La lecture en ligne est gratuite
Lire Télécharger

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant

Ô ma parole

Ô ma parole,
Qui troubles à peine un peu,
De tes ailes,
L'air de silence bleu !

Ô parole humaine,
Parole où, pensive, j'entends
Enfin mon âme même,
Et son murmure vivant !

Ô parole née
D'un souffle et d'un rêve,
Et qui t'élèves
De mes lèvres étonnées !

Moi, je t'écoute, un autre te voit,
D'autres te comprennent à peine;
Mais tu embaumes mon haleine,
Tu es une rose dans ma voix.