdoctoral et 5 doctorants. Thématique :Mécanismes de la chondrolyse (destruction du cartilage)
Frédéric Lioté, « lorsque l’on injecte des cristaux à des souris en intra-articulaire, on observe systématiquement une chon-drolyse, précédée d’une inflammation initiale modeste ».
Les cristaux calciques sont observés sur certaines radiographies de cartilage arth-rosique. Or ces anomalies sont présentes sur l’ensemble du tissu cartilagineux, et non pas localisées uniquement sur les zones de contraintes mécaniques comme on pouvait s’y attendre. Ainsi ces cristaux, lorsqu’ils sont présents dans l’articulation, induisent une chondrolyse et joueraient donc un rôle important dans l’arthrose.
L’apoptose du chondrocyte L’autre thématique sur laquelle travaille le groupe de Frédéric Lioté concerne la com-préhension de l’apoptose du chondrocyte dans l’arthrose. L’équipe cherche à déter-miner pourquoi le chondrocyte s’engage dans cette voie d’apoptose : Y-a-t-il des inducteurs de l’apoptose ou bien un manque d’inhibiteurs de cette voie ?
Cet aspect du projet est dans la continuité logique du travail entamé en 2002 dans le laboratoire, et subventionné par la Fondation Arthritis. En effet, comme nous l’indique Frédéric Lioté, « nous avions montré qu’il y avait une réduction specta-culaire de l’apoptose des chondrocytes dans le modèle d’arthrite au collagène lorsque l’on injectait aux souris un neu-ropeptide appelé adrénomédulline (AM) en intra-péritonéal. L’AM apparaît donc comme un modulateur de l’apotose du
› INTERVIEW ‹
Fédéric Lioté MEDECIN RHUMATOLOGUE
9
www.fondationarthritis.org ACTUALITÉS RECHERCHE
Nous commençons à identifier de nouvelles cibles
L’arthrose touche environ 4 millions de français. Existe-t-il des traitements contre cette maladie ? Le problème, c’est qu’il n’y a pas de traitements curatifs à l’heure actuelle. Toutefois il est possible de contrôler son évolution grâce à des traitements médicamenteux et non médicamenteux. Néanmoins la compréhension de la maladie a évolué ces 10 dernières années, et on commence effectivement à identifier de nouvelles cibles, c’est un espoir !
Quelles sont donc les pistes thérapeutiques prometteuses ? Pour tester de nouvelles hypothèses, nous utilisons au laboratoire des modèles d’arthrose expérimentaux : il s’agit de souris normales
chondrocyte, et nous voulons tester cette hypothèse dans l’arthrose ». Les premiers résultats sont tout à fait pro-metteurs, et plusieurs expériences sont en cours de réalisation afin de valider cette hypothèse.
L’importance de la Fondation Les financements accordés par la Fondation Arthritis sont nécessaires pour les équipes de recherche. Comme nous
ou génétiquement modifiées à qui l’on fait subir une méniscectomie partielle. Cela crée une instabilité articulaire et une chondrolyse, donc une arthrose en 6 semaines. Il existe néanmoins quelques différences, en fonction du sexe et de la souche de souris utilisée, mais ces modèles animaux sont de outils indispensables qui nous permettent de comprendre les mécanismes physiopathologiques de la maladie d’une part, et, d’autre part, nous permettent de tester de nouvelles molécules anti-arthrosique. La contrepartie chez l’homme existe : au genou, si on enlève un ménisque à un homme ou une femme, on le (la) précipite vers l’arthrose du genou :le message du rhumatologue est de protéger les ménisques !!
l’indique Frédéric Lioté, « Le budget accordé par l’INSERM diminue de 10% en 2012, les prélèvements augmentent, donc le quotidien est complexe, et les organismes de tutelle demandent aux chercheurs detrouver des budgets de fonctionnement. Cette subvention de 20 000 € nous permet de payer le consom-mable pour l’année (souris, anticorps, peptides), et est indispensable pour la continuation du projet ».
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS- N°16 - MARS 2012
10
À LAFONDATION
› VISITE D’UN LABO ! ‹ La Fondation Arthritis s’invite au Biopôle de Nancy !
L eB i o p ô l e , u ng r a n dc e n t r ed er e c h e r c h e! uvert en automne 2011, le Biopôle rassemble une commu-et ingOénieurs au service d’une recherche nauté de 130 chercheurs, ensei-gnants-chercheurs, étudiants de pointe. Il s’appuie sur l’excellence de deux Unités Mixtes de Recherche de l’Université Henri Poincaré-CNRS, asso-ciées à deux unités INSERM au travers d’une Fédération de Recherche, et offre un ensemble de plateformes technolo-giques remarquables.
U n ev i s i t eg u i d é e q u id o n n ed e si d é e s … Il y a un mois, Caroline et Claire, respecti-vement attachée scientifique et chargée de communication de la Fondation Arthritis, ont été invitées à visiter ce nouveau labo-
ratoire et à découvrir les avancées techno-logiques mises en place pour la recherche. Reçues par David Moulin, chercheur sub-ventionné durant 3 ans par la Fondation Arthritis, elles ont pu se rendre dans les cinq plateformes composant le Biopôle :
• La plateforme de biologie structurale • La plateforme de protéomique • La plateforme de transcriptomique et analyse des ARN • La plateforme de biologie cellulaire et d’exploration tissulaire • La plateforme d’imagerie et de bio-physique cellulaires et tissulaires
Sur chacune des plateformes, Caroline et Claire furent chaleureusement accueillies par le personnel dédié, rendant ainsi leur visite ludique et interactive. Ces échanges leur ont offert une vision nouvelle sur la recherche, donnant envie de la faire partager à tous : « Il est important pour
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS- N°16 - MARS 2012
chacun de nos donateurs de comprendre les enjeux de la recherche et les moyens devant être mis en place pour avancer toujours plus » Claire.
D a n sl ap e a ud uc h e r c h e u r Avec le soutien du Biopôle de Nancy, la Fondation Arthritis organise samedi 12 mai 2012 une journée dans ce laboratoire, ouverte à tous, petits et grands, pour se mettre dans la peau d’un chercheur le temps d’une journée ! Ateliers, démons-trations et visites commentées sont au programme ! Une journée à ne pas man-quer !Inscrivez-vous gratuitement par mail à l’adresse suivante : infos fondation-arthritis.or
ÈME › 80RALLYE DE MONTE CARLO ‹ Quand les rêves pi ...et quand le pilo la recherche. nous avons rencontré toutes les difficultés d’un vrai Monté-Carlo. Glace, neige, pluie, sec, verglas. Tout était réuni pour que cette édition reste dans les annales. Physiquement ensuite, car ça a été très dur. Si les douleurs et la maladie s’estompaient dans l’euphorie des chronos, l’exigence des routes et le rythme effréné m’ont rappelé combien j’étais différent de tous les autres pilotes. Genoux, doigts, dos, cou….tous mes membres ont été trop sollicités. Mais n’est ce pas là l’objet de la passion ? Le plaisir de se dépasser, aller au-delà de tout, oublier ses peurs et ses faiblesses Et si je vous proposais un momentpour accéder à l’inaccessible… exceptionnel, inoubliable. Un « moment où le temps s’arrête, où« Gauche à fond sur droite 30+ et double la maladie s’estompe et où lesattention gauche 100 glace en sortie… » douleurs s’évadent…la poésie de Julien – mon copilote et ami Et si je vous proposais un momentd’enfance – dictait mes mouvements magique,… Ce moment-là, jamais vous necomme si sa voix impactait instantanément refuseriez…. Hé bien c’est ce que j’ai vécumon cerveau. La concentration extrême ème lors de ce 80Rallye de Monté-Carlo.commandait une analyse immédiate de la route, de la voiture et de tout Nous avons rassemblé une marquel’environnement. Simultanément, ma – Honda – qui veut porter les hommes ettrajectoire s’affinait, mon regard se leurs valeurs au plus haut point, une équipeprojetait, mon accélération et mon freinage – JAS Motorsport – passionnée et efficace,étaient modifiés pour répondre à chaque un équipage serein et concentré, des routesinstant aux paramètres en mouvement. magnifiques, dures et exigeantes et des spectateurs, des milliers de spectateurs quiBien sûr nous avons fait quelques fautes. attendent une glissade, une accélération ouUn choix de pneus délirant (des pneus slick un freinage au dernier moment.– lisses – sur la glace), une crevaison et un excès de générosité dans un petit fossé. Ce rallye du Monté-Carlo comptait pour leEt nous perdons le podium à cause de ces championnat du Monde des Rallyes et il n’aerreurs, mais qu’importe, nous finissons ce pas été facile ! Sportivement d’abord parcerallye incroyable !!
11
www.fondationarthritis.org ACTUALITÉS FONDATION
ent la viefinance
ème Nous finissons 5 denotre catégorie et ème 24 auclassement général ! C’est au-delà de nos espérances et surtout… …Chaque kilomètre nous a offert 10€ pour la recherche, chaque spectateur a pris conscience de la Fondation et de la recherche, chaque malade sait que tôt où tard il pourra accéder à ses rêves parce que nous y travaillons tous les jours.
ultra dynamique qui nous a entièrement financé cette course plus une partie du budget de la recherche, Marsy Transport et Waggener Edstrom qui ont eux aussi financé la recherche au travers de ce projet. Et bien sûr tout mon entourage sans qui rien ne serait possible.
Cap désormais sur les autres projets de financement de la recherche, vous allez être étonnés…» Lionel Comole
LA LETTRE D’INFORMATION D’ARTHRITIS16 - MARS 2012- N°
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.