Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

age147
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 339-340, 2000 - 9/10
*Éric Brousseau est professeur à l'Université de Paris X, Forum & Atom.Les noms et dates entre parenthèses renvoient à la bibliographie en fin d’article.
147
Le recensement des études quantitatives sur le commerce électronique et ses effetsdébouche sur un constat d'importantes lacunes dans la connaissance des mutationsen cours. La nouveauté de certaines applications liées à Internet et la rapidité desévolutions ne sont pas seules en cause. La focalisation sur le mythe de la réalisation d'unmarché parfait sur les réseaux numériques – et, partant, sur la commande en ligne –explique plusieurs limites dans l'appréhension et la mesure du phénomène.Or, trois phénomènes majeurs doivent être soulignés. D'abord, le commerce élec-tronique ne procède pas de l'Internet. Il s'est développé à partir d'autres technologies etplusieurs de ses formes continueront de reposer sur d'autres réseaux que l'Internet.Ensuite, de nombreux systèmes électroniques ne sont pas destinés à prendre en chargel'intégralité des opérations composant une transaction. Les réseaux numériques sont l'undes canaux par lesquels certaines opérations commerciales sont réalisées en conjonctionavec le recours à d'autres canaux. En fonction des opérations prises en charge, différentstypes de commerce électronique aux effets contrastés se développent. Enfin, dans detrès nombreuses situations, les réseaux numériques sont utilisés pour différencier lesservices et discriminer les consommateurs, plus que pour construire des marchés plustransparents.Les observatoires du commerce électronique gagneraient donc à mettre au point desévaluations plus fines des usages concernés par l'électronisation et des logiques dessystèmes mis en place. Ces évaluations renseigneraient sur les modalités contrastéesd'électronisation du commerce dans les différentes composantes de l'économie.
Commerce électronique :ce que disent les chiffreset ce qu'il faudrait savoirÉric Brousseau*
COMMERCE
/50210315:8PCo-ermmce/004-741071
148
48
Tableau 1Comparaison des principales estimations du commerceélectronique aux États-UnisEn millions de $2000-2002117 000165 00065 0001 522 000217 900144 00010 000262 00045 00023 200327 000375 000154 500
SourceIDCINPUTVeriFoneActivMediaData AnalysisYankeeE-landEITOAEA/AUHambrecht & QuestForresterMorgan StanleyMoyenneSource : OCDE, 2000b.
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 339-340, 2000 - 9/10
1995-19971 0007035024 4002 8008504504752001 1708 000600725
Pa1ge1185:350/4002/
Lseiacsomnetradsetsedeésctidferaurpspasunrtleantmrepleluerntehtolue-sdC'eaffdaeirrensiedruees-tciommemqeur'ceenal'raenpr2é0s0e0ntléeecnhviifrfornepromesses de lanouvelle économie, en général, 0,7 % du commerce de détail (alors mêmeet du commerce électronique, en particulier, et que les États-Unis sont de loin le pays où lela pénurie de chiffres fiables en attestant la commerce est le plus « électronisé »).réalité. Hormis la publication pour la premièrefois durant l'année 2000 de statistiques sée urpubliquessurlepoidsdelaventeenlignedans«Qeunetlrleerq»uedasnositlelsacmhiéftfhrodeourttilaintsuprolelecommercededétailaméricain(USCensuscommerceélectronique,oneasboputitauconstatBureau of the Department of Commerce, que l'ensemble du discours, des stratégies2000), la très grande majorité des chiffres qui d'investissement et des politiques publiques lecirculent sur le commerce électronique, y concernant repose sur des données douteuses.compris ceux qui sont repris dans les rapports Les organismes les produisant ne les défendentofficiels, sont produits par des organismes d'ailleurs reconnaissentprivés de conseil et de marketing – notam- que très mollement. Ilsment International Data Corporation (IDC),le Gartner Group, KPMG, Forrester Research,Jupiter Communication, Accenture, etc –1. De nombreuses estimations ont d'ailleurs été revues à la baisse.selon des méthodologies peu transparentes.ouneseesoantmépraicsaivnérnifoiétaes.Puaerleesxeemstpilme,atlieonDsédpuarvteolmuemnetdduuC'est là que le bât blesse car les chiffres dispo-cCoommmmeerrccededétailétablieitsqen1999pour1998établissaientnibles sont très majoritairement des pré-ucnelelefoduerc4hetàte1d4em7illiàar1d5smeislltiiamrdésedeen$,20q0u0'ilpfaouutrc1o99m9p,araeirnsàivisions (1), plutôt que des évaluations, et sontqu'aux 5,3 milliards de $ mesurés par ses propres services. Sipeu compatibles entre eux (2).lo'enxspeérfiieenàcececsoncdhiuffitreàs,rl'éevxispleorsiàonlaanbnaiosnsceéelens'aepstaismaetuiolinesudeutvolume des ventes en ligne.Pour prendre l'un des exemples les plus fla-2. La Mission pour le Commerce Électronique soulignait éga-grants, l'OCDE (2000b) note que les esti-l1e5mmeinlltiaqrdusedleesdoélvlaluationsduCommetrzceB2Cvariaitde3àmations pour les années 1995-1997 varient deCommissariatGénaérrsalpdouurPl1a9n9s8u(rLloerseinmp,a1ct9s98d)e.sLteecrahpnpoloortgideus70 millions à 24 milliards de $ selon les cabinetsde l'information soulignait des divergences encore plus impor-(cf. tableau 1). Ces mêmes cabinets prévoyaient(taDnatnegs,Nd'eGul'yoernd,r1e99d9e).1Laàp1r0éceisnitornedeestsimeasttiiomnastiocnosncnureresn'teessten moyenne (estimations menées de 1995 àrgaupèproerta2m0é0li0oréerdl'aÉncsolneosmdieeuNxudmeérrniiqèuree,sleannDééepsa.rtDeamnesntsodnu1998) que le commerce électronique représen-Commerceamséuricainnotequelesestimationsprivéespourleterait en 2001-2002 5 % des ventes de détail,B2C varient fortement (cf. note 1) . Il en va de même pource qui semble totalement incompatible aveclveariceonmtmeenrtcree6e3nt4reetpr2of3e0s0siomninllielasrd(sB2dBe)$dopnotulrels'aensntiémeat2i0on0s3les chiffres du Département du Commerce.(US DoC, 2000).
e0mercCom70-741-1
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin