Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les gravures de l'Ouest australien : leur rénovation au cours des âges - article ; n°10 ; vol.77, pg 463-477

De
16 pages
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1980 - Volume 77 - Numéro 10 - Pages 463-477
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Michel Lorblanchet
Les gravures de l'Ouest australien : leur rénovation au cours des
âges
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1980, tome 77, N. 10-12. pp. 463-477.
Citer ce document / Cite this document :
Lorblanchet Michel. Les gravures de l'Ouest australien : leur rénovation au cours des âges. In: Bulletin de la Société
préhistorique française. 1980, tome 77, N. 10-12. pp. 463-477.
doi : 10.3406/bspf.1980.5232
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1980_hos_77_10_5232Bulletin de la SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 1980/TOME 77/10-12
Les gravures de 1 ouest australien.
Leur rénovation au cours des âges (*:
par Michel Lorblanchet
« Lorsqu'elle est effectuée à la saison correcte, la
GENERALITES rénovation des peintures rupestres de l'abri d'Un-
diara (Australie centrale) accroît le cheptel des kanLa réutilisation des parois ornées, c'est-à-dire les gourous. La même opération sur les peintures de additions et les superpositions successives de figures Yukiuta (N.W. de l'Australie centrale) fournit un sur une même surface rocheuse au cours du temps, a supplément de serpents (consommés par les aborigènété mise en évidence en Australie depuis longtemps. es). Lorsque l'on retouche les peintures des Frères A Ayers Rock (centre de l'Australie), Ch.-P. Éclairs à Delémère (Territoire du Nord) juste avant Mountford par exemple, a pu par des photographies la saison des pluies et à ce moment précis, cela et des relevés détaillés effectués à une dizaine d'an déclenche la pluie et les orages tandis que les peintunées d'intervalle comparer les états successifs de la res de Wandjinas de l'Australie du Nord-Ouest sont paroi ornée de l'abri Mutitjilda, encore en service
retouchées par le sage de la tribu à la fin de la saison vers 1930, et montrer comment certains motifs
sèche dans le but non seulement de provoquer l'arriavaient été effacés, d'autres modifiés, afin de pein
vée des pluies de mousson de la saison humide mais, dre de nouvelles figures (MOUNTFORD 1965,
pour accroître aussi les ressources naturelles de vép. 180).
gétaux et animaux servant de nourriture » (MOUNT
FORD 1959, p. 185) (fig. 1).
Ces retouches sur les peintures de Wandjinas vien
nent d'être vérifiées sur des figures anciennes d'un
abri du Kimberley par le géologue John Clarke (Mus
ée de Perth) qui a décompté une cinquantaine de ILE DEPUCH
couches successives de peinture sur un éclat de paroi DAMPIEFU
peinte dont il observait la section à l'aide du micros
cope électronique (**).
Il faut remarquer que presque toutes les observat
ions faites sur l'art rupestre australien ont été faites
sur des peintures car il semble que la gravure sur
paroi n'était que rarement employée par les aborigè
nes à l'arrivée des européens alors que les peintures
étaient régulièrement effectuées et continuèrent de
l'être dans certaines régions du continent.
* Article présenté au IXe Congrès de l'Union Internationale des Scien
ces Préhistoriques et Protohistoriques - Nice, septembre 1976.
** I. CRAWFORD et J. CLARKE, à paraître dans le compte rendu de la
Fig. 1 - Situation des sites de gravures rupestres australiens conférence biannuelle de 1976 de l'Institut Australien d'Études Aborimentionnés dans le texte. gènes, Canberra. 464
Les relevés minutieux de figurations gravées nous II est possible que la rénovation des surfaces pein
ont permis dans certains cas de retrouver leurs tracés tes constituait en fait un simple entretien des figures
successifs superposés. Nous allons en donner ici qui sous l'action des intempéries s'écaillent et s'e
quelques exemples significatifs en essayant d'en tirer stompent en quelques années, les auteurs même étant
témoins de la dégradation de leurs œuvres par l'éro des commentaires généraux.
sion. Le rafraîchissement de la peinture était alors
commandé par le désir de conserver intact le pouvoir LES GRAVURES DE DAMPIER magique des images rupestres.
Les gravures subsistent plus longtemps que les Dans un article précédent (LORBLANCHET et peintures. La rénovation et le réemploi de certains
JONES, Bull. S. P. F., 1979) nous avons donné une motifs gravés vieux de plusieurs millénaires ne r
description rapide des sites archéologiques de la réépond donc peut-être pas aux mêmes motivations que
gion de Dampier. Il suffit de noter ici que les figurala retouche saisonnière de motifs peints se dégradant
tions rupestres dont le nombre dépasse peut-être rapidement. 50 000 sont localisées dans de petites vallées côtiè- Plusieurs auteurs australiens ont émis l'hypothèse res ouvertes dans de vastes chaos rocheux. Presque que des figurations gravées avaient été rénovées, tous les blocs des versants de ces vallées portent tout comme certaines peintures. gravés en clair sur le fond brun sombre de la roche Aux environs de Sydney, d'après F.-D. Mac Car- (gabbro et granophyre) des silhouettes humaines parthy « sur un certain nombre d'importantes gravures fois très élaborées, des figurations animales terresdu district de la Hawkesburry la rainure du contour a tres ou marines (kangourous, oiseaux, serpents, torété usée et adoucie par les générations successives » tues, poissons, crabes) et des motifs géométriques (MAC CARTHY 1964, p. 36). divers (arcs, cercles, spirales, etc.). Ces gravures Dans la partie tropicale de l'Australie de l'Ouest, sont surtout denses autour des habitats signalés par
à l'île Depuch dont les rochers sont couverts de des amas coquilliers et autour des vasques naturelles milliers de gravures, I.-M. Crawford pense que des des vallées conservant pendant plusieurs mois de « gravures de signification rituelle furent probable l'année quelques réserves d'eau potable fort précieument remartelées à intervalles réguliers et il est vra ses sous ce climat semi-désertique. isemblable que des gravures de ce type sont restées en
L'association des gravures, des points d'eau potausage et ont été conservées dans leur fraîcheur en les
ble et des amas coquilliers est ici la règle, mais il retouchant pendant des centaines d'années » (RIDE
existe aussi des figures patinées plus clairsemées et et AL. 1964, p. 46).
plus éloignées du rivage. Dans cet ensemble de graDe même dans son étude de l'art rupestre de la vures beaucoup sont anciennes. Notre fouille de région de Pilbara, proche de l'île Depuch (Nord- l'amas coquillier de Skew Valley a permis d'exhuOuest de l'Australie) B. Wright remarque que « les mer quatre dalles gravées dont une fut datée par le figures en contours régularisés des granites du bassin С 14 d'une période antérieure à 3770 ± 80 b.p. supérieur de la rivière Yule ont des rainures douces (ANU 1837). Par ailleurs aucun européen n'a obet polies dont la réalisation a certainement demandé servé d'aborigène en train de graver et aucun motif beaucoup d'efforts. Il est possible que les contours gravé ne révèle apparemment de contact avec les ont été usés de façon répétitive pendant une longue européens. La représentation de voiliers ou d'anpériode » (B. WRIGHT 1968, p. II). imaux introduits par les blancs sont absents alors Enfin dans son rapport préliminaire sur les sites de qu'ils sont assez courants parmi les peintures rupestla région de Dampier (Australie de l'Ouest) E. Vi- res du Territoire du Nord et du Queensland. Une rili, en se fondant comme B. Wright sur la profon peinture de voilier existe même à quelques centaines deur de certains tracés gravés, émet au passage la de kilomètres au Sud de Dampier dans l'abri de même hypothèse tout en notant que certaines parties Walga Rock (bassin de la Murchison). des tracés ont un aspect frais : « quelques pétrogly-
Aux environs de 1900, plusieurs auteurs tels que phes présentent l'étrange caractéristique d'avoir des
CURR (1886), WITHNELL (1901), CLÉMENT contours qui bien que plus profondément creusés que
(1903), BATES (non daté) ont pourtant signalé mais, ceux des autres figures ont la couleur jaunâtre du
malheureusement fort succinctement — en une simgranophyre fraîchement entaillé. Une explication
ple phrase — que les aborigènes de cette région possible du phénomène pourrait être que ces gravu
continuaient à effectuer quelques gravures. res ont été retouchées au moins une fois » (VIRILI
1974). Il est donc évident que la tradition des gravures
rupestres de cette région a une origine préhistorique Les travaux que nous avons personnellement ef
et qu'elle n'a pas longtemps survécu aux contacts fectués dans l'Australie de l'Ouest à Skew Valley et
avec les blancs, ces contacts ayant profondément et Gum Tree Valley près de Dampier en 1975 et 1976
plus rapidement qu'ailleurs bouleversé les conditions ont permis d'établir que de telles suggestions sont
de vie et la civilisation des aborigènes de Dampier. justifiées. 465
Les exemples de gravures rénovées et réutilisées Elle présente trois longs traits rectilignes latéraux,
au cours du temps qui vont être décrits ont tous été deux à droite et un à gauche, qui rappellent les traits
observés sur les grands blocs de gabbro de Gum Tree fichés dans le dos de certaines représentations de
kangourous et peuvent être interprétés comme des Valley, à 8 kilomètres au Sud-Ouest de l'agglomérat
ion de Dampier (Australie de l'Ouest). javelots. Elle entre donc sans doute dans la catégorie
dite des « anthropomorphes blessés » dont nous
connaissons quelques rares autres exemples à Gum
EXEMPLES DE GRAVURES RENOVEES (1) Tree Valley.
Sa base comporte trois digitations dont celle de
droite, plus longue que les autres et dirigée vers le 1) Anthropomorphe à l'entrée de Gum Tree Valley
haut, semble être une queue identique aux queues (Dampier) (fig. 2)
des figurations de kangourous.
Tous ces caractères confèrent à ce motif une place Cette figure haute de 0,75 m est visible de loin.
à part dans l'ensemble rupestre de Gum Tree Valley. Elle occupe une position prédominante, au sommet
Par contre la présence d'une coiffure rayonnante, la du versant sud à l'entrée de Gum Tree Valley, au-
technique d'exécution par rainure profonde de 5 à 10 dessus d'un groupe de quatre amas coquilliers. Elle
millimètres et large de 20 à 30 millimètres obtenue est dessinée en contours linéaires et diffère du type
par piquetage continu et abrasion, sont communes des anthropomorphes en bâtonnet (stick figure) qui
dans le site. est le plus courant dans cette région. Elle est pour
vue d'yeux, ce qui est exceptionnel puisqu'à notre Remarquons que la figure est superposée à un très
connaissance une seule autre figure humaine de Gum vieux motif patiné et presque effacé dont il ne sub
Tree Valley, parmi plusieurs centaines, en possède siste que quelques traits à droite au niveau de la
aussi. taille.
Enfin les rainures constituant les contours de l'a(1) Le relevé des gravures rupestres de Dampier a nécessité un long nthropomorphe sont profondément patinées, de même travail aussi bien nocturne (avec éclairages artificiels) que diurne.
Le calque direct a été préparé et orienté par des relevés photographiques aspect et de même couleur (brun-chocolat) que les à l'aide de films et de filtres spéciaux mettant en valeur des détails surfaces environnantes. Cependant dans le fond des difficilement visibles à l'œil nu ou bien fixant d'autres détails que la
course du soleil révèle un court instant et efface aussitôt. La photographie rainures une étroite bande plus lisse, plus douce au vient donc aider la lecture de la figure et le relevé graphique. En fin de toucher et de couleur jaune-blanchâtre, contraste compte, le calque direct présente la somme des observations faites de
différentes manières. avec les versants des rainures et se détache en clair
Fig. 2 - Gravure d'anthropomorphe à l'entrée de Gum Tree Valley (Dampier, Australie de l'Ouest). Photographie et calque direct de l'auteur. Les
parties du contour rénovées et d'aspect frais sont indiquées par des pointillés. Les fissures naturelles de la roche sont représentées par des
tiretés. Les deux petits dessins en bas à gauche montrent les tracés successifs et superposés de la figure : A - tracé originel très ancien, В - tracé récent. 466
Fig. 3 - Gravure d'un aigle à coiffure cérémonielle. Gum Tree Valley (Dampier, Australie de l'Ouest). Photographie et calque direct de l'auteur.
La figure a été rénovée. Le dernier tracé à l'intérieur des larges rainures primitives et patinées est figuré en pointillé serré. Le corps et la tête
de l'aigle ont été traités par abrasion superficielle avec une pierre. La tête surtout, de couleur blanc crème, fût intensément frottée. La coiffure
par contre fût produite par piquetage. Noter la présence de trois yeux dont un est patiné et les deux autres d'aspect frais. 467
Les rainures du contour dont la profondeur varie de 5 sur le fond sombre de la roche. Ce sont surtout ces
lignes claires qui sont visibles de loin, mais nous à 10 mm présentent un fond plat, lisse, usé, blanchâtre,
observons qu'elles ne suivent pas tout le parcours et des versants par contre très érodés montrant les
des gouttières patinées. Nous avons affaire en fait à mêmes caractéristiques que la roche environnante
deux versions superposées de la même figure : un c'est-à-dire couverts de cupules de corrosion et de
couleur brun-sombre (fig. 4). premier anthropomorphe blessé et pourvu d'une
queue a été gravé profondément à une date ancienne De telles différences entre les versants et le fond
puisqu'il est patiné et ce premier dessin a été repris de la rainure indiquent que l'aigle a été d'abord tracé
et rénové récemment par un tracé frais et blanchâtre avec un large et profond contour à une époque an
plus simple. Le motif original est un être fantastique cienne (patine et érosion des versants) et que les
asexué mi-homme mi-animal percé de javelots, tan contours ont été repassés plusieurs fois, la figure
dis que le motif récent en clair est un anthropomor étant rénovée, rafraîchie, une simple bande blanche
phe mâle à coiffure d'un type très commun dans la venant s'inscrire à chaque fois dans le fond du sillon
région de Dampier et même dans l'ensemble de que les frottements répétés ont égalisé.
l'Australie. En outre, l'oiseau est pourvu de trois yeux formés Les javelots ont été ignorés dans le tracé rénové et de légères dépressions circulaires. Les deux cupules la queue du premier motif a été transformée en jambe supérieures ayant été repassées récemment et vigougauche du second anthropomorphe tandis que la reusement frottées se détachent en clair sur le jaune jambe gauche de l'être fantastique devenait le sexe de la tête tandis que la cupule inférieure, difficil
mâle de la seconde figure qui acquérait ainsi une ement visible est de même teinte que la tête et n'a pas base tridentée conventionnelle. été repassée. Il est probable qu'au cours des rénovat
Les significations des deux figurations sont donc ions successives de la figure les yeux ont été légère
certainement différentes bien que leurs tracés soient ment changés de place.
partiellement les mêmes. Ainsi, comme le motif précédent, cette figuration
2) L'aigle à coiffure cérémonielle (fig. 3) a été rénovée et regravée mais au cours de sa longue
utilisation et des rénovations successives le tracé
primitif s'est ici maintenu dans ses grandes lignes. Comme la précédente, cette belle gravure haute de
0,85 m est visible de loin. Elle se trouve au centre et Un détail intéressant à souligner est l'incorporatsur le versant Sud de Gum Tree Valley. ion d'une technique apparemment nouvelle —
C'est un oiseau dont la forme générale et l'attitude l'abrasion superficielle — dans les travaux de réno
sont celles d'un aigle d'une espèce commune en vation de la figure alors que la technique employée
Australie. La tête est surmontée d'une coiffure céré pour le dessin original était une gravure linéaire en
monielle du même genre que celle de beaucoup de gouttière ; c'est là une intéressante superposition de
figures humaines de la région et l'aile gauche est technique de gravure sur un même motif.
prolongée par une profonde courbe.
Au niveau du bord supérieur de l'aile gauche se
trouve une figure effacée indéterminable et le poi
trail de l'oiseau porte une figure humaine filiforme
(stick figure).
Les techniques employées sont de trois types diffé
rents :
— le piquetage, notamment dans l'extrémité gauche du pan
neau (non représenté ici),
— les rainures profondes, par exemple les contours de l'aigle,
obtenus par piquetage suivi d'un calibrage du sillon par un long
mouvement de va-et-vient,
— le traitement des surfaces par abrasion, le frottement d'une
pierre destiné à produire une simple tache claire sans dépression
dans la paroi, la plus ou moins grande vigueur du frottement
provoquant des teintes plus ou moins claires s'échelonnant du
blanc-crème au jaune, par exemple la tête et le corps de l'aigle
(2). I CM
Une observation attentive durant le relevé a permis
de constater que le dessin de l'aigle avait été réuti
lisé et repassé probablement à différentes reprises.
Fig. bande Tree du 1 la : 4 rainure premier versants - Valley Section claire qui contour (Dampier, bruns à schématique a cet été et endroit qui régularisé, patines Australie est de très révèle la (cupules rainure regravé ancienne de une l'Ouest). de du réutilisation plusieurs ; corrosion) contour 2 : fond fois de plat de récente l'aigle. et la et usé. rainure lisse de Gum Une de la (2) Cette technique de gravure obtenant des contrastes de teinte a été
employée aussi par les paléolithiques par exemple pour l'exécution des
belles figures de rennes du Cabinet des Petits Rennes de la grotte des Trois
Frères (France, Ariège). rainure, c'est-à-dire une rénovation de la figure. .
468
4) Un kangourou blessé (fig. 7)
Les kangourous gravés portant un ou plusieurs
traits rectilignes sur leur dos qui sont sans doute des
10CM représentations d'animaux blessés par des javelots en
relation avec la magie de la chasse sont nombreuses
dans la région de Dampier, surtout dans la partie
centrale de Gum Tree Valley.
Nous présentons ici le relevé de l'une d'elles (fig. 7)
située à environ 200 mètres au Sud-Ouest de la figure
d'aigle, en bordure d'un petit plateau dégagé couvert
de spinifex.
Comme pour les figurations précédentes, le
contour de celle-ci fut d'abord gravé par une rainure
profonde et large, patinée au cours des temps. Elle Fig. 5 - Détail d'une des pattes arrières du grand kangourou gravé fut ensuite rafraîchie par abrasion, une ligne blanche (panneau fig. 6). Gum Tree Valley (Dampier). A : les tracés successifs et différents des doigts et de la patte et lisse venant s'inscrire dans le fond de la gouttière
effectués à une époque ancienne ont produit une rainure profonde originelle. Mais, comme dans le cas de l'anthropoet patinée, multidigitée par addition des tracés successifs mais le morphe décrit plus haut, certains détails importants dernier tracé du pied qui se détache en blanc (zone pointillée) à
l'intérieur de la rainure ne possède, comme dans la réalité, que ont été omis au cours de cette rénovation, en particuldeux doigts seulement ; В : détail montrant le plus récent tracé de la ier les javelots et l'arc sur le front de la bête qui patte et du pied du kangourou pourvu de deux doigts seulement.
figurait peut-être un boomerang frappant l'animal
(fig. 8). 3) Le panneau du grand kangourou (fig. 6)
Nous avons donc ici aussi reprise d'un tracé ancien
avec probablement changement ou évolution de signifiLe relevé de ce panneau, situé à une quinzaine de cation de l'image puisque le kangourou blessé a été mètres du précédent et couvrant une superficie de 5 transformé et réduit en un dessin plus simple de carrés, montre une série de figures superpo kangourou sans indication de javelot. Ce dessin ultime sées souvent difficiles à voir. pouvait répondre à un plus large éventail de motivat
La figure principale est un kangourou en grandeur ions que la figuration originelle plus spécialisée.
naturelle (1,40 m de haut). La variété des techniques
5) Une gravure ancienne non réutilisée (fig. 9) est de nouveau remarquable. Alors que le kangourou
a été gravé en rainures profondes et larges, d'autres A titre de comparaison et afin de mettre en évimotifs plus linéaires ont été obtenus par de fins
dence par contraste la rénovation des œuvres précésillons. Certaines autres figures, notamment un serpent dentes, nous publions la photographie d'une autre superposé à la tête du kangourou ont été produites par
gravure de kangourou située dans le voisinage immédune très superficielle abrasion. D'autre part, certaines iat de la figuration d'aigle, dans la partie médiane zones du panneau ont été frottées aussi avec une pierre,
de Gum Tree Valley. comme s'il s'était agi d'effacer ou d'atténuer certains
Il s'agit d'une gravure linéaire en rainure large et motifs
profonde. La gouttière entièrement patinée L'étude des superpositions montre que les fins aujourd'hui et de même couleur que la roche avoisi- tracés linéaires sont les plus anciens ; ils ont été nante est dépourvue de cette bande blanche et lisse suivis par les contours larges du kangourou et les qui sur les autres figures révélait la réutilisation réfigures ou taches obtenues par abrasion surmontent cente du tracé. l'ensemble.
Cette gravure perceptible seulement pendant un
Mais, la plus intéressante observation concerne court instant dans la journée lorsque les rayons du
sans doute une fois encore la réutilisation des figu soleil frappent la paroi sous une incidence particul
res. Les larges et profonds contours du kangourou ière n'a donc pas été rénovée bien qu'elle soit très
ont été repassés principalement au niveau des pattes ancienne. qui sont en surnombre et un des pieds présente même
7 doigts alors que le pied du kangourou ne possède Les œuvres qui viennent d'être décrites ne sont pas
en réalité que deux doigts. Une telle multiplicité des des cas isolés. Ce sont simplement des exemples
contours prouve que la figure a été redessinée plu significatifs montrant la complexité des figurations
sieurs fois en adoptant des tracés légèrement diffé gravées de la région de Dampier. Les observations
rents. D'ailleurs, comme pour l'aigle, le dernier qui ont été faites sur ces quelques panneaux ont été
tracé (par abrasion) se détache en clair dans le fond faites en réalité sur la majorité des figures en gravure
sombre et patiné des anciennes rainures (fig. 5). linéaire que nous avons étudiées dans cette région. 469
Fig. 6 - Panneau du grand kangourou. Gum Tree Valley (Dampier, Australie de l'Ouest). Photographie et calque direct de l'auteur. Les tracés
gravés en rainure profonde sont représentés par des lignes doubles. Les parties traitées par abrasion sont figurées en pointillés. Le panneau est
sillonné en outre par plusieurs fissures naturelles. 470
Fig. La l'intérieur l'animal, 7 - figure Kangourou n'ont primitive des rainures pas blessé. été gravée Gum regravés. mais en les Tree rainure javelots Valley profonde fichés (Dampier, dans est Australie patinée. le dos de Elle de l'animal l'Ouest). a été rénovée et le Photographie motif récemment arqué, et propablement calque comme directe le montre un de boomerang l'auteur. la bande claire frappant (pointillée) la tête de à
Fig. 8 - Détail du kangourou blessé. Gum Tree Valley (Dampier, Australie de l'Ouest). Photographie montrant bien le contraste entre les rainures des javelots, profondément patinées et anciennes et la bande claire du corps de l'animal récemment regravé. 471
Fig. 9 - Kangourou anciennement gravé et non rénové. Gum Tree Valley (Dampier, Australie de l'Ouest). La rainure est profondément patinée et de
même couleur que la roche environnante (échelle : 10 cm). Photographie de l'auteur.
Elles montrent que des images gravées anciennes A) Technique linéaire
portant une patine profonde ayant nécessité sans Dessins au trait, filiformes ou à contour linéaire doute des millénaires pour se développer (3) ont été obtenus par trois procédés :
successivement regravées au cours des âges, le der 1) par une rainure calibrée souvent profonde et nier réemploi de la figure se traduisant par un dessin large (piquetage suivi d'une abrasion régulatrice). Les
clair non patiné. figures décrites plus haut en sont de bons exemples ;
De telles constatations appellent les quelques r 2) piquetage profond par gros points séparés ;
emarques suivantes : 3)léger, en bandes étroites de petits
points jointifs.
COMMENTAIRES B) Technique de la surface (silhouette)
La totalité de la surface du motif est gravée par : 1) Considérations sur la technique 1) piquetage ou martelage donnant une plage de et le style des gravures rénovées ponctuations jointives ;
2) abrasion de la surface par frottement d'une Les techniques de gravures observées à Gum Tree pierre. Valley et dans l'ensemble de la région de Dampier
A l'exception de la technique A-2 qui est très comportent deux types principaux :
localisée à l'intérieur du site de Gum Tree Valley,
(3) Cette patine caractérisée par la perte totale de contraste entre les tous ces procédés sont largement et conjointement
surfaces gravées et les surfaces rocheuses naturelles (identité de couleur et représentés non seulement d'ailleurs dans la région présence partout de cupules de corrosion) est une preuve de grande an de Dampier mais dans l'ensemble du N.W. austracienneté des figures. Celle-ci est d'ailleurs attestée par les datations С 14
obtenues pour les dalles gravées que nous avons trouvées à la fouille et par lien par exemple dans le Pilbara ou l'île Depuch. la comparaison avec les inscriptions rupestres d'aspect très frais et datant pourtant du milieu du 19e siècle qu'ont laissé les premiers navigateurs en En Australie comme ailleurs, certains spécialistes certains points de la côte, notamment sur l'île Depuch. d'art rupestre ont attribué une grande importance aux L'absence de patine sur le dernier tracé apparaissant en clair sur les
figurations étudiées ici, révèle par contraste avec la gravure originelle, un techniques de gravure. Leurs classifications chrono
réemploi relativement récent de la figure. Il est hors de doute, bien logiques se fondent notamment sur les variations de entendu, que cet ultime tracé fut effectué par les Aborigènes et non par un
visiteur moderne désireux pour une raison ou une autre de mieux faire techniques. Ainsi, F.-D. Mac Carthy se fondant sur
apparaître une gravure presque effacée. Les gravures ont été en effet l'étude des superpositions de figures gravées a découvertes récemment. Elles sont situées sur un terrain appartenant à la avancé que les techniques linéaires précédaient génécompagnie exploitant le sel et l'accès en est interdit. Gum Tree Valley est
dépourvu de graffitis. D'ailleurs les caractéristiques techniques et graphi ralement dans le temps les techniques de la surface. ques de ces tracés récents et leur fréquence prouvent qu'ils appartiennent à Pour l'île Depuch, située à 100 kilomètres au N.-E. la même tradition de gravure que les œuvres anciennes et patinées et que
des Aborigènes en sont bien les auteurs. de Dampier, il a proposé la succession suivante :