Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

METACOGNITION DE LA FATIGUE MENTALE ET CONTRIBUTION DE L'EPS A L'EDUCATION POUR LA SANTE

De
3 pages
Niveau: Secondaire

  • cours - matière potentielle : eps

  • leçon - matière potentielle : contraignantes


METACOGNITION DE LA FATIGUE MENTALE ET CONTRIBUTION DE L'EPS A L'EDUCATION POUR LA SANTE Atelier A - Education pour la Santé, milieu scolaire et APS Annie Mansy-Dannay* et Alain Guerrien** UPRES EA 2453 « Temps, Emotion et Cognition », Université Charles De Gaulle * Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique, Université de Lille II, 59 790 Ronchin, tel : , Email : ** UFR de Psychologie, Université Charles De Gaulle – Lille 3, BP 149, 59 653 Villeneuve d'Ascq, cedex, tel : , Email : La prise de conscience, depuis quelques années, de l'importance du bien-être mental dans la Santé justifie amplement une réflexion et des recherches sur le rôle éducatif que peut jouer l'école dans le développement des connaissances métacognitives de l'élève. Les activités rencontrées dans le domaine scolaire nécessitent une implication durable, c'est à dire une attention soutenue génératrice de fatigue mentale. La prévention par l'élève de sa fatigue mentale suppose qu'il puisse la différencier de la fatigue physique. Le cours d'EPS peut-il fournir des occasions privilégiées pour faire apparaître cette différenciation ? Nous avons pu effectivement montrer chez des élèves de collège, en golf, une dissociation entre l'évolution des fréquences cardiaques et l'évolution des auto-évaluations de fatigue mentale.

  • dissociation entre l'évolution des fréquences cardiaques

  • prévention par l'élève

  • attention soutenue

  • fatigue mentale

  • effort cognitif

  • faculté des sciences du sport et de l'education physique


Voir plus Voir moins
METACOGNITION DE LA FATIGUE MENTALE ET
CONTRIBUTION DE L’EPS A L’EDUCATION POUR LA SANTE
Atelier A - Education pour la Santé, milieu scolaire et APS
Annie Mansy-Dannay* et Alain Guerrien**
UPRES EA 2453 « Temps, Emotion et Cognition », Université Charles De Gaulle
* Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique, Université de Lille II, 59
790 Ronchin, tel : 03 20 88 73 71, Email :
amansy@mailsc.univ-lille2.fr
**
UFR de Psychologie, Université Charles De Gaulle – Lille 3, BP 149, 59 653
Villeneuve d’Ascq, cedex, tel : 03 20 41 63 46, Email :
guerrien@univ-lille3.fr
La prise de conscience, depuis quelques années, de l’importance du bien-être mental
dans la Santé justifie amplement une réflexion et des recherches sur le rôle éducatif que
peut jouer l’école dans le développement des connaissances métacognitives de l’élève.
Les activités rencontrées dans le domaine scolaire nécessitent une implication durable,
c’est à dire une attention soutenue génératrice de fatigue mentale.
La prévention par l’élève de sa fatigue mentale suppose qu’il puisse la différencier de la
fatigue physique. Le cours d’EPS peut-il fournir des occasions privilégiées pour faire
apparaître cette différenciation ? Nous avons pu effectivement montrer chez des élèves
de collège, en golf, une dissociation entre l’évolution des fréquences cardiaques et
l’évolution des auto-évaluations de fatigue mentale. Comment l’élève analyse-t-il sa
fatigue en cours d’EPS ? Une seconde étude au collège fait apparaître une
méconnaissance du travail cognitif réalisé en cours d’EPS, et une méconnaissance de la
fatigue mentale en général.
Mots-clés : Fatigue mentale, métacognition, EPS
Type de communication souhaité : communication orale
Support technique : transparents
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin