La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Invocation du mage contre les deux rois

De
1 page
Découvrez le poème "Invocation du mage contre les deux rois" écrit par Victor Hugo (1802-1885). "Invocation du mage contre les deux rois" de Hugo est un poème classique extrait du recueil Toute la lyre (1888 et 1893).. Profitez de ce poème en le découvrant sur cette page. Et n’oubliez pas que vous pouvez télécharger gratuitement en format PDF le poème Invocation du mage contre les deux rois et l’imprimer depuis chez vous !
En téléchargeant le PDF du poème de Hugo, vous pourrez faire un commentaire ou bien comprendre la signification des paroles du poète qui a écrit "Invocation du mage contre les deux rois".
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Invocation du mage contre les deux rois.

Vents, souffles du zénith obscur et tutélaire,
N'éveillerez-vous pas quelque immense colère
Là-haut, dans le ciel sombre, en faveur des humains ?
Puisque deux nations vont en venir aux mains
Parce que les deux rois se sont pris de querelle ;
Puisque la plaine verte où court la sauterelle,
Où rit l'aube, où se chauffe au soleil le lézard,
Va tout à l'heure voir passer l'affreux hasard
Secouant dans la nuit ses mains pleines de flèches ;
Puisqu'aux torrents taris entre les pierres sèches,
Vont succéder demain de longs ruisseaux de sang ;
Puisque le grand lion qui pour boire descend
S'arrêtera pensif, surpris de ce flot rouge ;
Puisque le paysan va trembler dans son bouge ;
Puisque, si ces deux rois, le numide et le hun,
Ne sont pas soudain pris aux cheveux par quelqu'un,
On va voir éclater pour leurs folles chimères
La désolation lamentable des mères,
Et les deux camps courir l'un sur l'autre acharnés,
Et, lorsqu'ils se seront entre eux exterminés,
Les durs vainqueurs, pareils aux bêtes des repaires,
Tuer les hommes, fils, frères, maris et pères,
Et les femmes, tordant leurs bras, cachant leurs seins,
Fuir devant les baisers de tous ces assassins ;
Puisque deux peuples vont tomber dans cet abîme,
Vents, ne ferez-vous rien pour empêcher ce crime,
Et, vous qui pénétrez dans les profondeurs, vous
Qui vous réunissez ou vous dispersez tous
Plus vite que l'éclair, là-haut, quand, bon vous semble,
Vents, noirs avertisseurs, sur la terre qui tremble,
En ce moment funeste, en ce champ odieux,
N'amènerez-vous pas les formidables dieux ?

Le 28 juillet 1870.



.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin