Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

du 2 au 8 octobre 2006 n°139

4 pages

du 2 au 8 octobre 2006 n°139

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 137
Signaler un abus
du 2 au 8 octobre 2006 n°
139
Sommaire
Edito:
« Jacques, il faut faire quelque chose… »
Rémunérations : l’épargne salariale
creuse les inégalités
Cadres : l’emploi des jeunes diplômés s’améliore, selon l’APEC
Salaires : Pour les cadres une progression moyenne de 0,5% l’an de 1998 à 2004
Journalistes : grèves à France
Bleu contre la précarité
Recherche : pétition en ligne contre la réforme de l’évaluation
Rencontre Medef/Syndi-
cats : les syndicats cherchent des convergences
Airbus : le nouveau patron expose un « plan de relance »
PSA :
7.000 à 8.000 personnes touchées par la coupe dans les effectifs
SNCF : six syndicats s’associent à la journée
d’action dans l’énergie le 3 octobre
Pouvoir d’achat et emploi : les syndicats des Finances veulent négocier
Bud-
get 2007 : le moins-disant pour le service public
Fiscalité : les réformes ont profité aux plus riches
Conseillers
prud’homaux : la réforme de l’indemnisation mise à mal
Emploi : l’amélioration reste fragile
Les médecins à
diplôme étranger «restent mobilisés»
Fin des négociations dans la fonction publique hospitalière
Médecins gé-
néralistes : 324 postes non pourvus en 2006
Démographie médicale : l’Ile-de-France souffre d’inégalités
Grand
âge et dépendance : 13 organisations insistent sur l’application du Plan grand âge dès 2007
Secteur associatif :
près d’un salarié sur dix du secteur privé y travaille
Société : homoparentalité, quelle construction revendicative ?
Syndicalisme : la CGT vote son adhésion à la future confédération syndicale internationale.
Edito
« Jacques, il faut faire quelque chose… »
C’est paraît-il ce qu’aurait soufflé la « première dame de Fran
-
ce » à l’oreille de son président de mari à la fin de la projection
d’ « Indigènes ». Ainsi le président, tout entier à l’émotion,
aurait décidé d’accomplir ce que tous les gouvernements ont
refusé de faire depuis des années. Bien sûr, il faut se réjouir
qu’un beau film comme celui-là (courez le voir !) donne une
visibilité à ces hommes envers qui notre pays a contracté une
dette de sang devant l’histoire. Il faut aussi saluer une belle
œuvre qui donne toute légitimité aux petits enfants de ces
« Indigènes » à vivre ici et à s’y sentir chez eux. Il faut sa
-
luer son utilité pour faire qu’enfin les pensions de ces anciens
combattants soient payées à l’égalité des Français de Métro
-
pole. Mais on est un peu pris de vertige. S’il suffisait d’un film
pour régler toutes les questions mal ou
pas réglées… S’il suffisait d’émouvoir
les puissants pour leur donner le cou
-
rage politique… Faut-il le regretter,
mais tous les films et toutes les pièces
ne suffiront pas à solder toutes les injustices. Il faudra encore
longtemps compter sur la mobilisation pour faire avancer les
choses. C’est ainsi par exemple que le parrainage des Sans pa
-
piers par des personnalités n’a de sens que par la mobilisation
de milliers d’anonymes. C’est la grandeur des artistes d’aider
à ouvrir les yeux, quitte à souvent prêcher dans le désert, c’est
la grande faiblesse de notre système politique que de se mon
-
trer sourd aux injustices, mais si sensible au spectacle.
Rémunérations : l’épargne salariale creuse les inégalités
Selon une étude de l’Insee publiée le 28 septembre, l’épargne
salariale reste l’apanage des grandes entreprises et concerne
surtout les cadres. Elle tend à exacerber les inégalités de ré
-
munération. Malgré l’incitation des pouvoirs publics, l’accès
à l’épargne salariale reste minoritaire : en 2002, 60% des sala
-
riés n’ont reçu ni intéressement, ni participation. Même si elle
se développe « rapidement dans les petites », l’Insee note que
seuls 7,9% des salariés des entreprises de moins de 50 salariés
bénéficient de la participation ou de l’intéressement, contre
73,8% des salariés des entreprises de plus de 500 salariés.
Autre enseignement : loin de compenser les inégalités de ré
-
munération entre salariés, l’épargne salariale tend au contraire
à les exacerber. Ainsi, relève l’étude, « les salariés occupant
des postes de niveau hiérarchique élevé ont plus souvent ac
-
cès à l’épargne salariale et pour des montants plus élevés que
les autres salariés ». Les 10% des bénéficiaires les mieux lotis
perçoivent à eux seuls 40% des sommes versées au titre de
l’épargne salariale.
Cadres : l’emploi des jeunes diplômés s’améliore, selon l’APEC
Selon une étude de l’Agence pour l’emploi des cadres (APEC),
l’insertion sur le marché de l’emploi des jeunes cadres diplô
-
més s’améliore nettement en 2006, 57% des jeunes ayant
trouvé un emploi moins d’un an après l’obtention de leur di
-
plôme, contre 51% en 2005. Cette progression concernerait
notamment les jeunes diplômés de la discipline « médical, pa
-
ramédical, social » qui affiche le taux d’emploi le plus élevé
(91%), devant le secteur «informatique,
télécommunications et technologie mul
-
timédia» (77%), et le secteur du bâti
-
ment (70%). A l’opposé, les diplômés
des filières « Physique, chimie, biologie, géologie » (42%) et
«droit, sciences politiques» (47%), sont en majorité toujours
en recherche d’emploi un an après leur diplôme.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin