La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Rencontre avec Anne Charpy - Des apports respectifs des initiatives publique et privée sur les territoires

9 pages
Anne Charpy, professionnelle de la politique de la ville, est venue parler de son parcours et de son récent projet dans le domaine de l’entrepreneuriat social : la création de Voisin Malin, association qui met les compétences d’habitants des zones urbaines sensibles au service d’un meilleur accès aux services publics et aux droits sociaux dans ces quartiers. Elle propose ainsi les services des « voisins » qu’elle emploie aux services publics locaux.
Anne Charpy est une ancienne étudiante de l'ESCP diplômée en 1990. Elle est également titulaire d'un master d'urbanisme obtenu à Sciences Po Paris en 1995. Spécialiste des politiques de la ville, elle créé l'association Voisin Malin, en 2010, pour favoriser l'accès aux services publics et aux droits sociaux dans les quartiers défavorisés.
Voir plus Voir moins

Observatoire  du  Management  Alternatif
Alternative  Management  Observatory
__
Compte-­rendu
Rencontre avec Anne Charpy -
Des apports respectifs des initiatives publique
et privée sur les territoires
Anne Charpy
Fondatrice de l’association Voisin Malin
Séminaire Anciens HEC
12 septembre 2011
Compte-rendu rédigé par Julien Bicrel et Nicolas Trimoulet, étudiants
de la Majeure Alternative Management (2011-2012)
Anne Charpy – «Des apports respectifs des initiatives publiques et privées sur les territoires » - 12
septembre 2011 1Rencontre avec Anne Charpy - Des apports respectifs des initiatives
publique et privée sur les territoires
La Majeure Alternative Management, spécialité de dernière année du programme Grande
Ecole d’HEC Paris, accueille dans le séminaire HEC Solidarités des anciens élèves d’HEC
travaillant dans les métiers de la solidarité et venant témoigner de leurs expériences
professionnelles.
Ces séminaires sont organisés sur le campus d’HEC Paris et ont lieu en présence des
étudiants de la Majeure Alternative Management. Ils font l’objet d’un compte-rendu rédigé
par un étudiant de la Majeure. Ce compte-rendu est relu et corrigé par l’invité avant
publication.
Le séminaire HEC Solidarités du 12 septembre 2011 a accueilli Anne Charpy, fondatrice
de l'association Voisin Malin. Anne Charpy présente ici son association, qui permet un
meilleur accès aux services publics dans les quartiers sensibles.
Résumé : Anne Charpy, professionnelle de la politique de la ville, est venue parler de son
parcours et de son récent projet dans le domaine de l’entrepreneuriat social : la création de
Voisin Malin, association qui met les compétences d’habitants des zones urbaines sensibles au
service d’un meilleur accès aux services publics et aux droits sociaux dans ces quartiers. Elle
propose ainsi les services des « voisins » qu’elle emploie aux services publics locaux.
Mots clés : Politique de la ville, Développement social, Empowerment , Solidarité ,
Entrepreneuriat social, Service public
Meeting with Anne Charpy - Respective contributions of public and private
initiatives to urban areas.
During the HEC Solidarity Seminar, The Major Alternative Management, a final year
specialised track in the Grande Ecole of HEC Paris, welcomes alumni that work in the
solidarity field and that want to give a statement of their professional experience.
Students of the Major Alternative Management participate to these seminars on HEC
Paris Campus and one of them writes down a report of the seminar. This report is read and
corrected by the Guest before publishing.
The 12 September 2011 Seminar welcomed Anne Charpy, who created the Association
Voisin Malin ('Smart Neighbour'). Anne Charpy presents her association, that contributes to a
better access to public services in deprived neighbourhoods.
Abstract: Anne Charpy, a professional in urban policies, has come and told about her career
and her new social entrepreneurship project, “Voisin Malin” (Smart Neighbour). Her ambition
is to mobilize the skills of inhabitants of socially deprived urban areas in order to enhance
access to public utilities and to social rights in these areas. She does so by offering the
services of “neighbours” she recruits to local public utility companies and institutions.
Key words: Urban policy, Social development, Empowerment, Solidarity, Social
entrepreneurship, Public services
Charte Ethique de l'Observatoire du Management Alternatif
Les documents de l'Observatoire du Management Alternatif sont publiés sous licence Creative Commons
http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/ pour promouvoir l'égalité de partage des ressources intellectuelles
et le libre accès aux connaissances.
L'exactitude, la fiabilité et la validité des renseignements ou opinions diffusés par l'Observatoire du Management
Alternatif relèvent de la responsabilité exclusive de leurs auteurs.
Anne Charpy – «Des apports respectifs des initiatives publiques et privées sur les territoires » - 12
septembre 2011 21. Du microcrédit au Chili à la création de Voisin Malin, histoire d’un at-
tachement aux territoires et leurs habitants
1.1 La découverte des territoires
Anne Charpy est une ancienne étudiante de l’ESCP, qu’elle termine en 1990. À l’époque,
elle est très intéressée par les enjeux autour du microcrédit et décide donc d’en apprendre plus
sur la finance en choisissant de se spécialiser dans ce domaine. Elle prend ensuite la route du
Chili avec un poste d’analyste financier à la Banco del Desarollo, organisme spécialisé dans
le microcrédit. L’expérience n’étant pas concluante, elle rejoint rapidement la Fondation
Contigo (fondée par deux anciens HEC et un Chilien) qui tente d’importer le concept de
microcrédit en milieu urbain.
Pendant trois ans, elle tente de développer leur réseau de micro-entrepreneurs tout en
découvrant l’apport de ces derniers au développement de leur quartier. Saisissant l’enjeu sous-
jacent pour les territoires, elle décide d’accompagner un groupe de micro-entrepreneurs afin
de les assister dans la création d’un syndicat ayant vocation à servir de fonds de solidarité et à
assister les habitants des quartiers pour leurs démarches auprès des institutions.
C’est à ce moment qu’elle prend toute la mesure de l’importance de l’apport d’initiatives
individuelles pour les quartiers et qu’elle décide de s’y intéresser de plus près en entreprenant
un DESS d’urbanisme à Sciences-Po en 1993.
1.2 L’attachement aux territoires
À l’issue de son DESS, en 1995, elle est embauchée dans le Pact Arim de Lyon. Sa mission
est alors de former des copropriétaires ayant des profils similaires aux locataires HLM aux
démarches auprès des institutions et à la prise de décision dans la copropriété. Dans ce cadre,
elle a développé une méthode d’approche et de collaboration avec les personnes de ces
copropriétés, qui a été repérée au niveau national. Cela lui a valu d’être recrutée à l’ANAH
(Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat) pour occuper une fonction de conception de
politiques publiques.
Au bout de trois ans, elle décide, en 2001, de revenir plus près du territoire en postulant
pour un emploi dans le cadre d’un Grand Projet de Ville. Elle va alors travailler dans le cadre
de GIP (Groupements d’Intérêt Public), participant à la création du GIP d’Evry Centre
Essonne en 2001 et dirigeant celui de Grigny/Viry entre 2004 et 2010. Anne Charpy a
Anne Charpy – «Des apports respectifs des initiatives publiques et privées sur les territoires » - 12
septembre 2011 3beaucoup apprécié son passage dans les GIP : ils permettent la mise en place de grands projets
de rénovation des quartiers en coordonnant les différents intervenants. Pour autant, elle a
relevé certains dysfonctionnements qui lui font alors penser que des initiatives privées, dotées
d’une meilleure rationalité économique, pourraient être intéressantes en complément. En
particulier, elle relève la faible intégration des habitants dans les projets de rénovation de leur
quartier. Or, elle a la conviction qu’un projet de rénovation ne peut aboutir qu’en intégrant
correctement ceux qui sont finalement les premiers concernés par le projet.
Elle prend alors la décision en février 2010 de quitter le GIP de Grigny/Viry afin de créer
l’association Voisin Malin, dont l’objectif est de « construire un pont entre les habitants des
quartiers populaires et les institutions ou entreprises de proximité » en créant « un vivier de
compétences d’habitants mobilisables par les acteurs locaux au plus près de leurs clients ou
usagers ».
Anne Charpy – «Des apports respectifs des initiatives publiques et privées sur les territoires » - 12
septembre 2011 42. L’expérience Voisin Malin
2.1 Que fait Voisin Malin ?
Vo isin Malin est une association qui offre des prestations pour trois types de
commanditaires : les bailleurs sociaux, les entreprises délégataires de service public et les
collectivités locales. Les prestations peuvent couvrir trois domaines :
-­‐ améliorer les relations entre ces entités et les habitants des quartiers. Les éléments mis
en place peuvent être par exemple du porte à porte pédagogique afin d’obtenir une
meilleure participation des habitants (ainsi, dans le cadre d’un projet de rénovation
mis en œuvre par un bailleur, 30% des personnes concernées par le projet sont venues
à une réunion contre 5% en temps normal) ;
-­‐accompagnement à l’utilisation des équipements. Il s'agit, par exemple, de la présence
d’un voisin deux jours par semaine pendant deux mois pour aider à l’utilisation de
l’automate à La Poste ;
-­‐ traduction orale auprès des entités dans le quartier.
Ces prestations se font toujours sur de courtes durées et n’ont pas vocation à durer et à rem-
placer un poste qui serait nécessaire sur le long terme.
2.2 L’organisation de Voisin Malin
Voisin Malin est actuellement une association Loi 1901 et emploie treize personnes :
-­‐ Deux managers à temps plein qui ont pour mission la coordination et le suivi des
missions ;
-­‐ Onze « voisins » du quartier de Courcouronnes, premier territoire d’implantation de
Voisin Malin, employés avec un contrat à durée indéterminée d’intermittent qui
représente un équivalent de quinze heures par mois.
Pour Anne Charpy, c’est l’implication des voisins qui permet de faire avancer les quartiers.
Il y a donc une importance particulière à ce que le recrutement des voisins soit bien effectué
afin qu’ils puissent être médiateurs sans pour autant se faire les porteurs de messages
politiques, idéologiques ou religieux.
Dans ce but, les voisins bénéficient d’une formation soutenue qui occupe en moyenne 20%
de leur temps.
Anne Charpy – «Des apports respectifs des initiatives publiques et privées sur les territoires » - 12
septembre 2011 5La rationalité économique, qui est très importante pour Anne Charpy, est détermine le
modèle économique de l’association, De fait, plusieurs points ne sont évidemment pas dus au
hasard :
-­‐ les prestations sont payantes : pour Anne Charpy, il est essentiel afin de valoriser
correctement le travail des Voisins (habitants-ressources recrutés) et d’assurer aussi
une certaine rationalité économique pour le projet. D’autre part, Voisin Malin
intervient dans des situations où les entreprises constatent un échec, où elles ont des
difficultés. Il est donc normal qu’elles payent un service qui va leur permettre de
fonctionner de manière plus efficiente ;
-­‐ les voisins sont employés en CDI à temps partiel : selon elle, il est capital que les
voisins soient rémunérés, c’est le levier de son action. Elle pense que les dispositifs
recourant ou incitant au bénévolat véhiculent souvent une image de dispositifs plus
optionnels. Or, dans ces quartiers où il y a de nombreuses choses à gérer, les fonctions
concernées sont particulièrement nécessaires. De plus, cela valorise les voisins, leur
permet de cotiser aux caisses et leur donne une formation également. L’objectif n’est
pas de remplacer un temps plein, c’est simplement un complément.
2.3 L’évolution de Voisin Malin
L’association Vo isin Malin a été créée fin 2010 à l’issue de six mois d’étude et de
recherche d’un territoire acceptant de recevoir le projet. Le démarrage du premier projet de
Voisin Malin a eu lieu en avril 2011 à Courcouronnes dans l’Essonne, département qu’elle
connaît bien. Elle considère que les débuts de son association n’ont pas été trop compliqués
grâce à ses nombreuses connaissances dans son secteur mais également sur ce territoire.
L’installation a été d’autant plus facile que le Maire de Courcouronnes ainsi que le Préfet
étaient très motivés par le projet et lui ont donc apporté leur soutien, ce qui a notamment
facilité les premières commandes, lui assurant un volume de cent heures de travail par mois
pour démarrer. Elle a ensuite sélectionné les onze voisins grâce au réseau des acteurs locaux
qui ont recommandé des habitants du quartier ce qui a abouti à soixante candidatures au total !
Ce premier projet débouchera sur une évaluation fin 2011. Anne Charpy est déjà en
négociation pour trouver un nouveau territoire car elle souhaite trouver un territoire plus
complexe que celui de Courcouronnes afin de mieux éprouver son modèle. Elle a commencé à
Anne Charpy – «Des apports respectifs des initiatives publiques et privées sur les territoires » - 12
septembre 2011 6entrer en contact avec des institutions d’autres villes et elle rencontre effectivement certaines
difficultés (résistances sur le terrain, moins de soutien politique, ville plus grande et plus
défavorisée).
L’évolution de son projet passera par plusieurs éléments :
-­‐ création d’une mission de conseil : elle souhaite créer des missions de conseil pour les
entreprises pour leur faire mieux comprendre comment travailler dans ces quartiers et
leur permettre d’être plus efficaces. C’est un élément qui, basé sur les acquis des
missions, donnera des opportunités d’évolution professionnelle aux membres de
l’équipe, dont les Voisins, et permettra des rentrées financières plus importantes.
-­‐ création d’un véritable réseau des voisins : elle tente de fédérer les voisins afin qu’ils
soient capables par la suite d’interpeller non seulement les institutions mais également
les autres quartiers et qu’ainsi le projet puisse s’étendre au maximum.
-­‐ changement de structure juridique : Anne Charpy compte faire évoluer la structure de
Voisin Malin car elle ne peut rester sous la forme d’une association à compter d’une
certaine échelle. La réflexion se fait autour des formes de SCOP (Société Coopérative
et Participative), SCIC (Société Coopérative d'Intérêt Collectif) ou de franchises
sociales.
-­‐ Intégration d’Ashoka : Anne Charpy souhaite devenir fellow d’Ashoka pour inscrire
son projet dans la durée.
Pour Anne Charpy, à moyen terme, Voisin Malin pourrait être une structure forte de trois
cent voisins et présente dans plus de dix quartiers.
Anne Charpy – «Des apports respectifs des initiatives publiques et privées sur les territoires » - 12
septembre 2011 73. Commentaires sur le séminaire
Le projet d’Anne Charpy a été plutôt très bien reçu par les étudiants. Les principaux points
discutés ont été les suivants :
3.1. Un positionnement intelligent
Il semble qu’Anne Charpy ait très bien su positionner son initiative sur la carte des
différents acteurs. En effet, elle ne marche sur les plates-bandes de personne dans la mesure
où son association, chose peu courante, met en relation certaines institutions en faisant payer
ces dernières pour des services qui sont principalement d’ordre pédagogique (donc différents
par exemple des organismes qui interviennent dans le cadre des clauses d’insertion ou des
PIMMS – Points Information et Médiation Multiservice). Bien que ce modèle soit surprenant,
Anne Charpy a bien expliqué que les entreprises sont prêtes à payer pour ce service car elles y
ont un intérêt.
Pour autant, des questions se sont posées sur ce positionnement notamment la question de
savoir dans quelle mesure les missions assurées par Vo isin Malin ne sont pas des missions qui
devraient incomber à la sphère publique. Pour Anne Charpy, c’est une vraie question mais elle
préfère partir du constat que la situation existe et qu’il faut bien que certains aident à la
résoudre, ce à quoi elle se propose de contribuer. Par ailleurs, elle relève qu’un
fonctionnement des missions aussi souple que celle qu’elle a choisie pour les Voisins ne serait
pas possible dans une institution publique. Elle précise également que ce n’est pas
nécessairement la mission des GIP non plus dans la mesure où ils interviennent à un niveau
plus macro et que son intervention est très locale. Enfin, elle pense qu’elle en viendra à
travailler plus en profondeur avec les institutions publiques, mais elle a d’abord besoin de leur
montrer les résultats de son initiative pour que celle-ci puisse s’intégrer dans des projets de
plus grande envergure et que les institutions publiques modifient leurs pratiques d’échanges
avec les habitants. In fine, l’objectif est aussi de donner les clés aux Voisins pour devenir de
véritables acteurs des politiques publiques au niveau local.
Anne Charpy – «Des apports respectifs des initiatives publiques et privées sur les territoires » - 12
septembre 2011 83.2. Les risques dans le cadre du développement de Voisin Malin
Plusieurs difficultés sont apparues aux yeux des étudiants lors de l’évolution de Voisin
Malin.
D’une part, la question de l’ancrage territorial semble être un enjeu fondamental dans
l’avenir de l’association. En effet, le succès de Voisin Malin est conditionné à un ancrage
territorial très fort. De nombreuses questions se posent alors. Comment Voisin Malin va
maintenir cet ancrage tout en assurant une unité lorsqu’il y aura de nombreux sites ? Quel sera
le territoire pertinent à l’avenir ?
D’autre part, un point central dans le futur sera le comportement des Voisins. Avec le
développement de l’association, les Voisins auront de plus en plus de poids mais le contrôle
sur ces Voisins risque en contrepartie de faiblir. Sous ces hypothèses, il y a des risques que des
Voisins développent une activité plus politique ou revendicatrice. Or, le bon fonctionnement
de l’association aujourd’hui est permis par le fait qu’elle n’est pas marquée politiquement ou
idéologiquement. Sera-t-il possible de maintenir ces conditions si l’association se développe
de manière importante ?
Pour des questions concernant les séminaires, merci de contacter Laura Chartain
laurachartain@gmail.com
06 75 23 26 48
Anne Charpy – «Des apports respectifs des initiatives publiques et privées sur les territoires » - 12
septembre 2011 9