Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Épisode n° 3 - Des graphiques et des tableaux

De
5 pages

Épisode n° 3 – Des graphiques et des tableaux

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Signaler un abus

Savoir compter, savoir conter
Épisode n° 3 – Des graphiques et des tableaux
! Corinne Benveniste*
1es tableaux et graphiques relè- par sexe, âge ou qualification, le PIB Commencer par l’essentielLvent d’un autre niveau de lecture (produit intérieur brut), le commerce
Valable pour le corps de l’article,
que le texte. Ils peuvent par exem- extérieur sont des chiffres repères,
cette règle l’est aussi pour un tableau.
ple susciter la curiosité du lecteur souvent déclinés en plusieurs rubri-
Ainsi, dans une comparaison tempo-
et lui donner envie d’entrer dans le ques dans un tableau. Néanmoins
relle, il est préférable que les années
texte pour en savoir plus. De manière l’utilisateur de chiffres peut, de plus
les plus récentes figurent dans la
générale, un tableau, un graphique ne en plus fréquemment, puiser de l’in-
partie gauche du tableau, de manière
sont pas mis dans l’article seulement formation gratuitement sur un site
à ce qu’elles apparaissent en premier
pour faire joli, mais pour répondre à internet, dans des cédéroms ou des
à la lecture, alors que dans le tableau
des questions que le lecteur se pose. ouvrages spécialisés. Dans un article,
d’origine (le tableau de travail), les
De plus, comme les intertitres, ils le tableau doit seulement situer les
années sont souvent par ordre chro-
aèrent le texte et rendent la mise en chiffres les plus significatifs et les
nologique. L’année la plus récente
page plus attractive. plus neufs issus de l’étude. Les gra- peut aussi être mise en gras pour
phiques donnent une image plus glo- attirer l’attention.La logique qui régit le texte s’applique
bale, mais dont le mouvement et les
aussi aux tableaux et graphiques : Dans le cas d’une variable qualitative niveaux se saisissent d’un seul coup
offrir l’essentiel, visible d’emblée. non ordonnée, le tableau peut d’œil. Ainsi, on voit mal un tableau de
Ceci veut dire que l’auteur a fait un s’affranchir de l’ordre artificiel des chiffres – même lisible – restituer la
choix, afin de ne pas laisser le lecteur modalités de cette variable figurant richesse d’information de deux pyra-
désarmé devant une multiplicité de dans la nomenclature d’origine et mides des âges superposées à deux
chiffres dans un tableau ou une trier autrement les données en les dates, ou encore de trois courbes
multitude de courbes dans un classant par exemple selon un ordre mensuelles comparant des prix sur
graphique : autrement dit, l’auteur a croissant ou décroissant des effectifs une longue période.
retravaillé ces chiffres et ces courbes 2par modalité : c’est ainsi que lors
pour les besoins de la publication. des résultats du recensement, on
Le tableau n’est
publie la population des villes ou des
pas exhaustifL’illustration est autonome départements par ordre d’importance,
et non par ordre numérique ou Les statisticiens travaillent sur des
Tableaux et graphiques sont des
alphabétique de ceux-ci.tableaux. C’est leur matière première.
illustrations, des compléments ou
Dans un article, l’auteur ne peut res- Les « têtières » d’un tableau (titre des « zooms » sur un point précis.
tituer toute l’information qu’il a trai- d’une ou de plusieurs colonnes) Dans tous les cas, une figure est
tée ; il choisit. De même, dans un doivent être simples, concises et autonome : on doit pouvoir la com-
tableau, il choisit de mettre en valeur
prendre sans avoir recours au texte
des résultats. Ceci implique d’avoir
de l’article. Elle a un titre, et ce der-
* Article publié dans le n° 115, septembre d’abord réduit le tableau aux chiffres
nier donne une information. Elle ne 2005. Au moment de la rédaction de cet
essentiels à donner : un lecteur ne va article, Corinne Benveniste était responsable présente aucune ambiguïté (d’unité,
éditoriale au sein de la division Rédaction des pas mémoriser un tableau entier à x
d’échelle, de date, etc.), quitte à ce publications du département de l’Offre édito-
lignes, y colonnes et z critères ! Le riale de l’Insee. Elle était plus particulièrement qu’elle soit assortie d’une note de
format d’une publication est limité, responsable du domaine économique dans
lecture. l’équipe éditoriale des Insee Première.la taille du tableau doit l’être aussi.
1. Cet article n’aborde pas le cas des
C’est donc à l’auteur de trier les graphiques dits « d’analyse », comme le box Tableau ou graphique, plot (également appelé « boîte à moustaches »). informations les plus inédites, les plus
Voir à ce sujet le Courrier des statistiques comment choisir ?
inattendues ou les plus proches des n° 90 de juin 1999 et son dossier spécial sur
l’analyse exploratoire des données (articles Dans une publication, mieux vaut préoccupations de ses lecteurs. Le
de Dominique Ladiray, Monique Le Guen et
privilégier les graphiques. Certes, les chiffre important peut être une valeur, Sophie Destandau).
2. Ce point, fondamental, est abordé à trois chiffres précis sont attendus sur cer- une répartition en pourcentage ou
reprises dans cet article, sous trois angles
tains thèmes : ainsi la population de une évolution annuelle, tout dépend
différents. Le lecteur n’en sera que mieux
la France, le nombre de chômeurs du thème. averti !
Courrier des statistiques, Hors-série, décembre 2009 13Corinne Benveniste
lisibles. Les tableaux ont toujours un (la présentation du graphique). Un graphique est imprimé
titre, une unité, une source, parfois Certains types de graphiques sont
une note de lecture. L’auteur ne doit jamais perdre de vue des classiques : il en va ainsi, de la
que son graphique sera imprimé. pyramide des âges déjà évoquée.
Les graphiques Avant de se lancer dans de magni- Elle obéit à de bonnes pratiques
fiques représentations en couleur de représentations visuelles et
Un graphique présente l’avantage, sur écran, il doit vérifier le nom- statistiques. Les courbes sont
par rapport à un texte ou à un bre de couleurs disponibles dans réservées aux variables quantitatives
tableau, de permettre une lecture la publication : noir, noir plus une continues, et les bâtons aux globale, des comparaisons visuel- couleur, ou quadrichromie. Dans ce 3variables quantitatives discrètes les très rapides. Il est moins précis dernier cas, l’auteur doit se souve- 4ou bien qualitatives . La limite n’est qu’un tableau, mais il attire l’œil nir que si le graphique présente un pas toujours évidente, mais autant et focalise sur un point précis, un
nombre trop important de couleurs,
il n’est pas choquant de comparer zoom ou un mouvement dans le
les lecteurs ayant la particularité
des années présentées en bâtons, temps. Certes, un graphique peut
d’être daltoniens ne pourront pas
autant il est faux de mettre sur une se lire point par point, comme un distinguer toutes les nuances. De
tableau. Mais ce n’est pas son prin- courbe continue des grandeurs
manière générale, l’auteur doit pen-
cipal intérêt. Il permet surtout la per- manifestement discontinues
ser au résultat imprimé sur papier.
ception directe par l’œil d’une infor- (graphiques 1 et 2, respectivement
La limitation au noir et blanc oblige
mation. Par exemple, une courbe comme exemples à suivre et ne pas
à s’en tenir à des graphiques sim-
5d’évolution sur 40 ans du prix du suivre ).ples (nombre réduit de courbes ou
pétrole, en euros et en dollars, vaut
de trames). Mais simple ne signifie On voit bien (graphique 2) qu’on ne mieux que la série de chiffres qui a
pas simpliste… L’auteur doit aussi peut relier entre elles des durées servi à la fabriquer.
penser à la taille réelle qu’aura son de séjours de personnes provenant
Un graphique doit comporter un titre graphique une fois imprimé, taille de différents pays, car la courbe
« énonciatif » (par exemple : « Les qui ne sera jamais une pleine page ainsi obtenue donne une impression
grandes surfaces en 2003 ») qui per- d’écran. fausse de continuité. C’est donc
met de savoir avec suffisamment de
la présentation des données sous
précision de quoi il s’agit. Ce titre, Des formules consacrées
forme de bâtons (graphique 1) qu’il
intégré au graphique, est éventuel-
Les lecteurs sont habitués à lire faut privilégier. Hélas le tableur Excel
lement complété par un titre « infor-
ne permet pas de faire directement certaines formes de représentations matif » (par exemple : « Les maxidis-
une représentation à deux échelles graphiques. Mieux vaut les surprendre comptes ont encore progressé ») ou
par le contenu (ce dont parle le avec des bâtons (la double échelle par un petit commentaire, qui met
graphique) que par le contenant du graphique 2 étant nécessaire, en exergue l’information principale à
retenir. Parfois, le titre « informatif »
Graphique 1 – Représentation « satisfaisante » des nuités et durées de séjourest suffisant. Le graphique doit com-
porter aussi une source, une unité
et, éventuellement, une légende (qui
reprend les couleurs ou valeurs du
graphique avec leur intitulé).
3. On appelle variable quantitative une varia-
ble dont les modalités sont des nombres, fruits
d’une mesure. On distingue les variables quan-
titatives continues, qui peuvent prendre une
infinité (ou un très grand nombre) de valeurs
– comme l’âge ou le salaire d’un individu –, et
les variables quantitatives discrètes, ou dis-
continues, qui ne peuvent prendre qu’un nom-
bre limité de valeurs (généralement entières) Graphique 2 – Représentation « fausse » des nuités et durées de séjour
– comme le nombre d’enfants d’un ménage ou
le nombre de pièces d’un logement.
4. On appelle variable qualitative une variable
dont les modalités sont des mots. On distin-
gue les variables qualitatives ordonnées, dont
les modalités ont un ordre logique (comme
les réponses « tout à fait d’accord », « plutôt
d’accord », « plutôt pas d », « pas du
tout d’accord »), et les variables qualitatives
non ordonnées, dont les modalités n’ont pas
d’ordre logique (comme la profession, la cou-
leur des yeux, le pays de naissance, etc.)
5. Dans tout ce qui suit, lorsque la source d’un
graphique n’est pas précisée, c’est qu’il a été
inventé spécialement pour illustrer cet article à
titre pédagogique.
14Épisode n° 3 – Des graphiques et des tableaux
Graphique 3 – Exemple d'utilisation des courbes de pétrole en euros puisque nous
sommes en Europe (graphique 3).
À éviter : trop de courbes sur le
même graphique, surtout lorsqu’el-
les se superposent ou se croisent.
Pour les variables
discrètes ou qualitatives,
utiliser les bâtons
C’est la représentation graphique
la plus courante. Chaque modalité
du caractère est représentée
par un bâton dont la hauteur est
proportionnelle à l’effectif. C’est le
graphique le plus approprié pour
représenter un caractère qualitatif ou
un caractère quantitatif discret.
Source : Insee Première n° 1024
On l’a dit précédemment, les
nomenclatures statistiques ne sont pas
Graphiques 4 – Exemple d'utilisation Graphique 6 – Deux composantes
sacrées. Les composantes qui ne sont
du diagramme en bâtons horizontaux sur un même graphique
pas ordonnées par nature (cas des
Ce graphique répond notamment variables qualitatives non ordonnées)
à la question : quelle profession part sont « ordonnables » de la modalité
le plus souvent en voyage ?
ayant la plus petite valeur à celle ayant
la plus grande, ou inversement. Cela
permet de guider l’œil pour une lecture
directe et rapide de l’information. Pour
les intitulés longs, il est plus judicieux
de choisir les barres horizontales
(graphiques 4 et 5).
6Les deux couleurs ou valeurs (gra-
phique 6) permettent de distinguer
l’hébergement gratuit de l’héberge-
ment payant. Dans le texte corres-
pondant, il suffit alors à l’auteur de puisque les nuitées sont exprimées
préciser que l’hébergement gratuit en millions alors que les durées de
est très majoritaire.séjour le sont en jour). Dans ce cas,
à moins d’utiliser des astuces qui L’apposition de bâtons « origine 0 Graphiques 5 – Exemple d'utilisation
s’apparentent à du « bricolage » et vers la droite et vers la gauche », du diagramme en bâtons verticaux
qu’il serait trop long d’expliquer ici, autrement dit le fait de mettre sur un
Celui-ci ne répond à aucun question, mieux veut demander de l’aide aux même graphique des bâtons hori-
et oblige à se tordre le cou ! maquettistes. zontaux partant vers la gauche et
des bâtons partant vers la droite, est
Les courbes, utile pour représenter les pyramides
pour représenter le temps des âges, ou encore les oppositions
entre exportations et importations
Les axes x et y permettent de repré-
senter des composantes « longues »
où les points sont très nombreux. 6. On appelle valeur le degré de clarté d’une
couleur, du sombre au clair. Valeur et couleur Ils permettent aussi une repré-
sont des caractéristiques souvent indépen-
sentation « ordonnée ». Certaines dantes l’une de l’autre : une couleur (le bleu
par exemple) peut avoir une valeur faible ou composantes sont ordonnées par
forte selon qu’il s’agit d’un bleu foncé ou
nature, par exemple le temps ou les clair ; à l’inverse, deux couleurs différentes (le
âges, qu’il n’est pas question de rouge et le bleu par exemple) peuvent avoir
la même valeur si elles sont aussi claires (ou bousculer.
foncées) l’une que l’autre. Dans ce dernier cas,
l’impression en noir et blanc d’un document
La courbe de référence gagne à
contenant ces deux couleurs, donnera exacte-
Source : Le tourisme en France être renforcée, ici le prix du baril ment le même gris pour les deux.
Courrier des statistiques, Hors-série, décembre 2009 15Corinne Benveniste
de produits. On peut aussi propo- Des radars pour s’orienter Le diagramme en secteurs
ser une figure comparant les bâtons ou « camembert »
Popularisé par les comparaisons de deux à deux ou décomposer chaque
Très utilisé, ce type de graphique est performances des appareils du son bâton en deux ou trois parties. Il faut familier au lecteur. Il a un côté affectif et de l’image, ce type de figure repère
cependant limiter les découpages lié au « partage du gâteau ». À ce les points forts (ici les préoccupations
pour garder une bonne lisibilité. titre, il fait partie des graphiques de premières des entreprises, graphi-
communication. Il est pourtant assez que 8) selon une échelle de 0 à 100
pauvre en information. En effet, bien Pour comparer des sur plusieurs axes. On voit ainsi que
que la figure soit en deux dimensions,
les entreprises de vente à distance évolutions : des aires
on utilise non pas deux mais une
(sur catalogue ou sur internet) ont pour
seule dimension pour représenter les
priorité la fiabilité de leur site, le choix Ce type de représentation (graphique 7)
composantes (c’est-à-dire les parts
des produits et l’accompagnement de met en valeur l’évolution d’une variable du camembert), car c’est la surface
la clientèle. Leur image de marque est comportant deux ou trois modalités. des secteurs qui permet de les quan-
déjà établie. À l’inverse, les grossistes
Ici on voit bien, en lecture globale, tifier, or celle-ci est proportionnelle
sur internet ont comme préoccupation
l’augmentation de la proportion de à l’angle du secteur, mais pas à son
première de se faire connaître et de
rayon, qui lui est constant.bacheliers au cours du temps ; en
proposer des services en ligne. Ils ne
lecture plus décomposée, l’apparition De plus, la lecture de ce type de font pas d’effort particulier sur leurs
de nouveaux bacs et la répartition des graphique présente un risque prix, ils sont déjà très bien placés du
types de bacheliers. Au-delà de trois d’interprétation biaisée car l’œil simple fait de la suppression des inter-
distingue moins bien les différences composantes graphiques, la lecture médiaires. La lecture des radars, on le
entre secteurs (d’un camembert) voit, est donc aisée.devient difficile.
qu’entre hauteurs (d’un histogramme).
Si l’on tient tout de même à utiliser Graphique 7 – Exemple d’utilisation des aires
cette représentation, les secteurs
ne doivent pas être trop nombreux :
sept ou huit restent un maximum.
Les cartes
On n’a rien trouvé de mieux que
la cartographie pour représenter les
variables géographiques. Une carte
bien construite parle mieux qu’un
long discours. Mais l’étendue de ces
territoires n’est pas forcément en rap-
port avec les phénomènes à carto-
graphier. Ainsi l’Île-de-France, 2 %
du territoire, 19 % de la population,
doit-elle toujours faire l’objet d’un
Source : TEF 2003-2004, page 61
« cartouche », c’est-à-dire un zoom
Graphique 8 – Exemple d’utilisation des radars représenté à part, sur les cartes de
France.
En outre, le découpage de la carte
reprend souvent des découpages
administratifs ; or, ces derniers
n’ont pas nécessairement de réalité
objective par rapport au phénomène
étudié et peuvent alors induire le
lecteur en erreur.
Par exemple, pour représenter des
parts ou des variations entre deux
dates selon un découpage adminis-
tratif (commune, département), on
peut choisir d’associer à chaque
unité du découpage (la commune, le
département) une nuance de gris plus
7 ou moins foncée, ou bien une trame
plus ou moins serrée. Mais cette Source : Insee, Enquête sur le commerce électronique (2004) Insee Première n° 999
16Épisode n° 3 – Des graphiques et des tableaux
représentation a ses limites, car elle en les élargissant. On facilite alors Le tableur Excel
peut donner une importance visuelle les comparaisons visuelles, de même
Les tableurs permettent de faire faci-exagérée (et donc fausse) à la trame qu’en réduisant l’espace vide entre
lement des graphiques à partir d’un appliquée à une grande étendue. deux barres. L’option « superposer les
tableau. Mais ils ne donnent pas de C’est ce qui peut arriver par exem- barres à 100 » permet de mettre en vis-
résultat miracle. Excel est actuel-ple avec Fontainebleau, plus grande à-vis des valeurs négatives et positives
lement le tableur le plus répandu. commune d’Île-de-France en super- ou de construire des pyramides.
Très performant pour les calculs, il ficie, mais dont la zone habitée est
La couleur la plus visible (ou la valeur l’est moins pour les représentations en réalité très petite : dans ce cas, un
noire dans le cas d’un graphique graphiques. Toutes les représenta-découpage infra-communal, distin-
en noir et blanc) doit être réservée tions ci-dessus y sont prévues, mais guant les zones habitées des forêts,
au sujet traité. Si des données sont les options par défaut ne sont pas permettrait d’éviter le problème. De
systématiquement comparées à une les meilleures, elles gagnent à être façon générale, l’idéal est de choi-
moyenne, ce sont ces données qui, changées.sir une échelle suffisamment petite
tout au long de l’article, doivent rester pour que l’effet visuel soit juste : des Excel présente aussi le défaut majeur les plus visibles dans les graphiques,
trames appliquées à une carte de de ne pas permettre la représentation et traitées de manière semblable d’un
France découpée par commune ne graphique des histogrammes, utilisés
graphique à l’autre.se repèreront pas une par une, mais dans le cas des variables quantitati-
donneront l’effet (juste) d’une conti- Enfin, si l’auteur publie son étude sur ves continues, et dont les rectangles
nuité de zones homogènes. un support en noir et blanc, il gagnera successifs, contrairement à ceux des
toujours du temps et en fera gagner diagrammes en bâtons, peuvent avoir Autre possibilité, la représentation par
des largeurs proportionnelles le long beaucoup à l’équipe de réalisation en points, dont la surface est proportion-
testant son graphique au préalable de l'axe des abscisses.nelle à la grandeur considérée : c’est
sur une imprimante noir et blanc.un outil classique pour montrer où se
– Ne pas user du relief
concentrent les populations. Ce type
Une des options offertes mérite d’être Pour résumer, quelques de carte est d’autant plus lisible que
totalement évitée pour la présentation conseils pour publier les points sont petits et nombreux
de résultats statistiques, c’est l’option
(graphique 9). une bonne illustration
relief ou 3D. Elle peut paraître sédui-
Enfin, d’autres techniques plus com- sante, mais fausse les perspectives et
Qu’il s’agisse d’un tableau ou d’un
plexes, dites de « lissage statisti- donc la lecture correcte des échelles.
graphique, choisissez les éléments
que », donnent des résultats intéres- De même, les nombreuses fioritures
les plus importants dans la batterie
sants. Elles ne seront pas abordées de motifs proposées pour les bâtons
de données dont vous disposez.
ici. Elles supposent généralement, sont inutiles, voire nuisibles à la lec-
Pour mettre en valeur l’information pour un bon résultat, de disposer ture.
essentielle, pensez à trier vos don-d’une impression en quadrichromie.
– User de la mise en ordre des don- nées (dans les graphiques et les
nées tableaux) et à mettre en premier les Les notes de lecture
Par définition, les variables quantitati- plus récentes (tableaux).
Une note de lecture est parfois ves sont déjà ordonnées : tranche de
Pour les graphiques, privilégiez des utile. Attention : si elle est longue, revenus, de salaire, d’âge. Le graphi-
représentations classiques et faciles votre illustration est sans doute trop que utilisera bien entendu le classe-
à lire.
complexe. ment en question. Dans d’autres cas
(variables qualitatives non ordonnées), Ne vous faites pas piéger par les
la présentation initiale du tableau de couleurs : un bon graphique doit être
Graphique 9 – Exemple d’utilisation chiffres qui a servi à construire le pertinent en noir et blanc.
d’une représentation par points
graphique est tributaire d’une nomen-(concentration spatiale des campings) Un tableau et un graphique doivent
clature d’activités ou de professions.
impérativement comporter : un titre,
Cette nomenclature, classée selon
si possible informatif ; une unité ;
une logique qui lui est propre (ordre
une source.
alphabétique par exemple), n’est pas
forcément adaptée à une représenta- Le logiciel ne fait pas tout, tout seul :
tion particulière. L’exemple du graphi- prenez conseil auprès des spécia-
que 4 montrait ainsi comment un tri listes. n
judicieux pouvait donner davantage
de sens à un graphique, permettant
7. Une trame est un « hachage » (ou quadrillage) de répondre à la question : qui part le
plus ou moins serré, donc perçu visuellement
plus souvent en voyage ? comme étant plus ou moins foncé. On l’utilise,
de même que les nuances uniformes de gris,
pour représenter, sur une carte géographique, les - Élargir et opposer les barres
modalités prises par une variable, l’idée (perçue
Des options permettent de donner
intuitivement par l’œil) étant que plus c’est foncé, Source : Insee, direction du Tourisme
plus de surface aux barres ou bâtons plus la valeur prise par la modalité est élevée.(à paraître dans le Tourisme en France)
Courrier des statistiques, Hors-série, décembre 2009 17

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin