La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
Sully PrudhommeStances et Poèmes Pan
Je vais m'asseoir, l'été, devant les plaines vertes, Solitaire, immobile, enchanté de soleil ; Ma mémoire dans l'air par d'insensibles pertes Se vide ; et, comme un sphinx aux prunelles ouvertes, Je dors étrangement, et voici mon sommeil :
Ma poitrine s'arrête et plus rien n'y remue ; La volonté me fuit et je n'ai plus de voix ; Il entre dans ma vie une vie inconnue, Ma figure demeure et ma personne mue : Je suis et je respire à la façon des bois.
Mon sang paraît glisser en imitant la sève ; J'éprouve que ce monde est vraiment suspendu ; Quelque chose de fort avec lui me soulève ; Le regard veille en moi, mais tout le reste rêve. O Nature, j'absorbe et je sens ta vertu !
Car je suis visité par le même génie Qui court du blé des champs aux ronces des talus ; Avec tes nourrissons je bois et communie ; L'immense allaitement, source de l'harmonie, Je l'ai goûté, ma mère, et ne l'oublierai plus.
Oh ! que j'avais besoin de t'embrasser, ma mère, Pour mêler à mon pain ton suc universel, Ton âme impérissable à mon souffle éphémère, Et ton bonheur fatal à ma libre misère, Pour aimer par la terre et penser par le ciel !