Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Sujet corrigé : Par quels moyens argumentatifs différents ces trois thèses proposent-ils à leur manière des thèses féministes ?

De
5 pages

Extrait des Femmes savantes, de Molière, extrait de la Colonie de Marivaux et un extrait de l'un est l'autre de Badinter.

Publié par :
Ajouté le : 25 février 2014
Lecture(s) : 635
Signaler un abus
Devoir : question sur un corpus
 Voicitrois textes composant un corpus. Après en avoir pris connaissance, vous répondrez à la question posée, en 30 à 50 lignes.
CORPUS: TEXTE 1 : MOLIERE – Extrait desFemmes savantes(1672), acte I, scène 1. TEXTE 2 : MARIVAUX – Extrait deLa Colonie(1729), scène 13. TEXTE 3 : E. BADINTER – Extrait deL’Un est l’Autre(1986), partie II, chapitre 3.
QUESTION: Par quels moyens argumentatifs différents ces trois textes proposent-ils à leur manière des thèses féministes ?
TEXTE 1 : MOLIERE – Extrait desFemmes savantes(1672), acte I, scène 1. Dans sa comédieLes femmes savantes, Molière s’intéresse à l’éducation des femmes. Le passage qui suit oppose Armande, femme qui se veut savante, à sa sœur Henriette.
ARMANDEMon Dieu, que votre esprit est d'un étage bas ! 1 Que vous jouez au monde un petit personnage, De vous claquemurer aux choses du ménage, Et de n'entrevoir point de plaisirs plus touchants Qu'un idole d'époux et des marmots d'enfants ! Laissez aux gens grossiers, aux personnes vulgaires, Les bas amusements de ces sortes d'affaires ; à de plus hauts objets élevez vos désirs, Songez à prendre un goût des plus nobles plaisirs, Et traitant de mépris les sens et la matière, à l'esprit comme nous donnez-vous toute entière. Vous avez notre mère en exemple à vos yeux, Que du nom de savante on honore en tous lieux: Tâchez ainsi que moi de vous montrer sa fille, Aspirez aux clartés qui sont dans la famille, Et vous rendez sensible aux charmantes douceurs Que l'amour de l'étude épanche dans les cours; Loin d'être aux lois d'un homme en esclave asservie, Mariez-vous, ma sœur, à la philosophie, Qui nous monte au-dessus de tout le genre humain, 2 Et donne à la raison l'empiresouverain, Soumettant à ses lois la partie animale, Dont l'appétit grossier aux bêtes nous ravale. Ce sont là les beaux feux, les doux attachements, Qui doivent de la vie occuper les moments ; Et les soins où je vois tant de femmes sensibles Me paraissent aux yeux des pauvretés horribles.
1 Rôle. 2 Le pouvoir, l’autorité.