Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme limité - article ; n°3 ; vol.23, pg 439-472

De
36 pages
Revue française de science politique - Année 1973 - Volume 23 - Numéro 3 - Pages 439-472
The political functions or religious organizations in regimes with limited pluralism, by Guy Hermet Religious organizations cannot avoid taking part in politics, both as ideological vehicles and group structures which thus more or less escape the influence of parties. They are of particular importance in regimes - here referred to as regimes with limited pluralism - which abolish the freedom of the parties without contriving or even claiming to really mobilize the population in mass organizations controlled by the State. This is particularly true in Spain, but is also the case in Portugal, Latin America, certain African countries south of the Sahara, and even Poland and Yugoslavia. The functions of political socialization, choice of leaders and socio-political programming, which in these countries are performed by religious organizations, are often similar to those that could be assumed by the parties which the denominational groups to some extent replace. Their methods of operation vary considerably. Doubts remain, concerning the effect of these functions, which are more those of a pseudo-opposition than of a real opposition to the regime in power. [Revue française de science politique XXIII (3), juin 1973, pp 439-472.]
Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme limité, par Guy Hermet Les organisations religieuses ne peuvent éviter de prendre part au jeu politique, à la fois en tant que vecteurs idéologiques et structures d'encadrement de groupe qui échappent ainsi, peu ou prou, à l'influence des partis. Leur rôle est particulièrement important dans les régimes - qualifiés ici de régimes à pluralisme limité - qui suppriment la liberté des partis sans parvenir, ni même prétendre mobiliser véritablement la population dans des organisations de masses contrôlées par l'Etat. Il en est ainsi en Espagne, particulièrement, mais aussi au Portugal, en Amérique latine, dans certains pays de l'Afrique au Sud du Sahara, voire même en Pologne et en Yougoslavie. Les fonctions de socialisation politique, de sélection de leaders, de programmation socio-politique, remplies dans ces pays par les organisations religieuses sont souvent proches de celles qui pourraient être assumées par des partis auxquels les groupements confessionnels se substituent dans une certaine mesure. Leurs modalités d'exercice varient. On peut s'interroger sur les effets des fonctions ainsi remplies, qui sont plus celles d'une pseudo-opposition que d'une opposition véritable au pouvoir en place. [Revue française de science politique XXIII (3), juin 1973, pp. 439-472.]
34 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Monsieur Guy Hermet
Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les
régimes à pluralisme limité
In: Revue française de science politique, 23e année, n°3, 1973. pp. 439-472.
Citer ce document / Cite this document :
Hermet Guy. Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme limité. In: Revue française de
science politique, 23e année, n°3, 1973. pp. 439-472.
doi : 10.3406/rfsp.1973.393474
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1973_num_23_3_393474Résumé
Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme limité, par Guy
Hermet
Les organisations religieuses ne peuvent éviter de prendre part au jeu politique, à la fois en tant que
vecteurs idéologiques et structures d'encadrement de groupe qui échappent ainsi, peu ou prou, à
l'influence des partis. Leur rôle est particulièrement important dans les régimes - qualifiés ici de régimes
à pluralisme limité - qui suppriment la liberté des partis sans parvenir, ni même prétendre mobiliser
véritablement la population dans des organisations de masses contrôlées par l'Etat. Il en est ainsi en
Espagne, particulièrement, mais aussi au Portugal, en Amérique latine, dans certains pays de l'Afrique
au Sud du Sahara, voire même en Pologne et en Yougoslavie. Les fonctions de socialisation politique,
de sélection de leaders, de programmation socio-politique, remplies dans ces pays par les
organisations religieuses sont souvent proches de celles qui pourraient être assumées par des partis
auxquels les groupements confessionnels se substituent dans une certaine mesure. Leurs modalités
d'exercice varient. On peut s'interroger sur les effets des fonctions ainsi remplies, qui sont plus celles
d'une "pseudo-opposition" que d'une opposition véritable au pouvoir en place.
[Revue française de science politique XXIII (3), juin 1973, pp. 439-472.]
Abstract
The political functions or religious organizations in regimes with limited pluralism, by Guy Hermet
Religious organizations cannot avoid taking part in politics, both as ideological vehicles and group
structures which thus more or less escape the influence of parties. They are of particular importance in
regimes - here referred to as regimes with limited pluralism - which abolish the freedom of the parties
without contriving or even claiming to really mobilize the population in mass organizations controlled by
the State. This is particularly true in Spain, but is also the case in Portugal, Latin America, certain
African countries south of the Sahara, and even Poland and Yugoslavia. The functions of political
socialization, choice of leaders and socio-political programming, which in these countries are performed
by religious organizations, are often similar to those that could be assumed by the parties which the
denominational groups to some extent replace. Their methods of operation vary considerably. Doubts
remain, concerning the effect of these functions, which are more those of a "pseudo-opposition" than of
a real opposition to the regime in power.
[Revue française de science politique XXIII (3), juin 1973, pp 439-472.]LES FONCTIONS POLITIQUES
DES ORGANISATIONS RELIGIEUSES
DANS LES GIMES PLURALISME LIMIT
GUY HERMET
LA
même nisations la acquises trop comme qui agents rapport politique action en sécularisation pays transformation Sans le fonctions dans relation devient tant actualité Or se catholiques remplis hui le être RECRUDESCENCE idéologisante dans celle religieux déroule un observation que au des domaine les chrétiennes assumées Cette méconnue jamais phénomène rôle des ces thèses telles anachronismes par groupes établir du quotidienne incontestable au organisés conception joué cas Eglises les et politique une le dans religieux sein de protestants forces entre et seuls de seul par catholiques intérêts DE la intervention historique trop la en du déconfessionalisation ce sorte est la I/INT axe vie montre retenus et tant réalité ne catholicisme domaine religion per organisations les foi déconfessionalisante du politique intervention vaut peine oubli appareils ou en ue et politistes fait contredit ici porté la particulier de guère immédiate maintenant évidence dans voie justiciables par religieux que politique présent pression de et une les de le non tout beaucoup du le étude ne cette idéologiques de domaine résorption organisations vaste politiques protestantisme que continuent partie dans considèrent abord seuls comme ces est confessionnels Il la un conception du des les courants politique ressort débat de la touchés rapport des pas essentielle rôles forces rappel secondaire nations Prenant que accompagne Etat idées encore idéologique religieuses intervenir en plus politiques pour religieux par et quant religion- la distrait outre de sinon voire orga Leur pour fois une que 439 des par il les la Guy Hermet
rôle est non négligeable en Europe occidentale et en Amérique du
Nord où les syndicats les universités les associations culturelles et
bien entendu certains groupements religieux concurrencent les partis
en tant que canaux expression politique Il apparaît toutefois que
les actes politiques les plus marquants effectués par la hiérarchie le
clergé et les militants catholiques ou parfois protestants se situent
pour essentiel dans les régimes caractérisés la fois par un mode
exercice autoritaire de pouvoir et par une incapacité ou un refus de
mettre en uvre une participation suffisamment généralisée et effec
tive des citoyens au système politique Le débat idéologique évoqué
plus haut se déroule selon des modalités diverses dans toutes les
communautés catholiques et protestantes En revanche les actes poli
tiques des Eglises et organisations religieuses se concrétisent avant
tout en Amérique latine dans la Péninsule ibérique dans certains
pays africains voire en Europe de Est est que dans ces pays les
organisations religieuses sont souvent seules en mesure offrir des
structures accueil des cadres de formation des moyens expression
distincts de ceux contrôlés par le pouvoir ou par oligarchie dominante
Elles constituent par là des ilôts de distanciation pour tous ceux
qui souhaitent se situer en dehors des structures de socialisation direc
tement ou indirectement dépendantes du régime établi ou qui ne sont
pas touchées par elles dans des pays où le réseau politique demeure
infiniment plus lâche et inefficace que le réseau religieux Les
organisations confessionnelles remplissent donc dans les pays et les
régimes dominante autoritaire et non-participante des fonctions que
le jargon militaire qualifierait de logistiques est-à-dire de
support matériel organisé dont il ne se trouve que des équivalents
très atténués dans les régimes pluralistes occidentaux aussi bien que
dans les régimes véritablement mobilisateurs ils soient ou non
socialistes
Cette constatation justifie nos yeux le choix du thème de ce
travail et la délimitation de son champ analyse étude des fonctions
idéologiques mais aussi logistiques remplies par les Eglises et
organisations confessionnelles dans cette catégorie de régimes permet
de dépasser la conception européocentriste et idéaliste du rapport
religion-politique Elle apporte aussi un jour nouveau sur les attitudes
ambivalentes que les institutions religieuses adoptent au sein de sys
tèmes politiques dans lesquels elles cessent de se comporter unique
ment en appareils légitimateurs de injustice établie Elle contribue
torship and Expression autocracy empruntée 2e ed. Cambridge FRIEDRICH Mass.) CJ.) Harvard BRZEZI University SKI Z.) Press Totalitarian 1965 dicta 299
440 Les fonctions politiques des organisations religieuses
enfin éclairer le fonctionnement un certain type de régimes
qualifiés ici faute appellation meilleure de régimes pluralisme li
mité en illustrant les circonstances et les mécanismes par lesquels
des groupements non politiques sont amenés remplir quelques-uns
des rôles plus habituellement attribués des organisations politiques
telles que les partis
Cette problématique ne tend en aucun cas ignorer la spécificité
du religieux ni la subordonner au politique Ainsi que exprimé
Dietrich Bonhoffer Eglise est la frontière du politique est
pourquoi en un sens eminent elle est la fois politique et non poli
tique Et elle est autant plus hui que la distinction des
sphères du religieux et du séculier devient plus difficile et plus
contestée
Notre terrain étude est de ce fait plus fertile en ambiguïtés
en certitudes Ceci explique pourquoi une place importante est
accordée dans cet article aux définitions opératoires et aux précisions
méthodologiques contenues dans les deux premières parties qui pré
cèdent essai analyse des situations réelles présenté en troisième lieu
CHAMP ANALYSE
Le choix des organisations religieuses catholiques et protestantes les
niveaux organisation religieuse
Le terme organisation religieuse recouvre une grande variété
institutions Il applique tout autant aux Eglises institutionnalisées
et hiérarchisées appelées ici Eglises institutionnelles ou aux sectes
considérées dans leur ensemble aux associations non ecclésiastiques
constituées au départ sur la base une affinité religieuse et dotées
de structures plus ou moins lâches Ces organisations demeurent sou
vent officiellement dépendantes une Eglise mais il arrive aussi elles
en séparent elles se constituent en marge des hiérarchies voire
même elles opposent elles Certaines se reconnaissent comme
associations religieuses tandis que autres rejettent ce qualificatif bien
elles ne rassemblent guère que des militants animés par la même
foi Il en est également qui se défendent de sortir du domaine de la
1970 Formule 1971 citée 12 dans DA SILVA R.) Religion et politique au Brésil Confluence
441 Guy Hermet
spiritualité alors que autres proclament la nécessité de apostolat
politique ce qui ne signifie en aucune manière que les premières
jouent un rôle politique moins grand que les secondes..
emblée il apparaît que ce schéma convient surtout étude de
religions fortement structurées et opérant une séparation suffisamment
nette des domaines du sacré et du profane du religieux et du poli
tique est pourquoi analyse est limitée ici au champ offert par
Eglise catholique et par les Eglises et sectes protestantes En effet
la variété et importance des aspects organisationnels sont beaucoup
moins discernables en ce qui concerne Islam le Bouddhisme ou Or
thodoxie et la revendication autonomie vis-à-vis du pouvoir civil
est également beaucoup moins explicite dans ces religions que dans le
catholicisme et le protestantisme4 analyse politique deviendrait
inopérante si elle pla ait les unes et les autres sur le même plan
En revanche les organisations religieuses existant au sein des Eglises
catholiques et protestantes ou se situant parallèlement elles sont consi
dérées dans toute leur variété Sont seules exclues les organisations dont
les fins sont explicitement politiques ou syndicales et dont activité se
déroule normalement dans les régimes pluralistes comme les partis
démocrates-chrétiens et les syndicats catholiques Pour le reste on
retient aussi bien les Eglises institutionnelles que les sectes les organi
sations de laïcs dépendantes ou indépendantes des Eglises la presse
religieuse éventuellement distincte des organisations précédentes
et même le peuple chrétien en tant que groupe non associatif ca
pable de manifester des comportements politiques spécifiques
Précisons toutefois que dans la pratique ces différents types orga
nisations et ensembles tendent ordonner sur deux axes principaux
Le premier est celui des Eglises institutionnelles qui ne constituent sou
vent pour la masse des fidèles un cadre de rattachement abstrait dont
les relations avec Etat sont surtout des rapports de puissance puissance
Le second axe regroupe tous les types organisations et de groupes
informels depuis les sectes-refuges aux communautés sou
terraines en passant par les organisations paroissiales Dans la
des dans fonctions aire Dans politique remplies la très considérée faible par Eglise mesure ici catholique où Dans le protestantisme la pratique et les catholiques cet joue article un organisés rôle traite politique pour essentiel notable
on sait que Orthodoxie et Islam tendent un certain point se
confondre avec le pouvoir identifier lui encore que la tradition supranationale
islamique aille encontre de cette tendance De son côté le Bouddhisme érige en idéal
la vie monastique et pas développé de doctrine politique Il est selon Max Weber
spécifiquement non politique et anti-politique Thé religion of India the sociology
of Hinduism and Buddhism Glencoe The Free Press 1958 206 Il est vrai que cette
formule paraît exagérée si on considère le rôle politique joué par les bouddhistes en
Birmanie Ceylan ou dans une moindre mesure au Vietnam
442 Les -fonctions politiques des organisations religieuses
réalité est ce second niveau que les laïcs et prêtres ou pasteurs du
tout venant trouvent exercer un engagement para-politique en
insérant dans les cadres religieux qui demeurent souvent les seuls
accessibles en dehors du parti unique ou des partis officiels dans
les régimes qui ne tolèrent une parodie opposition politique
Aire politique étudiée les régîmes pluralisme limité
Le champ religieux de cette étude étant défini il reste délimiter
son aire politique et préciser ce que recouvre la notion de régime
pluralisme limité qui est retenue ici
Les termes abondent pour désigner les régimes plus ou moins auto
ritaires autres que les démocraties pluralistes inspirées des modèles
européens et nord-américains Mais cette abondance terminologique ne
reflète en aucune fa on une conception claire des systèmes divers
abusivement englobés sous des vocables génériques tels que ceux de
dictature autocratie de système de parti unique ou monopolistique
de régime militaire de régime mobilisateur de césarisme de fascisme
voire même de démocratie totalitaire ou organique
Notre propos requiert abord une distinction entre les concepts
classiques autoritarisme et de totalitarisme aire politique considérée
est dans les grandes lignes celle de autoritarisme plutôt que celle
du totalitarisme Elle est celle des régimes qui pratiquent un certain
style de gouvernement autoritaire sans pouvoir ou prétendre pour autant
imposer partir du sommet une emprise totale forcée et définitive de
élite au pouvoir sur la population qui lui est soumise ainsi que le font
les résfimes totalitaires Une seconde distinction impose ensuite qui
trait la genèse des régimes autoritaires et leurs obiectifs Constatant
iniustice ou inefficacité des institutions de la démocratie libérale
certains régimes autoritaires dans leur mode exercice mais démocra
tiques socialistes ou populistes dans leurs ambitions se proposent avec
plus ou moins de succès être les initiateurs une participation active
au processus politique et économique des masses alors exploitées
Tel est le cas en principe des régimes socialistes Tel est le cas égale
ment des régimes mobilisateurs civils ou militaires du Tiers Monde
au moins dans certaines de leurs phases et dans la mesure où les
coteries détentrices du pouvoir dans nombre entre eux ne es dé
tournent pas de leur raison être Mais il est aussi des régimes auto
ritaires démobilisateurs qui se proposent plus ou moins ouvertement
exclusion de la volonté populaire Parmi eux se rangent de toute
évidence les autoritarismes réactionnaires classiques les dictatures bona
partistes les régimes militaires de la vieille école les fausses démocraties
443 Guy Hermet
oligarchiques dont idéal est le maintien ou le rétablissement de apathie
politique dans toutes les catégories de population susceptibles de menacer
la stabilité sociale Ne faut-il pas également rattacher une certaine ma
nière cette catégorie les régimes progressistes ou prétendument mobili
sateurs incapables de promouvoir une participation suffisante de la part
une population étrangère leurs objectifs ou accaparés par des cliques
bureaucratiques effarouchées par la perspective une éventuelle pression
de la base
Quels que soient par ailleurs leurs objectifs et les conditions de leur
genèse qui sont très divers les régimes de cette sorte présentent tout le
moins un trait distinctif aussi bien par rapport aux régimes mobilisateurs
et participants socialistes ou non que vis-à-vis des totalitaires il
en existe encore De par leur nature ou du fait de leur faiblesse relative
ils tolèrent en effet les uns comme les autres expression modérée un
certain pluralisme pour peu que celui-ci ne soit pas ouvertement politique
et il ne oppose pas fondamentalement aux projets des gouvernants
Les régimes autoritaires conservateurs ne visent en définitive em
pêcher organisation et la manifestation politique des masses est
pourquoi ils restreignent la liberté des partis créent souvent un parti
unique factice dans le seul but de justifier la mesure précédente ou
conservent même un système pluraliste contrôlé et uniquement repré
sentatif de leur clientèle est pourquoi également ils ne se préoccupent
pas ou osent pas supprimer les associations diverses culturelles
sportives religieuses dans lesquelles leurs partisans plus ou moins
convaincus trouvent une compensation indispensable suppression
de droit ou de fait des groupements politiques indépendants du pouvoir
Mais il leur arrive ensuite être débordés par ceux-là même ils vou
laient avantager De leur côté certains régimes progressistes insuffisam
ment mobilisateurs se trouvent dans une situation peine différente
en ce sens incapables de promouvoir la participation une fraction
suffisante de la population aux organes de socialisation et expression
politiques constitués par eux ils se résolvent tant par calcul que par
obligation laisser subsister des organisations indépendantes parmi les
quelles les groupements confessionnels tiennent généralement la première
place ceci dans la mesure où il est difficile de supprimer réellement ces
organisations et où elles conservent une prudence politique suffisante
pour laisser augurer un ralliement terme au régime ou au moins une
neutralité acceptable
Encore que la frontière soit malaisée délimiter entre les régimes mo
bilisateurs-participants et les régimes autoritaires plus ou moins margi-
nalisateurs cette seconde catégorie correspond le plus précisément aire
444 Les -fonctions politiques des organisations religieuses
assignée cette étude Elle offre en effet un terrain privilégié presque
une sorte espace expérimental pour analyse des fonctions politiques
ou para-politiques remplies par les organisations religieuses
Il reste pour simplifier la suite de exposé donner un titre dis-
tinctif cet ensemble de régimes assurément disparate constitué sur la
base une certaine communauté de situation des organisations reli
gieuses qui nous intéresse ici mais nullement en fonction de similitudes
politiques profondes quant leurs fins Le terme de régime autoritaire
est trop peu discriminatoire voire déplaisant en ce qui concerne des
systèmes de gouvernement se réclamant une conception nouvelle de
la démocratie Nous lui préférons expression de régime pluralisme
limité empruntée Juan Linz5 mais utilisée ici dans une acception
moins ambitieuse et taxinomique que celle retenue par son auteur
ensemble ainsi qualifié recouvre une grande variété de systèmes ins
titutionnels abord les régimes proscrivant tous les partis comme
Argentine de Peron pendant une courte période ou comme les co
lonies qui la métropole dénie le droit de constituer quelque parti poli
tique que ce soit Ensuite les régimes de parti unique largement factice
dont il existe de nombreux exemples Et aussi divers régimes formelle
ment pluralistes des degrés divers depuis le régime militaire bré
silien orné de deux partis la Pologne où des tendances di
verses sont rassemblées au sein du Front de unité nationale en passant
par le Mexique où prédomine le Parti révolutionnaire institutionnel Il
apparaît même la limite que des pays comme la Colombie ou le
Pérou dans lesquels le pluralisme des partis est entier en apparence
mais où leur jeu effectif est fort limité pourraient être également
inclus dans cet ensemble
II THODE ANALYSE LES FONCTIONS POLITIQUES
DES ORGANISATIONS RELIGIEUSES
analyse fonctionnelle du rôle joué par une force quelconque au
sein un système politique donné soulève toujours des difficultés
La force ou le facteur considérés peuvent une part avoir non pas
des effets fonctionnels sur le système politique mais des effets dys-
fonctionnels autre part la nature des fonctions ainsi exercées varie
selon leurs sites application selon elles exercent sur ensemble
éd Cleavages An anthoritorian Ideologies and régime Party systems Spain Helsinki 295 in The ALLARD Academic E.) Bookstore LITTUNEN 1964 Y.)
445 Guy Hermet
du système politique ou seulement vis-à-vis du régime en place de
opposition celui-ci ou encore par rapport la population des pays
considérés où la diversité le chevauchement et souvent le caractère
contradictoire des fonctions attribuées aux groupements politiques et
plus encore aux forces non politiques où aussi utilité de inspirer
des nombreuses études consacrées aux proprement poli
tiques spécialement aux partis pour tenter de jeter davantage de
clarté sur les fonctions remplies par les organisations religieuses dans
les régimes pluralisme limité
Des fonctions des partis celles des organisations religieuses
Tous les gouvernements souhaitent voir les organisations religieuses
remplir des fonctions qui leur soient directement utiles ou qui soient
au moins inoffensives leurs yeux Tous considèrent que les forces
religieuses empiètent sur un domaine étranger le terrain politique
elles tendent intervenir dans la vie de la Cité autrement
en leur faveur Mais de leur côté les Eglises catholiques et protes
tantes acceptent plus être reléguées dans une sorte de gratuité
spirituelle ou dans un rôle de caution de Etat Elles se trouvent
même poussées ce refus lorsque certains régimes empêchent ex
pression acteurs politiques plus habituellement qualifiés pour se pro
noncer sur les affaires publiques
Notre hypothèse est que les organisations religieuses relaient alors
involontairement dans une certaine mesure les partis impuissants
dans accomplissement de quelques-unes de leurs fonctions Celles-ci
peuvent se schématiser de la manière suivante Dans les démocraties
pluralistes les partis remplissent abord une fonction minimale de
structuration du vote pour reprendre expression de C.D Epstein6
En outre selon le même auteur ils remplissent également des fonctions
de et de représentation des intérêts ainsi que de program
mation politique auxquelles T.W owi7 ajoute une fonction de relève
gouvernementale De son côté W.D Chambers notamment enumere
autres rôles complémentaires en particulier ceux de recrutement de
élite politique de médiation entre les groupes de liaison entre les
branches du pouvoir et bien sûr le rôle gouvernemental8
Political parties in Western Démocraties London Pall Mall Press 1967 77
Party Policy and Constitution in America pp 238-276 in CHAMBERS W.D.)
ed The American Party System stage of political development Oxford Oxford Univer
sity Press 1967
The concept of party an analytical model 67 in CROTTY W.S.)
FREEMAN D.M.) GATLIN D.S.) Political parties and Party behavior Boston Allyn and
Bacon 1966
446