Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Cours de version grecque publié sous forme de "feuilleton" - 2ème année de CPGE littéraire, La version grecque - cours n°4

De
4 pages
Ce cours de version grecque publié sous forme de "feuilleton" est enrichi de liens vers un ensemble de fiches "kit de survie" disponibles sur cette plate-forme (dans les Ressources/Autres), de lien vers le Wiki SILLAGES et de liens vers des sites pour hellénistes. Dix épisodes composent ce "feuilleton". Note : pour une bonne lecture de ce cours, il est recommandé de télécharger l'épisode du feuilleton sélectionné sur son ordinateur pour pouvoir accéder aux fiches "kit de survie" tout en poursuivant la lecture de cet épisode.
Voir plus Voir moins

Michèle TILLARD – Lycée Montesquieu, 72000 LE MANS 17 janvier 2011

VERSION N° 4
Hérodote, Xerxès fait fouetter l'Hellespont
Dix ans après la Première guerre médique, qui s'était achevée par la bataille de Marathon et la
déroute des Perses, le successeur de Darius, Xerxès, reprend les hostilités contre la Grèce. Il
commence par de gigantesques travaux : ouverture d'un canal à travers la péninsule du Mont
Athos, construction de deux ponts de bateaux sur l'Hellespont. Mais une violente tempête vient
détruire ce dernier ouvrage, sur le point d'être achevé.

Kαὶ δὴ ἐζευγμένου τοῦ πόρου ἐπιγενόμενος χειμὼν μέγας συνέκοψέ τε ἐκεῖνα
πάντα καὶ διέλυσε. ὡς δ᾽ ἐπύθετο Ξέρξης, δεινὰ ποιεύμενος τὸν Ἑλλήσποντον
ἐκέλευσε τριηκοσίας ἐπικέσθαι μάστιγι πληγὰς καὶ κατεῖναι ἐς τὸ πέλαγος
πεδέων ζεῦγος. ἤδη δὲ ἤκουσα ὡς καὶ στιγέας ἅμα τούτοισι ἀπέπεμψε στίξοντας
5 τὸν Ἑλλήσποντον. ἐνετέλλετο δὲ ὦν ῥαπίζοντας λέγειν βάρβαρά τε καὶ
ἀτάσθαλα· « ὦ πικρὸν ὕδωρ, δεσπότης τοι δίκην ἐπιτιθεῖ τήνδε, ὅτι μιν ἠδίκησας
οὐδὲν πρὸς ἐκείνου ἄδικον παθόν. καὶ βασιλεὺς μὲν Ξέρξης διαβήσεταί σε, ἤν τε
σύ γε βούλῃ ἤν τε μή· σοὶ δὲ κατὰ δίκην ἄρα οὐδεὶς ἀνθρώπων θύει ὡς ἐόντι καὶ
θολερῷ καὶ ἁλμυρῷ ποταμῷ ». Tήν τε δὴ θάλασσαν ἐνετέλλετο τούτοισι
10 ζημιοῦν καὶ τῶν ἐπεστεώτων τῇ ζεύξι τοῦ Ἑλλησπόντου ἀποταμεῖν τὰς
κεφαλάς.
Hérodote, VII, 34-35


Cette version-ci peut présenter quelques difficultés supplémentaire, parce qu'Hérodote
écrit en dialecte ionien. Il faudra donc consulter la fiche « la langue d'Hérodote, le dialecte
ionien » dans le « kit de survie ».
PREMIÈRE ÉTAPE : observons le texte.
• Le titre nous indique que nous avons affaire à un récit historique, d'une anecdote
particulièrement célèbre, destinée certainement à souligner l' « hybris » de ce monarque
barbare, et peut-être à préparer, longtemps à l'avance, la suite de l'histoire : Xerxès, qui
insulte la mer, sera vaincu par la mer dans la bataille navale de Salamine.
• Une brève introduction fixe les limites du récit : il commence au moment où le
« pont de bateau » a été détruit par la tempête ; nous assisterons donc à la réaction de
Xerxès.
• Le lieu de l'action : l'Hellespont. Il s'agit du détroit aujourd'hui appelé les
Dardanelles. Voir l'origine de son nom ici : http://philo-lettres.pagesperso-
orange.fr/toison_or.htm#helle.
• Quelques repérages dans le texte :

Kαὶ δὴ ἐζευγμένου τοῦ πόρου ἐπιγενόμενος χειμὼν μέγας συνέκοψέ τε
Page 1 sur 4
Michèle TILLARD – Lycée Montesquieu, 72000 LE MANS 17 janvier 2011

ἐκεῖνα πάντα καὶ διέλυσε. ὡς δ᾽ ἐπύθετο Ξέρξης, δεινὰ ποιεύμενος τὸν
Ἑλλήσποντον ἐκέλευσε τριηκοσίας ἐπικέσθαι μάστιγι πληγὰς καὶ κατεῖναι
ἐς τὸ πέλαγος πεδέων ζεῦγος. ἤδη δὲ ἤκουσα [ὡς καὶ στιγέας ἅμα τούτοισι
5 ἀπέπεμψε στίξοντας τὸν Ἑλλήσποντον+. ἐνετέλλετο δὲ ὦν ῥαπίζοντας
λέγειν βάρβαρά τε καὶ ἀτάσθαλα· « ὦ πικρὸν ὕδωρ, δεσπότης τοι δίκην
ἐπιτιθεῖ τήνδε, ὅτι μιν ἠδίκησας οὐδὲν πρὸς ἐκείνου ἄδικον παθόν. καὶ
βασιλεὺς μὲν Ξέρξης διαβήσεταί σε, ἤν τε σύ γε βούλῃ ἤν τε μή· σοὶ δὲ κατὰ
10 δίκην ἄρα οὐδεὶς ἀνθρώπων θύει ὡς ἐόντι καὶ θολερῷ καὶ ἁλμυρῷ
ποταμῷ ». Tήν τε δὴ θάλασσαν ἐνετέλλετο τούτοισι ζημιοῦν καὶ τῶν
ἐπεστεώτων τῇ ζεύξι τοῦ Ἑλλησπόντου ἀποταμεῖν τὰς κεφαλάς.
Hérodote, VII, 34-35
• On remarque, surligné en jaune, le nom du protagoniste, Ξέρξης, toujours
au nominatif;
• On note (surligné en vert) une intervention du narrateur à la première
personne du singulier, aoriste : « j'ai entendu dire que »...
• On repère (en bleu) un discours direct assez long, à la seconde personne du
singulier, et qui s'adresse à l'eau ( ὦ πικρὸν ὕδωρ) ; s'ilse confirme que
Xerxès est lui-même l'auteur de ce discours, il parle de lui-même à la 3ème
personne (βασιλεὺς μὲν Ξέρξης διαβήσεταί σε), ce qui s'accorde bien avec
l'hybris qu'on lui prête ;
• Les verbes de la partie « récit » sont, comme on pouvait s'y attendre, à
l'aoriste et à l'imparfait ( ἐνετέλλετο répété deux fois, l. 5 et 10) ; ceux du
discours à des temps nettement plus variés : présent (ἐπιτιθεῖ, θύει), aoriste
(ἠδίκησας), futur ( διαβήσεταί).

DEUXIÈME ÉTAPE : ANALYSE PHRASE PAR PHRASE.
Pour cette étape, se référer aux fiches du « kit de survie ».
 Kαὶ δὴ (ἐζευγμένου τοῦ πόρου) ἐπιγενόμενος χειμὼν μέγας συνέκοψέ τε ἐκεῖνα
πάντα καὶ διέλυσε.
La première phrase est relativement simple, à condition de reconnaître un génitif absolu,
ἐζευγμένου τοῦ πόρου, et de voir que ἐπιγενόμενος est un participe apposé au sujet
χειμὼν μέγας ; il suffit ensuite de chercher les mots manquants dans le dictionnaire :
◦ ὁ πόρος, ου : le détroit
◦ ζευγόμενος, η, ον < ζεύγνυμαι : le dictionnaire donne précisément l'exemple
d'Hérodote : joindre par un pont, jeter un pont sur...
◦ συγκόπτω : briser, détruire de fond en comble.

Et, alors que l'on avait jeté un pont sur le détroit, une grande tempête survenant les
brisa (= les bateaux qui formaient le pont) et les dispersa.

 ὡς δ᾽ ἐπύθετο Ξέρξης, δεινὰ ποιεύμενος [τὸν Ἑλλήσποντον ἐκέλευσε
τριηκοσίας ἐπικέσθαι μάστιγι πληγὰς+ καὶ *κατεῖναι ἐς τὸ πέλαγος πεδέων ζεῦγος+.
Page 2 sur 4
Michèle TILLARD – Lycée Montesquieu, 72000 LE MANS 17 janvier 2011

• ὡς δ᾽ ἐπύθετο Ξέρξης : subordonnée temporelle-causale introduite par ὡς,
avec le verbe à l'indicatif aoriste : « lorsque Xerxès fut informé »
• δεινὰ ποιεύμενος : δεινἀ ποιεῖσθαι est une expression lexicalisée signifiant
« trouver fâcheux », « supporter avec peine » (chercher dans le Bailly à
l'article ποιεῖν, au moyen). Noter au passage la forme ionienne ποιεύμενος à
la place de ποιούμενος : voir fiche « la langue d'Hérodote, le dialecte
ionien ».
• ἐκέλευσε : « ordonna », se construit avec un infinitif COD ou une
proposition infinitive.
• Ἐπικέσθαι : attention à la psilose (voir fiche « la langue d'Hérodote, le
dialecte ionien »). Il s'agit du verbe ἐφικνοῦμαι. Et là, chance !! Le Bailly
donne précisément la traduction de toute la phrase ! τὸν Ἑλλήσποντον
ἐκέλευσε τριηκοσίας ἐπικέσθαι μάστιγι πληγὰς = « il ordonna de
parcourir l'Hellespont en frappant la mer de trois cents coups de fouet ».
• κατεῖναι : nouvelle psilose pour καθεῖναι, infinitif aoriste de καθίημι :
(faire) descendre
• τὸ ζεῦγος, ους : un couple, une paire
• πεδέων : génitif féminin pluriel spécifique à l'ionien (voir fiche) ; ἡ πέδη, ης :
l'entrave.
Lorsque Xerxès en fut informé, ne le supportant pas, il ordonna de parcourir
l'Hellespont en frappant la mer de trois cents coups de fouet, et d'y faire descendre
une paire d'entraves.

 ἤδη δὲ ἤκουσα ὡς καὶ στιγέας ἅμα τούτοισι ἀπέπεμψε στίξοντας τὸν
Ἑλλήσποντον. ἐνετέλλετο δὲ ὦν ῥαπίζοντας λέγειν βάρβαρά τε καὶ ἀτάσθαλα·

• ἤκουσα ὡς : « j'ai entendu dire que » : intervention du narrateur, qui ajoute
une anecdote qu'il ne reprend pas nécessairement à son compte : plaisir du
conteur, rigueur de l'historien...
• ἤδη : en poursuivant, en outre... ἤδη, καὶ, ἃμα : Hérodote insiste !...
• ὁ στιγέυς, στιγέως : celui qui tatoue, qui appose une marque (en particulier
une marque d'infamie sur les esclaves, les condamnés...) ; on remarquera la
présence du verbe de même racine, στίζω au participe futur, στίξων, οντος,
indiquant le but ;
• ἐντέλλω est un synonyme de κελεύω, ordonner.

• ἐνετέλλετο δὲ ὦν *ῥαπίζοντας λέγειν βάρβαρά τε καὶ ἀτάσθαλα·]
• ὦν = οὖν (ionien)
• infinitive dont le sujet est ῥαπίζοντας, le verbe λέγειν, le COD βάρβαρά τε
καὶ ἀτάσθαλα
• ῥαπίζω : frapper (avec une baguette)
Il ordonnait donc que ceux qui frappaient prononcent des injures barbares et follement
présomptueuses.

Page 3 sur 4
Michèle TILLARD – Lycée Montesquieu, 72000 LE MANS 17 janvier 2011

 « Ὦ πικρὸν ὕδωρ, δεσπότης τοι δίκην ἐπιτιθεῖ τήνδε, ὅτι μιν ἠδίκησας *οὐδὲν
πρὸς ἐκείνου ἄδικον παθόν+. Καὶ βασιλεὺς μὲν Ξέρξης διαβήσεταί σε, ἤν τε σύ
γε βούλῃ ἤν τε μή· σοὶ δὲ κατὰ δίκην ἄρα οὐδεὶς ἀνθρώπων θύει ὡς ἐόντι καὶ
θολερῷ καὶ ἁλμυρῷ ποταμῷ ».
• Discours direct, adressé à la mer, et développant les « injures » citées plus
haut : on peut s'attendre à un discours plein d'hybris et de violence.
• ὦ πικρὸν ὕδωρ : vocatif
• τοι = σοι (dorien et ionien) ; chez Hérodote, on trouve aussi la forme σοι : cf.
deux lignes plus bas !
• Ἐπιτίθημι : infliger quelque chose à quelqu'un ; la forme ἐπιτιθεῖ est
ionienne (cf. fiche)
• μιν = αὐτόν : pronom anaphorique, homérique et ionien.
• οὐδὲν πρὸς ἐκείνου ἄδικον παθόν : participe apposé au sujet de ἠδίκησας,
avec une nuance concessive : « bien que tu n'aies subi aucun tort de sa part ».
• ἤν τε σύ γε βούλῃ ἤν τε μή : mot à mot : et si tu veux et si tu ne veux pas.
(et... et... = τε...τε ; ἤν = ἐάν voir la fiche sur les systèmes conditionnels.)
« Εau amère, c'est un maître qui t'inflige ce châtiment, parce que tu lui as fait tort, sans
en avoir subi aucun de sa part. Et le Roi Xerxès te traversera, que tu le veuilles ou non ;
pour ta punition, aucun homme ne t'offre de sacrifice, à toi qui es un fleuve bourbeux
et saumâtre. »

 Tήν τε δὴ θάλασσαν ἐνετέλλετο τούτοισι ζημιοῦν καὶ τῶν ἐπεστεώτων τῇ ζεύξι
τοῦ Ἑλλησπόντου ἀποταμεῖν τὰς κεφαλάς.

• La dernière phrase marque un retour au récit, après ces paroles démentes,
qui ne peuvent manquer – selon l'idéologie de l'époque – de susciter la colère
des dieux, et en particulier du peu commode Poséidon.
• On rettrouve pour la 3ème fois un ordre donné par Xerxès : ἐνετέλλετο ; il
se construit avec un double accusatif COD :
• τούτοισι ζημιοῦν τήν τε θάλατταν
• ἀποταμεῖν τὰς κεφαλὰς τῶν ἐπεστεώτων τῇ ζεύξι τοῦ
Ἑλλησπόντου
• τῶν ἐπεστεώτων est une forme un peu difficile à trouver. Mais le
Bailly offre la forme ἐπεστεώς < ἐφίστημι (noter encore une fois la
psilose ionienne). Ἐφίστημι + datif signifie : préposer à, charger de.

Il ordonnait de châtier ainsi la mer, et de couper la tête à ceux qui avaient été chargés
de construire le pont sur l'Hellespont.

Page 4 sur 4

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin