//img.uscri.be/pth/1ffa0156300ef93e09b687d39d30785d66f6ca9e
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Complainte sur une absence

De
2 pages
Voyagez en lisant le poème "Complainte sur une absence" écrit par Jean BERTAUT (1552-1611). "Complainte sur une absence" de BERTAUT est un poème classique. Profitez de ce poème en le découvrant sur cette page. Et n’oubliez pas que vous pouvez télécharger gratuitement en format PDF le poème Complainte sur une absence et l’imprimer depuis chez vous !
En téléchargeant le PDF du poème de BERTAUT, vous pourrez faire une fiche ou bien vous évader grâce au vers de "Complainte sur une absence".
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Complainte sur une absence

Je n'ay veu qu'à regret la clarté du Soleil,
Et rien tant soit-il beau n'a mon ame ravie,
Depuis qu'en soupirant j'éloignay ce bel oeil,
De qui la seule veuë est tout l'heur de ma vie.

Les jours les plus luisants me sont obscures nuits,
Que je passe en tristesse et complaintes funebres,
Ne pouvant le ciel mesme, au fort de tant d'ennuis,
Illuminer le corps dont l'ame est en tenebres.

Je ne fay que penser à l'heur que j'ay perdu,
Quoy que ce souvenir aigrissant ma complainte
M'égalle au criminel sur la gesne étendu,
M'estant chaque pensée une mortelle attainte.

Le seul bien d'un portrait exprimant sa beauté
Console un peu mes yeux et mon dueil diminue :
Mais qu'est-ce que cela m'en voyant absenté,
Si ce n'est pour Junon embrasser une nue.

Ah, que je veux de mal aux rigueurs de la loy,
Qui de m'en éloigner s'est acquis la puissance !
Que j'en hay mon devoir aussi bien comme moy,
Luy du commandement, moy de l'obéissance.

Falloit-il qu'oubliant les saints voeux d'amitié,
Pour croire un vain respect et suivre sa Chimere,
Je commisse une erreur indigne de pitié,
De peur d'en commettre une excusable et legere ?

Non, je ne me sçaurois laver de ce peché,
Ny ne puis concevoir qu'il me soit pardonnable :
Et me dois voir ce crime à jamais reproché,
Si je n'en suis vangeur aussi bien que coulpable.

Mais quel plus grand tourment que de m'en voir bany
Peut chastier mon coeur s'il faut qu'il s'en punisse ?
Helas, l'avoir commis c'est m'en estre puny :
Mon peché m'est luy-mesme un rigoureux supplice.

Aussi, quoy que l'Amour s'en plaigne justement,
Si sent-il au pardon la pitié le contraindre ;
Voyant ma propre erreur m'estre un si grand tourment,
Que se plaindre de moy ce n'est rien que me plaindre.

Ah Dieux ! que ne mouru-je aux pieds de sa rigueur,
Lorsque je prins congé de sa chere presence !
Las ! pour ce qu'en partant je luy laissois mon coeur
Je ne pensois jamais ressentir son absence.

Fol, qui n'avisois pas qu'encor que mille morts
Assaillent un Amant éloigné de sa dame,
Il ne ressent l'ennuy d'en estre loin du corps
Qu'autant qu'il en est pres du penser et de l'ame.

Or voy-je maintenant qu'Amour a bien semé
Des espines d'ennuy dans son doux labyrinthe :
Et qu'au desir d'un coeur de sa flamme allumé
La longueur d'une absence est bien pleine d'absinthe.

Mais quelque trait d'ennuy qui me puisse offenser,
Rien n'esteindra l'ardeur dont je me sens éprendre
Ains faudra désormais, avant que voir cesser
Mon ame d'estre en feu, me voir le corps en cendre.

Non, ma flamme vivra jusqu'à mon dernier jour,
Malgré toute infortune et presente et future.
J'ay beaucoup de douleur, mais j'ai bien plus d'amour :
L'une fait que j'endure, et l'autre que je dure.

Seulement, ô beaux yeux, yeux qui m'estes si doux
Que l'heur de vous servir m'est plus qu'un diadême,
Avienne que l'oubly n'éloigne point de vous
Un coeur que vostre absence éloigne de soymême.

Cieux qui prestez l'oreille aux saints voeux des amans,
Faites qu'en jettant l'oeil sur vos vives lumieres,
La divine Beauté qui cause mes tourmens
Lise dans vostre front ces voeux et ces prieres.

Et vous vents bienheureux qui vers elle passez,
Portez luy de ma foy l'immortelle assurance ;
Luy disant en deux mots bassement prononcez,
Que je meurs de desir en vivant d'espérance.