(SS164301-A63-DUP-Pi 350ce E-Etude d'impact-B)

De
Publié par

fKobprjb=klk=qb`ekfnrb=ab=iÛbqrab=aÛfjm^`q franchiparl’infrastructureactuelle,aunedirectiontouteparticulièrepuisqu’elles’écouledansunsensSudNord,plusoumoinspa rallèleàl’A63,pourrejoindrelebassind’Arcachon.fKNKmê¨~ãÄìäÉ= Globalement, la qualité des eaux des cours d’eau rencontré s estbonne.L’étude d’impact porte sur le projet de mise à 2x3 voies deIls accueillent pour la plupart une faune et une flore riche etl’A63, aux normes autoroutières, entre Salles (Gironde) et Saint#diversifiée.Geours#de#Maremne(Landes).Ainsi,l’enjeuphysiquemajeuràretenirdanslecadreduproj etestlaLe présent résumé vise à retranscrire de manière simple etpréservationdelaqualitédel’eau:synthétiquelesprincipalesinformationscontenuesausei ndel’étuded’impact. Il a pour objectif d’aider le public à bien appréhender, # pourlaconservationdesespècesprésentes,d’une part, les enjeux pris en considération pour la définition du# pourlapréservationdelaressourceeneaudanslamesur eoùlesprojet, et d’autre part, les différents impacts à attendre d’un telusages liés à l’eau sont nombreux: captagesd’eaupotable pourprojet, autant pour l’environnement que pour le cadre de vie desl’alimentation humaine, pisciculture, pêche et autres a ctivitésriverains.sportives et de loisirs présentes notamment sur les étangs ...
Publié le : vendredi 23 septembre 2011
Lecture(s) : 135
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
fKobprjb klk qb`ekfnrb ab iÛbqrab aÛfjm^`q
fKNKmê¨ÄìäÉ L’étude d’impact porte sur le projet de mise à 2x3 voies de l’A63, aux normes autoroutières, entre Salles (Gironde) et Saint-Geours-de-Maremne (Landes). Le présent résumé vise à retranscrire de manière simple et synthétique les principales informations contenues au sein de l’étude d’impact. Il a pour objectif d’aider le public à bien appréhender, d’une part, les enjeux pris en considération pour la définition du projet, et d’autre part, les différents impacts à attendre d’un tel projet, autant pour l’environnement que pour le cadre de vie des riverains. Nota : le décret du 12 janvier 1998 a classé la RN10, entre l’A63 au Nord de l’échaneur de Belin-Beliet et l’A63 au Sud de l’échaneur de Saint-Geours-de-Maremne, dans la catégorie des autoroutes. Bien u’aant le statut autoroutier, cette section est usuellement toujours désignée RN10. Par convention, l’appellation «A63 »a été retenue dans lerésent dossierour désiner l’ensemble de la section du corridor Atlantique entre Bordeaux et la frontière espagnole, y compris l’ex-RN10.fKOKbí~íáåáíáfKOKNKiÛÉåîáêçååÉãÉåí éÜóëáèìÉ L’ensemble des territoires traversés par l’A63 bénéficie d’un climat océanique tempéré. Le relief est très plat. Les quelques variations topographiques rencontrées sont liées, pour les points hauts, à la présence de dunes de sables, et pour les points bas, aux lits des cours d’eau composant le réseau hydrographique. Les formations géologiques rencontrées varient peu d’un point à l’autre de l’itinéraire. La formation dite «du Sable des Landes» (sables grossiers d’origine éolienne) constitue la couche supérieure et couvre de façon continue l’ensemble des territoires traversés actuellement par l’A63. D’un point de vue hydrogéologique, le projet se situe au sein du bassin « Adour-Garonne ». Les nappes phréatiques qui composent le bassin «Adour-Garonne »sont très perméables. Elles sont alimentées par les pluies qui s’infiltrent dans le sol et par les rivières. Ces nappes sont très sensibles aux pollutions véhiculées par les rivières et les eaux de ruissellement provenant principalement des routes et des champs environnants. L’étude hydrologique met en exergue la présence de nombreux forages d’eau. Ils sont utilisés soit pour l’alimentation en eau potable dans les secteurs d’habitats non desservis par les réseaux d’eau collectifs, soit pour d’autres usages tels que l’agriculture (irrigation) ou la défense incendie. Certains de ces captages bénéficient de périmètres de protection qui réglementent l’occupation et l’usage des sols qui les entourent. Le territoire traversé présente en outre de nombreux petits ruisseaux, fossés agricoles et petites rivières. D’une manière générale, ces écoulement dits «superficiels »s’écoulent d’Est en Ouest pour rejoindre la façade atlantique et alimenter (pour certains) les étangs du littoral landais: étang de Biscarosse, étang d’Aureilhan, lac de Léon et lac de Soustons. La Leyre, plus important cours d’eau
franchi par l’infrastructure actuelle, a une direction toute particulière puisqu’elle s’écoule dans un sens Sud-Nord, plus ou moins parallèle à l’A63, pour rejoindre le bassin d’Arcachon. Globalement, la qualité des eaux des cours d’eau rencontrés est bonne. Ils accueillent pour la plupart une faune et une flore riche et diversifiée. Ainsi, l’enjeu physique majeur à retenir dans le cadre du projet est la préservation de la qualité de l’eau : -pour la conservation des espèces présentes, -pour la préservation de la ressource en eau dans la mesure où les usages liés à l’eau sont nombreux: captages d’eau potable pour l’alimentation humaine, pisciculture, pêche et autres activités sportives et de loisirs présentes notamment sur les étangs du littoral landais. fKOKOKiÛÉåîáêçååÉãÉåí å~íìêÉä L’occupation du sol est caractérisée, dans une grande majorité, par la plantation de pin maritime et la culture de maïs. Les zones agricoles sont disséminées le long de l’axe routier, représentant parfois des surfaces considérables d’un seul tenant (plusieurs dizaines d’hectares). En outre, les principales zones à enjeux, sur le plan écologique, sont les cours d’eau et leurs zones humides associées. Le long de l’itinéraire, 9 bassins versants sont concernés. Un important réseau de crastes, ruisseaux et rivières est déjà franchi par l’A63. La grande majorité du réseau hydrographique est interceptée en tête de bassin. Les principaux cours d’eau à enjeux écologiques sont, dans un axe Nord-Sud, La Leyre, le ruisseau de Lilaire, le ruisseau du Parc Naou, le ruisseau d’Escource, le ruisseau d’Hossegor, le ruisseau des Forges et le ruisseau de Magescq. * Il est noté par ailleurs que 5 sites Natura 2000sont concernés par le projet. Il s’agit : de la vallée de la grande et la petite Leyre, des zones humides de l’arrière dune du pays de Born, des zones humides de l’ancien étang de Lit et Mixe, des zones humides de l’étang de Léon, des zones humides de l’arrière dune du Marensin. A proximité immédiate de l’infrastructure actuelle, le nombre de stations d’intérêt du point de vue écologique est relativement limité. Certaines stations se démarquent nettement de par la présence d’espèces rares et la diversité des espèces présentes. Ainsi, la partie Nord de la zone d’étude relative au bassin versant de la vallée de la Leyre concentre davantage de stations d’intérêts que le reste de l’itinéraire. On y relève notamment la vallée de la Leyre, quelques landes humides, des lagunes et étangs (anciennes carrières). ** Les airiauxsont souvent occupés par le cortège d’insectes et de chauves-souris. Les cours d’eau sont bien conservés en amont et aval de l’A63 et constituent des corridors d’une grande importance pour les échanges entre les populations lorsqu’ils sont possibles. Le Vison d’Europe, espèce de mammifère rare et menacée et qui donc revêt un intérêt patrimonial très fort, occupe potentiellement * Natura 2000est un ensemble de sites naturels, à travers toute l'Europe, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales et de leurs habitats.** Airial : habitation traditionnelle isolée au sein de la forêt landaise
R
l’ensemble du réseau hydrographique concerné par le projet. La connexion des populations de visons entre les bassins versants situés de part et d’autre de l’A63 constitue un enjeu majeur dans le cadre du présent projet. Enfin, trois espèces de « grande faune sauvage » sont omniprésents au sein des massifs boisés traversés par le projet: le Cerf, le Chevreuil et le Sanglier. Actuellement, l’A63 n’est pas équipée de clôture. Ainsi, le franchissement de la voie par ces animaux est constaté. Une telle situation est problématique dans la mesure où elle est source d’accidents de la route et qu’elle n’offre pas de bonne solution de franchissement de l’A63 pour ces animaux. fKOKPKiÛÉåîáêçååÉãÉåí Üìã~áå L’analyse de l’état initial de l’environnement humain du territoire traversé fait apparaître un dynamisme économique local principalement lié à la sylviculture et au tourisme. Aussi, la desserte rapide des zones d’activités situées de part et d’autre de l’A63 attire notamment l’implantation d’entreprises de logistique. L’aménagement projeté de l’A63 entre Salles et Saint-Geours-de-Maremne devra tenir compte des aspects suivants : -la présence de zones d’habitats situées à proximité directe de l’infrastructure actuelle, à protéger dans le respect de la réglementation en vigueur ; -la présence de zones d’activités économiques dont l’implantation et le dynamisme sont étroitement liés à l’A63. ; -la présence de réseaux (télécommunication, électricité, gaz, …) dont les plus importants sont soumis à des servitudes inscrites aux documents d’urbanisme. Les travaux de mise aux normes autoroutières à 2x2 voies de l’A63 lancés en 1998 ont permis d’améliorer la sécurité et les échanges locaux sur l’ensemble de l’itinéraire. Le trafic sur l’A63 est en forte augmentation (+8 % en moyenne chaque année). Les simulations réalisées par l’Etat prévoient un trafic de l’ordre de 44 000 véhicules par jour à l’horizon 2025, soit un trafic en hausse de l’ordre de 60% environ par rapport à la situation actuelle. En l’absence d’aménagement à l’horizon 2025, la charge de trafic deviendrait très importante pour l’infrastructure actuelle à 2x2 voies, ce qui aurait notamment pour conséquence une forte diminution de la vitesse moyenne des véhicules légers et des poids lourds. Une étude spécifique sur les conditions de stationnement le long de l’itinéraire identifie le déficit important de places de stationnement sur l’itinéraire. Une telle situation porte aujourd’hui préjudice aux chauffeurs de poids lourds dans la mesure où nombre d’entre eux stationnent de manière illégale et dangereuse sur des zones non prévues à cet effet (bande d’arrêt d’urgence, …), afin de respecter leurs temps de conduite. Cette situation engendre également un problème de sécurité pour les autres usagers de la route, du fait de la présence de véhicules en stationnement au bord de la voie. En matière de bruit, il est noté actuellement l’absence de protection acoustique le long de l’itinéraire et ce malgré la présence de quelques zones d’habitats à proximité du tracé, à Labouheyre notamment. Le présent projet de mise à 2x3 voies aux normes autoroutières de l’A63 est considéré dans le cadre de la présente étude d’impact comme une modification significative de l’infrastructure existante. Ainsi, le projet intégrera la mise en place de protections acoustiques conformément à la réglementation en vigueur. La qualité de l’air est bonne sur l’ensemble de l’itinéraire. Les conditions climatiques locales, grâce aux vents dominants de secteur Ouest notamment, sont favorables à la dispersion et donc à cette bonne qualité de l’air.
fKOKQKiÉ é~íêáãçáåÉ Éí äÉ é~óë~ÖÉ En matière de patrimoine bâti et naturel, il est noté que plusieurs sites inscrits et monuments historiques bordent actuellement l’A63 ; les plus proches de l’infrastructure actuelle étant : la Chapelle du Muret et son Airial (site inscrit) ; le Château du Souquet et ses abords (site inscrit) ; les étangs landais Nord (site inscrit) ; l’église de Magescq (Monument Historique). En matière de paysage, les territoires traversés par l’A63 sont fortement marqués au premier abord par les monocultures de pins maritime et de maïs qui confèrent à l’ensemble de l’itinéraire une monotonie apparente. Derrière cette monotonie apparente se cache en réalité une grande diversité paysagère, peu perceptible depuis l’autoroute. Ce sont les villages, les airiaux et les espaces naturels (cours d’eau, zones humides, …). Actuellement, l’infrastrucutre A63 ne bénéficie pas d’aménagement paysager permettant de valoriser ces paysages caractéristiques de l’histoire et de la géographie des Landes. Il s’agira donc, à travers le présent projet de mise à 2x3 voies de l’A63 aux normes autoroutières, d’intégrer la mise en place d’aménagements spécifiques permettant de revaloriser la perception des territoires traversés, qu’ils soient naturels ou occupés par l’Homme. Par ailleurs, en matière de sécurité routière, il est tout à fait intéressant de noter que la perception du paysage joue un rôle important sur la vigilence des autmobilistes. Ainsi actuellement, la monotonie paysagère apparente, le long de l’itinéraire A63, a pour effet néfaste d’accentuer chez l’automobiliste : -une somnolence progressive liée à un manque de stimulation visuelle ; -une vigilance amoindrie et une diminution des reflexes ; -une perte de repère et d’orientation sur le parcours (difficulté à se situer géographiquement). Face à cette problématique, il est prévu que la conception des futurs aménagements paysagers participe à l’amélioration des conditions de sécurité routière sur l’ensemble de l’itinéraire.
S
fKPK¨ëÉåí~íáçå ÇìéêçàÉíLe parti général d’aménagement retenu consiste à élargir de façon progressive l’A63 à 2x3 voies aux normes autoroutières entre Salles (Gironde) et Saint-Geours-de-Maremne (Landes). Cet itinéraire se développe sur une longueur totale de 102 km, dont 88,5 km se situent dans le département des Landes et 13,5 km dans le département de la Gironde. Excepté sur les sections de Labouheyre et de Castets, cet élargissement à 2x3 voies aux normes autoroutières s’établira par l’intérieur du terre plein central. Le parti général d’aménagement présente les avantages suivants : -conservation des travaux réalisés jusqu’à aujourd’hui sur tout l’itinéraire ; -limitation de la nécessité de recourir à de nouvelles emprises ; -maintien de deux files de circulation par sens pendant la phase chantier. Sur les deux cas particuliers de l’itinéraire que sont les sections de Labouheyre et de Castets, il est prévu : sur Labouheyre, une rectification de deux virages, en tracé neuf, situés au Nord de la ville, plus un élargissement par l’extérieur sur le reste de la section traversant la zone agglomérée de la commune ; sur Castets, un élargissement exclusivement par l’extérieur sur l’ensemble de la section. Chacune de ces spécificités nécessite de modifier significativement la plate forme actuelle de l’A63, conduisant à acquérir de nouvelles emprises foncières (qui seront moins marquées dans le cas de Castets).
fKQKbÑÑÉíëÇìéêçàÉíëìêäÉíÉêêáíçáêÉíêÉêë¨fKQKNKiÛÉåîáêçååÉãÉåí éÜóëáèìÉ Le projet A63 n’est pas de nature à modifier significativement les conditions climatologiques locales, ni même les caractéristiques géologiques et hydrogéologiques générales des sols. Dans sa configuration actuelle, l’infrastructure A63 ne dispose pas de dispositif d’assainissement approprié. En raison du risque sanitaire et écologique qu’une telle situation représente, le présent projet intégre la mise en place de mesures d’assainissement spécifiques visant à améliorer la qualité physico-chimiques des rejets d’eaux issus de l’infrastructure. Cela consistera principalement à : rétablir tous les écoulements interceptés ; polluées »ne pas mélanger les eaux «de la plate-forme autoroutière et les eaux des bassins versants interceptés ; recueillir et traiter les eaux de la plate-forme autoroutière avant rejet afin de préserver la qualité biologique et physico-chimique des milieux récepteurs. Ces mesures concernent essentiellement : la mise en place de fossés enherbés ou étanches (dans les zones sensibles) ; la réalisation de bassins de traitement ; la mise en place d’ouvrages hydrauliques dimensionnés pour minimiser l’exhaussement et l’augmentation des vitesses d’écoulement. La quantité et la qualité des rejets seront conformes aux objectifs de qualité définis pour les cours d'eau et chaque rejet fera l'objet d'une procédure de déclaration ou de demande d'autorisation, conformément à la réglementation sur l’eau et les milieux aquatiques (ex-Loi sur l’eau du 3 janvier 1992). fKQKOKiÛÉåîáêçååÉãÉåí å~íìêÉä L’A63 traverse les noyaux de populations les plus importants du Vison d’Europe à l’échelle de la France. Actuellement, cette infrastructure constitue une barrière quasiment infranchissable durant une bonne partie de l’année pour cette espèce, limitant ainsi l’accès à d’autres bassins versants, des habitats préférentiels et les échanges entre populations. Le présent projet est l’occasion de restaurer la transparence des ouvrages qui constituent des enjeux pour le Vison. Ainsi, le projet d’élargissement de l’A63 à 2x3 voies intégrera la mise en place de dispositifs de franchissement spécifiques visant à faciliter les déplacements de cette espèce au sein des ouvrages hydrauliques sous chaussée, de manière à participer directement à leur conservation sur le territoire de la zone d’étude et voir même à terme leur expansion.
T
Outre le Vison d’Europe, l’enjeu se concentre sur la bonne prise en compte des zones naturelles sensibles identifiées aux abords de l’infrastructure. En effet, de nombreux milieux naturels et espèces à fort intérêt patrimonial ont été relevés de part et d’autre de l’axe routier. L’enjeu porte sur une attention particulière par le respect des prescriptions édictées lors de la mise en place du chantier. Après réalisation des mesures d’atténuation, les effets résiduels du projet, au niveau stationnel, des sites Natura 2000 concernés et à l’échelle de l’ensemble des stations (effet cumulé), n’engendreront pas d’impacts majeurs sur l’état de conservation des habitats naturels et des espèces d’intérêt patrimonial, ni sur la fonctionnalité des milieux (transparence aux déplacements) concernés par le projet, à cours, moyen et long terme. Au contraire, pour le Vison, si tous les aménagements proposés sont réalisés, les échanges entre populations seront restaurés entre bassins versants. fKQKPKiÛÉåîáêçååÉãÉåí Üìã~áå Les impacts couramment imputables à l’aménagement d’une telle infrastructure routière sont : la création de barrières physiques sur le réseau de voirie local ; la coupure de réseaux (télécommunication, électrique, …) ; la modification des habitudes dans la pratique de l’espace pour la vie courante de l’individu ou de ses proches ; la modification de l’environnement sonore ; la création de relations visuelles avec l’infrastructure. Dans le cas présent, le projet de mise à 2x3 voies de l’A63 s’inscrit dans un aménagement continu de l’axe qui a débuté dans les années 1960. Il consiste principalement en un aménagement sur place, par un élargissement sur le terre plein central. Ainsi, le projet n’induira en lui-même que peu d’impacts sur l’environnement humain. En effet, les emprises seront modérées et les coupures de nouvelles infrastructures ou de réseaux pratiquement nulles. Les mesures proposées consistent plus à améliorer le fonctionnement actuel de l’A63 et le cadre de vie des riverains par des mesures adaptées. Ainsi, il semble intéressant de retenir tout particulièrement que le projet permettra : de dynamiser le développement économique et touristique de la région Aquitaine en offrant de meilleures conditions de circulation aux usagers de la route ; d’opérer la mise en place de protections acoustiques dimensionnées sur la base des prévisions de trafics à long terme ; améliorer les services offerts à l’usager grâce notamment au réaménagement et/ou la création d’aires de services, de repos ou de centre routier, pour atteindre l’objectif total de 1 200 places de stationnement affectées aux poids lourds sur l’itinéraire.
fKQKQKiÉ é~íêáãçáåÉ Éí äÉ é~óë~ÖÉ Le projet de mise à 2x3 voies de l’A63 intègre l’aménagement d’espaces paysagers tout le long de l’itinéraire. Ces aménagements paysagers permettront, d’une part, de valoriser des éléments identitaires du paysage local actuellement mals perçus (villages, cours d’eau, zones humides, …) et, d’autre part, d’influer positivement sur le maintien de la vigilance des usagers (séquences payagères rythmées, aménagements ponctuels, …). Il est à noter que la mise en place des protections acoustiques, aujourd’hui inexistantes, représente un enjeu tout particulier dans le cadre du présent projet, notamment sur la commune de Labouheyre. C’est pourquoi, la conception des merlons et des écrans acoustiques fera l’objet de mesures d’intégration architecturale et paysagère particulièrement soignées, de manière à promouvoir le cadre de vie et l’esthétique naturelle et urbaine des territoires traversés.
U
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.