Mémoires d'un artiste

De
i iiMiii ^ààé^iÊK. uÈk.mi KS GOUNOD MEMOIRES D'UN ARTISTE TROISIEME EDITION ity of California '\:y ARTISTE docteur BafFos, qui m'avait vu naître, et qui était devenu le médecin de notre famille après le docteur Halle, et à sa recom- mandation. BafTos, voyant dans ma pré- sence à la maison un surcroît de fatigue pourma mère, dont lajournée se passait à donner des leçons chez elle, suggéra l'idée faire conduire, matin, dansde me chaque une pension, où l'on venait me reprendre avant le dîner. pension d'un certainLa choisie fut celle l'EcoleM. Boniface, rue de Touraine, près de médecine, et non loin de la rue des Grands—Augustins où nous demeurions. Cette pension fut transférée, peu de temps face duaprès, rue de Condé, presque en vis pourthéâtre de l'Odéon. C'est là que je Duprez, unla première fois qui devait être, quijour, le grand ténor que chacun sait et l'O-hrilla d'un éclat si vif sur la scène de depéra. Duprez, qui a environ neuf ans MÉMOIRES D'UN ARTISTE 3l alorsplus que moi, pouvait donc avoir élève deseize ou dix-sept ans. Il était Choron, et venait dans la pension Boniface comme maître de solfège. Duprez, s'étant aperçu que je lisais la musique aussi aisé- ment qu'on lit un livre, et même beaucoup plus couramment que je ne la lirais sans doute aujourd'hui, m'avait pris en affeclion toute particulière. Il me prenait sur ses genoux, et, quand mes petits camarades se trompaient, il me disait : — Allons, petit, montre-leur comment il faut faire.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 21
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 376
Voir plus Voir moins

i iiMiii ^ààé^iÊK. uÈk.mi
KS GOUNOD
MEMOIRES
D'UN ARTISTE
TROISIEME EDITION
ity of California
<^C-Llern Régional
u^
•ary Facility
jMÊÉmÊUtÊm
PARIS
NN LÉVY, ÉDITEUR
ET BOULEVARD DES r»ITALIENS, l
.[BRAIRIE NOUVELLE
(896J^u
THELIBRARY
OF
THEUNIVERSITY
OF CALIFORNIA
LOSANGELES
Es Virai .^
Eiorijo Iiicodem!BIBLfOTECA
SOCÎ^A CEGU AUTISTI
E PATrilOTTICA
MÉMOIRES D'UN ARTISTEDroits de traduction et do reproduction réserV(''S
pour tous les pays, y compris la Siièdo, la Norvège et la Hollande.
P4R1S. — iMpniMEKlK CH — — (Eucrc Lorilleuxj.MX. 1 0034-7--4o .CHARLES GOUNOD
MEMOIRES
D'UN ARTISTE
Cr3?TROISIEME EDITION <
o
o
C f ^3
c=a H-
<
ÛL
LU
co
PARIS
CALMANiN LÉVY, ÉDITEURS
ANCIENNE MAISON MICHEL LÉVY FRÈRES
A3 , RUE U B E R , 3
1896MÉMOIRES irUX ARTISTE
AVERTISSEMENT
Les pages qu'on va lire sont un récit des
événements qui ont le plus intéressé ma vie
d'artiste, des impressions que j'en ai ressen-
ties, de l'influence qu'ils ont pu exercer sur
ma carrière, et des réflexions qu'ils m'ont
m'abusersuggérées. Sans sur le degré d'in-
térêt qui peut s'attacher à mon individu,
crois que récit exact etje le simple d'une
existence d'artiste offre des enseignements
utiles, qui, parfois, cachentse sous un fait
2017209MEMOIRES D'UN ARTISTE2
un mot sans importanceOU SOUS apparente,
qui rencontrentmais se avec la disposition
le besoin dud'esprit ou moment. Le fait le
plus indifférent, le mot le moins prémé-
dité est souvent une opportunité j'en ai;
fait l'expérience, et ce qui m'a été utile ou
salutaire peut l'être à d'autres.
Dans des « Mémoires», on a beaucoup,
même à chaque instant à parleron a de
J'ai tâché de le faire avec impartialitésoi.
dans jugements je l'ai fait avec exacti-mes ;
véracité dans le récit destude et événe-
lorsqu'il s'agit dements, ou rapporter les
mon J'aiparoles d'autrui à sujet. dit avec
sincérité ce que je pense de mes ouvrages;
mais le hibou se trompait dans son juge-
ment sur ses petits, et je ne suis pas plus
que lui à l'abri de l'illusion. Le temps, s'il
de moi, donnera la mesure des'occupe
mes appréciations; c'est à lui que je m'en
pour me mettre à ma place,rapporte

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.