L'oeuvre de Corot

De
-^'x: >r^' -ji.:"S 'j.;^ rr*' S .^: f^fti V • «*r*».. «r^ • .'>>^ .±L'r^' nf- v. ^^^r>rF^^ ^ ar r •^^—^^i-'i ^^s^ ^^ êfMl£ -J^-^'':^ ^mM^^ ^nh tes/L^ ../z/Jt créances de son père.Croquis fait par Corot (vers 1860) sur un ancien livre de PREMIÈRES ANNEES (1796-1825J nymphes. » Corot avait trouvé« bercé sur les genoux desIl a été avait jeté les yeux.article, de Gautier je crois, où ilcette phrase dans un de la bellevérité, dit-il, vous savez que la boutique« Mais c'est la pure grâces. >/ La «belle dame» ! c'est ainsi qu'ildame était le rendez-vous des occupait une si grande place dansappelait toujours la chère maman, qui face du Pont-Royal, au i" étage, unson cœur. Elle tenait rue du Bac, en Paris comptait d'élégantes.modes fréquenté par tout ce quemagasin de la célèbregoût et de coquette ingéniosité avecMme Corot rivalisait de et sa cour. Sa clientèle n'était pasMme Herbault, qui coifïa Joséphine 20 moins choisie. JNI. Corot, qui tenait les livres de la maison, avait inscrit sur ses les noms les plus illustresregistres nouveau. L'unde l'ancien régime et du par lade ces carnets de créances est tombé suite aux mains de son fils, qui a sabré de ; crayonnages le gros papier verdâtre et charbonné des figures d'églogue en tra- i de Vavoi'r.vers des colonnes du doit et On rencontre, côte à côte, selon ley Modes de M"" Corothasard des fournitures, Mme de Colbert et Gravure par Gavarni, fvers 1830). Mme Kellermann, Mme de Fitz-James et Mme Condorcet (I ).
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 35
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 388
Voir plus Voir moins

-^'x:
>r^'
-ji.:"S
'j.;^ rr*'
S
.^:
f^fti
V •
«*r*».. «r^
• .'>>^
.±L'r^'nf-
v.
^^^r>rF^^
^ ar r
•^^—^^i-'i
^^s^
^^
êfMl£
-J^-^'':^
^mM^^ ^nh
tes<iS^ «r
L^
ëis^J^fet^:- ;j;; ; '«fe.Sâ'TnmV
&U.- JLX

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.