La lecture en ligne est gratuite
Lire Télécharger

Publications similaires

Églogue désolée

de le-trimeur

Amour

de Etudelitteraire

A Aimée d'Alton

de mediter

Vous aimerez aussi

suivant

Le vent d'été

À Léon Tillot.

Le vent d'été baise et caresse
La nature tout doucement :
On dirait un souffle d'amant
Qui craint d'éveiller sa maîtresse.

Bohémien de la paresse,
Lazzarone du frôlement,
Le vent d'été baise et caresse
La nature tout doucement.

Oh ! quelle extase enchanteresse
De savourer l'isolement,
Au fond d'un pré vert et dormant
Qu'avec une si molle ivresse
Le vent d'été baise et caresse !