Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Rapport sur la performance énergétique des bâtiments. Comment moduler la règle pour mieux atteindre les objectifs ?

De
89 pages
La loi de mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement du 3 août 2009 a confié à l'OPECST la mission de proposer une modulation de la norme de consommation d'énergie dans les constructions futures, afin d'encourager la diminution des émissions de gaz à effet de serre.
Le rapport étudie la mise en application de cette règle dans la construction de bâtiments à basse consommation, dans une perspective de performance énergétique. Il indique quelles sont les marges possibles de modulation, présente les conditions de la mise en oeuvre de la nouvelle réglementation, l'impact économique et aborde les problématiques liées au sujet : concurrence entre les filières énergétiques, calcul du bilan carbone, contenu en CO2 de l'électricité.
Bataille (C), Birraux (C). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0065759
Voir plus Voir moins
 Président de l'Office
__________ Déposé sur le Bureau de l'Assemblée nationale par M. Claude BIRRAUX,
ASSEMBLÉE NATIONALE
N° 2141____
Par MM. Christian BATAILLE et Claude BIRRAUX Députés
SESSION ORDINAIRE DE 2009 - 2010 ____________________________________
Enregistré à la présidence du Sénat Le 4 décembre 2009
_____
'ÉVALUATION ECHNOLOGIQUES_____
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
 DOUZIÈME LÉGISLATURE ____________________________________
N° 135___ SÉNAT
Premier Vice-Président de l'Office
Déposé sur le Bureau du Sénat par M. Jean-Claude Étienne,
______________________________________________________________________________
__________
 Enregistré à la présidence de lAssemblée nationale  Le 3 décembre 2009 ___________________ OFFICE PARLEMENTAIRE D  DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET T ___________________ RAPPORTSUR
La performance énergétique des bâtiments : comment moduler la règle pour mieux atteindre les objectifs ?
 M. Gilbert BARBIER  M. Paul BLANC  Mme Marie-Christine BLANDIN  Mme Brigitte BOUT  M. Marcel-Pierre CLÉACH  M. Roland COURTEAU  M. Marc DAUNIS  M. Marcel DENEUX  M. Jean-Claude ÉTIENNE  M. Christian GAUDIN  M. Serge LAGAUCHE  M. Jean-Marc PASTOR,  M. Xavier PINTAT  Mme Catherine PROCACCIA  M. Daniel RAOUL  M. Ivan RENAR  M. Bruno SIDO  M. Alain VASSELLE
  Composition de l office parlementaire d évaluation des choix scientifiques et technologiques Président M. Claude BIRRAUX Premier Vice-PrésidentM. Jean-Claude ÉTIENNE Vice-PrésidentsM. Claude GATIGNOL, député Mme Brigitte BOUT, sénatrice M. Pierre LASBORDES, député M. Christian GAUDIN, sénateur M. Jean-Yves LE DÉAUT, député M. Daniel RAOUL, sénateur DÉPUTÉSSÉNATEURS
 M. Claude BIRRAUX  M. Jean-Pierre BRARD  M. Alain CLAEYS  M. Pierre COHEN  M. Jean-Pierre DOOR  Mme Geneviève FIORASO  M. Claude GATIGNOL  M. Alain GEST  M. François GOULARD  M. Christian KERT  M. Pierre LASBORDES  M. Jean-Yves LE DÉAUT  M. Michel LEJEUNE  M. Claude LETEURTRE  Mme Bérengère POLETTI  M. Jean-Louis TOURAINE  M. Jean-Sébastien VIALATTE
 5 
SOMMAIRE___ Pages INTRODUCTION.............................................................................................................7
I. Une triple révolution culturelle ............................................................................. 13A. Concevoir mieux pour économiser l'énergie ................................................................... 13B. Réaliser en sastreignant au zéro défaut........................................................................... 15C. Poursuivre un objectif de performance ............................................................................ 161. 16La part du comportement des utilisateurs ..................................................................2.Les limites du « calcul réglementaire » ...................................................................... 173.Le risque du contournement ....................................................................................... 18II. Les marges possibles de modulation.................................................................... 21A. Le refus de la facilité ....................................................................................................... 211. Maintenir la contrainte sur lensemble des cinq usages ............................................ 212. Conserver le coefficient de conversion de lélectricité............................................... 223. Compter les énergies renouvelables utilisées sur place ............................................. 26B. Ladaptation selon la localisation .................................................................................... 271. Généraliser le modèle retenu par « Effinergie » ........................................................ 272. Intégrer le besoin spécifique du confort dété ............................................................ 28C. Ladaptation selon la taille et la destination .................................................................... 301. Ajuster la contrainte pour les petits logements .......................................................... 302. Interpréter la contrainte pour les bâtiments tertiaires ............................................... 33a) Une démarche axée sur la performance effective................................................... 34b) La fragmentation du bâtiment par fréquence doccupation.................................... 35c) La vérification des critères objectifs de qualité du bâti .......................................... 35d) La mise en place d'un suivi des consommations .................................................... 36e) La publicité de la performance obtenue ................................................................. 36f) La constitution en réseau des responsables de l'énergie.......................................... 37
III. Le défi de la mise en oeuvre................................................................................ 39A. Le passage à une diffusion de masse ............................................................................... 391. Leffet d'illusion des expériences pilotes .................................................................... 392. Les contraintes du contexte institutionnel .................................................................. 40¾Les règles durbanisme ......................................................................................... 40¾ .............................................................................................. 41Les marchés publics3. La formation des professionnels................................................................................. 42¾ 43La multiplicité des initiatives en cours..................................................................¾ ........................................................................ 44Lintérêt de la double certification4. Limplication des industriels ...................................................................................... 46¾ 46Le camp de la résistance .......................................................................................¾ 48Le parti pris du volontarisme ................................................................................B. L'adhésion du plus grand nombre .................................................................................... 491. La sensibilisation........................................................................................................ 502. L'accompagnement ..................................................................................................... 51¾Le conseil .............................................................................................................. 52¾ 54Le contrôle ............................................................................................................¾ ............................................................................................................ 55La sanction3. Le financement ........................................................................................................... 57
IV. Limpact économique .......................................................................................... 59A. Le débat sur le surcoût..................................................................................................... 59B. La consommation dénergie............................................................................................. 61C. Les effets d'entraînement ................................................................................................. 621. La connexion avec la rénovation................................................................................ 622. Les pistes pour la recherche....................................................................................... 63a) Les isolants minces................................................................................................. 63b) Les réseaux de chaleur ........................................................................................... 64c) La qualité de lair intérieur ..................................................................................... 65d) Les pompes à chaleur ............................................................................................. 66e) Les plateformes technologiques ............................................................................. 673. L'ouverture de marchés extérieurs ............................................................................. 68
 6 
V. Les faux débats théologiques................................................................................ 71A. La « guerre des Trois » .................................................................................................... 71B. Le bilan carbone .............................................................................................................. 73C. Le contenu en CO2 de lélectricité .................................................................................. 751. Les éléments de bon sens ............................................................................................ 752. La saisonnalité de la demande délectricité ............................................................... 763. Le concept démission « marginale » ......................................................................... 784. Les termes du quiproquo ............................................................................................ 795. Un raisonnement par labsurde.................................................................................. 816. Le concept démission « moyenne marginale » .......................................................... 827. Le lien avec la taxe sur le carbone ............................................................................. 848. Le besoin d'un plafond d'émission de CO2................................................................. 859. Un cadre clair pour des choix optimisés .................................................................... 87
CONCLUSION.................................................................................................... 89
 7
SAISINE
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin