La lecture en ligne est gratuite
Lire Télécharger

Publications similaires

L'homme, à quel prix ?

de la-martiniere

Ce monde est tout ce que nous avons

de _le-courrier-du-livre_

L'Évangile de la Paresse

de editions-edilivre

Vous aimerez aussi

Train de vie,

de biaujaud

Les mots

de biaujaud

suivant
Robinson,
Honni soit leur argent et leur cupidité
L’homme esclave, consomme et veut tout posséder
Illusoire penchant à prétendre l’argent roi.
Pauvre civilisation qui brule ses
richesses
Leur faiblesse de vouloir tout posséder, tout piller, tout contrôler.
Notre monde se meurt, leurs déchets sont toxiques, les eaux polluées sinon
empoisonnées, en tous les cas très trouble.
Ils ont vidés nos océans, drainés les fonds.
Ils abattent les forêts, le désert gagne.
Ils font fondre, Arctique et Antarctique ces réserves d’eau, l’avenir de notre
humanité
Ils brûlent l’atmosphère, et prétendent conquérir, bien plus que leur planète.
Rien ne trouve gré que leur avidité.
Le pot de l’amitié érigé en valeurs, et vous devenus des voleurs.
Vous ne savez plus que le mal, vous battre et même gagner.
Minable conquérant, vos penchants nous poussent à la ruine et à la destruction.
C’est ainsi que naissent les guerres, comme toutes vos saloperies.
Que celles-ci soient commercial, religieuse, ou bien encore ethnique
Ils prétendent au Paradis, mais construisent l’Enfer.
Décadence ils savent pourtant que notre monde va à sa perte.
Les civilisations passées prétendaient au sommet, mais se sont écroulés.
C’est leur intelligence, paraît-il qui les poussent, les font se dépasser.
Leur bêtise tue les talents comme ils pillent
nos richesses.
Qu’il est beau le bonheur de deux êtres qui échange, partage, donne, aime
Ils sont riches de leur largesse.
Heureux les Robinsons, qui trouvent que le bonheur c’est de vivre simplement.
Leurs servitude est le temps, levé, couché, trouver de l’eau des fruits murs et
même faire bonne pèche.
S’ils ont besoin de papier ce sera pour allumer le feu, ou pour quelques- autres
besoins.
.
Comme des Robinsons retrouvons nous sans rien mais libre et peut être plus
malin.
.G.B.
.