Frédéric Ozanam, l'homme et l'oeuvre

De
v\ 2 F .-^):-posa pendant ses classes. Ellesindiquent pour le moins une grande facilité, et je crois que, LA JEUNESSE 3 sans nuire enaucune façon à la mémoire d'Oza- nam, il convient de les considérer uniquement comme le passe-temps d'un écolier intelligent et bien doué. En troisième et en seconde, il avait en- treprisun long poème sur la prise de Jérusalem par Titus. Parmi les morceaux de vers français, qu'il nous suffise de citer la Lettre de Marie- Antoinette à Madame Elisabeth où lémotion est touchante et l'inspiration gracieuse. Agé de quatorze ans, il entra en rhétorique ; cette année d'études allait être marquée pour lui d'une épreuvequi resta présente toute savie à son esprit, et qui, peut-être, ne fut pas la moindre raison qui fit de lui Tapôtre de la jeunesse. On ne vit pas à une époque sans être influencé par elle, sans être atteint par l'atmosphère qu'on respire. Comme Lacordaire, Ozanam devait connaître les affres du doute, les angoisses intimes, les com- bats de la foi et de la raison : «... Les bruits d'un monde qui ne croyait point vinrentjusqu'à moi... Je connus toute Ihorreur de ces doutes qui ron- gent le cœur pendant le jour et qu'on retrouve la nuit sur un chevet mouillé de larmes. » Jusque- là, il avait cru comme un enfant, et il payait alors par ces doutes l'éveil et l'activité précoce de sa vie intellectuelle.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 97
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins

v\
2F .-^):-<^'FRÉDÉRIC OZANAMde F. OZANAMBuste
MUSEE DE LYONCONSERVÉ AU

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.