Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Rédaction d'une note 2005 Interne Adjoint d'animation

3 pages
Concours de la Fonction Publique Adjoint d'animation. Sujet de Rédaction d'une note 2005. Retrouvez le corrigé Rédaction d'une note 2005 sur Bankexam.fr.
Voir plus Voir moins
CONCOURS INTERNE SUR EPREUVES DADJOINT DANIMATION TERRITORIAL SESSION 2005 REDACTION DUNE NOTE A PARTIR DUN TEXTE OU DUN ARTICLE DE PRESSE RELATIF A LANIMATION Dure : 2h00 Coefficient : 2 Vous tes adjoint danimation dans la ville de X., de 50000 habitants. Le responsable du service jeunesse de la mairie vous demande de rdiger une note  son attention,  partir du document ci-joint et de vos connaissances personnelles. Dans cette note, vous proposerez un projet danimation  destination des jeunes collgiens qui ne frquentent pas ou plus les structures des centres de loisirs. Ce sujet comporte 3 pages y compris celle-ci Vous ne devez faire aaratre aucun sine distinctif dans votre note, ni votre nom, ni le nom dune collectivit existante, ni sinature, niara he. Les feuilles de brouillon ne seront en aucun cas prises en compte.
1
LES 8-14 ANS ET LEURS PRATIQUES DE LOISIRS - Sondage exclusif CSA / LES FRANCAS -- Octobre 1999 -Lanalyse des Francas I/ LE TEMPS LIBRE SELON LES ENFANTS convivialit est une caractristique fondamentale de lapproche du temps La libre parles enfants : tre avec des copains arrive largement en tte. Lamusement - parfois proche de lactivit de consommation, seul ou avec dautres - est galement un critre important: regarder la TV, jouer aux jeux vido, aller au cinma…  Cetteconvivialit doit certainement tre croise avec libert et non-engagement, sans pour autant que ce non-engagement soit synonyme de ne rien faire. Ainsi les pratiques dactivit (lecture, sport, activits…) ne sont pas places en haut du tableau. qui plat dans le temps libre : le jeu, les copains. Leffort nest pas mis Ce spontanment en avant; lautonomie laisse aux enfants peut les amener  se contenter de simples activits de consommation (Comment les aider  aller vers les richesses du temps libre sans les y obliger ? Il y a l matire  rflexion) ; la solitude, lobligation sont rejetes. centre de loisirs napparat absolument pas comme un lieu rfrent, moins que Le la sortie en famille. Il est  noter cependant qu linverse des autres institutions, le centre de loisirs est moins identifi au temps libre par les plus jeunes que par les plus gs. Ces derniers ont certainement plus la possibilit de ne pas y aller sils le souhaitent. (Donc sils y vont, cest du temps libre). II/ DES SUITES  DONNER  Le temps libre est fortement associ au ludique et certainement  labsence de contrainte. On pourrait en dduire que les enfants ont une approche du temps libre plus restrictive que nous les ducateurs. Les enjeux que nous mettons dans le temps libre ne leur apparaissent certainement pas de la mme manire. On peut rapprocher cela du sondage de la CNAF qui faisait ressortir que les mnages ne voient pas dingalits dans le temps libre alors que pourtant elles sont manifestes. Pour aller  la rencontre des enfants, il faut donc prciser ce que nous appelons temps libre ou bien alors changer de vocabulaire.  Lecentre de loisirs nest certainement pas identifi comme ayant une forte valeur ludique - valeur recherche ou identifie au temps libre. Cela doit nous interroger sur le fonctionnement mme des centres de loisirs, mais aussi sur la place que les pouvoirs publics leur accordent dans le cadre de leur action (dabord un mode de garde ?)  Laccs aux richesses du temps libre suppose pour une large part lacceptation volontaire de contraintes. Ces contraintes, lorsquelles leur sont imposes, ne sont pas spontanment acceptes par les enfants (alors que lon peut constater que, dans le cadre dun projet quils initient eux-mmes, les enfants se donnent et respectent de fortes contraintes). Cela peut les amener  se tourner uniquement vers des activits de consommation sans engagement de leur part. Cest certainement l que se reproduisent ou se produisent les ingalits face au temps libre. Entre ceux qui acceptent de participer  des activits supposant lacception  2
de contraintes et les autres. Alors peut-tre que lincitation a dpass les simples activits de consommation et passe par la prsence des copains? Cest certainement un vecteur sur lequel il est ncessaire de travailler si lon veut aller  la rencontre des enfants et des jeunes dans le temps libre. Il y a l des pistes  travailler. Faire en sorte que les activits proposes apparaissent comme un lieu de rencontre des copains. Les copains sont dabord recherchs (90%). lon veut favoriser laccessibilit du plus grand nombre denfants aux loisirs, ce Si sondage nous donne un certain nombre de pistes daction : Au plan gnral,il convient de dvelopper laccessibilit des propositions :  auplan conomique,  envitant une trop grande dpendance  la disponibilit des parents, a nexiste pas prs de chez en adaptant loffre au territoire de vie (« moi »). En direction des structures daccueil,et en particulier du centre de loisirs :  revaloriser leur image gnrale (elles napparaissent pas comme une possibilit de temps libre ou semblent trop contraignantes),  fairedes propositions par rapport  la possibilit de rencontres, dchanges avec les copains ou par rapport  des activits nouvelles o lamusement doit avoir toute son importance, la possibilit (la libert) de choix, donner les centres de loisirs (la diversit des activits, les horaires…) amliorer pour ceux qui les frquentent.  envisager galement, mais dans une moindre mesure pour ceux qui ne frquentent pas. Fiche technique : Sondage exclusif CSA / LES FRANCAS ralis du 18 au 29 octobre 1999 auprs d'un chantillon de 652 enfants gs de 8  14 ans. Mthode des quotas (sexe, ge, catgorie socio-professionnelle du chef de mnage), stratification gographique et taille dagglomration.
3
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin