uvres de É. Verdet

De
U V R E sOE 1)K DE. VER ET PUBLIEES PAR LES SOINS DE SES ELEVES TOME V PARIS, VICTOR MASSON ET FILS, EDITEURS, PLACE l)K l/KCOI.K-DK-MKDKCINK. QC DniiLs KXC. LE GAHDK DES SCEAUX A L'IMPHIMEIUE IMPERIALE M n Dans cette introduction se trouvent reproduites les six premières leçons da cours proressé â la Sorltonne pendant premier semestre de Tannée 1 8G5-6G.le —Vr.BDF.T, V. Optique. I. 1 INTR|0DUGTI0N.â caraclérisées par des réfrangibilit(5s(le plusieurs espèces de lumière des actions différentes sur la rétine;différentes el par /|° distances, qui règle le décroisseraent deLa loi du carré des faisceau lumineux émanant d'un point unique.l'inlensité d'un géométrique admet que, lorsqu'un point estDe plus, l'optique simultanément par plusieurs points lumineux, l'éclairementéclairé la des éclairements produits partotal est toujours égal à somme point lumineux considéré séparément.chaque des démonstrations expé-Nous n'entrerons pas ici dans le détail qu'on cru donner de ces lois; il nous suffira d'apprécierrimentales a la valeur réelle de l'appui que peut leur fournir l'expérience. expérimentales des lois2. Critique des vériflcationii — de la propagation rectiiigne de la lumièreprécédentes. La loi théorie géométrique des ombres qui s'en déduit semblent con-el la théorie dans lesfirmées par la pratique, car l'application de cette conduit toujours à des résultats suffisamment exacts.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 26
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 602
Voir plus Voir moins

U V R E sOE
1)K
DE. VER ET
PUBLIEES
PAR LES SOINS DE SES ELEVES
TOME VPARIS,
VICTOR MASSON ET FILS, EDITEURS,
PLACE l)K l/KCOI.K-DK-MKDKCINK.
QC
DniiLs <lti Iriulticlioii cl ih- ir|iiii(liicli(tn rôstfnosLEÇONS
DM)PTIQ11E PHYSIQUE
PAR
É. VERDET
PUBLIEES
PAR M. A. LEVISTAL
AILIER KLÏVt Dl L'ÎCOLK MOkHlLI «KriIBlIDRI
TOME I
PARIS
IMPRIMK PAR \l TOlUSAIKtV liE S()> KXC. LE GAHDK DES SCEAUX
A L'IMPHIMEIUE IMPERIALE
M n< <; c I \i\L'Optique supérieure était une des études de prédilection
la plupart de ses travaux personnelsde Verdet, et roulent
branche de la physique. A plusieurs reprises,sur cette dans
son cours de troisième année à l'Ecole Normale, il a traité,
avec cette ampleur et cette puissance de critique qui carac-
térisaient son enseignement, quelques-unes des nombreuses
questions qui forment domaine de l'Optique physique.le Il se
proposait de coordonner les matériaux qu'il avait ainsi préparés
et d'exposer, complètement que leaussi permettrait l'état
de la science, phénomènes lala théorie des optiques, dans
chaire de Physique qu'il occupaitmathématique à la Sorbonne
comme Ce cours devaitsuppléant de M. Lamé. durer trois
ans; mais, au moment oii il entreprenait cette tâche ardue,
il portait lui ladéjà en le germe de maladie qui devait le
ravir si ilprématurément à la science, et ne lui a été donné
que d'en accomplir une partie.
Le cours se-professé à la Sorbonne pendant le premier
mestre de l'année 1865-66 , complété par quelques additions
empruntées aux cours de l'Ecole Normale, forme la première
section du premier volume. Pour le reste de l'ouvrage, il a été
nécessaire ende recourir aii\ leçons professées Iroisiènie,
année à l'Ecole Normale, leçons qui toutes ont été précieuse-
ment recueillies par les élèves. On n'a pas eu la prétention
reconstituer ainsi un traité complet d'Optiquede physique :
seul pouvait suffire à u^ne tellele maître œuvre. On a cher-
à donner à chacune desché seulement questions qui sont
lestraitées tous développements qu elle comporte, sans essayer
lacunes quide combler les devaient nécessairement subsister..
La lecture de l'ouvrage , à partir de la seconde section
suppose la connaissance des lois expérimentales de la double
réfraction et de la polarisation on a cru pouvoir; sans incon-
vénient supprimer l'exposé préalable de ces lois.
On a pensé être utile aux lecteurs en faisant suivre cha-
cune des divisions importantes d'une notice bibliographique,
qu'on s'est efforcé de rendre aussi complète que possible.
Si (on l'espère du moins) la pensée de Verdet s'est con-
servée intacte malgré les remaniements successifs qu'elle a
subis, la forme a dû nécessairement éprouver des altérations
dont la responsabilité ne doit pas lui être imputée. Cette
œuvre est bien imparfaite sans doute, mais on a moinsdu la
conscience que ce n'est pas faute d'avoir été inspirée par un
sentiment de profonde gratitude envers la mémoire du maître.
Le premier volume se compose de trois parties. La pre-
mière, comme on l'a dit plus haut, n'est que la reproduction
des leçons professées à la Sorbonne pendant le premier
scmcsire de l'année 1865-66, leçons qui oui été recueillies
par M. Prudlioii. Ce couis a été conq)lété plusieurs pointsen

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.