Tract 13 - Le programme #BLR2014

Publié par

Une ville où il fait bon vivre Pour l’écologie Un urbanisme urbaine au service Comment, dans notre ville, agir pour le développe- ment durable ? Une formule résume bien l’ambition et la des habitants méthode : « penser global, décider local ». En prenant en compte à la fois le social, l’économique et l’environne- mental. Nous privilégions quatre pistes. André DelDenis Delrieu > Bourg-la-Reine doit être une ville exemplaire dans une politique d’achats intégrant Une politique d’urbanisme est d’abord là pour mettre en cohérence les nouveaux critères environnementaux et sociaux. Cela vaut ainsi pour les cantines scolaires. et anciens équipements au service du plus grand nombre. Mais, pour cela, elle doit Plutôt que de faire venir la nourriture de Rouen, il serait plus simple de répondre, enfn, faire un état précis de tous les points de la ville où elle peut intervenir. Une vision glo- favorablement à la proposition des villes de Sceaux et de Montrouge : rejoignons leur bale s’impose et non une politique au coup par coup. En même temps les projets doivent Société Publique Locale qui installe une cuisine centrale tout près, à Wissous, qui plus intégrer une dimension multifonctionnelle (commerce/logements ; logements sociaux pour est dans notre bassin d’emplois.
Publié le : vendredi 7 mars 2014
Lecture(s) : 352
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Une ville où il fait bon vivre
Pour l’écologie Un urbanisme
urbaine au service
Comment, dans notre ville, agir pour le développe-
ment durable ? Une formule résume bien l’ambition et la des habitants
méthode : « penser global, décider local ». En prenant
en compte à la fois le social, l’économique et l’environne-
mental. Nous privilégions quatre pistes. André DelDenis Delrieu
> Bourg-la-Reine doit être une ville exemplaire dans une politique d’achats intégrant Une politique d’urbanisme est d’abord là pour mettre en cohérence les nouveaux
critères environnementaux et sociaux. Cela vaut ainsi pour les cantines scolaires. et anciens équipements au service du plus grand nombre. Mais, pour cela, elle doit
Plutôt que de faire venir la nourriture de Rouen, il serait plus simple de répondre, enfn, faire un état précis de tous les points de la ville où elle peut intervenir. Une vision glo-
favorablement à la proposition des villes de Sceaux et de Montrouge : rejoignons leur bale s’impose et non une politique au coup par coup. En même temps les projets doivent
Société Publique Locale qui installe une cuisine centrale tout près, à Wissous, qui plus intégrer une dimension multifonctionnelle (commerce/logements ; logements sociaux pour
est dans notre bassin d’emplois. familles / pour étudiants, logements/bureaux/activités culturelles) et toujours s’interroger sur
les besoins que cela implique pour nos services publics (transports, stationnement, crèches, > L’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas. Il faut réduire la consom-
écoles etc.).mation d’énergie des bâtiments publics et favoriser les bonnes pratiques chez les parti-
Cela vaut ainsi pour l’axe ouest-est qui va de la place de la gare à la future médiathèque, culiers (isolation thermique mais aussi capteurs solaires, en s’appuyant sur les institutions
en passant par le marché.nationales comme l’ADEME et l’ANAH).
Quant aux logements sociaux ou simplement accessibles fnancièrement, nous sommes
> Il faut encourager les circulations alternatives. On attend toujours des abris à vélos
face à une vraie bombe à retardement. En refusant, contre l’avis de certains membres de
protégés et en nombre suffsant ; les points de desserte d’Autolib devront être bien
sa majorité, le maire sortant n’a pas seulement occulté l’acuité de la crise du logement ;
répartis dans la ville et on essaiera de mieux valoriser le covoiturage développé et payé
il fait courir le risque à la ville d’une forte amende doublée d’un dessaisissement au proft
par la communauté d’agglomération ; on attend de la Métropole du Grand Paris l’exten-
du préfet.
sion géographique du Velib ; on initiera comme à Sceaux l’acheminement piéton et par-
tagé des enfants à l’école. Faciliter les circulations douces c’est aussi lutter contre la
sédentarité et la pollution.
> RER enfn en situation de marche, un site propre entre la sortie nord de la ville et Paris Quel avenir pour le 68 boulevard Joffre ?
(ligne 4), un plan de circulation du Paladin revu : sur les transports en commun, le maire A l’angle de la-place de la Gare se dresse une grande bâtisse de briques rouges.
n’a pas vraiment la main. En revanche, s’il n’élève pas la voix, il ne se fera pas entendre. Depuis des années cet ensemble de logements sociaux est à l’abandon. Nous
Nous vous garantissons que votre protestation sera relayée. souhaitons en faire un programme multifonctionnel : des magasins, puis des
logements sociaux, partie classiques, partie pour étudiants, enfn des étages de > Développons une vraie politique de déchets. Elle passe par la réduction à la source
bureaux, le tout porté par un beau projet architectural et une grande ambition en liaison avec la CAHB. Avec elle, nous devrons aussi revoir les heures de collecte :
écologique. Ce projet doit s’accompagner d’une réfexion d’ensemble sur la place la situation actuelle participe de la saleté souvent évoquée par les commerçants et les
de la gare. Dans ce cadre nous souhaitons le prolongement d’une liaison parking clients aussi bien sur la double RD920 que dans la rue piétonne.
sous Joffre avec sortie double vers le Monoprix et le marché-Roeckel. Mais ce
vaste programme devra être défni après une large concertation. On est loin des
jurys organisés dans le secret par les sortants, cinq semaines avant l’échéance
électorale.
Grand meeting de campagne
Robert BADINTER,
ancien ministre, ancien président du conseil constitutionnel, ancien sénateur des Hauts-de-Seine
et président du comité de soutien à la liste : « Une nouvelle dynamique »
avec Denis PESCHANSKI et toute l’équipe
Vendredi 21 mars 2014
20 h à 22 h 30 à l’Agoreine - 63 boulevard Joffre
PRO
GRAMME
Twitter : blr_2014
Denis Peschanski :
FB : blr2014
De gauche à droite /
Tél : 06 41 28 11 24
Anne Dominique Antetomaso, Jean-Paul Goualard, Nabila Reghis, André Del, Christine Evain, Mathilde Jégoux, Jérôme Fortin / Arlette Guedj /
contact@bourg-la-reine2014. fr
Jean-Pierre Lettron, Denis Delrieu, Fabrice Borel-Mathurin / Christophe Bonazzi, Hélène Dmittrieff, Sofan Fejjari, Séverine Philibert / Marc Butez,
Marie Thomas, Bernadette Guénée, François Mauvais / Jérémie Soeur, Médy Berzane, Danielle Cantacuzino, Laure Thibaut, Benjamin Komarnicki /
Aimée Gourdol, Marie Broutin, Edgar Hugeron, Florence Maurice / Pauline Teilhac-Deschamps, Alberte Rémir, Alex Fabarez, Arnaud Hertz / www.bourg-la-reine2014.fr
Une ville redynamisée Une ville solidaire
Une ville pour les jeunes
Les commerces Une ville
C’est sans doute pour la jeunesse que le défcit est le
Propreté, diversité de l’offre, stationnement, coût des loyers : la liste est vite faite plus criant. Proposons quelques pistes concrètes pour
des leviers à actionner. Une municipalité peut peser inégalement sur ces leviers. Notre pour cette forme de reconquête de la ville. Il faut d’abord mettre
action n’en négligera aucun car la situation des commerces s’est fortement dégradée.
en place un service unifé de la jeunesse. Nous sommes
En liaison avec l’ARCIA, nous proposerons des opérations dans la ville comme les quin-
l’une des rares villes à ne pas disposer d’un Bureau
zaines commerciales et autres animations. Sur le modèle de Sceaux nous mettrons en tous
Denis Peschanski Information Jeunesse (BIJ). Pour l’aide à l’emploi, la re-place une « conciergerie numérique » (plateforme internet mutualisée pour les com-
cherche des flières, la coordination nécessaire des activités mandes auprès des commerçants locaux, avec bornes de colis chez les commerçants Anne-Dominique Antetomaso
ou dans des casiers à la gare de Bourg-la-Reine). On veillera enfn à ne pas négliger offertes, un BIJ s’impose pourtant. Aide à l’emploi ? Le profl
les pôles commerciaux de quartiers. Nous mettrons en place une commission extra- de la population locale doit faciliter l’obtention de stages en Pensons aux personnes isolées, et d’abord aux aînés. 23 et 30 mars 2014 : là se joue l’avenir de notre
municipale avec les représentants des commerçants pour traiter tous ces problèmes. Il Elles sont environ 1200 dans la ville. Des actions et struc- entreprises, pour peu qu’on soit actifs. On sait aussi l’impor-ville. Vous votez pour une liste et pour un maire. y a urgence. Jérôme Fortintures existent, mais il manque un espace de rencontre : tance du permis de conduire ; ou les besoins en animateurs. Edgar HugeronHabitant Bourg-la-Reine depuis 27 ans, je connais
pourquoi pas une maison des aînés, lieu de Nous proposerons une aide fnancière au BAFA et au permis avec contrepartie sociale. bien la ville et ses habitants. Longtemps respon- chaque après-midi, dans une partie de la salle des Colonnes
Des activités ? On sait que manque un centre de loisirs pour les collégiens (11-15 ans). sable associatif (parents d’élèves, environnement), Bernadette Guenéepar exemple. Réféchissons également aux liens intergé-
Une ville numérique ? Nous offrirons la connexion Wif dans plusieurs lieux de la La grande librairie était l’un des feurons de Bourg-la-Reine. Nous ne pouvons puis conseiller municipal, je suis d’abord un homme nérationnels : on sait que des aînés, vivant seuls dans de
nous résoudre à son absence. Au-delà de sa mission culturelle, on mesure ville (dont la place Condorcet). Nous développerons aussi des activités liées au numé-grandes maisons, seraient heureux d’accueillir un-e étudiant-e en échange de menus ser-de terrain et serai le maire des habitants de la ville
l’impact de sa disparition sur le commerce environnant. Sur un espace où nous rique comme install-party, café du logiciel libre etc. Comme s’ouvre la médiathèque, nous vices, d’abord d’une compagnie. Des associations relais et la mairie peuvent garantir et et de ceux qui y travaillent.
sommes maîtres du loyer, je mettrai en œuvre un nouveau projet, en liaison faciliter ce service. N’oublions pas les familles monoparentales, 746 sur 9000 familles dans permettrons aussi aux étudiants (et aux autres) qui souhaitent travailler tard le soir ou le
avec les commerces de la ville.La gestion d’une ville, c’est aussi une équipe. J’ai la ville. Il faut un lieu d’écoute et d’entraide. Un lieu spécifque pour les femmes, l’essentiel dimanche de le faire. Le modèle existe outre-Atlantique ou ailleurs en Europe, et cela ne
des parents isolés, sera par ailleurs créé en lien avec les associations œuvrant déjà sur le fait le triple choix du rassemblement, de la com- coûte pas cher au regard du service rendu et de l’impact sur les commerces de la ville, en
terrain.pétence et de l’implantation locale. particulier cafés et restaurants.
C’est l’une des dimensions de la question de l’égalité femmes/hommes. Nous mettrons en
Pour les sports nous avons la chance de disposer d’un tissu associatif remarquable. Rassemblement : socialistes, écologistes, radicaux, place une instance de travail associant élus-es, administration communale, associations,
Notre rôle essentiel consistera à soutenir et fédérer les acteurs. Un problème particulier républicains, centristes, associatifs ; la palette est partenaires institutionnels et citoyens-nes chargée d’élaborer un plan d action pluriannuel,
est posé par l’offre restreinte de terrains libres et par la diffculté d’accéder au stade. L’été d’assurer son suivi et de garantir l’évaluation des actions. Un premier geste s’imposera large. Au-delà, surtout pour une liste locale, il fallait Les entreprises d’emblée : comme Sceaux ou Clamart, nous signerons la Charte européenne pour dernier les jeunes et moins jeunes découvrirent qu’il était impossible d’accéder librement encore ouvrir : le tiers de la liste est composé de
l’égalité femmes/hommes dans la vie locale. au stade. Le système récemment mis au point de badges d’entrée s’avère sources de nom-femmes et d’hommes qui n’appartiennent pas à une
À 20 mn d’Orly, sur la ligne de Roissy, à proximité du plateau de Saclay et de la Vache Noire, première station RER où Aucun angélisme pour traiter de la sécurité. Les chiffres sont là qui dénotent une aug- breux tracas. Encore une initiative peu réféchie. La réalisation d’une plateforme multis-organisation politique. tous les trains s’arrêtent après Paris, sur le grand axe routier de l’ex N20 en connexion avec la A86, au cœur de la vallée mentation très sensible des cambriolages (ainsi dans le quartier des musiciens ou dans le
ports en accès libre offrirait une première solution à coût très raisonnable (estimation faite). scientifque de la Bièvre : Bourg-la-Reine dispose d’atouts exceptionnels. Après avoir laissé fler des opportunités sud) et quelques lieux de trafcs bien identifés auxquels il faut s’attaquer. Ce n’est que Compétence : dans chaque secteur j’ai sollicité un-e
Il faudra aller au-delà pour garder un niveau d’installations accessibles suffsant.exceptionnelles (EDF Île de France sud, Volvic-Danone), il nous faut être pro-actifs pour valoriser nos atouts au risque justice mais c’est aussi crucial pour maintenir notre cohésion sociale. Le droit à la sécurité professionnel-le. Les 8 élus sortants de l’opposition
de ne devenir qu’une commune dortoir et de voir se développer les activités à nos portes comme à la Croix de Berny est un droit pour tous.
sont tous sur la liste ; confortés par les rapports de la ou à Bagneux et Arcueil. Syndicat d’initiative économique, incubateur de projets, pôle pour jeunes pousses : les pistes Aux familles, il faut pouvoir offrir une vision globale, scolaire, périscolaire et loisirs
chambre régionale des comptes et du commissaire sont nombreuses, à condition de mobiliser les forces. Les effets indirects sont évidents : il n’y a guère de ville alentour cohérente pour l’accompagnement de leurs enfants. Au cours de 6 ans de mandat un
où les restaurants sont aussi peu nombreux, et la vie commerciale si atone le dimanche (combien de cafés ouverts par enquêteur sur le PLU, ils ont fait leurs preuves. bébé entrera en maternelle puis à l’école élémentaire. Il est frappant que la problématique
comparaison avec Sceaux ?). Nous privilégierons l’action pour enclencher un cercle vertueux : plus d’entreprises, « familles » ne soit pas prise en compte comme telle par le CCAS de Bourg-la-Reine.
Implantation locale : tous habitent et/ou travaillent à donc commerces plus diversifés et ouverts plus longtemps, donc attraction plus e l’ouverture de la médiathèque constitue un nou-L’offre d’accueil de la petite enfance doit être évaluée : en 2006, la ville était à la 3 place
Bourg-la-Reine. Ethiquement, on ne peut prétendre grande pour les entreprises. veau déf. Nous la voulons multifonctionnelle dans le département, fn 2011 elle était passée à la 15e place (source : CAF). Nous com-
à un poste de maire si l’on a fait le choix d’habiter et souhaitons une étroite collaboration avec les parerons l’offre et la demande. En fonction des besoins on pourra mettre au point des
autres lieux culturels. En l’ouvrant tard le soir et ailleurs. horaires adaptés. Enfn nous développerons la politique municipale en matière de préven-
le dimanche, avec des étudiants vacataires, nous tion santé à tous les âges.
Après avoir décliné, semaine après semaine, les répondrons à un besoin tout en revitalisant la ville.
La fbre optique est une priorité pour les thèmes de la campagne, nous présentons ici
entreprises et les citoyens. Tout est ralenti
les bases d’un projet cohérent, constructif et
à ce jour faute d’un plan de maillage pour
ambitieux pour la ville. Respect de l’écosystème les 40 à 45 cofrets de mutualisation né-
Florence Mauriceentre quartiers à forte dominante de pavillons, de cessaires pour la ville. Inertie de la muni-
collectifs et quartiers mixtes, contre le PLU qui le cipalité, réticences de l’installateur et des
opérateurs à câbler les zones pavillon- Christophe Bonazzimenaçait ; appui sur la richesse du tissu associatif Pour une culture vivantenaires : il faut réagir vite. Nous avons déjà et sur des citoyens acteurs de leur ville ; gestion
2 ans de retard sur Antony ! Les Nous voulons construire une politique culturelle inventive, plus proche des publics, acces-sérieuse et modernisée ; exigence de transparence
sible sur l’ensemble du territoire, en rendre les habitants acteurs, célébrer une culture et de participation citoyenne (open data pour l’accès
vivante. De nombreuses structures et événements existent, mais, actuellement, la ville ne des citoyens à l’information, participation des usa- écolesJean-Pierre Lettron
porte pas un projet culturel cohérent. gers aux commissions d’affectation HLM et places
en crèches et de dérogation). Signant la charte de Danielle Cantacuzino
Nous proposons d’actionner trois leviers : l’association Anticor, je refuse le cumul des man-
> La pratique : associations de toutes sortes constituent autant d’atouts exceptionnels. Il dats, je ne solliciterai que deux mandats successifs Christine Evain
faut soutenir et fédérer ces acteurs. Nous souhaitons aussi installer des ateliers d’artistes de maire le cas échéant et j’offrirai à l’opposition la
Puis vient l’entrée à l’école. La ville est très (comme le font Arcueil ou Cachan). Nous avons déjà des idées de localisation. Le cœur de présidence de la commission des fnances. Les fnances concernée puisqu’il s’agit du premier bud- Les nouveaux rythmes scolaires se- la ville doit être revitalisé par la culture. Il faut donc accompagner le déménagement du
get de fonctionnement de Bourg-la-Reine. ront efectifs dès la rentrée 2014. Il Tels sont les axes de notre méthode de travail pour CAEL, promis depuis des années par l’équipe sortante.Les fnances d’une commune sont un moyen au service d’un programme politique. Nous C’est aussi une priorité pour nous. Durant y avait urgence à une telle réforme les six années à venir. L’exigence sera extrême car > La création et la diffusion : l’Agoreine sera une scène réputée s’il y a une véritable pro-défnirons les besoins par un diagnostic partagé sans occulter les contraintes budgé- le mandat devra se réaliser la réhabilitation pour l’intérêt des enfants. Face aux la situation économique et sociale actuelle nous grammation. Il faut développer et diversifer l’offre de cinéma en étoffant l’existant (Cine-taires.
de l’ensemble Faïencerie. L’équipement des retards inacceptables accumulés
interdit de demander un nouvel effort fscal aux Une bonne gestion passe par des outils modernes comme le plan pluriannuel d’investis- classic). De nombreux artistes vivent et travaillent à Bourg-la-Reine : donnons leur de par les sortants, les atermoiements classes passe par la connexion à Internet
sements et une programmation des opérations plutôt que des actions au coup par coup. concitoyens : je n’augmenterai donc pas les im- la visibilité (soutien des projets, journées « ateliers ouverts »). En s’appuyant sur nouvelle et la parodie de concertation, nous au service de l’enseignement. A l’heure où
Il faut anticiper les dépenses et suivre strictement le budget, sans négliger la recherche pôts locaux. librairie et la médiathèque, nous donnerons au livre une place majeure en veillant à attirer avons multiplié les contacts depuis le numérique est incontournable dans toutes
acharnée de subventions. C’est cela qui nous donnera les marges de manoeuvre dont
l’été dernier. La mise en œuvre tous les publics (gratuité de l’inscription, événements dans les quartiers). les activités de la vie, cette mesure n’est L’avenir de votre ville est entre vos mains. nous avons besoin pour le bien être de la population.
concrète se fera en liaison avec > La défense du patrimoine n’est pas qu’un enjeu urbanistique, c’est aussi un enjeu certainement pas un gadget. Elle rejoint la Laure Thibaut Réussissons ensemble à donner une nouvelle tous les partenaires de la commu- culturel. Il faut éviter les destructions programmées dans le centre, mais aussi revaloriser volonté que nous avons, pour d’autres gé-dynamique à Bourg-la-Reine. nauté éducative.
ce patrimoine, inscrire l’histoire de la ville dans l’identité partagée, constituer un fonds nérations, de lutter contre la fracture numé-
rique dans la société. patrimonial local.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.