La lecture en ligne est gratuite
Lire Télécharger

INSEE N°93-Juin2002-2,20eurosBOURGOGNE
Apprentissage et insertion professionnelle
dans l’artisanat
L’artisanat bourguignon forme la majorité des apprentis de la région à des professions variées.
A leur sortie de formation, femmes et hommes
s’intègrent le plus souvent rapidement sur le marché du travail.
Néanmoins, les conditions d’emploi des jeunes filles diffèrent de celles des jeunes gens.
La moitié des anciens apprentis embauchés demeure dans le secteur artisanal.
Les rémunérations lors du recrutement avoisinent le SMIC
et sont plus élevées à l’extérieur que dans l’artisanat.
n 1998, les entreprises artisanales employés dans des branches différen- de bouche (boulangerie-pâtisserie etEbourguignonnes ont formé 5 321 tes, selon les professions auxquelles ils boucherie-charcuterie), puis ceux du
des 9 723 apprentis de la région, soit se destinent. Les garçons se forment en secteur des transports, réparations et
une proportion de 55 %. Cette part est priorité aux métiers du bâtiment : autres services (réparation auto et
nettement supérieure au poids écono- maçonnerie générale, plomberie, élec- moto, notamment). Les filles, quant à
mique de l’artisanat : en effet, celui-ci tricité, menuiserie, travaux de peinture. elles, se destinent essentiellement aux
emploie 13 % de la population salariée En seconde place, viennent les métiers secteurs des services et de l’alimenta-
et représente 40 % des entreprises de
la région. Sa participation à la formation
des apprentis s’avère donc détermi- L’artisanat, premier employeur des apprentis bourguignons
nante.
Part du secteur artisanal dans l’économie bourguignonne selon différents indicateursLa population des apprentis de l’arti-
%sanat se révèle moins féminisée et plus
100
jeune que celle de l’ensemble des
apprentis de la région. La première 90
comprend 20 % de femmes, contre
8027 % pour la seconde ; sa moyenne
d’âge atteint 18 ans, soit six mois de
70
moins. Les femmes en apprentissage
dans le secteur artisanal sont un peu 60
plus âgées que leurs homologues
50masculins.
40
Apprentissage : bâtiment
30
pour les garçons,
20coiffure pour les filles
10
Les apprentis de l’artisanat se parta-
gent en proportions presque égales 0
Salariés Entreprises Apprentisentre trois activités : le bâtiment, le
secteur des transports, des réparations
Hors artisanat Artisanat
et autres services, et l’alimentation.
Sources : INSEE - DADS 1998 - Sirène au 01/01/2000.Cependant, filles et garçons sontINSEE N°93-Juin2002-2,20eurosBOURGOGNE
tion : près de 62 % d’entre elles sont Forte concentration des femmes dans la coiffure
employées dans la branche transport,
Répartition des apprentis de l’artisanat en 1998 par sexe et secteur d’activitéréparations, services (coiffeuses,…) et
33 % dans l’alimentation. Hommes
Insertion souvent rapide Autres activités Réparation auto et moto
pour les filles et
18 %21 %les garçons Fabrication de machines
3%et équipements
Boulangerie,5%
Travaux de peinture 17 % pâtisserieUn quart des 5 321 apprentis de l’ar- 6%
6%tisanat recensés en 1998 ont terminé
Menuiserie 10 %6% 8%leur formation en 1999. Leur insertion
sur le marché du travail s’avère relative- Électricité
ment rapide, quel que soit leur sexe. ViandesPlomberie Maçonnerie
généraleElle a été favorisée par une conjoncture
économique porteuse. Parmi ces jeu-
Femmesnes en fin de formation, plus de six sur
dix ont trouvé un emploi avant la fin de Autres activités
l’année. Cette proportion est identique
Soins à la personne
pour les hommes et pour les femmes. 15 %
Un ancien apprenti sur dix n’a connu Fleuriste
9%
que des périodes de chômage rémuné- 45 %
rées. Mais c’est le cas de 17 % des
15 %Boulangerie,femmes, contre 8 % seulement des
pâtisserie 16 %hommes. Trois sur dix enfin se trouvent
dans l’une des situations suivantes :
inactivité, recherche d’emploi non
Viandes
rémunérée, service national, reprise
d’études, emploi non salarié, etc. Source : INSEE - DADS 1998.
Une grande majorité des embau-
ches est constituée d’emplois à temps
complet : c’est le cas de 71 % des 805 Toutefois, là encore, filles et garçons sefréquemment à temps partiel. Les hom-
anciens apprentis ayant trouvé un tra- répartissent très différemment. Trèsmes, quant à eux, travaillent plus sou-
majoritairement employées, les jeunesvail. Les autres sont employés dans les vent en intérim.
filles travaillent rarement comme ouvriè-entreprises intérimaires ou à temps Sept sur dix de ces anciens
partiel. Cette répartition varie selon le apprentis obtiennent un poste d’ou- res. Mais, lorsque c’est le cas, elles sont
sexe. Les femmes sont moins souvent vrier, le plus souvent qualifié. Les moins souvent qualifiées. A l’inverse,
embauchées à temps complet et plus employés viennent ensuite (21 %). peu de jeunes hommes ont un poste
d’employé, la plupart d’entre eux sont
ouvriers, généralement qualifiés.
6 anciens apprentis sur 10 ont un emploi en 1999
Répartition des anciens apprentis de l’artisanat par condition d’emploi en 1999 (en %) Parmi les apprentis en
emploi, plus de la moitié
demeure dans l’artisanat
Femmes Plus de la moitié des jeunes insérés
obtient un emploi dans une entreprise
artisanale. Ce taux varie cependant très
fortement selon le sexe. C’est en effet le
Hommes
cas de près de trois jeunes filles sur
quatre pour seulement un jeune homme
sur deux. Près de 40 % des anciens600 20 40 80 100
apprentis ayant un emploi sont embau-
Chômage seulEmploi Chômage et emploi Autres chés par leur maître d’apprentissage.
Là encore, cette proportion est plus
importante chez les jeunes filles.Source : INSEE - DADS 1999.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Apprentissage et insertion professionnelle dans l’artisanat 2INSEE N°93-Juin2002-2,20eurosBOURGOGNE
Dans l’artisanat, les jeunes hommes res des anciennes apprenties sont infé-Les services premier
se répartissent dans un éventail d’acti- rieurs à ceux de leurs homologuessecteur recruteur
vités beaucoup plus vaste que celui des masculins. Globalement, l’écart s’élève
femmes. Le bâtiment emploie une à 5,5 % ; toutefois, cette différence
Près de quatre sur dix des jeunes
grande partie d’entre eux tout en leur atteint 7,5 % dans la catégorie des sala-
insérés sont embauchés dans les servi-
offrant différents métiers : maçonnerie riés à temps complet et diminue avec
ces. Les trois secteurs restant se parta-
générale, plomberie, peinture, menui- l’âge. Le travail est plus rétribué dans
gent presque équitablement les autres
serie, électricité. Les métiers de bouche l’intérim que dans les autres secteurs.
recrutements : industrie et construction
arrivent en seconde place. Le secteur En effet, des indemnités spécifiques,
arrivent ex aequo en deuxième place
des transports, réparations et services liées aux conditions particulières
devant le commerce.
vient ensuite ; il est essentiellement d’exercice des travailleurs temporaires
Les secteurs d’accueil diffèrent se-
constitué de la réparation automobile. leurs sont versées : indemnités de pré-
lon que les anciens apprentis demeu-
Hors de l’artisanat, le travail temporaire carité, de fin de mission et, éventuelle-
rent ou non dans l’artisanat.
constitue le premier débouché des an- ment, indemnité compensatrice de
De plus, filles et garçons exercent
ciens apprentis : 38 % y sont employés. congés payés. Le secteur des services
dans des branches différentes. Les
Les services aux entreprises, qui com- aux entreprises qui, ici, comprend
dernières connaissent en outre une
prennent l’intérim, occupent ainsi la essentiellement des intérimaires, est
concentration beaucoup plus pro-
moitié des apprentis hors artisanat. Le celui où les rémunérations sont les plus
noncée : deux sur trois d’entre elles tra-
secteur du commerce vient ensuite, élevées. Les industries agricoles et ali-
vaillent dans le secteur des services,
devant celui des services aux particu- mentaires arrivent ensuite, suivies du
dont près de la moitié dans celui des
liers. commerce et des services aux particu-
services à la personne. Les jeunes
liers. Enfin, les rémunérations les plus
hommes sont nombreux dans le bâti-
basses concernent le bâtiment, où leDes salaires àment et les services opérationnels, sec-
salaire horaire moyen s’élève à 4,60€.
teur qui comprend le travail temporaire l’embauche proches du La taille de l’établissement constitue un
où de nombreux anciens apprentis ont SMIC autre déterminant du niveau de salaire
été recrutés.
qui croît généralement avec celle-ci.
Les jeunes filles embauchées dans
Combien gagnent les 805 anciens Les anciens apprentis ne font pas
l’artisanat sont, en grande majorité, em-
apprentis ayant trouvé un emploi ? Leur exception à ce constat : leur salaire
ployées dans le secteur des soins à la
salaire net moyen à l’embauche s’élève moyen passe de 4,64€ dans les éta-personne. Il s’agit essentiellement de
à 4,93€ de l’heure. Le niveau de blissements de moins de cinq salariés à
coiffeuses. Les métiers de bouche (bou-
salaire est disparate et déterminé par 5,25€ dans ceux de dix salariés et plus.
langerie-pâtisserie et filière viande)
de nombreux facteurs caractérisant soit Les rémunérations sont moins éle-
viennent ensuite, devant les fleuristes.
l’individu (sexe, âge, catégorie socio- vées dans l’artisanat qu’à l’extérieur.
Hors de l’artisanat, elles travaillent
professionnelle,…), soit l’entreprise L’écart s’élève à 12 % et atteint presque
essentiellement en intérim ou dans le
(secteur d’activité, taille,…). Les salai- 13 % pour les hommes, contre 4 %commerce de détail.
Un éventail de métiers plus varié pour les hommes
Répartition des apprentis de l’artisanat embauchés en 1999 par sexe selon le secteur d’activité
Femmes Hommes
Réparation auto et moto
Boulangerie,
AutresAutresCommerce pâtisserie
de détail,
réparations Viandes
Hors artisanat Hors artisanat
Commerce Maçonnerie
de détail, généraleSoinsServices
réparations
à la personneopérationnels
Plomberie
Artisanat
Artisanat
Services
Autres opérationnels
Autres
Boulangerie,
pâtisserie
Source : INSEE - DADS 1999.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Apprentissage et insertion professionnelle dans l’artisanat 3INSEE N°93-Juin2002-2,20eurosBOURGOGNE
Des salaires plus faibles dans l’artisanatseulement pour les femmes. Une part
de cette différence provient des intéri-
Salaire horaire net moyen en euros des anciens apprentis de embauchés en 1999
maires : travail temporaire exclu, elle se
Ensembleréduit à moins de 10 %. Dans le secteur
Sexeartisanal, les différences de salaire Hommes
entre hommes et femmes s’avèrent Femmes
Branche d’activiténettement inférieures à celles enregis-
Hors artisanat
trées à l’extérieur : elles atteignent
Artisanat
2,2 % seulement, contre 11,2 % hors de Condition d’emploi
Intérimairesl’artisanat.
Temps complet
Catégorie socioprofessionnelle
Chantal Berthier Ouvriers non qualifiés
Ouvriers qualifiés
Employés
Secteur d’activité
Services aux entreprises
Industries agricoles et alimentaires
Commerce
Services aux particuliers
Construction
Taille de l’établissement
10 salariés et plus
5 à 9 salariés
0 à 4
Département
Yonne
Saône-et-LoireThème du prochain numéro :
Côte-d'Or
Les emplois salariés Nièvre
dans le tourisme 0123 456
Source : INSEE - DADS 1999.
MÉTHODOLOGIE
Les résultats présentés dans cet article sont issus du fichier des Déclarations Annuelles de Données Sociales. Cette déclaration est un document
administratif rempli par les employeurs. Elle comporte des informations sur le salarié (âge, sexe, qualification, salaire, adresse,...) et sur son employeur
(localisation, secteur d’activité, taille,...). Destinées notamment au calcul des cotisations sociales et au contrôle par l’administration fiscale des rémuné-
rations versées, les DADS sont en outre exploitées par l’INSEE à des fins statistiques.
Le champ des DADS regroupe l’ensemble des salariés des établissements de l’industrie, du commerce et des services dans les secteurs privé et
semi-public ainsi que les agents des collectivités territoriales et de la fonction publique hospitalière. Les agents de l’État, les salariés de l’agriculture et
de la sylviculture ainsi que ceux des services domestiques et des activités extra-territoriales en sont exclus.
L’étude présentée ici exploite les renseignements concernant les apprentis du secteur artisanal bourguignon en 1998 (5 321 individus). Parmi ceux-ci,
1 327 sortent de formation en 1999. Leur devenir professionnel après la sortie d’apprentissage est étudié. Ceci n’est possible que dans la mesure où ils
exercent une activité appartenant au champ DADS.
Les salaires considérés sont les salaires perçus dans l’année. Ils sont nets de cotisations sociales (CSG et RDS inclus).
POUR EN SAVOIR PLUS
INSEE - BOURGOGNE- Les caractéristiques des recrutements dans l’artisanat - INSEE Bourgogne
2, rue Hoche - 21000 DijonDimensions n°92 - juin 2002.
Tél:0380406767
- Les métiers des Bourguignonnes - INSEE Bourgogne Dimensions n°91 - mars Fax:0380406800
2002. Directrice de la publication : Véronique Moyne
Rédacteur en chef : Denis Quénelle- L’artisanat recrute - INSEE Bourgogne Dimensions n°79 - janvier 2001.
Maquette PAO : Catherine Naslot
- En Bourgogne, l’insertion professionnelle des apprentis -C.Guégnard Abonnement :
(Céreq/Irédu) et H. Ricci (Service statistique académique) - mars 2000. 11 numéros par an+Bilan économique
et social annuel : 22 euros abonnement France- Au 01/02/99, sept mois après leur sortie de CFA, plus d’un apprenti sur
27 euros abonnement étranger
deux a un emploi et trois sur dix un CDI - Note d’information n°02.25 -
2,20 euros le numéro
Ministère de l’Éducation Nationale - mai 2002.
Impression :AZ Média - Chenôve
- Formation et insertion des jeunes : les entrées en contrats d’apprentissage Dépôt légal : à parution
et de qualification en 2000 - Premières synthèses n°07.2 - Ministère de ISSN 1246-483 X
Code Sage D029316l’Emploi et de la Solidarité, DARES - février 2002.
 INSEE 2002
Les INSEE Première, les INSEE Bourgogne Dimensions et les notes de
conjoncture figurent dès parution sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Apprentissage et insertion professionnelle dans l’artisanat 4