//img.uscri.be/pth/ff1fe74831c9a32df0d3f3668fd11f567bd265bf
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Synthèse

12 pages
  • revision - matière potentielle : des cadres référence
  • cours - matière potentielle : des formations et des travaux de groupes
  • cours - matière potentielle : elaboration
  • cours - matière potentielle : nombreuses iterations
  • cours - matière potentielle : des trois phases du projet
  • cours - matière potentielle : du travail en partenariat de quatre proprietes de la valeur d' usage agricole
Combiner des recherches en agroécologie et des dispositifs participatifs pour construire des outils d'évaluation des prairies permanentes Résumé L'objectif de cet article est de montrer comment, partant des concepts et methodes de l'ecologie fonctionnelle, le travail en partenariat au cours d'une decennie avec des eleveurs et des conseillers agricoles a permis de construire pas a pas une boıte a outils pour caracteriser la valeur d'usage des prairies permanentes. La base commune aux cinq outils de cette boıte est la caracterisation de la composition fonctionnelle de la vegetation.
  • co ur
  • rela- tions convergentes de sens
  • herb'
  • donnees recueillies
  • prairies
  • services de production
  • service production
  • service de production
  • methode
  • outil
  • outils
  • dispositif
  • dispositifs
  • tion
Voir plus Voir moins

Synthèse
Combiner des recherches en agroécologie
et des dispositifs participatifs pour construire
des outils d'évaluation des prairies permanentes
Michel Duru Résumé
Pablo Cruz L’objectif de cet article est de montrer comment, partant des concepts et me´thodes de
Claire Jouany l’e´cologiefonctionnelle,letravailenpartenariataucoursd’unede´cennieavecdese´leveurs
Jean Pierre Theau ` `et des conseillers agricoles a permis de construire pas a pas une boıˆte a outils pour
caracte´riser la valeur d’usage des prairies permanentes. La base commune aux cinq outilsUMR1248
ˆ ´ ´ ´decetteboıteest lacaracterisation de lacompositionfonctionnelle delavegetation.NousChemin de Borde Rouge
BP 27 montrons comment les diffe´rents types de partenariat, et la mise en situation des
31326 Castanet-Tolosan ´connaissances avec les partenaires, ont oriente les choix faits et permis de passer d’un
France concept a` plusieurs prototypes, puis a` un ensemble d’outils actionnables. Les diffe´rents
<mduru@toulouse.inra.fr> ´types d’apprentissage pour les chercheurs et les praticiens sont analyses. Enfin, sont
<cruz@toulouse.inra.fr>
discute´s des enseignements me´thodologiques pour coconstruire des outils pour l’action<cjouany@toulouse.inra.fr>
lorsquelesconnaissancesscientifiques etpratiquessurlesprocessus a` piloterfontde´faut.<jtheau@toulouse.inra.fr>
Mots cle´s: apprentissage ; diagnostic ; mode`le ; partenariat ; prairie permanente.
The`mes : agronomie ; formation ; me´thodes et outils.
Abstract
Combining agroecological research and participatory approach to build tools for
evaluating permanent grasslands
Environmentalservicesprovidedbypermanentgrasslandsarewellacknowledgedbutthe
agricultural services they provide remain difficult to assess with conventional methods.
Our objective is to present the step-by-step approach which was used to build a toolbox.
Methodologies and concepts developed in functional ecology were mobilized together
with long-term partnership with farmers, advisors and teachers. The five tools rely on a
common base, the functional characterization of vegetation. These tools make it possible
to characterize the agronomic potential of the grassland, to define the range of practices
compatiblewithavegetation type,tomodeldifferentscenariosforlearningpurposesand
to estimate room for manoeuvring for a better valorisation of available forage resources.
We demonstrate how the different partnerships and the real life situation of knowledge
withpartnersorientatedthechoiceswemadeandallowedustopassfromaconceptwith
several prototypes to a combination of actionable, ie easily mobilized, tools. We analyze
thedifferenttypesoftrainingavailableforscientistsandpractitionersinthiswork.Finally,
wediscussmethodologicalteachingsfortoolco-constructioninactionwhenscientificand
practical knowledge on processes are missing.
Key words: diagnosis; learning; models; permanent pastures; partnerships.
Subjects: agronomy; tools and methods; training.
Pour citer cet article : Duru M, Cruz P, Jouany C, Theau JP, 2011. Combiner des recherches en
agroécologie et des dispositifs participatifs pour construire des outils d'évaluation des prairies
permanentes. Cah Agric 20 : 223-34. doi : 10.1684/agr.2011.0486
Tirés à part : M. Duru
Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011 223
doi: 10.1684/agr.2011.0486u-dela` de leur fonction agri- connaissances scientifiques (Nassauer tions scientifiques et en dispositifs de
cole classique (services de et Opdam, 2008), reposant sur le recherche ?A production, de´signe´s sous le transfert de technologie, pre´sente 2. Quels dispositifs ont e´te´ mis en
terme valeur d’usage par la suite), les le risque que les connaissances ne placepourproduirelesconnaissances
prairies permanentes fournissent des soient pas adapte´es au contexte local et fabriquer les outils ?
`` ´services intrants contribuant a la (Sturtevant et al., 2007). A l’oppose, 3. Comment ces connaissances ont-
fourniture de ressources et au main- l’approche ascendante qui repose sur elles e´te´ retranscrites, puis organise´es
´ ´ ´tien des supports physico-chimiques des etudes de cas et la mise en œuvre sous forme de procedures pour ebau-
de la production agricole (sol) et des d’approches participatives permet cher des outils ?
´ ´ ´ ´ ´ ´services hors revenu agricole direct d’elaborer des connaissances credi- 4. Comment ont ete elaborees les
incluant le controˆle de la qualite´ des blesetadapte´esauxacteurs(Nassauer re`gles d’interpre´tation qui, suite aux
´ et Opdam, 2008). Cependant, du fait ´eaux, la sequestration du carbone ou indications donnees par l’outil, per-
la valeur esthe´tique des paysages qu’ils sont e´tablis dans un contexte mettent d’orienter l’action ?
(Leroux, 2008). Promouvoir ces der- local, les re´sultats risquent de ne pas Danscetarticle,nousmontronscomm-
niers suppose de bien e´valuer les eˆtre re´utilisables. En outre, les possi- ent nous avons combine´ de manie`re
premiers car l’usage agricole des bilite´sdege´ne´raliser les connaissan- ite´rative des dispositifs de terrain et
´prairies est incontournable pour assu- ces peuvent eˆtre limitees car les de laboratoire, et des dispositifs en
rer l’ensemble de ces services. Cepen- recherches en partenariat ne laissent partenariat, avec des e´leveurs (suivis
´ ´dant, les services de production sont pas toujours le temps d’acquerir de d’elevages), des conseillers et des
jusqu’a` maintenant mal e´value´s faute nouvelles connaissances scientifiques enseignants (sessions de formation,
´de methodes robustes et simples sur ces objets (Sturtevant et al., 2007). groupes de travail dans le cadre de
d’emploi (Ansquer et al., 2008). Le Pour tenir compte des risques d’inad- projetR&D)pourpasserd’unconcept
´ ´ ´ ` ˆ ` ´ `travail presente montre comment ont equation des connaissances aux a une boıte a outils destineea des
e´te´ combine´s des dispositifs en labo- contextes locaux, ou bien de manque acteurs du de´veloppement et des
ratoire et destifs avec des de nouveaute´ et de ge´ne´ricite´, nous enseignants. Dans le domaine agro-
partenaires pour concevoir des outils avons construit une approchehybride environnemental, Cerf et Meynard
destine´sa` e´valuer les services de consistant en l’alternance de phases (2006)indiquentqu’unoutilpeuteˆtre
production et identifier des marges de formalisation et de contextualisa- de´crit a` travers quatre composantes :
de manœuvre. tion des connaissances (David, 2001). i) un support mate´riel qui peut eˆtre
` ´ ´ ´ `Jusqu’a recemment, la caracterisation La diversite des contextes ainsi que une regle, un tableur .... ; ii) des
des prairies permanentes consistait en l’incomple´tudedesconnaissancesnous proce´dures d’enregistrement des
` ` ´ ´ ´des typologies construites a partir de ont conduits a combiner plusieurs donnees ; iii) des procedures d’agre-
releve´s botaniques exhaustifs (Daget mode`lesdeproductiondeconnaissan- gation des donne´es a` des niveaux
´ ´ ` ´et Poissonnet, 1971), ou simplifieset ces (Hatchuel, 2000), les premier et appropries;iv)desregles d’interpre-
couple´sa` des crite`res physionomi- deuxie`me mode`les e´tant plutoˆt appro- tation des re´sultats.
` ´ ` ´ques (Jeangros et al., 1991) ou a des priespourlaformalisationdesconnais- Dans une premiere partie, nous decri-
caracte´ristiques du milieu (Plantureux sances, et le troisie`me pour leur vons l’e´tat actuel des outils. Ensuite
etal.,1992).Leurmanquedege´ne´ricite´ contextualisation : nousanalysonsleroˆledupartenariat :
et/ou une e´valuation trop globale de – lemode`ledelaboratoire,ou` l’action types de dispositifs conc¸us, grandes
la valeur d’usage nous a conduits a` est confine´e en vue de reconstituer et pe´riodes de conception et apprentis-
e´valuer une me´thode reposant sur des desimplifierlemondeobserve´(l’expe´ri- sages des diffe´rentes parties prenan-
concepts de l’e´cologie fonctionnelle. mentation) : la production de connais- tes.Nousterminonsparl’identification
` ´ ´ ´ ´Deslesannees2000(Cruzetal.,2002), sances est alors peu contextualiseeou de points cles pour reussir une
cette approche nous avait semble´ situe´e; de´marche de recherche en partenariat
´ ` ` `appropriee pour fonder des outils – le modele de terrain consiste a dans des situations ou les contextes
ope´rationnels a` condition de l’adapter naturaliser un objet pour tenter de d’application sont tre`s divers, et ou`
´ ´aux echelles d’espace et de temps l’etudier:ils’agitleplussouventde les connaissances scientifiques sur les
pertinentes en agronomie. En outre, produiredesconnaissancesa`partirdela objets a` ge´rer font de´faut.
´ ´ ´ ´la genericite de cette approche en comparaison de situations reelles choi-
faisait une candidate d’inte´reˆtpour sies, de sorte que la production de
traiter de la grande diversite´ des connaissancesn’estgue`remieuxcontex- La boîte à outils
situations agricoles (milieux pe´docli- tualise´equedanslecaspre´ce´dent ;
matiques, mais aussi comportements – la recherche intervention, vue
gestionnairesdese´leveurs)avecl’obje- comme une alternance de phases de D'un concept à une méthode
ctif de concevoir des outils pour que contextualisation et de formalisation
générique originaleles acteurs se forgent leur propre de la production de connaissances.
re´fe´rentiel. Dans ce cadre, l’analyse de la recher- de caractérisation
´ ´Au niveau de la demarche de concep- che en partenariat peut se decliner en de la végétation
tion, deux approches principales peu- quatre questions e´le´mentaires :
ˆ ´vent etre definies pour la production 1. Comment la recherche a-t-elle tra- La classification fonctionnelle des
deconnaissances. L’approche descen- duit les pre´occupations et les retours communaute´sve´ge´tales repose sur
dante, finalise´e par la production de ´ ´ `d’experience des partenaires en ques- la caracterisation des especes qui les
224 Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011composent a` partir d’attributs permet- – ces proprie´te´s sont conserve´es lors- gramine´es dominantes d’une commu-
tant de regrouper des espe`ces pre´- qu’on passe de la plante a` la commu- naute´. Cinq types de gramine´es (A, B,
sentant un fonctionnement similaire naute´ (calculdelavaleur moyennede b, C, D) ont e´te´ de´finis sur la base de
´ ´ ´sans pour autant presenter de lien de l’attribut ponderee par l’abondance six attributs principaux pour environ
parente´ taxonomique (Gitay et Noble, des espe`ces), ce qui permet d’e´tablir 40espe`ces(Cruzetal.,2010).Lechoix
` ´ ´1997).Al’echelledesorganes,ilexiste des correspondances entre attributs de representer la composition fonc-
un compromis physiologique entre (par exemple, stades phe´nologiques) tionnelle sous forme de groupes
´ ´ ` ´ ´croissance et longevite (Reich, 1993). et valeur d’usage (par exemple, date a predefinis (groupe dominant, propor-
Sche´matiquement, deux grandes stra- laquelle le pic de croissance est tion de certains groupes ou indice
´ ˆ ´ ´ ´tegies peuvent etre distinguees : l’une atteint) (Ansquer et al., 2009a) ; de diversite calcule sur la base de la
correspond a` un investissement fort – il y a convergences ou re´gularite´s proportion des diffe´rents groupes) est
´ ´ ´ ´danslacapturedesressources (Scapt), danslesdifferencesentregramineeset motive par les retours d’experiences
l’autre a` la conservation de ces res- dicotyle´dones associe´es dans une (travail en groupe avec des conseillers
sources (Scons). Dans les environne- meˆme communaute´ (Ansquer et al., dansdese´levages)quenousavonseus.
mentsfavorables,lesespe`cescroissant 2009b), ce qui permet de se focaliser
rapidementontunecapacite´ d’acquisi- sur les gramine´es et de proposer une
´ ´tion des ressources elevee permise me´thode simple pour tenir compte État actuel de la boîte à outils
par d’importantes surfaces d’e´change des spe´cificite´s des dicotyle´dones
avec le milieu. A contrario, dans les (Duru et al., 2010a). La boıˆte comprend cinq outils et
environnementsde´favorables,lesplan- Les outils sont fonde´s sur le concept ne´cessite l’usage d’une ou deux bases
´tes presentent une croissance lente de composition fonctionnelle de la de donne´es, et de deux types d’enre-
et s’adaptent par des dure´es de vie ve´ge´tation qui comprend deux gistrements (figure 1). Certains outils
d’organes longues (Poorter et Garnier, composantes (Lavorel et al., 2008) : ˆsontdisponibles(Herb’age,Herb’sim),
1999). un attribut moyen calcule´ a` partir de d’autres (Herb’type et Herb’opti) se
Partant de ce mode`le de fonctionne- l’abondance des diffe´rentes espe`ces, ´presentent sous forme de supports
ment, nous avons conc¸u diffe´rents et un indicateur de la distribution de de formation et ont donne´ lieu a`
dispositifs agronomiques dont les cet attribut. Pour le passage des des communications, mais leur mise
re´sultats ont servi a` de´finir et valider connaissancesscientifiquesauxoutils, en forme en tant qu’outils n’est pas
le contenu des outils. La culture nousavonschoisideremplacerlaTMS comple`tement acheve´e ; enfin Herb’a-
`d’especes natives en placettes dans par les types fonctionnels de plantes dapt est en cours d’e´laboration. Pour
des conditions standardise´es a permis (TFP) pre´de´finis sur la base d’un ou chacun d’entre eux, nous avons re´ca-
´ ` ´ ´ ´d’etablir des relations a valeur gene- plusieurs attributs presents chez les pitule´ sa fonction et les donne´es
rale entre des traits d’espe`ces caracte´-
´ ´ ´ristiquesdesstrategiesetdesproprietes
agronomiques. La comparaison de
´ Relevécommunautes dans les conditions Relevé
des pratiques de végétationde la pratique agricole a permis de
et du milieu
de´terminerletypededescripteuretle
niveau de simplification compatibles
Herb’ adapt :
aveclapre´cisionrequisepoure´valuer Herb’ type :tableur pour prédire
tableur pour calculerles types de végétation et estimerleur valeur d’usage agronomique.
la composition fonctionnellela gamme des pratiques
Enfin,dessuivisd’e´levagesdansdeux de la végétation et évaluerpermettant de pérenniser
une valeur d'usage potentielleun type de végétation´ ´ `regions ont permis d’evaluer a cette
e´chelle la pertinence des nouveaux
´ ´ ´ Herb’ sim :modes de caracterisation des vegeta-
logiciel pour apprendreHerb’ âge :tions.Cetterechercheae´te´guide´epar
en simulant la croissancelogiciel pour exprimer
et la valeur nutritiveles dates d'utilisationl’identification au cours du travail en
en sommes Basepartenariat de quatre proprie´te´sdela
de températures de données
`valeur d’usage agricole a instruire traits
(productivite´, valeur nutritive, tem-
Base
poralite´ delaproductionetsouplesse de données
Herb’ opti :
météod’utilisation [Duru et al., 2009a]). Les tableur pour le diagnostic
des modes d'exploitationprincipaux re´sultats obtenus qui ont
à l'échelle de la sole et évaluer
fonde´ scientifiquementlesoutilssont : des marges de manœuvre
– la teneur en matie`re se`che des
´ ´ ´limbes rehydratesdegraminees
(TMS), qui est un attribut clef car Enchaînement facultatif
´ ´ ` ´correle a plusieurs caracteristiques
des plantes qui de´terminent leur
´valeur d’usage : dureedeviedes Figure 1. Fonctions des cinq outils, interfaçages avec recueil d'information et bases de données.
feuilles,phe´nologie,compositiondes
tissus (Duru et al., 2009b) ; Figure 1. Functions of the five tools and interactions with data collection and databases.
Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011 225ne´cessaires a` son utilisation (tableau 1), pe´dagogique. L’utilisation d’Herb’sim comme un re´seau d’agents qui inter-
illustre´esci-dessouspourdeuxoutils. en comple´ment permet de passer agissent dans un domaine technolo-
d’indices de production et de valeur gique spe´cifique et dans un ensemble
` ´ ´ ´nutritiveauneevaluationquantitative. institutionnelparticulierpourgenerer,Herb'type
L’utilisation d’Herb’adapt fournit en diffuser et utiliser des connaissances
´ `La fonction d’Herb’type est d’estimer l’etat actuel une premiere estimation (Geels, 2004). Le travail de recherche
la valeur d’usage agricole a` partir des de la composition fonctionnelle de la en partenariat peut se de´couper en
´ ´ ´ ´TFP et du pourcentage de graminees vegetation. trois periodes (figure 4), chacune
danslave´ge´tation :laproductivite´ (P), ayant donne´ lieu a` des relations de
´ ´la temporalite de production (T, dates partenariat specifiques (tableau 2).Herb'opti
de de´part en ve´ge´tation et du pic de Pour chacune, nous examinons les
La fonction d’Herb’opti est d’estimer `biomasse), la valeur nutritive (D : dispositifs construits, leur genese, et
l’efficience d’utilisation de l’herbe pro-digestibilite´) et la souplesse d’utilisa- nous montrons en quoi ils ont permis
duitecomptetenudesmodesd’exploi-tion(S :variationrelative debiomasse d’e´laborer la boıˆte a` outils.
´tationobserves(calendrierd’utilisationet de valeur nutritive autour du pic).
Du concept aux premiersdes surfaces) en tenant compte de laL’information est produite a` l’e´chelle
composition fonctionnelle de la ve´ge´- descripteurs de la végétation :´ ´de la parcelle consideree comme
tation (utilisation d’Herb’type). Cehomoge`ne.Cependant, lavalorisation 1999-2004
diagnostic re´alise´ a` l’e´chelle des soles`decetteinformationestpluscomplete
Dans cette partie, nous employons lepaˆture´esoufauche´espermetd’e´valuersi elle est resitue´e au niveau du
terme de descripteur plutoˆt que celuisi desmargesdemanœuvreexistent` ´ ´systemefourrager.Lesdonneesneces-
d’attribut, le premier e´tant oriente´ verscompte tenu des objectifs de perfor-saires a` l’utilisation de l’outil sont un
l’actionetleseconde´tanta`connotationmances(productivite´,intrants,travail...)´ ´ ´ ´ `relevedevegetationcoupleaunebase
´ ´ ´scientifique. L’objectif a ete de definir(Theauetal.,2009b).de donne´es attributs des TFP. Une
des descripteurs de la ve´ge´tationL’artefact consiste en un graphiqueproce´dure de recueil de donne´es,
´ ´generiques et pertinents. Partant d’unpermettantdepositionnerlesparcellessimplifie´ea` partir de la seule recon-
ensembled’attributsdeplantesconnusa` e´valuer dans un re´fe´rentiel TFP (axenaissance des espe`ces dominantes, a
´ ´pour caracteriser leur reponse aux´Y),sommedetemperatures(T :axeX).e´te´ mise au point (figure 2,e´tape 1),
ressources (fertilisation) et aux pertur-Les sommes de tempe´ratures auxquel-(Theau et al., 2010). Le support
bations(modesd’exploitation),etpourles sont atteints les stades phe´nologi-´materiel de l’outil est un tableur dans
leur effet sur les proprie´te´sdese´co-ques (e´pi 10 cm, e´piaison, floraison)lequel est saisie l’abondance des
syste`mes, nous avons se´lectionne´ lesont fonction des TFP : (figure 3).`especes dominantes de la prairie.
descripteurleplusrobuste,lateneurenLa premie`re e´tape est de transformerCouple´ea` une base de donne´es TFP
matie`rese`chedeslimbesdegramine´es.des dates calendaires d’un calendrier(Cruz et al., 2010), la composition
Un grand nombre de dispositifs de`de paˆturage ou de fauche en T a l’aidefonctionnelle de la ve´ge´tation est
recherche allant de l’expe´rimentationde l’outil Herb’aˆge (figure 3,e´tape 1).´ ´caracterisee par un histogramme
`(Al Haj Khaled et al., 2005) a laEnsuite, l’utilisation d’Herb’type per-repre´sentant la distribution des TFP
caracte´risation de l’ensemble des par-met de cate´goriser l’ensemble desen cinq classes pre´de´finies, comple´te´
´celles d’un premier reseau d’exploita-´parcelles concernees (une sole, unpar le pourcentage de gramine´es
tions dans les Pyre´ne´es (Cole´no et al.,syste`me fourrager... [figure 3,e´tape(figure 2,e´tape 2). L’e´tape suivante
2005) a permis de fonder scientifique-2]). Ces deux e´tapes permettent deconsiste a` passer du profil des TFP
ment le choix des descripteurs qui ontpositionner les parcelles a` diagnosti-d’une prairie a` des estimations des
´ ´ ´eteincorporesd’aborddansHerb’type,quer dans le re´fe´rentiel X, Y, et ainsicomposantes de la valeur d’usage :
puis dans Herb’sim et Herb’opti. Pourd’identifier, par exemple, les parcellesl’e´valuation est fonde´e sur la propor-
leschercheurs,cettepremie`reapplica-quisontre´colte´esa`unedateante´rieuretion de certains TFP (figure 2,
tionapermisd’e´valuerlapertinencede´ `ou posterieure a celle correspondante´tape 3). L’interpre´tation des donne´es
cettenouvelleme´thodedecaracte´risa-au pic de biomasse qui se situe peu´ ´(figure 2,etape 4) est facilitee par une
tion des ve´ge´tations pour classer les`apres la floraison pour la pousseapproche comparative qui permet de
prairies simultane´ment pour trois desreproductive (figure 3,e´tape 3).´ ´positionner la ou les prairies etudiees
´ ´quatre proprietes. Remplacer la listedans un ensemble plus vaste, et par la
d’espe`cespeuinstructiveparlacompo-mobilisationd’unerepre´sentationsyn-
´ ´sition fonctionnelle des vegetationsAnalysedelarecherchethe´tique des relations entre les quatre
a correspondu a` un changement descomposantes de la valeur d’usage.
´ ´enpartenariat cadres de reference des chercheurs.Pour deux compositions fonctionnel-
les diffe´rentes de ve´ge´tation, l’une
Des descripteurs de la végétation` ´ ´correspondant a une TMS elevee Périodes et dispositifs
génériques et pertinents(Scons), l’autre a` une TMS faible
´ ´(Scapt), ce schema montre des rela- La diversite des acteurs et des situa- aux prototypes d'outils :
tions convergentes de sens oppose´ tions nous a amene´sa` conside´rer 2005-2007
ˆentrePetT,etdememesensentrePet les agriculteurs, les conseillers et les
D pour des temps de repousse courts. chercheurs (les auteurs) comme un Suite aux premiers retours recueillis
´ ` `Un tel schema a valeur heuristique et systeme sociotechnique, c’est-a-dire lors des formations de conseillers et
226 Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011 227
Tableau 1. Caractérisation des outils : fonction, données nécessaires à leur fonctionnement, règles d'interprétation, dispositif
pour l'élaboration et l'évaluation des connaissances et publications.
Table 1. Tool characterization: functions, data required, interpretation rules, advice for knowledge construction and evaluation, publications.
Outils Fonction Artefact Données nécessaires Règles Observations Dispositif pour Publications
- disponible d'interprétation l'élaboration - scientifiques
- visé et l'évaluation - de transfert
des connaissances
Herb'type Estimer la valeur d'usage Support pedagogique Releve botanique Positionnement des Possibilite d'utiliser Pyren ee s (dispositif Duru et al.,

agricole (productivite, papier (disponible) & base de donnees parcelles renseignees des releves botaniques experimental et 2008a ; 2009b ;
valeur nutritive, temporalite Feuille de calcul attribut dans un ref erentiel complets ou simplifies reseau de parcelles) ; 2010a)

de la production et sous tableur generique de valeur Aubrac : reseau Ansquer et al.,
souplesse d'utilisation) d'usage agricole. de fermes 2009a ; 2009b
àpartirdelacomposition
Couplage à Herb'sim Duru et al.,
fonctionnelle pour passer 2007 ; 2009a ;
de la veg et ation (type d'un classement 2010c

fonctionnel de graminees, des parcelles
indice de diversite à une evaluation

fonctionnelle) à differentes quantitative
ec helles (sole, système

fourrager, region)
Herb'sim Comparer des scenarios Logiciel Valeurs fictives Specialement conc¸u Pyren ees (dispositif Duru et al.,
de production de (accès en ligne ou reelles de climat pour l'apprentissage experimental) ; 2008b
biomasse et de valeur en cours et de pratiques. de conseillers et Aveyron (ferme) ; Duru et al.,

nutritive selon le climat, de construction) Donnees de biomasse d'enseignants Normandie 2010d
les modes d'exploitation, et de valeur nutritive

les types de vegetation (pour validation)

Herb'âge Calculer l'âge de l'herbe Logiciel Donnees Changement d'usage Pyrenees (reseau Ansquer et al.,
àlarec olte en fonction (accès en ligne) met eorologiques constate : cartographie de parcelles) ; 2009c
des sommes de tempera tures (temperatures). des sommes Toulouse Theau et

ecoulees depuis la Calendrier d'utilisation de temperatures (experimentation) ; Zerourou, 2008
dernière utilisation des parcelles Observations de
conseiller (Limousin)

Herb'opti Évaluer le taux d'utilisation Support pedagogique Calendrier Fondees sur l'ecart Possibilite de coupler Experimentation Martin et al.,
de la biomasse produite papier (disponible) d'utilisation entre la valeur à Herb'adapt pour en situation de 2010
en fonction de la composition Feuille de calcul des parcelles. d'usage potentielle
preciser les marges formation (2005- Theau, 2009a, b

fonctionnelle sous tableur Courbes de reference (les courbes de manœuvre 2010), avec des Theau et al.,
de la veg et ation issues de Herb'type de ref erence issues eleveurs (2007) 2009a,b
et des modes ou de Herb'sim d'Herb'type) et Casdar AOC
d'exploitation et effective (> 2008)
Estimer les marges
de manœuvre
Herb'adapt Pred ire le type Support pedagogique Releve des pratiques Herb'type Possibilited epredi ction Analyse de releves Martin et al.,
de veg et ation papier (en cours) et indicateurs pour valeur plus preci se en passant botaniques 2009

(type fonctionnel Feuille de calcul pour caracteriser d'usage agricole par des releves de multisites Duru et al.,
de graminee s, sous tableur le milieu veg et ation en 2010b

pourcentage (sol, climat) complement de bases
de graminee s) en fonction de donnee s (en cours)
de descripteurs
des pratiques et du milieu
Casdar : Compte d'affectation spéciale pour le développement agricole et rural.Tableur
Base de données :
types fonctionnels
Base de données :
de graminées
caractéristiques des
2 types fonctionnels
100 3
1
D80
G Caractérisation de la valeur d’usage (indices)
DRelevé 60
Cbotanique Productivité Temporalité Digestibilité Souplesse
b'40
B
A20 14 60 20 0,7
0
GFT G/D
4
Fonctions
Supports
des prairies
pour l'apprentissage
dans les systèmes d’élevage
Référentiels
100
Accumulation de biomasse et digestibilité au cours d'une repousse
T1 80
D1
DS1
60D2 C
T2 b
B
40S2 A
P1 P2 20
0
P1 P2 P3 P4 P5 P6Temps
Courbes types pour qualifier la valeur d’usage Référentiels locaux : parcelles, élevages
Figure 2. Les quatre étapes d'utilisation d'Herb'type.
Figure 2. The four steps in Herb'type utilization.
(1) releved eveg etation ; (2) caracterisation de la composition fonctionnelle par couplage avec la base de donnees types fonctionnels de graminees (exemple montrant sur une
parcellelaproportiondestypesdegraminees etlaproportiondegraminees ) ;(3)estimationdelavaleurd'usageparcouplageaveclabasededonnees caracteristiques destypes
fonctionnels de plantes (exemple) ; (4) support pour l'apprentissage par confrontation aux ref erentiels locaux et à des courbes types pour caracteriser la valeur d'usage selon la
composition fonctionnelle ; exemple pour 2 types de vegetation (1 et 2) : courbes d'accumulation de biomasse et ses quatre composantes (P : productivite ; T : temporaliteen
relation avec la date du pic d'accumulation ; S : souplesse en relation avec la forme de la courbe de croissance ; D : digestibilite).
lorsdesrestitutionsauxe´leveurs,nous re´duire les releve´s botaniques aux dansdiffe´rentsdispositifspourlesquels
avonstravaille´demanie`reapprofondie seules gramine´es. Un second objectif nousavonsrecueillidesretoursd’expe´-
´ ´ ´ ´ ´ ´ ` ´sur les descripteurs de la vegetation aete d’evaluer la methode a l’echelle riences. Il s’est agi principalement
pour les simplifier afin de les rendre du syste`me fourrager dans le cadre (tableau 2):
`` ´ ´accessibles a des usagers potentiels. A d’un second reseau d’exploitation – d’un dispositif reduit (Inra-Chambre
cette fin, nous sommes passe´sde (Aveyron). d’agriculture de l’Aveyron) de 8 e´le-
` `mesures d’attributs en situation a Les dispositifs en partenariat ont veurs (Duru et al., 2009a) ou les
l’utilisation d’une base de donne´es consiste´ en la pre´sentation des pro- caracte´risations effectue´es a` partir
d’attributs, et nous avons propose´ de `totypes d’outils a plusieurs reprises et d’Herb’type et d’un prototype
228 Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011
Composition fonctionnelle (%)
Types fonctionnels de graminées (%)Base de données :
caractéristiques
des types fonctionnels
3
100
80
2
60 Diversité
Herb’type des végétations
40 fauchées
20
0
500 700 900 1 100 1 300 1 500 1 700
Somme de température °Cj
Diversité de pratiques de fauche
1 Herb’âge
Parcelles Mai Juin Juillet
P1
P2
P3
P4
P5
Figure 3. Les trois étapes d'utilisation d'Herb'opti.
Figure 3. The three steps in Herb'opti utilization.
(1) traduction du calendrier d'utilisation des surfaces en sommes de temperatures avec Herb'âge ; (2) caracterisation de la composition fonctionnelle des veg etations avec
Herb'type ; (3) analyse du positionnement des parcelles etudi ees en fonction des stades phenologiques afin de determiner certaines des composantes de la valeur d'usage à
l'echelle de la sole ou du système fourrager et d'evaluer les marges de manœuvre pour atteindre des objectifs de quantite ou de qualite.
´ ´ ´d’Herb’opti ont ete restituees collecti- ressourceestindispensablesil’onveut dont ils disposaient. Cela leur a per-
vement aux e´leveurs et conseillers comprendre les pratiques fourrage`res mis d’affiner leur raisonnement des
´ ´ ˆagricoles ; des eleveurs, celles-ci etant directe- conduites de fauche et de paturage
– d’une formation annuelle d’une ment de´pendantes des TFP (date de (Lacey et Theau, 2008 ; Chazelas et
´ ´ ` `semaine organisee par Resolia (10 a mise a l’herbe, fin d’affouragement au Theau, 2008).
15 conseillers par an) au cours de printemps, fin du de´primage des pre`s
`laquellelesconnaissancesalabasede de fauche, fin du premier tour de
la construction des outils e´taient paˆturage...). Des prototypes d'outils
pre´sente´es,etou` uneexpe´rimentation Au cours de cette pe´riode, des pro-
aux outils actionnables :
en ferme de ces outils e´tait faite ; totypes d’Herb’sim et d’Herb’aˆge ont
2008-2010– de retours d’expe´riences et de e´te´ pre´sente´s aux stagiaires lors de
demandes d’anciens stagiaires. formations. L’usage des prototypes Lepassagedeprototypesd’outilsa`des
Pour les chercheurs, ces diffe´rents d’outils en situation leur a fait de´cou- outils actionnables s’est fait progressi-
´dispositifs ont permis de verifier que vrir un « nouvel univers ». En revan- vement au cours de nombreuses
les prairies se caracte´risent par une che, les e´leveurs chez qui les donne´es ite´rations avec des acteurs, dans des
´ ´ ´ ´ ´forte diversite fonctionnelle intra- et recueillies ont ete restituees se sont dispositifsencontinuiteavecceuxmis
interparcelles et que cette diversite´ est tout de suite reconnus dans les pre´- en œuvre pre´ce´demment, mais aussi
´ ´ ´ ´mobilisee differemment selon les ele- sentations et certains ont adapte tout au sein de dispositifs pluripartenaires,
veurs(Duruetal.,2009a).Nous avons de suite leurs pratiques pour mieux de plus grand format que pre´ce´dem-
´ ´ valoriser les ressources fourrage`resmontre que cette caracterisation de la mentdanslecadredeprojetsdeR&D
Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011 229
Végétations
précoces
Végétations
précoces
Épi 10 cm
Fourrages
de bonne qualité
Compromis
qualité/quantité
Fourrages
de faible qualité
Épiaison
Floraison
% graminées b + DTemps
de l’élaborationPlusieurs cycles
des outils
Travail en partenariat
Apprentissage Apprentissage des conseillers
des conseillers (révision (révision des cadres référence)
des cadres référence) et des éleveurs (amétioration
des connaissances)
Travail PrototypesTravailDescripteurs avec desIdée Suivis d’outilsavec Prototypesde la conseillers Outilsd’éleveursde chercheurs des conseillers actionnablesvégétation d’outils et des éleveurs
Apprentissage Apprentissage Apprentissage
des chercheurs des chercheursdes chercheurs (révision
des cadres référence) (amélioration (amélioration
des connaissances) des connaissances)
Évaluation de nouvelles Nouvelles questions Évaluation de nouvelles
scientifiquesconnaissances scientifiques connaissances scientifiques
Expérimentation et modélisation
Travail au niveau de l’agroécosystème prairial
Figure 4. Schématisation des périodes de recherche en partenariat et des recherches sur l'agroécosystème prairial.
Figure 4. Schematic representation of steps and interactions between research actions conducted at ecosystem level and in partnership.
` ´ `tres formalises(tableau 1). Le dispo- d’usage agricole par couplage du Herb’adapt, c’est-a-dire un outil pour
sitif principal concerne un re´seau releve´ floristique simplifie´ a` une base pre´dire la valeur d’usage agricole a`
´ ˆ ´ ´ ´d’elevages (Casdar Pole fromager de donnees caracteristiques des TFP ; partir des caracteristiques du milieu et
Massif Central) ou` une dizaine de iii) la proposition d’une me´thode despratiquesetnonplusuniquementa`
´ ´ ´ ´ ´ ´conseillers ont experimente sur 2 ans pour tirer parti des resultats en partirdelacaracterisationdelavegeta-
les prototypes de Herb’type et de mobilisant des courbes de re´fe´rence tion (Herb’type).
Herb’opti. En outre, les formations et en s’appuyant sur une approche
annuelles ont e´te´ e´tendues a` des comparative de donne´es (figure 2,
enseignants agricoles. Enfin, des for- e´tape 4). Apprentissages des acteurs
mations spe´cifiques ont e´te´ re´alise´es Pour Herb’opti, s’est progressivement
par l'usage des outilsa` la demande d’anciens stagiaires impose´elane´cessite´ de tenir compte
(Herb’aˆge et ses applications, par des TFP pour e´valuer simplement le
exemple). Nous re´sumons ci-dessous taux d’utilisation de l’herbe, puis pro- La construction de l’outil pivot, Herb’-
´ ´ ` ´ ´quelques-unes des evolutions des ceder a un ajustement des pratiques si type, a necessite un changement de
outils qui ont permis d’aboutir a` des ne´cessaire pour atteindre des objectifs paradigme pour les chercheurs parti-
´ ´ ` ´prototypes avances ou des outils de production et/ou de qualite. cipant a la periode 1, et pour les
actionnables. Au fil des rencontres est apparue la conseillerslorsdespe´riodessuivantes.
`´ ´ ` ´ ´ ´ ´L’ergonomied’Herb’sim aetecomple- necessite de prevoir la composition A une diversite de prairies usuelle-
tement revue. Les e´changes avec les fonctionnelledelave´ge´tation,d’abord ment distingue´es localement par leur
stagiaires ont permis de structurer les enfonctiondespratiquesauseind’une composition botanique (« bonne » ou
variables d’entre´ea` conside´rer en petite re´gion, puis en fonction des «me´diocre ») ou leur niveau de pro-
offrant des choix multiples (itine´raire caracte´ristiques de l’environnement a` duction(e´leve´ oufaible),s’estimpose´e
techniquere´eloutype),etontaboutia` plus grande e´chelle (RMT prairie, par une distinction par leur composi-
choisir l’expression des re´sultats sous exemple).Cecontextenousaconduita` tion fonctionnelle qui renseigne sur
forme de repre´sentations graphiques re´aliser des me´ta-analyses fonde´es sur les quatre composantes de la valeur
de sce´narios, un sce´nario e´tant une des donne´es recueillies dans plusieurs d’usage identifie´es. La mobilisation du
´ ´combinaisondemodesd’exploitation, regions franc¸aises afin d’etablir des prototype d’Herb’type a permis pro-
de types de ve´ge´tation et de climats. relationsentre,d’unepart,descaracte´- gressivement de requalifier les ve´ge´ta-
´ ´L’evolutiond’Herb’typeaconsisteen : ristiques du milieu et des pratiques, et tions sur des bases scientifiques
i) une simplification pousse´ede la d’autre part, la composition fonction- valide´es par l’observation des prati-
´ ´ ´ ´ ´methodederecueildesdonnees ;ii)la nelle de la vegetation. Les premiers ques.Nousavonsainsimontrequedes
de´finitiond’uneme´thoded’estimation re´sultats (Martin et al., 2009 ; Duru ve´ge´tations a` forte TMS conside´re´es
des quatre composantes de la valeur et al., 2010b) serviront a` construire comme de faible valeur agronomique
230 Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011Tableau 2. Dispositifs de recherche en partenariat au cours des trois phases du projet.
Table 2. Research device in partnership in the course of the three phases of the project.
Dispositifs Périodes
mis en oeuvre
1999-2004 : 2005-2007 : 2008-2010 :
du concept au choix des descripteurs des prototypes
des bons descripteurs aux premiers prototypes d'outils communicables
de la composition d'outils communicables à des outils évalués en
fonctionnelle situation et actionnables
de la végétation
Formation de conseillers Une semaine par an Une semaine par an Une semaine par an
agricoles (RESOLIA) avec un terrain avec un terrain pour avec un terrain pour travaux
pour travaux pratiques travaux pratiques pratiques (Sud Massif
(Pyrenees centrales) (Pyrenees centrales, le central)
plus souvent)
Formation d'enseignants Une semaine par an
des lycees agricoles (ENFA) avec travail pratique
sur des prototypes
d'outils
(Herb'sim,
par exemple)
Retour d'experiences Premières applications Demande de chambres
suite aux formations « accompagnees » sur le terrain : d'agriculture de participer
(quelques exemples Erce (Theau et Zerourou, 2008), à la conception
parmi d'autres) FRCIVAM Limousin (Chazelas d'un bulletin meteo
et Theau, 2008, ARDEAR Tarn hebdomadaire
(Lacey et Theau, 2008) visant à accompagner
les eleveurs soucieux
d'anticiper leurs pratiques
fourragères
Dispositifs de suivis Pyrenees centrales Aubrac (2005-2007) : recueil,
d'elevage à l'echelle (2000-2004) : recueil, mise en forme et restitutions
de petites regions : mise en forme individuelles et collectives
monopartenaire et restitutions
et petit format individuelles
et collectives
Dispositifs de suivis - Projets R&D finances
d'elevage à l'echelle par le ministère de l'Agriculture :
de petites regions : ''Casdar Pôle fromager
pluripartenaires Massif central'' (2008-2010),
et grand format, ''Casdar national prairie''
reseau de R & D (2009-2011), ''RMT
prairies'' (2009-2011)
- Projet pour et sur
le developpement regional :
Climfourel (2008-2011)
Évenements Enquête « outil »: 2004 Organisation d'un seminaire Organisation d'une journee
marquants Première typologie « Outils pour la gestion de transfert
fonctionnelle des prairies naturelles » (2005) autour de l'indicateur « Somme
de graminees : 2004 de temperatures » (2009)
Presentation de la boîte
à outils lors d'une journee
du RMT prairie (2009)
Plusieurs articles
dans des revues
techniques
ENFA : École nationale de formation agronomique ; FRICIVAM : Fédération nationale des centres d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu ; ARDEAR :
Associationpourledéveloppementdel'emploiagricoleetrural ;Casdar :Compted'affectationspécialepourledéveloppementagricoleetrural ;RMT :réseaumixte
technologique.
Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011 231pouvaientenfaitpre´senterdesavanta- cours. Par exemple, certains e´leveurs Limousin...). Dans ces trois re´gions,
ges en termes de flexibilite´ d’utilisa- ont perc¸u l’inte´reˆt d’avancer la date de la production de bulletins me´te´orolo-
tion (possibilite´ de diffe´rer l’utilisation re´coltepourame´liorerletauxd’utilisa- giques hebdomadaires e´dite´s par
´tout en minimisant la diminution de tion de la biomasse produite (boucle les chambres departementales (une
qualite´)etdepe´riodes de production simple d’apprentissage). En outre, dizaine de chambres) en est un bon
(Duruetal.,2010a,Duruetal.,2010c) ; l’utilisation de ces outils est un moyen indicateur. Il s’agit de communiquer
proprie´te´s qui n’e´taient pas qualifie´es pour mieux communiquer de fac¸on par voie de presse avec les e´leveurs,
` `jusqu’a maintenant. Le changement de simpledanslecadredegroupes.Ainsi, pour les inciter a anticiper leurs
paradigme a permis d’e´tablir un pont le support graphique utilise´ dans pratiques de paˆturage et de fauche en
´ ´entre une approche scientifique nou- Herb’opti a permis d’enrichir conside- fonction du climat de l’annee et des
velleetlamanie`redontlesagriculteurs rablement les grilles de diagnostics types de ve´ge´tation qu’ils ont dans
´ ´ ´ ´ ´evaluent leurs vegetations, et ainsi de etablies anterieurement par les cher- leurs exploitations. En outre, trois
renouvelerprofonde´mentl’analysedes cheurs.Cesapprentissagescroise´ssont programmes de recherche finalise´e
relations entre types de ve´ge´tations et pournousungaged’appropriationdes finance´s sur des fonds dits Casdar
fonctionsdesprairiesdanslessyste`mes outils. Ayant participe´ a` leur construc- (Compte d’affectation spe´ciale pour
d’e´levage. Cette expe´rience a corres- tion,lesutilisateurspotentielsseretrou- le de´veloppement agricole et rural)
`pondu a une double boucle d’appren- vent bien dans leurs fonctionnalite´s. (AOP Massif Central, prairies pyre´-
tissage (Fazey et al., 2005), en ce sens Ainsi, le type de repre´sentation conte- ne´ennes, prairies a` l’e´chelle nationale)
´ ´que les differentes parties prenantes nue dans Herb’opti a permis aux et un reseau mixte technologique
(chercheurs compris) ont e´te´ amene´es techniciens du conseil de communi- (RMT)prairiessontutilisateursdecette
` ` ´ ´ `aunmomentouunautreareviserleur quer avec les eleveurs de maniere typologie.
cadre de re´fe´rence. renouvele´e. Il a e´galement permis PourHerb’aˆge,nousavonsassiste´ a`un
`Travailler avec les agriculteurs et les aux chercheurs et techniciens de changement d’usagerelativementace
conseillerslorsdespe´riodes2et3nous travailler ensemble a` la de´finition des qui e´tait pre´vu a` l’origine par les
`a conduits a` simplifier et enrichir les re`gles (par exemple, pour la fauche, chercheurs. A partir d’un simple outil
prototypes d’outils. Par exemple, lors foin de qualite´ pour une fauche de transformation de dates de re´colte
de la pe´riode 1 nous avions fonde´ nos ante´rieure a` l’e´piaison, compromis en sommes de tempe´ratures (T), des
outils sur la base d’un releve´ exhaustif entre qualite´ et quantite´ pour une conseillers d’une dizaine de de´parte-
des gramine´es regroupe´es en quatre fauche comprise entre e´piaison et ments en France ont propose´ de les
´ ´typesfonctionnels. Les retours d’expe- floraison, fourrages de faible qualite cartographier hebdomadairement au
riencesnousontconduits a` conside´rer pour une fauche tardive). Nous avons printemps, et de s’en servir pour
` ´ ` ´plusieurs attributs et a distinguer cinq choisi de presenter des regles d’inter- anticiper des dates cles dans la
typespourmieuxqualifierlaproducti- pre´tation issues des mode`les de conduite d’un syste`me d’alimentation.
´ ´viteetlatemporalite.Nousavonsaussi connaissances sous forme de graphi- Ilsontduˆ simplifierlaqualificationdes
e´te´ amene´sa` imaginer une me´thode ques (figure 2) pluto ˆt que par des prairies puisque la communication de
´simple pour prendre en compte les descripteurs utilises dans les publica- type« grandpublic »sefaisaitparvoie
spe´cificite´s des dicotyle´dones. Dans le tions scientifiques, en l’occurrence les de presse, messagerie e´lectronique.
meˆmetemps,nousavonsmontre´qu’on attributsdeplante,carlespremierssont Outrecechangementd’objectifd’usage,
pouvait simplifier les releve´s botani- mieuxcompre´hensiblespardesagents le niveau petite re´gion agricole a
ques en se limitant aux gramine´es du de´veloppement (van Mierlo et al., pre´valu dans cette application.
dominantes. Travailler en situation 2010). Pour l’ensemble des dispositifs
avec des conseillers agricoles en met- quenousavonsconstruitsouauxquels
` ´ ´ ´ ´tantal’epreuvedesprototypessucces- nous avons ete associes, l’appropria- Leçons et conclusionssifs dans d’autres contextes de pro- tion par les conseillers de la nouvelle
` ´ ´duction que ceux qui ont servi a les methode de caracterisation des prai-
construire,nousapermisd’enrichirles ries, fonde´e sur un nombre limite´ de Nous re´capitulons ci-dessous un cer-
` ´ ´ ` ´regles d’interpretation des donnees TFP, s’est tres rapidement repandue. tain nombre d’enseignements de por-
recueillies et nous a guide´spour Celaestduˆ aufaitquelesconseillersau te´ege´ne´rale pour les situations
´ ´ ´ `l’ecriture de procedures (Duru et al., coursdesformations et destravaux de repondant aux criteres suivants :
2010d) qui comple`tent les seules pre´- groupesontpuexpe´rimenter,ene´tant – pas de re´fe´rentiels agronomiques
sentations orales qui avaient cours accompagne´s etou pareux-meˆmes, la satisfaisants chez les conseillers et
jusqu’il y a peu. Plus ge´ne´ralement, porte´edecetteclassification(figure2). enseignantsaumomentdude´marrage
les formations nous ont pousse´sa` Ainsi,lestypologiesdeprairiesfonde´es du projet : pratiques des agriculteurs
e´crire des publications de type inge´- surlestypesfonctionnelsdegramine´es parfois novatrices, mais difficilement
nierie en franc¸ais, et a` instrumenter les sont de plus en plus mentionne´es communicables faute de descripteurs
´ ´ ´outils sous tableur ou au travers de tant au niveau de groupes d’eleveurs ad hoc, et souvent decriees car consi-
construction de logiciels (tableau 1). souhaitant mener des re´flexions sur de´re´es comme de´passe´es ;
`L’utilisation de Herb’type et de Her- la prairie (Civam BIO Ariege, Civam – des acteurs de l’agriculture, disper-
b’opti avec des e´leveurs a confirme´ Limousin, ARDEAR du Tarn...) que se´ssurleterritoireetrepre´sentantune
´ ´ ` ´pour certains le bien-fonde de leurs parmi les organismes de developpe- tres grande diversite de situations du
pratiques ;pourd’autres,elleaconduit ment (chambres d’agricultures des fait du sol et du climat, de comporte-
a` revoir leur gestion pour l’anne´een re´gions Midi Pyre´ne´es, Auvergne et ments gestionnaires et de modes de
232 Cah Agric, vol. 20, n8 3, mai-juin 2011