Traité d'algèbre, à l'usage des candidats aux écoles du gouvernement. 4. éd., en harmonie avec les nouveaux programmes, rev. J.H. Marchand

De
n f\ TRAITÉ ÉLÉMENTAIRE CALCUL DES PROBABILITÉS, entre Monsieur et ÎMaflanu' Larroix,Par acte authentique M. Bachelier, représenté aujourd'hui j)ar M. Mallet-Bacheher, est seul propriétaire des OEuvres de S.-F. Lacroix, iMembre de l'Institut. leIl'Éditeur-Propriétaire de cet Ouvrage se reserve droit de le tra- duire ou de le faire traduire en toutes les langues. Il poursuivra, en vertu des Lois, Décrets et Traités internationaux, toutes contrefaçons, soit du texte, des gravures, toutes traductions faites au mépris dosoit ou ses droits. Le dépôt légal de cet Ouvrage a été fait à Paris dans le cours de i863, toutes les formalités prescrites par les Traités sont remplies dans leset divers Etats avec lesquels la France a conclu des conventions littéraires. Tout exemplaire du présent Ouvrage qui ne porterait pas, comme ci-dessous, la signature de rÉditcur-Froprietaire. sera réputé contrefait. Les mesures nécessaires seront prises pour atteindre, conformément à la loi, les débitants de ces exemplaires.fabricants et les PARIS. - IMPHIMEUIK DE M.VLLLT-« Af.IlLLILU Rhc de Seinc-Saint-Gcrniain, lo, près l'Institut. TRAITÉ KLÉMENTAIRE CALCUL DES PROBABILITÉS, Par SV-Fy'^LACROIX. Il ne faut pas recevoir les opinions de nos pères comme des enfants, par la seule raison que nos pères les ont eues. {Pensées de Miirc-.Jiiré/e, trad. de Joly, cil. XIX, 29}§, QUATRIÈME ÉDITION.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 330
Voir plus Voir moins

n
f\TRAITÉ ÉLÉMENTAIRE
CALCUL DES PROBABILITÉS,entre Monsieur et ÎMaflanu' Larroix,Par acte authentique
M. Bachelier, représenté aujourd'hui j)ar M. Mallet-Bacheher,
est seul propriétaire des OEuvres de S.-F. Lacroix, iMembre de
l'Institut.
leIl'Éditeur-Propriétaire de cet Ouvrage se reserve droit de le tra-
duire ou de le faire traduire en toutes les langues. Il poursuivra, en vertu
des Lois, Décrets et Traités internationaux, toutes contrefaçons, soit du
texte, des gravures, toutes traductions faites au mépris dosoit ou ses
droits.
Le dépôt légal de cet Ouvrage a été fait à Paris dans le cours de i863,
toutes les formalités prescrites par les Traités sont remplies dans leset
divers Etats avec lesquels la France a conclu des conventions littéraires.
Tout exemplaire du présent Ouvrage qui ne porterait pas, comme
ci-dessous, la signature de rÉditcur-Froprietaire. sera réputé contrefait.
Les mesures nécessaires seront prises pour atteindre, conformément à
la loi, les débitants de ces exemplaires.fabricants et les
PARIS. - IMPHIMEUIK DE M.VLLLT-« Af.IlLLILU
Rhc de Seinc-Saint-Gcrniain, lo, près l'Institut.TRAITÉ KLÉMENTAIRE
CALCUL DES PROBABILITÉS,
Par SV-Fy'^LACROIX.
Il ne faut pas recevoir les opinions de nos
pères comme des enfants, par la seule raison
que nos pères les ont eues.
{Pensées de Miirc-.Jiiré/e, trad. de Joly,
cil. XIX, 29}§,
QUATRIÈME ÉDITION.
PARIS,
MALLET-BACHELIER , IMPRIMEUR-LIBRAIRE
DE L ÉCOLE IMPÉRIALE POLl^ECNIOÇE^ DU BUReSL' DES LONGITUDES,
Quai des 'Augustin^/ 55. ' V^
- ' Ni
1864
traduction.)(L'Éditeur-Proiiriclairo de cet Ouvrage se réserve le droit de-ïr
Qpy
L
i^h'i
t^AVEUTlSSIiMKNT.
Le Calcul des Probabilités, inventé par Pascal et
l'ermat, n'a pas cessé depuis d'exciter l'intérêt et
d'exercer la sagacité de leurs j)lus illustres succes-
seurs; mais les éléments de cette branche des Ma-
tliématiques appliquées sont restés bien en arrière de
l'état de la science. Après quelques ouvrages super-
ficiels ou incomplets, on ne trouve plus que des
Mémoires académiques ou des Traités fondés sur les
parties les plus élevées de l'Analyse; en sorte que,
avecmême des connaissances assez étendues dans les
Mathématiques élémentaires, il faut encore se bor-
ner à croire sur parole la vérité des points fonda-
mentaux de la théorie des probabilités, qui peut
cependant s'établir d'une manière très-solide, par le
des éléments d'Algèbre.seul secours C'est pour rem-
|)lir cette lacune que j'ai rédigé le Traité que j'offre
en ce moment au public. Dans le texte, je ne sup-
pose presque rien au delà de ce que contiennent
mes Eléments d'Algèbre. De plus, j'ai eu soin de
évidence énoncés desmettre en les principes, et de
multiplier les résumés, afin qu'on pût encore acqué-
rir une idée de la théorie, indépendamment des for-
mules algébriques. Enfin, poiu^ rendre plus facile le
passage de ce Traité à ceux où l'on a déployé toutes
les ressources de l'Analyse transcendante, je l'ai\X AVERTfSSEMEM".
Notes, partant des for-terminé par quelques où,
mules contenues dans mon Traité élémentaiie de
Calcul intécjral, j'aiCalcul différentiel et de exposé les
premières applications de ces calculs aux problèmes
concernant les probabilités.
nombreuses citations j'ai faites écritsLes que des
originaux donneront aux lecteurs les moyens de
suivre la marche de cette iloctrine dejjuis son inven-
tion, et d'en approfondir les détails et les applica-
tionsaux sciences morales et politiques, aj)plications
dont indiqué bases, et que j'ai tâché d'appré-j'ai les
cier à leur juste valeur. Condorcet désirait que leur
ensemble fît la matière de l'un des cours des Écoles
publiques; et il en a donné deux excellents pro-
la suitegrammes, le premier à de ses Mémoires sur
l'Instruction publi(jue, t. IX de ses OEuvres, 566,p.
et le second dans le Tableau général de la science qui
a pour objet rapplication du calcul aux sciences poli-
tiques et morales, t. XX[ de ses OEuvres, oup. 23^,
Eléments du Calcul des Probabilités, p. 171.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.