La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

71
LE STRATÈGE
COLLECTIF STRATÉGIE
Quels choix économiques face à la crise ?
Exposés : Quentin Peel, Abderrahmane Hadj Nacer, Mouna Cherkaoui,
Discutants : Mohamed Soual et Françoise Clottes
Synthèse : Adil El Mezouaghi
Enjeux nationaux d’une crise globale
Omar Aloui
Banques : que deviennent les règles prudentielles ?
Hicham Benjamaâ
La crise et la tentation protectionniste
Alfredo Valladao 72
LE STRATÈGE
COLLECTIF STRATÉGIE INTRO
Quels choix
économiques face à la crise ?
Adil El Mezouaghi, Cesem-Hem
es subprimes aux faillites la même intensité, elle revêtirait très qu’un ralentissement de la croissance
de nombreux établisse- vite un caractère social, avec toutes les ou une récession économique constatée
ments bancaires, la crise répercussions sur la sécurité publique, dans des pays partenaires peuvent en-D
que connaît l’économie la paix sociale, le bien-être et la quiétude gendrer un affaiblissement de la capacité
mondiale n’a pas fni de marquer des citoyens. Du coup, elle questionnerait d’investissement des entreprises. La
notre époque. Invitant à réféchir non ouvertement notre modèle de dévelop- seconde tendance, qui se veut optimiste,
seulement sur l’étendue de ses dégâts, pement économique et notre mode de espère que l’économie marocaine serve
mais également sur la gouvernance de gouvernance. de base de repli à des capitaux menés
l’économie mondiale, elle peut inciter les Sur les aspects de la gestion de cette à mal, ailleurs, par une mauvaise
pouvoirs publics à imaginer une autre crise au Maroc, les décideurs ont rejoint conjoncture. Une lecture avertie des IDE
façon de gérer les questions économi- les investisseurs pour affcher un certain au Maroc montre que ceux-ci concernent
ques et fnancières. La mondialisation optimisme, au début du moins. Leur particulièrement le secteur du tourisme,
des échanges, ainsi que la libéralisation discours a progressivement migré vers ce qui en fait un secteur à surveiller. Un
fnancière, ont transposé les effets de affaiblissement du pouvoir d’achat de plus d’interrogations, plus de prudence,
la crise, commencée aux Etats-Unis, touristes potentiels pourrait engendrer et aujourd’hui plus de pragmatisme.
puis dans la zone Euro et aux marchés une baisse des fréquentations. A tous ces Ils admettent fnalement que le Maroc
asiatiques. Si ces effets sont apparus impacts, s’ajoute le fux des transferts sera touché par la crise mondiale. Les
dans les places boursières, ils n’ont pas des MRE qui vivent dans les pays touchés
Le Collectif tardé ensuite à toucher l’économie réelle. par la crise. Les chiffres disponibles
Si cette crise a eu de fâcheuses montrent que les volumes sont en légère Stratégie ambitionne,
répercussions partout, elle a le mérite baisse.tout au long de l’année
de regorger d’opportunités, la principale L’immobilier marocain se portait visible-
2009, de réféchir étant d’offrir à des économies comme ment bien ces dernières années. L’avenir
la nôtre de réféchir sur leur structure, de ce secteur reste cependant dans sur l’impact de cette
leurs projets, leur avenir. La crise nous l’expectative d’une politique de diversif-crise, sur les opportuni-
interroge, par ailleurs, non seulement cation de l’offre et de son orientation vers
tés à saisir, ou les sur des thématiques économiques, la classe moyenne locale.
mais aussi et surtout sur des problèmes risques à gérer Le Collectif Stratégie s’intéresse à ces
politiques. La corruption, la concurrence, questions et ambitionne d’appréhender
l’informel, les trafcs de tout genre, la la capacité de l’économie marocaine à multiples accords de libre-échange
redistribution et l’ouverture régionale, tenir compte de ce nouveau contexte de ce pays et sa balance commerciale
sont, en réalité, des sujets qui incombent international. Tout au long de l’année éternellement défcitaire indiquent que
aux politiques, et qui peuvent être des 2009, Il sera amené à réféchir sur ses exportations sont menacées. Ses
facteurs aggravants ou, au contraire, l’impact de cette crise, sur les oppor-principaux marchés sont en diffculté.
des sorties potentielles de la crise tunités à saisir, ou les risques à gérer, Au niveau des IDE, deux visions antago-
économique. Si cette crise économique sur la gouvernance de notre économie nistes s’affrontent quant à l’impact de
que connaissent des pays partenaires et son ancrage dans son environnement cette crise sur leur volume. La première
venait à être transférée au Maroc avec régional et international. tendance, pessimiste, indique clairement La revue ECONOMIA n°5 / février - mai 2009 73
LE STRATÈGE
COLLECTIF STRATÉGIE
EXPOSÉS
Reconstruire
un équilibré !ordre
Quentin PEEL
Editorialiste
au Financial Times
ette crise est sans
aucun doute un moment
dramatique, dont il est
impossible de prédire C
les conséquences. Mais
je vais essayer quand même de tirer
quelques enseignements, et d’expli-
quer comment nous nous sommes
retrouvés dans une situation extrême-
ment compliquée.
Deux sonnettes
d’alarme !
Mon collègue Martin Wolf a écrit
cette semaine : "Soyez les bienve- toute autre depuis sept décennies, remonte rapidement) et une récession
nus en l’année 2009 ! C’est l’année c’est-à-dire depuis les années trente. sous forme de U – devant durer 2 ou
où le destin de l’économie mondiale Si nous sommes intelligents, il est 3 ans. Mais maintenant il parle d’un
va être décidé, peut-être pour des possible que la récession dure deux choix entre le U et la lettre L - une
générations. Il y a des personnes qui ou trois ans. Mais si nous poursuivons récession de type japonais qui s’étale
croient toujours que nous pourrons une politique fausse, qui emprunte sur dix ans !
rétablir la croissance déséquilibrée la route du protectionnisme, comme
des années précédentes. Ils ont tort. dans les années 30, cela pourrait
Crise mondiale Nous avons à peine le choix entre une facilement devenir une dépression de
ou crise d’un système ?économie mondiale mieux équilibrée dix ans."
et la désintégration. C’est un choix Nowiel Ranbin, un économiste Il y a un an, il y avait des gens qui
que nous ne pouvons pas remettre à américain né en Turquie, disait il y a croyaient que c’était un problème
plus tard. Il faut le faire cette année. quelques mois que c’était un choix exclusivement américain, ou plutôt
Nous sommes saisis par une crise entre une récession symbolisée par anglo-saxon. On parlait de "décou-
fnancière mondiale plus sérieuse que la lettre V (on touche le fond et on plage", on disait que les économies 74
LE STRATÈGE
COLLECTIF STRATÉGIE
Reconstruire un ordre équilibré !
émergentes, comme la Chine, pour- transports en bateaux, du fer, et de le défcit énorme des Etats-Unis de
raient compenser le ralentissement la réfrigération… Plus tard, d’autres l’autre. L’accélération de ce déséqui-
américain. L’Europe aussi pourrait révolutions se sont produites : le libre pendant la dernière décennie a
échapper à la crise, racontait-on ! On marché unique en Europe et la chute rendu la situation non viable (unsus-
voit maintenant que ce n’est pas vrai. tainable imbalances).
L’économie chinoise a ralenti, passant Le chômage en
d’une croissance de 12% par an à 5% - Même crise que dans le Europe aura des et peut-être moins. Pour un pays avec
passé, moins le cavalierune population énorme et une attente répercussions sur
encore plus grande, c’est dramatique. Nous n’apprenons rien de l’histoire.
les migrants. Dans la zone Euro, la récession est C’est l’économiste J.K.Galbraight qui
arrivée pour de bon. Les exportateurs a dit : "Il peut y avoir peu de champs Certains vont
de pétrole sont frappés eux aussi d’effort humain où l’histoire compte
probablement - surtout la Russie, mais aussi les si peu, comme c’est le cas dans le
pays du Golfe. La perte de demandes monde des fnances. L’expérience du vouloir revenir
aux Etats-Unis et en Europe a un passé est renvoyée comme le refuge
chez eux. effet mondial. Les prix des produits de ceux qui n’ont pas la perspicacité
minéraux, y compris le pétrole et le d’apprécier les merveilles incroyables
gaz, sont tombés dramatiquement de l’empire soviétique. du présent". Il aurait pu parler de no-
des hauts niveaux où ils avaient été On croyait que c’était la fn de l’his- tre crise de 2008. Nos prédécesseurs
poussés par la spéculation, au com- toire et le triomphe de la démocratie n’ont jamais entendu parler de Hedge
mencement de l’année dernière. libérale, style américain. Cette coïn- funds derivatives, structured assets,
C’est une crise mondiale ! Mais com- cidence, de l’ouverture de la Chine, la ou subprime mortgages, mais l’arri-
ment sommes-nous arrivés à cette chute de l’URSS, de l’arrivée d’Inter- vée de cette crise et ses causes, ont
situation critique et pourquoi la sortie net et de l’accélération de la migra- été semblables à celles de toutes les
est-elle si diffcile à prédire ? Est-ce tion à travers les frontières, avec une crises fnancières depuis la deuxième
une crise du capitalisme américain ? libération du commerce grâce aux guerre mondiale. Une longue période
Ou seulement une crise cyclique plus négociations de l’Uruguay round, de prospérité apparente qui fnit
sérieuse que d’habitude ? Prenons c’était la révolution internationale ! Au par une accélération rapide des prix
un peu de recul, pour regarder les moment du triomphe de l’Occident, a immobiliers et des prix des actions de
changements dramatiques qui ont eu commencé un mouvement fondamen- Bourse ; une période de croissance
lieu en même temps. tal du pouvoir économique de l’Ouest continue, mais graduelle, qui conduit
vers l’Est. Derrière ces grands chan- à la recherche de profts élevés, par
Connexions historiques gements géopolitiques, il y avait une exemple dans les marchés émer-
Commençons par la fn des années explosion de l’utilisation de capitaux gents, à l’accélération des défcits
70, avec l’arrivée de Deng Xiao Ping à fnanciers - Financial assets. En 1980, commerciaux et de l’importation des
la tête du gouvernement chinois. C’est le total des capitaux fnanciers était capitaux.
l’ouverture de l’économie chinoise qui à peu près de 109% du PIB global. En
a commencé, même si nous ne nous 1995, il représentait 218%, et en 2005, Selon les études de Carmen Rein-
en sommes pas rendu compte tout il arrivait à 316%. Du total des $ 140 hardt et Kenneth Rogdy, qui ont
de suite. Simultanément, il y a eu la trillions, les Etats-Unis, l’Europe et le répertorié 18 crises bancaires depuis
révolution des transports, avec l’arri- Japon possédaient 80 %. Mais pen- la seconde guerre mondiale, il y a
vée de containers et supertankers, et dant les années 90, a commencé un eu aussi une accumulation de dettes
ensuite l’arrivée d’Internet... C’était autre phénomène - global imbalance- publiques, un ralentissement du
le commencement de la deuxième ment - le déséquilibre mondial, entre taux de croissance et, souvent, une
période de la globalisation. La pre- le surplus commercial de la Chine, période de dérégulation fnancière.
mière date de la fn du XIXème siècle, du Japon, de l’Allemagne et des pays Pensons aux années 1970, quand les
avec l’arrivée du télégraphe, des exportateurs de pétrole d’un côté, et pétrodollars - un autre déséquili-La revue ECONOMIA n°5 / février - mai 2009 75LE STRATÈGE
bre- arrivaient sur les marchés de
capitaux et faisaient baisser les taux
d’intérêt. Les banques avaient beau-
coup d’argent et cherchaient partout
de meilleurs rendements : elles ont
trouvé les marchés émergents d’Amé-
rique latine et d’Europe de l’Est. Mais
tout a explosé quand le gouvernement
mexicain a suspendu son service des
dettes en 1982.
Nuance ! Dans le passé, à chaque
crise, il y a toujours eu la cavalerie qui par an, il n’y avait pas de problème. pas de système de sauvetage fscal
galopait au secours. C’était la cava- Mais à un taux de croissance de 5%, dans la zone Euro. Il faut le créer.
lerie américaine. Cette fois, la crise a il y a très vite eu un surplus. A un
commencé aux Etats-Unis. Où est la certain moment l’année dernière, il Et pour vous, les marchés
cavalerie ? Elle est prise dans la crise! semblait que les sovereign wealth émergents? Le chômage en Europe
C’est un moment curieux. La crise funds de la Chine, du Golfe, même de aura des résultats sur les migrants
est venue en même temps très vite et Russie, pourraient nous aider. Mais marocains. Ils ne vont plus pouvoir
très lentement ! Cela me rappelle le maintenant ils ont trop de problèmes envoyer d’argent. Certains vont proba-
coyote qui poursuit le géocoucou (Bip- chez eux. On croyait que l’Europe blement vouloir revenir chez eux. Le
bip, the roadrunner) dans ces dessins -l’Euro-zone - pourrait échapper aux tourisme est une dépense de choix.
animés de la Warner Bros : il arrive à pires conséquences. Mais le chômage On va prendre les vacances chez soi,
la falaise et continue à courir très vite, croît en Allemagne. Pour toute la surtout les Britanniques, qui ont vu la
mais il n’y a plus alors que le vide en zone Euro, le chômage au mois de Livre Sterling baisser de 30% contre
dessous. Avec la faillite de Lehmans novembre a augmenté de 7,7% à 7,8% l’Euro.
brothers, on a vu les connexions mon- - contre un taux de 7,2% il y a un an.
diales de tout le marché fnancier. Le La vente d’automobiles en Allemagne Qu’est-ce que l’on peut
gel de crédits est rapidement devenu - de Mercedes, Porsche et BMW-
faire au niveau mondial ?global. est tombée de 21% pendant l’année
dernière. Aux Etats-Unis, les derniers 1) Persuader les pays en surplus - la
chiffres du chômage sont choquants: Chine, le Japon, l’Allemagne, les pays Quand la Chine
524 000 emplois ont été perdus au du Golfe - d’augmenter la demande
se grippe … mois de décembre 2008, plus que chez eux. Les Etats-Unis ne peuvent
Au mois de juillet en Russie, un bon dans tout autre mois depuis 1945. plus supporter la croissance mondiale
mot de Vladimir Poutine a entraîné "Tous les secteurs commencent à avec leurs défcits énormes. C’est de
une chute de la Bourse et, tout de baisser en même temps". En Europe la folie !
suite, on a vu comment les oligarques de l’Est, il y a de grands problèmes, 2) Coordonner le sauvetage de
étaient endettés vis-à-vis du monde surtout dans les nouveaux pays mem- l’économie mondiale avec un G14, au
extérieur. Au mois de septembre, j’ai bres de l’Union européenne, comme moins avec la Chine, l’Inde, le Brésil.
rencontré le directeur d’une société la Roumanie, où les consommateurs Le G7 ou G8 ne sont plus adéquats. Le
sidérurgique russe : elle ne travaillait comme les sociétés, ont emprunté en G20 est trop diffcile à coordonner !
plus que trois jours par semaine, à euros. Dans la zone Euro, la spécu- 3) La crise est aussi une occasion
cause de la perte de demande de lation immobilière en Espagne et en d’en profter pour construire un ordre
la Chine. Et tout à coup, nous nous Irlande y a, en premier lieu, précipité d’équilibre, et pas de déséquilibre !
rendons compte que les Chinois pro- la crise. Quelle est la différence entre Pascal Lamy, directeur général de
duisent un surplus d’acier de 120 mil- Irlande et Islande ? Une lettre et six l’OMC, a rêvé d’un grand accord : en
lions de tonnes par an, un surplus qui mois ! Maintenant le problème est même temps un accord sur Doha, le
excède la production totale du Japon, peut-être plus sérieux en Grèce. Que post-Kyoto, la réforme de l’ONU et la
deuxième producteur mondial. va-t-il arriver si ce pays ne peut plus réforme des institutions de Bretton-
Tant que la Chine croissait de 12% payer ses dettes publiques ? Il n’y a Woods. Pourquoi pas ?76
LE STRATÈGE
COLLECTIF STRATÉGIE
EXPOSÉS
Envisager
une solidarité régionale !
our commencer, je vou- Ceux qui ont réagi de la meilleure L’Asie réagit face
drais rendre hommage à façon, ce sont les Japonais et les
un des auteurs auxquels à cette crise comme Chinois. Les Japonais ont conçu un
je ne peux que donner fonds de 100 millions d’euros, non P une seule entité.
raison aujourd’hui ; c’est pour relancer leurs économies mais
Roubini. Il fait partie des rares écono- La Chine vient de plutôt pour leur environnement ré-
mistes à avoir prédit la crise actuelle, gional. Sans faire de discours, ils sont déclarer ne pas
bien qu’il soit diffcile de faire des allés participer davantage dans des
prévisions en économie. A posteriori, vouloir soutenir le économies avec lesquelles existait
on arrive toujours à avoir de belles ex- une interdépendance. Les Chinois, dollar américain
plications. A priori, il est plus diffcile de leur côté, ont monté un fonds de
de se prononcer. Ce qui est impres- ad vitam aeternam 500 millions de dollars américains.
sionnant au jour d’aujourd’hui c’est Ils n’ont pas utilisé ce montant pour sans contrepartie.
l’absence de propositions ! relancer la croissance interne. Ils ont
dit qu’il servirait à la croissance régio-
nale. Tout semble indiquer que l’Asie Entre nostalgie et
réagit face à cette crise comme une
conscience régionale seule entité. La Chine vient d’ailleurs
A l’échelle du monde, comme à celles de déclarer qu’elle n’avait pas l’inten-
des continents, on se contente de tion de soutenir le dollar américain
retours vers le passé. On parle alors ad vitam aeternam sans contrepartie.
de New Deal. Ce que propose par Ce n’est pas une menace, mais ça y
exemple le Président Obama, c’est ressemble. Que serait donc le dollar
le rêve de pouvoir réappliquer les sous la pression chinoise ?
solutions des années 1930, basées sur De l’autre côté du monde, l’Amérique
les grands projets d’infrastructure latine, dans un style moins ordonné,
et de construction. Or, aujourd’hui, a laissé entrevoir une capacité à
le potentiel de développement de ce la solidarité régionale. Après de
secteur aux Etats-Unis est minime. sérieuses rencontres entre Argentins
Tout est construit ! et Brésiliens, on a montré un attache-La revue ECONOMIA n°5 / février - mai 2009 77LE STRATÈGE
ment certain à une solution régio- Les Etats du Sud ont intérêt à intégrer
nale de la crise actuelle. Concernant
l’Amérique du Nord, on s’attend à un une logique de développement durable,
effet Obama, si tant est qu’il y en ait et des industries utiles aux Etats du Nord
un. Son Congrès le suivra-t-il ? L’effet
Obama, c’est un retour vers le New
Deal, centré autour des questions effets de la croissance. Tout ce que un temps pensé à un New Deal égale-
locales. Il n’y a pas encore de pensée l’on constate aujourd’hui, c’est le ment. Toutefois, de sérieuses études
mondiale là-dedans. passage du capitalisme marchand au indiquent que même en doublant le
capitalisme fnancier, en passant par nombre de TGV, et en reconstruisant La réforme, quand ça
le capitalisme industriel, pour arriver tous les HLM, on ne gommera pas
arrange les grands ! aujourd’hui au capitalisme du chaos. les effets de cette crise. Il faut donc
De leur côté, les institutions inter- Tant que les plus puissants de ce trouver un réservoir de croissance. Il
nationales FMI et Banque mondiale monde n’auront pas trouvé une sortie se trouve justement en Méditerranée
restent encore à l’écart. Et quand de crise qui leur soit favorable, il ne et au-delà en Afrique sub-saharienne.
le directeur général de l’OMC s’ex- faut s’attendre à aucune réforme. Cela Il ne s’agit surtout pas de "taper dans
prime, c’est pour dire "Je rêve !". explique certainement la réaction la poche du contribuable européen
Or, l’OMC est aujourd’hui le refet asiatique face à cette crise. Alors que pour remplir celle du citoyen maghré-
des égoïsmes nationaux. L’OMC est les grands de ce monde s’occupent bin". Il s’agit de trouver une nouvelle
donc tout sauf la globalisation : c’est à trouver une issue, les Asiatiques confguration dans laquelle un nouvel
la gestion commune des protection- agissent de façon solidaire. La globa- équilibre international serait pleine-
nismes nationaux. Ne nous leurrons lisation, ayant montré ses limites, on ment réalisé. Les conditions à réunir
pas ! A l’OMC, on passe des barrières est entré dans une nouvelle phase de pour arriver à cet équilibre seraient
tarifaires aux barrières non tarifaires régionalisme. d’abord un changement géographi-
et ensuite aux barrières écologiques, que, un changement d’équilibre social
etc. C’est un instrument de protection et un changement des modèles de C’est paradoxalement
des plus puissants. En réalité, on ne développement.
une chance pour veut pas réformer les institutions de
la Méditerranée Bretton-Woods. On ne veut pas non Dans ce registre de changement du
plus réformer la Banque des règle- Qu’en est-il alors de notre région, modèle de développement, les Etats
ments internationaux. Cela indique, la Méditerranée ? C’est le centre du du Sud ont intérêt à intégrer une logi-
au fond, que les grands pays ne sont monde, car c’est le centre des problè- que de développement durable, en ce
pas prêts. Ils n’ont pas mesuré les mes ! Pour ce qui est de l’Europe, on a sens qu’ils devraient développer des 78
LE STRATÈGE
COLLECTIF STRATÉGIE
Envisager une solidarité régionale !
industries utiles aux Etats du Nord, et si un Algérien payait la retraite d’un La solidarité ou le chaos !
à même de constituer des leviers de Français, du moment que le travail se Les rapports Nord-Sud, tels qu’ils
développement au Sud. La révolution trouve en Algérie. sont, me font penser au néo-colonia-
écologique est donc une opportunité lisme. A chaque fois que les écono-
à saisir dès le départ. Ne parlons pas Cela suppose une évolution politique mies du Nord se trouvaient mal, on
de délocalisation, mais de multi-loca- pour laquelle nous ne sommes pas se retrouvait tous dans le sud, avec le
lisation de ce type d’industrie. Nous prêts. L’intelligentsia européenne même tramway pour doper ces éco-
avons donc à penser ensemble de n’est pas prête. Dans le Sud, nous fai- nomies en panne. A aucun moment,
nouvelles formes d’industrie, et non sons face à une mémoire du Nord qui on n’a observé de montage de ces wa-
la réparation des anciennes. Nous est arrogante. Notre mémoire dans gons dans le Sud. On est parfaitement
avons également à penser ensemble dans une économie d’échange iné-
Soit nous aurons, les nouvelles routes du monde. La gale. Cela me rappelle un rapport de
Méditerranée se retrouve à nouveau la CIA selon lequel l’Iran deviendrait en Eurafrique, une
au centre du monde. Si les Chinois un pays fréquentable, et que "l’arc de
perception les s’installent en Algérie, au Maroc crise", c’est le reste du monde musul-
et ailleurs, c’est surtout pour se man. Dans l’arc de crise, on retrouve uns des autres qui
rapprocher des marchés européens, le Maroc et l’Algérie, mais aussi la
diffère de l'actuelle, et se retrouver au centre du monde Somalie.
justement. L’exemple de Tanger Med pour concevoir
est un cas intéressant. Il intéresse les Cela veut dire que le chaos n’est
l’avenir ensemble, Chinois au premier plan. C’est plus pas loin. Une des façons de gérer le
une opportunité pour eux que pour chaos, c’est la recolonisation, comme soit la situation
les Marocains eux-mêmes. En réalité, en Somalie. Les actes de piratage que
annoncée de chaos l’Europe a aujourd’hui besoin d’un ces côtes ont connus ont souvent été
centre de dégroupage, à l’image de expliqués par la situation du pays, ses engendrera de
Dubaï ou de Rotterdam, qui n’existe problèmes politiques, et son impasse
nouveau une guerrepas dans le Sud. Ces changements ne socio-économique. Aujourd’hui, c’est
sont hélas possibles qu’en créant des la solution militaire qui est envisagée,
relations de solidarité avec le Nord, le Sud est, quant à elle, blessée. La avec l’intervention du G7 soutenue par
relations qui n’existent pas. rencontre d’une mémoire arrogante quelques Etats du G20.
et d’une mémoire blessée est diffcile.
L’islamophobie, qui a pris la place de En conclusion, soit nous aurons, dans Des évolutions nécessai-
l’arabophobie, est un nouveau phéno- l’ensemble Eurafrique, une percep-
res, mais douloureuses mène inquiétant. Elle ne permet pas tion les uns des autres qui diffère de
Ces relations nécessitent deux types la réfexion sur des sujets concernant celle que nous vivons, pour concevoir
de révolution. Une, géographique, les changements des frontières. l’avenir ensemble. Soit la situation
pour faire en sorte que la frontière L’idée, selon laquelle nous faisons annoncée de chaos engendrera de
sud de l’Europe soit le Sahel. Cet élar- partie d’un même espace au sein de nouveau une guerre, ou dans le
gissement s’entend économiquement la Méditerranée avec une solidarité moindre des cas, la désignation de
et non politiquement avec un objectif régionale, ne passe toujours pas. l’autre comme bouc émissaire, celui
clair : déplaçons les activités et non L’ouverture de l’Europe à l’Est est le qui est responsable de cette crise qui
les facteurs de production (ressources résultat d’une conviction d’un partage n’en est qu’à ses débuts. La Méditer-
humaines et matières premières). de la même culture. La diffculté de ranée, même si elle porte en elle tous
Cela pourrait nous conduire à une l’ouverture vers le Sud, même si les les problèmes, est la solution à cette
troisième révolution, celle conduisant intérêts sont évidents et la complé- crise. Le Maghreb est manifestement
à une solidarité régionale des comp- mentarité fagrante, ne trouve pas appelé à jouer un rôle important dans
tes sociaux. Je ne serais pas choqué d’autres explications à mes yeux. cette nouvelle confguration régionale.La revue ECONOMIA n°5 / février - mai 2009 79
LE STRATÈGE
COLLECTIF STRATÉGIE
EXPOSÉS
Impact incertain
incertitude et
problématique!
montrent que dans des pays tiers
aisons avant tout un également (Chine, Inde et Brésil), la
travail d’explication de croissance connaît un ralentissement.
cette crise. C’est d’abord La confance du monde des affaires
une crise fnancière baisse aussi. Les prix du pétrole, F
qui s’étend à l’écono- des métaux, des matières premières
mie réelle au sein de la plupart des agricoles sont en baisse continue
pays de l’OCDE. Un rapport de cette et le chômage continue toujours de
institution portant sur la situation grimper.
économique, mais également sur des Face à cette crise, des plans de
prévisions pour 2009 et 2010 indique relance ambitieux ont vu le jour aux
qu’une récession est à prévoir pour Etats-Unis et en Europe. Ce sont des
2009 et une relance pour 2010. Les plans d’envergure, et leur montant est
taux de chômage sont eux prévus à la important. L’Europe a demandé à ses
hausse, particulièrement dans la zone Etats membres d’y consacrer 1,5 % de
de l’Union européenne. leur PIB. Donc, la marge de manœu-
vre des Etats est différente à chaque
fois. Baisse des taxes, soutien aux Les chiffres de l’OCDE
entreprises, promotion de l’investis-
et les craintes du Maroc sement, le panel des actions entrepri-
Tout a commencé quand les Bourses ses reste tout de même classique. Par toires, et de bibliothèques du XXIème
ont enregistré des chutes importan- ailleurs, le plan américain de relance siècle
tes. Ensuite, le nombre de permis contient les éléments suivants : • Réduction d’impôts pour 95% des
d’habiter – indicateur de l’état de • Doublement de la production de contribuables américains
l’immobilier - a chuté entre 2007 et l’énergie renouvelable Ces explications des manifestations
2008, dans beaucoup de pays, notam- • Rénovation des bâtiments publics de la crise dans les pays de l’OCDE
ment aux Etats-Unis et en Espagne. • Reconstruction de routes, de ponts peuvent justifer quelques craintes et
Les ventes de voiture ont également et d’écoles préoccupations pour le Maroc, compte
baissé de façon signifcative. Ces • Mise à jour et informatisation du tenu des liens économiques qu’il
chiffres indiquent qu’il y a récession système de santé entretient avec certaines économies
au sein de l’OCDE, mais d’autres • Construction d’écoles, de labora- de l’OCDE.80
LE STRATÈGE
COLLECTIF STRATÉGIE
Impact incertain et incertitude problématique !
Le moral manufacturier, c’est de savoir avec quelle ampleur
• Une diminution des effectifs dans nous serons touchés ! Ces effets se des entrepreneurs
les branches industries du textile et manifesteraient comme suit :potentiellement affecté
du cuir, et dans celle des industries
Les liens importants que le Maroc alimentaires, • Baisse des transferts des MRE
entretient avec ces pays de l’OCDE • Une hausse des effectifs dans les se des IDE
font qu’il y a déjà un impact de cette différents secteurs couverts par • Baisse des exportations
crise sur le Maroc. Sur les données l’enquête,se de la croissance
de janvier à novembre 2008, les • Une hausse de la production du • Hausse du chômage
recettes des MRE, qui avaient connu secteur minier • Accroissement de la pauvreté et
une hausse constante depuis 2003, • Une baisse de la production du diffcultés à maintenir les progrès
viennent de connaître une sensible secteur de l’énergie. réalisés pour la poursuite des objec-
baisse. Pour les recettes au titre des Un premier constat : les secteurs qui tifs du millénaire
IDE et des prêts privés étrangers, il y emploient le plus de salariés se dé- Ces effets risquent d’être accentués
a également une baisse. Les données clarent plutôt à la baisse, et en proie à du fait de quelques fragilités de notre
concernant les importations et les des pertes d’emplois. économie. Nos exportations sont
exportations, celles concernant les concentrées sur l’Europe, région
aujourd’hui touchée de plein fouet
par la crise. Du fait de l’importance
Observateurs et acteurs de l’économie sont du tourisme, de l’importance des IDE
et de celle des transferts de MRE, convaincus que les effets de la crise
notre économie se trouve davantage
arriveront bel et bien. Le tout, c’est de savoir exposée à des retombées de cette
crise mondiale.avec quelle ampleur nous serons touchés !
Que disent les études
au Maroc sur l’impact
de la crise ?
En ces temps diffciles pour notre
économie, subsiste une question
relative à l’existence d’études pouvant
nous éclairer sur l’impact de cette
crise. Dans les études explorées, trois
thématiques primordiales à cerner :
• Impact des chocs externes sur la
Les effets de la crise recettes des voyages, le textile et le croissance marocaine
cuir, connaissent une baisse aussi. • Impact d’une baisse des exporta-sont bel et bien là
Le prix du phosphate, quant à lui, a Pascal Lamy a déclaré que cette crise tions sur l’économie
baissé pour rebondir. Mais qu’en pen- allait "avoir un impact profond et se des exporta-
sent les entrepreneurs ? Une étude prolongé sur les pays en développe- tions sur la dynamique de l’emploi
du HCP a sondé leur moral pour le ment". D’ailleurs, pour ce qui est du En 2005, Mustapha Ziki, professeur à
4ème trimestre 2008. Leur pronostic Maroc, une revue de presse avertie l’Université de Marrakech, s’est inté-
révélé par cette étude fait état de : nous a révélé que tous les observa- ressé, par une approche économétri-
• Une quasi-stagnation de l’activité teurs et acteurs de l’économie natio- que dite des SVAR, à la contribution
du BTP, nale sont convaincus que les effets de des chocs internes et externes sur
• Une quasi-stagnation du secteur la crise arriveront bel et bien. Le tout, les fuctuations macroéconomiques