Le Testament d'un Latin

De
51." •±im 1 mi Digitized by the Internet Archive in 2009 witli funding from University of Ottawa littp://www.arcliive.org/details/letestamentdunlaOOrambuoft LE TESTAMENT D'UN LATIN — SIMlIN IIAÇON ETCOMI'., lU'K. Ii'eIIFUIITII, 1.AllI';. IMP. LE TESTAMENT LATIND'UN RAMBAUI»LOUIS qneslioii.is tliehe. lliator nol loTo be, Shakspeabe. PARIS LIBRAIRES-ÉDTTEURSET C'^CUARPEÎSTIER 2Sru LOUVRE,QUAI 1872 réservés.Tous droits t AVAINT-PUOPOS de finir ce livre quand la guerreJe.venais a échilé^; je le relis aujourd'hui et je n'y rien borne à mettre en note leschange je me ; faitsquelques réflexions que les qui se sont accomplis dans ces derniers mois me suggè- rent. Non-seulement la guerre n'a point mo- difié mes opinions, mais elle en a confirmé plusieurs, et, en particulier, celles que je pro- fesse sui' les armées et sur la guerre. Quelque hostile que je fusse au système qui 1. S:i piihlicMiioii a été em urc retard«'e p;r les (|i»iévénements ont sjivi la gueiie. n LE TESTAMENT D'UN LATIN. régnait quand ce livre a été écrit, quelque tristes que fussent mes prévisions sur les con- séquences qu'il devait nécessairement entraî- ner, je n'aurais pas cru, je l'avoue, à des ca- tastrophes si lamentables. J'ai la douleur de reconnaître queje n'étais pas assez pessimiste; dans ce temps-là, beaucoup de gens m'eussent reproché de l'être trop, qui, maintenant, me reprocheront le contraire: les convertis sont fort zélés.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 25
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 368
Voir plus Voir moins

51."•±im 1 miDigitized by the Internet Archive
in 2009 witli funding from
University of Ottawa
littp://www.arcliive.org/details/letestamentdunlaOOrambuoftLE
TESTAMENT
D'UN LATIN— SIMlIN IIAÇON ETCOMI'., lU'K. Ii'eIIFUIITII, 1.AllI';. IMP.LE
TESTAMENT
LATIND'UN
RAMBAUI»LOUIS
qneslioii.is tliehe. lliator nol loTo be,
Shakspeabe.
PARIS
LIBRAIRES-ÉDTTEURSET C'^CUARPEÎSTIER
2Sru LOUVRE,QUAI
1872
réservés.Tous droitstAVAINT-PUOPOS
de finir ce livre quand la guerreJe.venais
a échilé^; je le relis aujourd'hui et je n'y
rien borne à mettre en note leschange je me
;
faitsquelques réflexions que les qui se sont
accomplis dans ces derniers mois me suggè-
rent. Non-seulement la guerre n'a point mo-
difié mes opinions, mais elle en a confirmé
plusieurs, et, en particulier, celles que je pro-
fesse sui' les armées et sur la guerre.
Quelque hostile que je fusse au système qui
1. S:i piihlicMiioii a été em urc retard«'e p;r les (|i»iévénements
ont sjivi la gueiie.n LE TESTAMENT D'UN LATIN.
régnait quand ce livre a été écrit, quelque
tristes que fussent mes prévisions sur les con-
séquences qu'il devait nécessairement entraî-
ner, je n'aurais pas cru, je l'avoue, à des ca-
tastrophes si lamentables. J'ai la douleur de
reconnaître queje n'étais pas assez pessimiste;
dans ce temps-là, beaucoup de gens m'eussent
reproché de l'être trop, qui, maintenant, me
reprocheront le contraire: les convertis sont
fort zélés.
Le système dont desje parle a élé la cause
malheurs que nous avons eu à subir, mais
il n'en a élé que la cause seconde, et il faut
rechercher les le sys-causes qui ont engendré
tème. C'est à ce point de vue que ce livre peut
encore avoir une raison d'être, bien que la
disparition des choses, le changement des
hommes spectacleet des institutions dont le
l'avait en partie inspiré lui aient fait perdre
beaucoup présenterde l'intérêt qu'il pouvait
alors.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.