Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Recherche économique et stratégies dinvestissement
7 mai 2007
Jean-Pierre Petit +33 1 44 95 98 52 jean_pierre.petit@exane.com
Please refer to important disclosures at the end of this report.
Victoire de Sarko I ou de Chirac III ? www.exanebnpparibas.com/economie Mirabeau à Louis XVI : « Sire,quand on voit où les bonnes têtes ont mené le Flashpays, il ne serait peut-être pas inutile dessayer les mauvaises »  N. Sarkozya gagné. La question qui se pose aujourdhui est de savoir si les Français ont gagné. En dautres termes, si les chances de modernisation de la France ont progressé.
 A priori, la réponse est oui. Pour 3 raisons :
parce que J. Chirac va quitter le pouvoir et, avec lui, 12 ans déchecs, de Dabord double langage, de défense des causes sans risque, de propos lénifiants et de démocratie aussi compassionnelle quimpuissante, dimmobilisme public et social, agrémenté dincantations lyriques.
J. Chirac,en cela digne successeur de F.Mitterrand, aura été le fourrier du Front National, du populisme ainsi que le premier responsable de la crise de représentation politique. Jusquaux conditions mêmes de son déménagement de lÉlysée, cet homme aura dégradé sa fonction et affaibli la nation.
parce que S. Royal a perdu. La réussite dun projet suppose au préalable Ensuite une réflexion approfondie et mûrie dans le temps. Or, ses improvisations, sa légèreté, le flou de ses propositions, ses slogans parfois souvent simplistes («La France Présidente », « Votez pour vous ») où sabolit le principe même de pouvoir, ont montré que ce nétait pas le cas. Ajoutons à cela un programme encore largement inspiré des vieilles lunes du Parti Socialiste.
 Enfin,par la victoire de N. Sarkozy lui-même.
Il a indéniablement su convaincre autour de son nom grâce à sa capacité daction et un certain charisme. Il apparaissait, avant le deuxième tour, comme le moins incohérent, le moins obscur, le moins inconstant des deux « finalistes ».
la différence de 2002, le futur Président disposera donc dune solide base A politique (fort taux de participation sur les deux tours, capacité à réduire laudience du Front National, ampleur de sa victoire au second tour,), qui lui conférera une autorité accrue.
cette victoire le soumet aussi à un mandat impératif afin dopérer les Mais mutations nécessaires.