le monde des idées

De
Publié par

Chronique hebdomadaire scientifique le monde des idées Par hanafi Ben Chikh Chères auditeurs et auditrices Dans toutes les traditions du monde lorsque quelqu’un cherche après un autre, le maitre de la maison va dire à un membre de la famille « regarde ce qu’il veut » Il y va avec un questionnement et raisonnement dans la tètes a la rencontre du visiteur, la parole se développe facilement entre eux. Le but fait précéder les connaissances comme chaque chose a une cause elle a également une solution. En vérité si j’additionne tous les mots écrits si dessus « traditions, maitre, cause, raison, but, solution …etc. » Je vais être égale à quoi ? Je veux dire quelle intelligence vais-je utiliser pour mes premiers pas en vers vous ? Celle ou moi je suis le maitre, vous les élèves ?ou bien celle ou vous vous êtes fautifs et moi je suis juste ? Je n’accepte aucun de ces arrêts .je souhaite partager avec vous cette réalité universelle de –il n’y a rien pour rien chacun va faire des efforts pour protéger les intérêts des autres exactement comme les siens. Si nous empruntons ce chemin d’existence nos erreurs, nos énervement les uns vers les autres deviendront miel. L’homme réfléchie et imagine en homme civiliser. Il y a 7 sciences civilisation elles. Science politique, sociologique, économique, psychologique, philosophique, historique et naturels. La science psychologique est l’équilibre des sciences civilisation elles.
Publié le : lundi 29 septembre 2014
Lecture(s) : 625
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Chronique hebdomadaire scientifique le monde des idées
Chères auditeurs et auditrices
Par hanafi Ben Chikh
Dans toutes les traditions du monde lorsque quelqu’un cherche après un autre, le maitre de la maison va dire à un membre de la famille « regarde ce qu’il veut »
Il y va avec un questionnement et raisonnement dans la tètes a la rencontre du visiteur, la parole se développe facilement entre eux.
Le but fait précéder les connaissances comme chaque chose a une cause elle a également une solution.
 En vérité si j’additionne tous les mots écrits si dessus « traditions, maitre, cause, raison, but, solution …etc. »
Je vais être égale à quoi ? Je veux dire quelle intelligence vais-je utiliser pour mes premiers pas en vers vous ? Celle ou moi je suis le maitre, vous les élèves ?ou bien celle ou vous vous êtes fautifs et moi je suis juste ?
Je n’accepte aucun de ces arrêts .je souhaite partager avec vous cette réalité universelle de –il n’y a rien pour rien chacun va faire des efforts pour protéger les intérêts des autres exactement comme les siens.
Si nous empruntons ce chemin d’existence nos erreurs, nos énervement les uns vers les autres deviendront miel.
L’homme réfléchie et imagine en homme civiliser.
Il y a 7 sciences civilisation elles.
Science politique, sociologique, économique, psychologique, philosophique, historique et naturels.
La science psychologique est l’équilibre des sciences civilisation elles.
Je souhaite créer une rubrique science intitulée le « monde des idées ». Dans cette rubrique j’écrirai sur cinq sciences qui ont leur prix et valeur à chaque époque de la vie.
Les sciences politiques, sociologiques, économiques, psychologiques et philosophiques
J’ai cinq principes que je peux vous garantir dans ce travail.
1) Assurer la publication de ces chroniques toute l’année sans interruption à raison d’une chronique scientifique par semaine (hebdomadaire).
2) conserver le style, la qualité, la profondeur de la recherche et de l’analyse.
3) à chaque fois, je viendrais avec de nouvelle pensée dans mes chroniques.
4) crée un enchaînement dans les idées, et même s’il faut l’inventer, parce que c’est la première condition qui permet de réussir tout au long du travail.
5) Et j’ouvre la parole à toutes personnes qui veulent nous suivre et intervenir.
« Le savant doit ordonner ; on fait la science avec des faits comme une maison avec des pierres, mais une accumulation de faits n’est pas plus une science qu’un tas de pierres n’est une maison. »
Henri Poincaré : le savant et l’hypothèse.
Science politique :
 H b
 Pour cette première, je propose un thème politique. Qu’est que c’est que ce mot qui est pensé dans toutes les têtes vivantes, parler par toutes les lèvres et langues des humains du monde. Les paroles se retrouvent dans les cœurs comme la nourriture se répand dans l’estomac. A chaque époque dans la vie, le pouvoir des Rois, des présidents, des pervers, des commandants, des dictateurs, des Tirants, leur permettent de tuer, d’égorger, d’emprisonner, de semer la haine, d’affamer, de répandre les pleurs.
 Mais aucun d’eux n’a réussi à retirer la petite expression « la politique » et ce dans l’existence de l’être humain. Comme la nourriture qui ne peut pas disparaitre sur terre, c’est plutôt l’homme qui va quitter la vie. Aujourd’hui, si tu demandes à plusieurs peuples dans notre univers. « Qu’est-ce que c’est la politique ?» Tu trouveras que plus de trois quart des habitants ont la même réponse, et ça malgré la différence de l’idéologie, de croyances,…etc. Pour la majorité des peuples, la politique, c’est un mensonge, un péché, une perversion, c’est aussi, la trahison, la colonisation, les guerres…etc. Ce qui mène à dire que cette profession et ce qui la font sont considérés sales. Passant aux étudiants et savants politiques dans les écoles et universités « politiques » : Voilà quelques exemples sur ce qui a été dit et écrit sur ce sujet :
-Qui concerne les affaires de l’état et son gouvernement.
- Le pouvoir politique.
-En rapport avec l’organisation et le fonctionnement de l’état.
- Les sciences politiques.
-Qui concerne un état ou les rapports entre états.
-Une frontière politique aux tracés arbitraires.
-Qui fait preuve d’habilité et de calcul « soutenu ».
- Des propos à la prudence toute politique.
-Propre à une société organisée (soutenu).
- Manière de mener un domaine des affaires de l’état
 Dans différents dictionnaires, on trouve les définitions du concept politique très semblable entre elles, dont je cite quelques exemples.
-Dictionnaire Français : Politique : science et art de gouverner un état .Ensemble des affaires d’un état, manière de les conduire. Politique extérieur.
-d’agir. Stratégie.Fig. Manière prudente, habile
- Dictionnaire Anglais : Politic : adj., formel sensible and likely to gain You and advantage.
-Dictionnaire Arabe :ﺢﻟﺎﺼﻟﺍﺢﻴﺤﺼﻟﺍﻖﻳﺮﻄﻟﺍﻰﻟﺍﻢﻫﺩﺎﺷﺭﺍﺱﺎﻨﻟﺍﺮﻣﺍﻲﻟﻮﺗﺔﺳﺎﻴﺴﻟﺍ
 - Dictionnaire Perse :ﺩﻮﺸﻛﺔﻴﺟﺭﺎﺧﺔﻴﻠﺧﺍﺪﻟﺍﺭﻮﻣﺍﺔﺒﻗﺍﺮﻣﺔﻜﻠﻤﻣﺭﻮﻣﺍﻥﺩﺮﺴﻛﻩﺭﺍﺩﺍﺔﺳﺎﻴﺴﻟﺍ
 Un président d’un état important a dit « la seule erreur que j’ai faite c’est de donner la liberté à un peuple qui ne savait pas l’utiliser ». Après avoir réfléchi et écrit tout
cela, la première chose qui passe dans ma tête, c’est la question suivante .Est ce que la politique est une science ? Si elle est une, Quelle est l’étymologie des sciences politique ? Car il n’existe pas une science sans étymologie. Je pense que vous serez d’accord avec moi, si je vous dis que : « toute chose a un équilibre, et toute chose est composée d’éléments ».Pour chaque thème nous devons proposer nos idées et pensées, à propos de ce sujet qui concerne « la politique » la réponse de la chronique « le monde des idées » est la suivante :
« Qu’est-ce que politique ? » « Politik » est un mot grec qui signifie « ville »
Apres de longue recherche et analyse je conclue l’étymologie des sciences politique est :
Toute chose crée, elle a un début.
-ordre
-commandement
-organisation
I-Science sociologique.
Toute chose quand tu lui enlève son commencement elle devienne lourde et embrouillée.
Qu’arrive-t-il dans un cas pareil ?
On peut dire lorsque les savants cherchent à découvrir la manière dont la réalité sociale et les phénomènes sociaux sont construits tombent dans une mauvaise science. Comment par exemple. « Chercher à démontrer trop à partir de trop peu. »
« Guillaume D’occan énonça qu’il faut toujours préférer la manière la plus simple d’expliquer un phénomène si on a le choix entre plusieurs possibilités validées .Lui-même ne dit rien sur la véracité intrinsèque d’un tel énoncé, mais souvent la manière la plus simple d’expliquer parfaitement un phénomène s’est révélé être finalement plus exacte que les propositions plus « complexés »les progrès des science et leurs application semble et donc prouver qu’un discours scientifiquement fondé peu permettre d’intervenir sur le monde et de répondre aux problèmes que le siècle pose.
La sociologie est’ ce une science ? si elle est une, quelle est l’étymologie des sciences sociologiques. Il n’existe pas de science sans étymologie, car toutes chose est composé d’éléments et toute choses a un équilibre.
Je vais citer quelque réflexion des grands penseurs de cette science.
Les questionnements des sociologues sans cependant très variable selon les pays.
« Le sociologue est avant tout un être humain avec entre autre des sensations, des compressions, et des opinions. La sociologie n’est pas faite d’un ensemble structuré au tours des mêmes fondements et dans lequel tous les auteurs partageaient les mêmes conceptions de ce qui est scientifique et de ce qui ne le serais pas , de ce qu’il faut attendre de la science , du rapport a la modernité , les auteurs , les écoles, et les courants choisissent tels critères ou tels autre (structurelles , fonctionnels , conventionnelles, etc. ) telle accroche au réel plutôt que tel autre.
« Interactionnisme, institutionnalisme, regulationisme, actionnisme, plan méthodologique et métaphasique ou ils déplorent leurs projets politiques et scientifiques on sédimentait des traditions (manifeste on oublie par l’histoire de la discipline) et des conceptions des rapports sociaux diverge et pas forcément solidaire, voir peu enclin à discuter entre elles. En conséquences les modalisations de cette « science » elle-même différentes dans le temps, tendent à faire aussi bien la place relative des différentes programmatiques que les ambitions de la sociologie »
Selon François Dubet « la dispersion est devenue la règle et la combinaison des modèles remplace l’ancienne unité dans ce cas la crise d’une sociologie et aussi la crise de la sociologie en tant que type de pensée sociale de la « modernité »et de modèle global autre-suffisant ayant été le projet même de la sociologie.
Durkheim tient à concilier les acquis des révolutions, et d’abord l’autonomie individuelles, avec un ordre social stable .dans la préface a son premier ouvrage de la division du travail social .il a affirmé en effet « quant à la question qui a été à l’origine de ce travaille, si celle des rapports de la personnalité individuel et de la solidarité social. Comment se fait -il que, tout en devenant plus autonomes, l’individu dépend plus étroitement de la société ?...
Comment peut ‘il être à la fois plus personnel, et plus solidaire ? … car il est incontestable que les deux mouvements, si contradictoire qu’ils paraissent, se poursuivent parallèlement »
Si les sociétés peuvent concilier ordre et liberté répond Durkheim, c’est grâce à la division du travail. Celle si doit en effet permettre de passer d’une solidarité mécanique fondé sur la similitude, au développement d’une solidarité organique, c’est-à-dire résultant de l’interdépendance qui existe entre des individus aux activités différentes mais ayant besoin les uns des autres pour vivre.
Pour weber, le but de la sociologie et de « (…) comprendre par interprétation l’activité social est
Par-là d’expliquer causalement son déroulement et ses effets. Nous entendons par « activités » un comportement humain (…) quand et pour autant que l’agent ou les agents lui communiquent un sens subjectif .et par activité « sociale »l’activité qui d’après son sens viser par l’agent ou les agents se rapportent aux comportements d’autrui, par apport au quelle s’oriente son déroulement. »
Voici l’étymologie de la science sociologique qui est en réalité rien d’autre que celle qui est humaine.
1) je vais conduire ma maison comme je veux.
2) mais pas comme ils veulent.
1) je vais faire ma fête comme je veux.
2) mais pas comme ils veulent.
1) je vais m’habiller comme je veux.
2) mais pas comme ils veulent.
1) je vais croire comme je veux.
2) mais pas comme ils veulent.
1) je vais manger comme je veux.
2) mais pas comme ils veulent.
I-Science économique
« Origine de notion économique est un mot grec qui apparait comme titre de deux traités, l’un de Xénophon, l’autre D’Aristote dont l’objet est la connaissance et la formulation des lois « Nomos »
Permettant d’optimiser l’utilisation des biens d’une maison (« Oikos ») considéré comme unité collective de production d’une famille élargie ou d’un clair.
Aujourd’hui nous allons aborder un sujet important dans la vie qui concerne grand et petit, malade ou en bonne santé, instruit ou ignorant, jeune ou vieux. Il s’agit de l’économie.
Est-ce que l’économie est une science ? si elle est une, quelle est l’étymologie des science économique ?car, il n’existe pas une science sans étymologie, parce que toute chose a un équilibre, et toute chose est composée d’éléments.
Je vais emprunter quelques citations aux chercheurs en économie, en suite on donnera notre avis que j’espère sera comme un robinet d’eau devant vous et quand vous aurez soif il suffit de l’ouvrir.
« Selon l’économiste et politique Raymond Barre la science économique est la science de l’administration des ressources rares .Elle étudie les formes que prend le comportement
humain dans l’aménagement de ses ressources, elle analyse et explique les modalités selon lesquelles un individu affecte des moyens limités à la satisfaction de besoins nombreux et illimités. Le rôle des économistes est d’une part d’analyser comment la société humaine produit ses richesses et les réparti, et d’autre part de proposer des explications et des possibilités d’amélioration à certains dysfonctionnement économique et sociaux. »
« Ace titre la responsabilité des économistes fait question, si leur propositions sont si importantes pour la société, doivent-ils être tenus pour responsables en cas d’échec ?... »
« Hayek l’exprima en écrivant qu’un économiste qui n’est qu’économiste devient nuisible et peut constituer un véritable danger »
L’économie est-elle une science ? La question du statut scientifique de l’économie est problématique et conduit certains auteurs à remettre en cause la scientificité de l’économie.
« Selon Karl Popper : le développement de l’économie réelle n’a rien avoir avec la science économique .Bien qu’on les enseigne comme s’il s’agissait de mathématique, les théories économiques n’ont jamais eu la moindre utilité pratique.
Ainsi d’après Claude Mouchot : « l’économie ne sera jamais « science normale »au sens de T.S.Kuhn ; l’unification des théories économiques ne se réalisera jamais, au mois dans une société démocratique, il faut abandonner la référence à la physique et déterminer à nouveau frais le statut épistémologique de notre discipline ».
Cherchant à rendre compte du mouvement des sciences au xx siècle ,l’historien Eric Hobsbawm avance bien qu’elle soit soumise à des impératif de cohérence et de logique, la science économique a été une forme de théologie florissante………On a aucune peine à montrer ce que les écoles de pensée et les caprices de la mode en économie doivent à l’air du temps et au débat idéologique .L’important de l’épistémologie pour l’économie, comme pour toute discipline qui se veut scientifique ,n’est pas à démontrer.
Ainsi pour Jacques Sapin : la question de théorie de la connaissance sous-jacente à l’approche économique devient cruciale.
_L’économie politique ou économique [……..] elle est donc d’un côté, une étude de la richesse, de l’autre et c’est le plus important ‘elle est une partie de l’étude de l’homme………
Depuis la nuit des temps l’être humain a toujours demandé supplier Dieu, pour protéger sa nourriture et l’aider à être heureux, joyeux, dans la dignité et la paix.
Quand une personne demande service à son semblable, je veux dire par là, exercer un emploi est ce pour répondre à ses besoins économiques. Que fait l’employeur, et subit l’employé dans le cadre du travail et qu’est ce qui se passe .tout le temps devant les yeux de tout le monde.
Dans un ensemble d’activité ‘une collectivité humaine, relative à la production, distribution, et à la consommation des richesses, etc.
Tout ce qui dégrade l’individu, il se fait avec force, comme s’il est reconnu par la loi, pour une poignée d’argent la personne subit l’humiliation, déshonneur, prostitution, chantage, menace, mort, souffrance et persécution etc. Allez-y maintenant de qu’elle manière vous pouvez bouffer, alors que lorsqu’on se prosterne à Dieu c’est l’apaisement.
Ceci à amener l’homme à créer et l’égaliser ce proverbe. »L’argent ne fait pas le bonheur ».
Alors que l’argent c’est l’élément moteur de la vie.
Pour moi c’est ça l’étymologie des sciences économiques.
I-Science psychologique
La psychologie est-ce une science ?
Premièrement à propos de la psychologie, l’encyclopédie libre a dit :
La psychologie (du Grec psukhè) âme, et logos, parole) désigne l’étude scientifique des faits psychique la connaissance empirique ou intuitive des sentiments, des idées, des comportements d’autrui et des sieurs, l’ensemble des manières de penser, de sentir, d’agir qui caractérise une personne, un animal, un groupe ou un personnage.
Divisée en de nombreuses branches d’étude, ses disciplines abordent le domaine aussi bien au plan théorique que pratique, avec des applications thérapeutiques sociales, et parfois politiques ou théologique.
La psychologie a pour objectif l’investigation du psychisme en thermes de structure et de fonctionnement.
Elle s’attache donc à décrire, évaluer et expliquer les processus mentaux dans leurs ensembles. En prenant en compte les manifestations de la subjectivité : d’après l’article de Wikipedia l’encyclopédie libre. Etymologiquement la psychologie est l’étude (logos) de l’âme
ou psyché (psukhé) du comportement humain et des faits psychiques. En son sens grec, cette étude porte sur les fonctions végétatives (psychophysiologie) sensitives (perceptions, motivations, motricités), intellectives (psychologie cognitive), (CF Aristote, Péri-Psukhé). Mais la psychologie, n’est pas seulement une étude des fonctions de l’esprit elle est aussi une approche casuistique de la subjectivité une investigation d’une vérité au sein de l’individualité et de la personnalité d’un sujet. L’esprit n’est pas seulement un lieu de combinaison ou de liaison, il nous définit en tant que être capable de se penser lui-même face au monde, et cela dans un rapport matériel ou grâce à l’abstraction (on voie déjà une distinction avec l’animal).
L’objet d’étude de la psychologie est un débat non clos depuis des siècles. En effet selon les auteurs, la psychologie s’est trouvée centrée sur des objets très différents, sans qu’il soit encore possible aujourd’hui de décider quelle est la théorie unitaire qui serait largement acceptée. Ainsi les approches sur cette question extrêmement complexes se partagent-elles traditionnellement entre celles qui considèrent que l’objet de la psychologie est le comportement et sa genèse, les processus de la pensé, les émotions et le caractère ou encore la personnalité et les relations humaines, etc.
La psychologie est ce une science ?
Si elle est une, quel est l’étymologie des sciences psychologiques ? Il n’existe pas de science sans étymologie, car toute chose est composée d’éléments et toute chose a un équilibre.
Je ne suis pas arrivé à donner ma pensé sur l’étymologie des sciences psychologiques comme je l’ai démontré sur les autres sciences mais, j’ai trouvé le mal d’une maladie qui a un rapport avec la psychologie, cela peut nous faire arriver un jour à ce que nous cherchons à savoir l’étymologie des sciences psychologiques.
Ce mal mental qui s’agit de la névrose et l’angoisse.
Qu’est ce que c’est la névrose et l’angoisse ?
La névrose et l’angoisse c’est quelqu’un qui s’imagine être là ou il n-ya rien.
1-Science philosophique
La philosophie est ce une science ?
Qu’elle bien fait l’individu peut-il tirer de cette science, si elle est une ?
Peut-elle un jour nous faire jouir et ça exactement comme une personne s’extase de la science, de la médecine ?
Prenons deux exemples parmi des centaines, vous avez mal à la tète, vous êtes embrouillez, vous prenez alors un seul cachet doliprane ou asprot, vous serez libérez des maux, soulagé, et apaisé.
Passons au deuxième exemple, vous avez des douleurs d’estomac un seul sachet phosphalugele ou smecta suffit pour que votre âme vous revient.
Nous allons passer aux pensées de quelques grands philosophes, ensuite vous verrez notre opinion.
Seyyed Mortezà Karamouzi, a dit : Dans la civilisation, qu’elle est la place de la science ? (3ilm) par rapport à la philosophie, et quels sont leurs liens essentiels et historiques ?
Dans la Grèce antique le terme « philosophie » englobait toutes les connaissances et science théoriques et pratiques .La philosophie était la pratique générale.
La philosophie parle de L’être ou du ne pas être des étant (les objets) et étudie les principes absolus de l’être ; elle ne vise pas les principes et les effets qui concernes un ou plusieurs objets particuliers tout le contraire des sciences qui traitent toujours d’un ou plusieurs objets et cherche à leur trouver des principes et des effets. Le discours des sciences ne s’occupe pas de l’être ou du ne pas ne pas être des objets. Certes cet idéal de sagesse était défini et compris différemment par chaque philosophe aux différentes époques. Platon, Aristote, Zénon de Citiom, Epicure, Augustin, Thomas, D’Aquin, Montaigne, Spinoza, Locke et D’Alembert, avaient défini de manières différentes une connaissance qu’ils nommaient Science. Tout ces penseurs ont élaboré ou adopté une théorie de la connaissance et ont montré au même temps quels rapports existaient entre cette connaissance et leur idéal de sagesse. C’est cela qui permet à Didrot d’écrire en 1750 que la philosophie et la science sont synonymes.
Hedgger : il avait d’abord parlé de deux conceptions, de la science selon lui différentes et opposées en apparence, c’est-à-dire la science comme savoir professionnel technico-pratique et la science comme valeur de civilisation en soi. Il n’en reste pas moins, d’après Hedgger, que ces deux conceptions se meuvent sur la même voie décadente. Il ya une confusion inhérente à l’absence total de pensé qui va même parfois si loin que l’interprétation technico-pratique de la science reconnait au même temps la science comme valeur de civilisation de sorte que dans une égale absence de pensé toutes deux se comprennent parfaitement bien.
Il précise lors de cette conférence « les domaines des sciences sont séparés par de vastes distances. Elles traitent chacune leurs objets d’une manière foncièrement différente. Cette multiplicité de discipline ainsi émiettés doit le peu de cohésion qu’il lui reste à l’organisation technique d’université et de faculté, et le peu de signification qui lui reste aux objectifs pratiques des spécialités. En revanche l’enracinement des sciences dans leur fondement essentiel est bel et bien mort. (Was ist metaphysik ,1929-page08).il ajoute : « la science est aujourd’hui, dans toutes ses branches une affaire technique et pratique d’acquisition et transmission de connaissance. Elle ne peut nullement, en tant que science, produire un réveil de ‘esprit. Elle a elle-même, besoin d’un tel réveil. ». En fait, l’histoire des sciences depuis les grecs à nos jours est celle des branches de la philosophie qui l’une après l’autre deviennent des disciplines autonomes.
Mais Descartes avait déjà bien dit que toute la philosophie est-elle un arbre dont les racines sont la métaphysique, le tronc est la physique et les branches qui sortent de ce tronc sont les autres sciences. » .
Dans l’histoire du passé, on a raconté comment Abraham à trouver Dieu.
Comme vous le savez tous, il regardait les étoiles, et il disait sur chacune, peut-être cella, c’est Dieu, puis il redit non, c’est trop petit, il passe a la lune et il répétait la même chose,
c’est alors qu’il entendit une voie se manifester à lui, je suis là, c’est moi Dieu. En effet c’est en levant la tête au ciel, qu’il a trouvé son seigneur.
On peut dire qu’Abraham a découvert le créateur philosophiquement.
Tout être humain est philosophe.
La philosophie est ce une science ?
Si elle est une, qu’elle est l’étymologie des sciences philosophiques. Il n’existe pas de science sans étymologie car toute chose a un équilibre et toute chose est composée d’éléments.
L’étymologie des sciences philosophiques est : « lever la tête au ciel, c’est philosopher mettre la tête entre les cuisses, c’est philosopher. »…
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

michelois47

- le passé nous retiens , l avenir nous préoccupes c est pour ça que le présent nous échappes.
j ai vraiment apprécier ce que j ai lu a si lhanafi , merci et bonne continuation.

mercredi 17 septembre 2014 - 20:19