//img.uscri.be/pth/b0142688506dea0410957ad10e1505418e670a3b
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Le développement : critique radicale d'une vision du monde

De
65 pages
A qui et à quoi le développement fait-il référence ? Pourquoi, pour quoi ? Le travail de recherche et de réflexion mené est une tentative d'exploration de ce qu'est l'idée de développement, de ce qui la justifie et la fonde, des valeurs et concepts sur lesquels elle s'appuie, de la promesse qu'elle incarne, de ce vers quoi le développement emmène les hommes et la planète, mais aussi de ce qui justifie une conception de  l'après-développement.
Etudiant de la Majeure Alternative Management en 2006-2007
Voir plus Voir moins
Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory __ Essai Le développement : Critique radicale d’une vision du monde Pablo Nomanza Mai 2007 Majeure Alternative Management – HEC Paris 2006-2007Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
Genèse du présent document
Cet essai a été réalisé sous la forme initiale d’un mémoire de recherche dans le cadre de la Majeure Alternative Management, spécialité de troisième année du programme Grande Ecole
d’HEC Paris. Il a été dirigé par Andreu Solé, Professeur à HEC Paris et soutenu le jeudi 31 mai 2007 en présence de Monsieur Andreu Solé et de huit étudiants d’HEC Paris, amis de l’auteur ou personnes intéressées par le thème de recherche.
Origins of this research This research was originally presented as a research essay within the framework of the “Alternative Management” specialization of the third-year HEC Paris business school program. This essay has been supervised by Andreu Solé, Professor in HEC Paris, and was presented on May, 31st 2007, with the attendance of Mr Andreu Solé , eight students of HEC Paris, friends of the author or people interested in the research theme. Charte Ethique de l'Observatoire du Management Alternatif Les documents de l'Observatoire du Management Alternatif sont publiés sous licence Creative Commons http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/pour promouvoir l'égalité de partage des ressources intellectuelles et le libre accès aux connaissances. L'exactitude, la fiabilité et la validité des renseignements ou opinions diffusés par l'Observatoire du Management Alternatif relèvent de la responsabilité exclusive de leurs auteurs.
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
Le développement : critique radicale d’une vision du monde
Résumé : A qui et à quoi le développement fait-il référence ? Pourquoi, pour quoi ? Le travail de recherche et de réflexion mené est une tentative d’exploration de ce qu’est l’idée de développement, de ce qui la justifie et la fonde, des valeurs et concepts sur lesquels elle s’appuie, de la promesse qu’elle incarne, de ce vers quoi le développement emmène les hommes et la planète, mais aussi de ce qui justifie une conception de l’après-développement. Mots-clés : Développement, croissance économique, progrès, pauvreté, environnement, inégalités, décroissance, convivialité The development: a radical criticism of one’s view of the world
Abstract: Who and what does the development refer to? Why, what for? The research and reflection work done here is an attempt to explore what exactly is the idea of development, what justifies it, what is its basis, what values and concepts it relies on, what promise it embodies, where development leads men and the planet to, and what justifies the concept of “after-development”. Key words: development, economic growth, progress, poverty, environment, inequalities, decrease, social interaction
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
Remerciements
Je remercie ici M. Andreu Solé, professeur HEC, qui a suivi tout mon travail et nourri ma réflexion pour ce mémoire de recherche. "Vivre tous simplement, pour que tous puissent, simplement, vivre ." Mohandas Karamchand Gandhi
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
Table des matières
I. Prologue7....................................................................................................................
1. Carnet de voyage .................................................................................................................... 7
2. Présentation du mémoire ........................................................................................................ 8
II. Démarche de recherche .................................................................................................... 10
1. Question de recherche .......................................................................................................... 10
2. Hypothèse a priori ................................................................................................................ 10
3. Méthode d’enquête ............................................................................................................... 10
III. Une nouvelle définition de l’homme............................................................................... 12
1. Une promesse ....................................................................................................................... 12A. Emergence d’une idée ..................................................................................................... 12B. Un ensemble de mutations............................................................................................... 13C. Premiers constats ............................................................................................................. 16D. La solution de tous les problèmes ................................................................................... 19
2. Un montage artificiel............................................................................................................ 20A. La foi dans le progrès ...................................................................................................... 20B. L’homme, un être de besoins........................................................................................... 23
IV. La création d’une nouvelle pauvreté.............................................................................. 26
1. Des présupposés contestables ............................................................................................ 26
2. « Âge de pierre, âge d’abondance » .................................................................................. 27
3. Une nouvelle forme de pauvreté ....................................................................................... 30A. La pauvreté comme « condition normale de l’homme en civilisation » ......................... 31B. La pauvreté à l’heure du développement......................................................................... 33C. Un monde binaire ............................................................................................................ 34
4. L’apparition de la misère .................................................................................................. 37A. Une misère économique .................................................................................................. 37B. Une misère morale........................................................................................................... 38
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
V. Une menace pour la planète ............................................................................................. 40
1. La fin du genre humain ?...................................................................................................... 40
2. De dangereuses conséquences sur l’environnement ............................................................ 40
3. Enseignements de la thermodynamique ............................................................................... 41
VI. Les contradictions du développement............................................................................ 44
1. Le développement à particules ............................................................................................. 44
2. Charité chrétienne et aide au développement....................................................................... 45
3. Une conception naturaliste ................................................................................................... 48
VII. Le développement, un impossible ................................................................................. 50
1. Une croissance infinie dans un monde fini .......................................................................... 50
2. La richesse implique la pauvreté .......................................................................................... 51A. Trickle down…................................................................................................................ 51B. … ou accroissement des inégalités dans le monde ? ....................................................... 53C. La richesse a besoin de la pauvreté ................................................................................. 54
VIII. La décolonisation de l’imaginaire : l’hypothèse de la décroissance......................... 55
1. Une nouvelle vision du monde............................................................................................. 55
2. Une hypothèse : la décroissance conviviale ......................................................................... 57A. Pourquoi?......................................................................................................................... 57B. Comment?........................................................................................................................ 58
IX. Bilan .................................................................................................................................. 61
1. Retour sur la démarche de recherche adoptée ...................................................................... 61
2. Limites du travail ................................................................................................................. 61
3. Interrogations latentes .......................................................................................................... 62
Bibliographie.............................................................................................................36.
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
I. Prologue
1. Carnet de voyage
Nous sommes au Brésil, à São Paulo, au mois d’août 2005. Récemment arrivé dans cette gigantesque jungle urbaine – la troisième plus grande agglomération au monde, elle compte autour de 18 millions d’habitants -, je suis conduit dans unefavela, l’équivalent brésilien du bidonville, située dans le quartier duMorumbi. Entre des rues à peine dessinées, produits d’un mélange d’asphalte, de boue et de sable, les habitations s’entassent fragilement, les vieux morceaux de tôle en guise de toit laissent probablement passer toute l’eau de pluie, les cafards s’agglutinent dans la poussière, les nuages de pollution dégagent une chaleur étouffante et une puanteur qui irritent ma peau. Les enfants grandissent dans ce taudis, certains sont amenés àdealerdes drogues dures dès le plus jeune âge pour survivre alors que les armes à feu et la prostitution font partie du paysage quotidien. Au milieu de toute cette crasse, c’est le choc de ma vie. Le groupe d’étudiants dont je fais partie est invité à rentrer dans une école de chant et de danses traditionnelles. Nous rencontrons Flávio Pimenta, celui qui la dirige et qui a décidé il y a quelques années de partager sa passion et de consacrer son énergie à occuper tous les jeunes du quartier qui le désirent à apprendre à jouer d’un instrument, à chanter ou à danser. Un spectacle spécial nous a été réservé. Des ballons gonflables multicolores emplissent le plafond, et alors que nous faisons nos premiers pas dans la salle, nous découvrons tout un groupe prêt à entamer une représentation pour nous. Les tambours, les guitares et lesberimbaussont sortis, les plus jeunes vont prêter leurs voix à la mélodie et d’autres vont danser. Ils sont à peu près une trentaine à porter de beaux vêtements aux couleurs vibrantes et attendent les consignes avec énormément de concentration. Nous sommes assis à quelques centimètres des danseuses; la salle est petite, mais nous sommes tous bien installés. Une baguette vient s’écraser sèchement sur un tambour; c’est parti. Les mélodies s’enchaînent dans une rythmique effrénée, les voix des enfants s’élèvent, magnifiques, et les danseurs et danseuses s’abandonnent à la musique dans l’exultation des sens. Le regard de tous ces artistes gagne en intensité et les rythmes s’accélèrent jusqu’à la fin du morceau qui se termine majestueusement. Cette organisation,Os Meninos do Morumbi(les enfants du Morumbi), défend la musique brésilienne traditionnelle et fait sortir des jeunes de leur quotidien en les revalorisant. Chacun d’entre eux s’est découvert des talents, est fier et heureux de les partager dans un tel spectacle collectif. Ils sentent qu’ils comptent aux yeux
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
d’autres personnes et qu’ils peuvent faire quelque chose de beau. La visite en vient à son terme et nous ressortons par les mêmes rues que nous avons empruntées quelques moments plus tôt. Que le lecteur m’excuse de cette apparente digression, elle a vocation à amener une question: pour ces Brésiliens, que signifie le développement ? Dans leur quotidien, ce mot les renvoie à un statut qu’ils ont toujours porté: celui de pauvres. Ils n’ont pas de diplômes et ne sont pas compétitifs sur le marché, il est trop difficile pour eux d’obtenir un travail salarié, ce qui nuit à l’entrée de ressources régulières dans leur foyer. Contraints à utiliser les voies de l’économie parallèle, ils y perdent leur dignité, connaissent l’insécurité, s’enfoncent dans la misère et s’éloignent toujours plus du rêve de bien être promis par le développement. Autour d’eux, le développement renvoie à la pollution, au bruit, au nombre incalculable de routes bétonnées et de gratte ciels qui peuplent São Paulo. Le développement, c’est aussi ce qui nie toute cette spécificité culturelle et ce formidable héritage brésilien pluriséculaire, toute cette scène d’artistes inconnus, qui ne demandent qu’une vie simple. Tout cela pour ne conserver que ce qui vaut le plus, ce qui se vend le mieux. Ce sont des expériences et des rencontres de cet ordre, mais très variées, à divers endroits de la planète, qui ont accrû mes interrogations sur le « développement », qui m’ont amené à interroger ce mot et tout ce qu’il véhicule, à remettre en question la perception communément admise et binaire de la pauvreté et de la richesse, à me demander ce à quoi chaque homme et femme de cette planète peut légitimement aspirer, à oser porter un regard critique sur le développement et construire une démarche de recherche sortant du cadre économiciste dominant. Le mémoire qui suit est donc une tentative de réflexion sur l’idée de développement, ses implications, ses fondements, ses conséquences et son alternative possible.
2. Présentation du mémoire  Dans un premier temps, je présenterai la démarche de recherche adoptée, en explicitant la question à laquelle je me propose de répondre ainsi que l’hypothèse que je défenda priori, tout comme les lectures et les rencontres ayant principalement contribué à l’avancement de ma recherche.
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
La partie suivante permettra d’entamer la réflexion sur l’idée de développement. Nous verrons comment elle peut se définir, en quoi consiste la promesse de bien être universel qu’avancent ses défenseurs et quelles sont les valeurs et la nouvelle définition de l’homme sur laquelle elle repose. Ensuite, nous étudierons la nouvelle forme de pauvreté dont le développement est à l’origine. Nous porterons un regard historique sur la notion de pauvreté et verrons pourquoi la pauvreté modernisée pose un sérieux problème. Nous nous intéresserons également à la misère et au déracinement dont le développement nous semble être responsable. Nous serons amenés à poursuivre l’énoncé des conséquences du développement et à voir le danger qu’il pose pour la planète et l’ensemble du vivant, en se référant en particulier aux enseignements tirés de la thermodynamique. En outre, nous mettrons en exergue les contradictions intrinsèques à l’idée de développement et nous attacherons à défaire les idées reçues sur celle-ci en expliquant, notamment, qu’elle ne constitue pas une caractéristique inhérente à l’homme. La critique de l’idée de développement se terminera par la démonstration de l’impossibilité qu’elle incarne, tant d’un point de vue arithmétique que conceptuel et moral. Cela nous permettra de proposer une démarche de « déséconomisation » des esprits, de « décolonisation » de l’imaginaire préalable à la conception de l’après développement. Nous proposerons de défaire un monde pour en construire un autre, centré sur l’hypothèse de la décroissance conviviale.  Enfin, la dernière partie permettra d’opérer un retour sur la démarche de recherche choisie et sur les limites du travail réalisé avant de fournir les interrogations qui sont aujourd’hui les miennes après ces recherches.
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
II. Démarche de recherche
1. Question de recherche A qui et à quoi le développement fait-il référence ? Pourquoi, pour quoi ? Le travail de recherche et de réflexion mené est une tentative d’exploration de ce qu’est l’idée de développement, de ce qui la justifie et la fonde, des valeurs et concepts sur lesquels elle s’appuie, de la promesse qu’elle incarne, de ce vers quoi le développement emmène les hommes et la planète, mais aussi de ce qui justifie une conception de l’après-développement. Ce mémoire a vocation à fournir des éléments de réponse à la question suivante : que signifie et implique l’idée de développement ?
2. Hypothèsea priori L’hypothèse que je retiensa prioriest que l’idée de développement peut faire l’objet d’une radicale remise en question. Le développement provoque l’adhésion quasi unanime et fédère les hommes autour de promesses vagues qu’il ne saurait tenir, d’espérances vaines et de valeurs affichées comme universelles. Sa force d’évocation positive en fait une vision du monde incontestable alors qu’il n’est pas fondé, que ses conséquences sont autant de dangers pour l’homme et pour la planète et qu’il ne peut pas exister pour tous. Plus que d’apporter des solutions à des problèmes, il constitue un problème en soi. Le développement n’est pas une caractéristique inhérente à l’humain. Il est possible de sortir de l’imaginaire occidental pour concevoir l’alternative au développement et construire des sociétés de décroissance conviviale.
3. Méthode d’enquête  La méthode de recherche choisie est hypothético-déductive. A la formulation de la question de recherche a suivi celle d’une hypothèsea priori. Suite à cela, le travail de recherche, mené à partir de lectures et de discussions, a permis de déterminer les résultats de ma recherche, puis de les confronter à l’hypothèse formulée initialement.
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07
La bibliographie en annexe permettra au lecteur d’identifier les principaux ouvrages et textes qui m’ont fourni le socle de connaissances préalable à la rédaction de ce mémoire. Cette bibliographie comprend des ouvrages, des traités et des articles qui, premièrement, abordent les questions afférentes au développement depuis des perspectives variées et complémentaires : économiques (Amartya Sen, Joseph Stiglitz, Eric Toussaint), historiques (David S. Landes, Elsa Assidon), sociologiques, anthropologiques (Marshall Sahlins, Wolfgang Sachs, Andreu Solé). Mais les lectures auxquelles j’ai consacré le plus d’intérêt et qui ont considérablement enrichi ma réflexion sont celles qui sortent du cadre du développement pour construire sa critique et penser l’alternative : la décolonisation de l’imaginaire et la décroissance (notamment Serge Latouche, Paul Ariès, le collectif des Renseignements Généreux et le Réseau des Objecteurs de Croissance pour l’Après-Développement), la convivialité (Ivan Illich), la simplicité volontaire (Serge Mongeau) et la pauvreté choisie (Majid Rahnema). Un des ouvrages de ce dernier auteur iranien, diplomate et
ancien ministre, intituléQuand la misère chasse la pauvreté, est certainement celui qui m’a le plus marqué, humainement parlant. Ce travail de lecture s’est accompagné d’une rencontre avec M. Alain Gras, sociologue, anthropologue, ancien professeur HEC et Directeur du Centre d’Etude des Techniques des Connaissances et des Pratiques à l’Université Paris 1 La Sorbonne. D’autre part, de nombreuses discussions et entretiens informels avec des amis et personnes de mon entourage, à HEC notamment, m’ont permis d’approfondir mes pistes de réflexion et de les confronter à des points de vue variés, parfois farouchement opposés au mien, parfois encore plus critiques que le mien, mais toujours dans la plus sincère collaboration. Ces discussions m’ont notamment amené à réfléchir en profondeur sur la question de la pauvreté à l’heure du développement, comparée à celle que connaissaient les sociétés traditionnelles, à porter un regard critique sur la notion de besoin et à éclaircir des zones d’ombre portant sur l’hypothèse de la décroissance.
Nomanza P. – «Le développement : critique radicale d’une vision du monde» – 05/07