Mémoires sur la vie publique et privée de Fouquet, surintendant de finances, d'après ses lettres et des pièces inédite, conservées à la Bibliothèque impériale

De
/\ MÉMOIRES Slll M VIF. rnillUlE ÏT l'RIÏKK DE FOIJOI ET SntlNTF.NDANT DES FINANCES •UldN r\ACON ET COMP. l;IF Ii'l llFl'l;!», 1. , 5 MÉMOIRES PRIMEVIK tumu ETSUR U FOLIQIET)E DES FINANCESSURl^JTENDANT INÉDITEDES l'IÈC.ESETSES LETTRESAl'UÈSD r.ONSEIlVKF.S IMPÉRIALEBlliLlOTllKQrELAA PAR CHÉRUELA. U FP D B L 1L'INSTUUCTION Qr.f,NtR*t t.F.INSPFCTEUn PUEMIERTOME PARIS ÉDITEURCIIARPENTIEIA, DE l'ÉcoleQUAI28, i862 dioil'^ réservés.Tous N3 .("7^7-9 -t P n É FA C I' Le sin'iiiteiidaiil des liiuiiices Nicu];is Foiiqucl a joué Il f,a'aiul rùlc pendant la première partie du règne de )uis XIV. Auxiliaire zélé de Mazarin à l'époque de la ronde, habile plus tard à fournir de l'argent à un nii- istre avide, qui avait plusieurs armées à enlreienir et ui voulait pour lui-même amasser des trésors, ilsuilit cndant plus de dix ans à cette lourde tâche. Cependant is Mémoires du temps et les historiens modernes ne arlenl guère que de la catastrophe de Nicolas Fouquel. causes de l'élévation de ce personnage,es ses relalions vec Mazarin, les services qu'il lui rendit pendant la ronde, n'ont jamais été complètement exposés. Le 1'.ravail remarquable M. Clément a placé enque tète pr.ÉFACE.II de son Histoire de Golbevl ii"ciiihrassc que la disgrâce dede Foiujuel et les causes qui l'ont amenée. Il en est (\qs parM.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 550
Voir plus Voir moins

/\
MÉMOIRES
Slll M VIF. rnillUlE ÏT l'RIÏKK
DE FOIJOI ET
SntlNTF.NDANT DES FINANCES•UldN r\ACON ET COMP. l;IF Ii'l llFl'l;!», 1.
,5
MÉMOIRES
PRIMEVIK tumu ETSUR U
FOLIQIET)E
DES FINANCESSURl^JTENDANT
INÉDITEDES l'IÈC.ESETSES LETTRESAl'UÈSD
r.ONSEIlVKF.S
IMPÉRIALEBlliLlOTllKQrELAA
PAR
CHÉRUELA.
U FP D B L 1L'INSTUUCTION Qr.f,NtR*t t.F.INSPFCTEUn
PUEMIERTOME
PARIS
ÉDITEURCIIARPENTIEIA,
DE l'ÉcoleQUAI28,
i862
dioil'^ réservés.TousN3
.("7^7-9-t
P n É FA C I'
Le sin'iiiteiidaiil des liiuiiices Nicu];is Foiiqucl a joué
Il f,a'aiul rùlc pendant la première partie du règne de
)uis XIV. Auxiliaire zélé de Mazarin à l'époque de la
ronde, habile plus tard à fournir de l'argent à un nii-
istre avide, qui avait plusieurs armées à enlreienir et
ui voulait pour lui-même amasser des trésors, ilsuilit
cndant plus de dix ans à cette lourde tâche. Cependant
is Mémoires du temps et les historiens modernes ne
arlenl guère que de la catastrophe de Nicolas Fouquel.
causes de l'élévation de ce personnage,es ses relalions
vec Mazarin, les services qu'il lui rendit pendant la
ronde, n'ont jamais été complètement exposés. Le
1'.ravail remarquable M. Clément a placé enque tètepr.ÉFACE.II
de son Histoire de Golbevl ii"ciiihrassc que la disgrâce
dede Foiujuel et les causes qui l'ont amenée. Il en est
(\qs parM. Wal-même Mémoires sur madame de Seiùfynf',
ckenaër; on n'y trouve que le procès du surintendant ^
Je me propose remonter plus liaul d'exposer toutede et
la vie de Nicolas Fouquet, en in'appuyant sur des docu-
ments d'une authenticité incontestable.
L'abbé Fouquet, frère du surintendant, est encori
Mémoiremoins connu. On le voit, à la vérité, dans les
du pludix-septième siècle, jouer les personnages les
divers : serviteur dévoué de Mazarin, il lutte contn
le prince de Condé cardinal de Retz: il brave touet le
les dangers pour assurer le triomphe de la royauté su
la Fronde; plus tard, il dispose de la police et d(^ la
Bastille; mais sa puissance est occulte; il se plait dans
les menées souterraines, et les Mémoires du temps
signalent surtout son insolence et le scandale de ses
mœurs, qui finirent par le compromettre gravement,
' M. ('e Rnyor, anjoiinriiui |)roiiiici' Yicc-iu'i'sidf'iit du S(''ii;it. a aussi
Irailt' du procès de FoiKjiiot dans un savant discours de reiilnV la Courà
de cassation. M. Sainle-Bcuve, dans une de ses ingénieuses Causeries du
t. V . a (ouclié tous les points importants de laLundi biographie de Fou-
sagacitéquet avec sa ordinaire; mais il n'a jiu (pie les effleurer. M. Feuil-
let de Couches daiis un ouvra},'e récent Causeries d'un curieux. c\c. ne
parle que de la cassette du surintendant. J'ai trouvé dans ce livre de
précieux (iOfunienIs. et. (pioicpie mon travail lui presque lei'uiiué 10!s([uC
M. F'euille' de Conclu s a publié le sien, j'en ai profile en indiquant lou-»
joiu's la ç()urc(^ où je puisais:

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.