Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Comment devient-on fumeur de cannabis ? Une perspective quantitative - article ; n°1 ; vol.42, pg 3-30

De
31 pages
Revue française de sociologie - Année 2001 - Volume 42 - Numéro 1 - Pages 3-30
Patrick Peretti-Watel : Cómo se vuelve fumador de marihuana ? Una perspectiva cuantitativa.
El estudio efectuado por Howard S. Becker sobre la « carrera » de los fumadores de marihuana se ha vuelto una referencia para las posteriores encuestas etnográficas, sin embargo apenas ha inspirado los trabajos estadísticos realizados por los epidemiologos. Este artículo apunta primero a comprender mejor esta aparente incompatibilidad, recalcando los inconvenientes a los cuales se expone el análisis epidemiológico del uso de drogas. De inmediato un reexamen de los datos disponibles permite asociar a las tesis desarrolladas por Becker una serie de hipótesis que pueden ser objeto de una validación estadística. Esta validación finalmente es efectuada en base a una encuesta auto-efectuada a cerca de 12 113 adolescentes de Francia metropolitana en 1999. Los resultados obtenidos confirman la importancia de una aproximación secuencial de la utilización del cannabis. De un lado, de acuerdo al nivel de consumación estimado, los factores asociados a este uso varían (por los sitios de venta y por el uso en su medio). De otro lado las técnicas de neutralización evocadas por Becker encuentran un eco convincente en las opiniones dadas a conocer por los encuestados. De manera mas general este artículo ilustra la posible complementaridad existente entre los trabajos estadísticos y etnográficos.
Patrick Peretti-Watel : Wie wird man Cannabis-Raucher ? Eine quantitative Perspektive.
Die von Howard S. Becker der « Laufbahn » der Marihuana-Raucher gewidmete Untersuchung ist für die nachfolgenden ethnographischen Studien ein Referenzwerk geworden, hat jedoch kaum zu den von den Epidemiologisten durchgeführten statistischen Arbeiten beigetragen. Dieser Artikel möchte zunächst zum besseren Verständnis dieses offensichtlichen Widerspruchs verhelfen und untersucht dabei die Mängel, denen eine epidemiologische Analyse des Drogenverbrauchs ausgesetzt ist. Im weiteren Verlauf erlaubt die erneute Prüfung der vorhandenen Daten, die von Becker entwickelten Thesen mit einer Reihe von Hypothesen zu verbinden, die zu einer statistischen Bestätigung dienen können. Diese Bestätigung geschieht schliesslich durch eine vom Schulmilieu selbst durchgeführte Untersuchung, im Jahre 1999 bei 12 113 Jugendlichen in Frankreich. Die erhaltenen Ergebnisse bestätigen die Richtigkeit einer sequentiellen Betrachtung des Cannabisgebrauchs. Einerseits und entsprechend den berücksichtigten Verbrauchsniveaus variieren die Begleitfaktoren des Cannabisverbrauchs (besonders die Beschaffungsorte und der Verbrauch unter Gleichgestellten). Andererseits finden die von Becker angeführten Neutralisationstechniken ein überzeugendes Echo in der von den Befragten erklärten Meinung. Ganz allgemein illustriert der Aufsatz die mögliche Ergänzungsfähigkeit zwischen den statistischen und ethnographischen Methoden.
Patrick Peretti-Watel : Becoming a cannabis user ? A quantitative view.
The study made by Howard S. Becker, devoted to the « career » of marijuana users has become a reference for ethnographical surveys carried out later on, but hardly inspired the statistical work done by epidemiologists. This article first attempts to understand more clearly this apparent incompatibility, by underlining the inevitable failings when giving an epidemiological analysis of drug use. After this, the re-examination of the data available makes it possible to associate the theses developed by Becker with a series of hypotheses which can be validated by statistics. This validation is made using a self-led survey carried out in schools in 1999 with 12 113 teenagers in metropolitan France. The results obtained confirm the relevance of a sequential approach for the use of cannabis. On the one hand, according to the degree of consumption in question, the factors associated with this use vary (notably the places where the drug is supplied and used among peers). On the other hand, the neutralization techniques brought up by Becker find a convincing echo in the opinions declared by the surveys. More generally, this article illustrates the possible complementarity between statistical and ethnographical approaches.
L'étude consacrée par Howard S. Becker à la «carrière » des fumeurs de marijuana est devenue une référence pour les enquêtes ethnographiques ultérieures, mais n'a guère inspiré les travaux statistiques menés par les épidémiologistes. Cet article vise d'abord à mieux comprendre cette apparente incompatibilité, en soulignant les travers auxquels s'expose l'analyse épidémiologique des usages de drogues. Ensuite, un réexamen des données disponibles permet d'associer aux thèses développées par Becker une série d'hypothèses qui peuvent faire l'objet d'une validation statistique. Cette validation еst enfin réalisée à partir d'une enquête auto-administrée en milieu scolaire, réalisée en 1999 auprès de 12 113 adolescents de France métropolitaine. Les résultats obtenus confirment la pertinence d'une approche séquentielle de l'usage de cannabis. D'une part, selon le niveau de consommation considéré, les facteurs associés à cet usage varient (notamment les lieux d'approvisionnement et l'usage parmi les pairs). D'autre part, les techniques de neutralisation évoquées par Becker trouvent un écho convaincant dans les opinions déclarées par les enquêtes. Plus généralement, cet article illustre la possible complémentarité entre les démarches statistique et ethnographique.
28 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Patrick Peretti-Watel
Comment devient-on fumeur de cannabis ? Une perspective
quantitative
In: Revue française de sociologie. 2001, 42-1. pp. 3-30.
Citer ce document / Cite this document :
Peretti-Watel Patrick. Comment devient-on fumeur de cannabis ? Une perspective quantitative. In: Revue française de
sociologie. 2001, 42-1. pp. 3-30.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_2001_num_42_1_5331Resumen
Patrick Peretti-Watel : Cómo se vuelve fumador de marihuana ? Una perspectiva cuantitativa.
El estudio efectuado por Howard S. Becker sobre la « carrera » de los fumadores de marihuana se ha
vuelto una referencia para las posteriores encuestas etnográficas, sin embargo apenas ha inspirado los
trabajos estadísticos realizados por los epidemiologos. Este artículo apunta primero a comprender
mejor esta aparente incompatibilidad, recalcando los inconvenientes a los cuales se expone el análisis
epidemiológico del uso de drogas. De inmediato un reexamen de los datos disponibles permite asociar
a las tesis desarrolladas por Becker una serie de hipótesis que pueden ser objeto de una validación
estadística. Esta validación finalmente es efectuada en base a una encuesta auto-efectuada a cerca de
12 113 adolescentes de Francia metropolitana en 1999. Los resultados obtenidos confirman la
importancia de una aproximación secuencial de la utilización del cannabis. De un lado, de acuerdo al
nivel de consumación estimado, los factores asociados a este uso varían (por los sitios de venta y por
el uso en su medio). De otro lado las técnicas de neutralización evocadas por Becker encuentran un
eco convincente en las opiniones dadas a conocer por los encuestados. De manera mas general este
artículo ilustra la posible complementaridad existente entre los trabajos estadísticos y etnográficos.
Zusammenfassung
Patrick Peretti-Watel : Wie wird man Cannabis-Raucher ? Eine quantitative Perspektive.
Die von Howard S. Becker der « Laufbahn » der Marihuana-Raucher gewidmete Untersuchung ist für
die nachfolgenden ethnographischen Studien ein Referenzwerk geworden, hat jedoch kaum zu den von
den Epidemiologisten durchgeführten statistischen Arbeiten beigetragen. Dieser Artikel möchte
zunächst zum besseren Verständnis dieses offensichtlichen Widerspruchs verhelfen und untersucht
dabei die Mängel, denen eine epidemiologische Analyse des Drogenverbrauchs ausgesetzt ist. Im
weiteren Verlauf erlaubt die erneute Prüfung der vorhandenen Daten, die von Becker entwickelten
Thesen mit einer Reihe von Hypothesen zu verbinden, die zu einer statistischen Bestätigung dienen
können. Diese Bestätigung geschieht schliesslich durch eine vom Schulmilieu selbst durchgeführte
Untersuchung, im Jahre 1999 bei 12 113 Jugendlichen in Frankreich. Die erhaltenen Ergebnisse
bestätigen die Richtigkeit einer sequentiellen Betrachtung des Cannabisgebrauchs. Einerseits und
entsprechend den berücksichtigten Verbrauchsniveaus variieren die Begleitfaktoren des
Cannabisverbrauchs (besonders die Beschaffungsorte und der Verbrauch unter Gleichgestellten).
Andererseits finden die von Becker angeführten Neutralisationstechniken ein überzeugendes Echo in
der von den Befragten erklärten Meinung. Ganz allgemein illustriert der Aufsatz die mögliche
Ergänzungsfähigkeit zwischen den statistischen und ethnographischen Methoden.
Abstract
Patrick Peretti-Watel : Becoming a cannabis user ? A quantitative view.
The study made by Howard S. Becker, devoted to the « career » of marijuana users has become a
reference for ethnographical surveys carried out later on, but hardly inspired the statistical work done by
epidemiologists. This article first attempts to understand more clearly this apparent incompatibility, by
underlining the inevitable failings when giving an epidemiological analysis of drug use. After this, the re-
examination of the data available makes it possible to associate the theses developed by Becker with a
series of hypotheses which can be validated by statistics. This validation is made using a self-led survey
carried out in schools in 1999 with 12 113 teenagers in metropolitan France. The results obtained
confirm the relevance of a sequential approach for the use of cannabis. On the one hand, according to
the degree of consumption in question, the factors associated with this use vary (notably the places
where the drug is supplied and used among peers). On the other hand, the neutralization techniques
brought up by Becker find a convincing echo in the opinions declared by the surveys. More generally,
this article illustrates the possible complementarity between statistical and ethnographical approaches.
Résumé
L'étude consacrée par Howard S. Becker à la «carrière » des fumeurs de marijuana est devenue uneréférence pour les enquêtes ethnographiques ultérieures, mais n'a guère inspiré les travaux statistiques
menés par les épidémiologistes. Cet article vise d'abord à mieux comprendre cette apparente
incompatibilité, en soulignant les travers auxquels s'expose l'analyse épidémiologique des usages de
drogues. Ensuite, un réexamen des données disponibles permet d'associer aux thèses développées
par Becker une série d'hypothèses qui peuvent faire l'objet d'une validation statistique. Cette validation
еst enfin réalisée à partir d'une enquête auto-administrée en milieu scolaire, réalisée en 1999 auprès de
12 113 adolescents de France métropolitaine. Les résultats obtenus confirment la pertinence d'une
approche séquentielle de l'usage de cannabis. D'une part, selon le niveau de consommation considéré,
les facteurs associés à cet usage varient (notamment les lieux d'approvisionnement et l'usage parmi les
pairs). D'autre part, les techniques de neutralisation évoquées par Becker trouvent un écho convaincant
dans les opinions déclarées par les enquêtes. Plus généralement, cet article illustre la possible
complémentarité entre les démarches statistique et ethnographique.R. franc, social., 42-1, 2001,3-30
Patrick PERETTI-WATEL
Comment devient-on fumeur de cannabis?
Une perspective quantitative*
RÉSUMÉ
L'étude consacrée par Howard S. Becker à la «carrière » des fumeurs de marijuana est
devenue une référence pour les enquêtes ethnographiques ultérieures, mais n'a guère inspiré
les travaux statistiques menés par les épidémiologistes. Cet article vise d'abord à mieux
comprendre cette apparente incompatibilité, en soulignant les travers auxquels s'expose
l'analyse épidémiologique des usages de drogues. Ensuite, un réexamen des données dispo
nibles permet d'associer aux thèses développées par Becker une série d'hypothèses qui peu
vent faire l'objet d'une validation statistique. Cette validation еЫ enfin réalisée à partir
d'une enquête auto-administrée en milieu scolaire, réalisée en 1999 auprès de 12 113 ado
lescents de France métropolitaine. Les résultats obtenus confirment la pertinence d'une ap
proche séquentielle de l'usage de cannabis. D'une part, selon le niveau de consommation
considéré, les facteurs associés à cet usage varient (notamment les lieux d'approvisionne
ment et l'usage parmi les pairs). D'autre part, les techniques de neutralisation évoquées par
Becker trouvent un écho convaincant dans les opinions déclarées par les enquêtes. Plus gé
néralement, cet article illustre la possible complémentarité entre les démarches statistique et
ethnographique.
Publié pour la première fois en 1963, Outsiders est rapidement devenu un
ouvrage de référence, un classique de la sociologie de la déviance qu'il a con
tribuée à renouveler. En outre, les chapitres qui traitent des fumeurs de mari
juana ont suscité de nombreuses recherches ethnographiques consacrées aux
usagers de drogues illicites, à leurs « carrières », et cette influence des analy
ses de H. S. Becker s'avère encore très sensible aujourd'hui. Dressant un état
des lieux de la recherche française sur les usages des drogues, C. Faugeron et
M. Kokoreff (1999) examinent tour à tour les travaux de type ethnographique
et les enquêtes épidémiologiques, en particulier celles menées en milieu sco
laire par questionnaire auto-administré. Ils reprochent aux premières une cer
taine mollesse, et aux secondes une utilisation «assez plate» des variables
sociologiques. Il est remarquable de constater que ces deux démarches empiri
ques distinctes ne se situent pas de la même façon vis-à-vis des analyses de
Becker. La plupart des approches ethnographiques se réfèrent explicitement à
* Je tiens ici à remercier pour leurs remarques François Beck et Stéphane Legleye ainsi que le
Comité de lecture de la revue. Je reste bien sûr seul responsable du contenu de cet article. Revue française de sociologie
ces analyses, en revendiquent l'héritage, tandis que les travaux quantitatifs
issus des enquêtes épidémiologiques n'y font tout simplement pas référence.
Un examen de la littérature scientifique internationale confirme ce constat, et
en particulier l'apparente incompatibilité entre une approche quantitative et la
perspective développée par Becker. Il faut dire que, de son côté, ce dernier
s'est souvent montré critique à l'égard des approches statistiques. Par
exemple, il estime que l'analyse multivariée n'est pas adaptée à l'étude de la
déviance, parce qu'elle ne peut pas saisir le caractère séquentiel d'une «car
rière» : ce type d'analyse présuppose à tort une relation synchronique entre la
variable expliquée (le comportement déviant) et les variables explicatives,
censées toutes agir simultanément (Becker, 1985, chapitre 2). Pour Becker, au
contraire, une variable peut très bien avoir une influence à une étape donnée
de la carrière déviante, mais pas à l'étape suivante (et inversement). Cela
étant, les statisticiens disposent de méthodes de modélisation qui permettent
justement de prendre en compte ce caractère séquentiel (Gollac, 1997). Toutef
ois, Becker ne critique pas tant les quantitatives elles-mêmes que
l'usage qu'en a fait une certaine sociologie américaine (qualifiée d'ailleurs de
«quantophrénique» par Sorokin). De son point de vue, toute recherche pose
des problèmes de méthode et d'interprétation spécifiques, et le sociologue
doit faire de son mieux pour les résoudre, en ayant bien conscience que cha
cun de ses choix peut s'avérer une source d'erreur. Il reproche aux quantitati-
vistes leur tendance à vouloir standardiser à l'excès les procédures et les
outils de la recherche qui les conduirait parfois à commettre la pire des er
reurs : croire que leurs méthodes mathématiques sont «transparentes», n'in
duisent aucun biais, aucun arbitraire, et les protègent de tout risque d'erreur
(Becker, 1970, chapitre 1). Dans cet article, nous reprendrons une partie des
analyses d'Outsiders dans une perspective quantitative, en exploitant une en
quête épidémiologique récente. De notre point de vue, cette démarche ne re
lève pas de la confusion des genres, bien au contraire. Comme Becker Га
lui-même souligné, les approches a priori les plus antagonistes se nourrissent
souvent réciproquement : d'une part les données statistiques sont précieuses
pour orienter et cadrer le terrain de l'ethnographe, d'autre part l'interprétation
de résultats quantitatifs nécessite de mobiliser un savoir acquis par des métho
des plus «douces», moins formalisées (1).
Il importe avant tout de bien cerner les difficultés d'une approche quantita
tive des usages de cannabis. Aujourd'hui, les outils statistiques requis sont
largement disponibles, et les données d'enquête abondent. Pourtant, ces diffi
cultés sont peut-être plus grandes encore qu'elles ne l'étaient à l'époque à
( 1 ) « / am devoted to qualitative work and methods, without which they couldn 't make
think that the criticisms made of "simple sense of their data. They may not admit it, but
" are often correct. But I also the interpretations they make of "hard findings " minded counting
rely, whenever I can, on data from the US and rely on their own understanding of the less
other Censuses. [...] Similarly, the hardest-nosed easily measured, though still easily observed,
positivists, if anyone will admit to being such aspects of social life.» (Becker, 1993,
anymore, routinely take into account all sorts pp. 221-222). "soft" of knowledge acquired with the help of Patrick Peretti-Wat'el
laquelle Becker a écrit Outsiders. Selon nous, elles tiennent d'abord au biais
introduit par le langage et les méthodes spécifiques des épidémiologistes qui
ont investi ce domaine de recherche avant les sociologues et l'ont marqué de
leur empreinte. Ce langage et ces méthodes ne sont pas neutres, dans la me
sure où ils attribuent implicitement une certaine identité aux consommateurs
de cannabis. Ce «biais épidémiologique » est aggravé par la façon dont sont
construits les modèles statistiques censés «expliquer» l'usage de cannabis.
Ces modèles visent à éliminer les «facteurs de confusion» mais, ce faisant,
mélangent des variables très hétérogènes : cette confusion des facteurs dé
bouche souvent sur des résultats tautologiques et des interprétations ambi
guës.
Une fois précisées ces difficultés, nous reviendrons brièvement sur les cha
pitres que Becker a consacrés aux fumeurs de marijuana, et nous illustrerons
leur actualité en nous appuyant sur la littérature scientifique récente. Nous dé
taillerons quels aspects peuvent donner lieu à une investigation quantitative,
afin de mettre en place par la suite un jeu d'hypothèses testables empirique
ment. Becker défend un modèle séquentiel, organisé autour de la notion de
«carrière», qui comprend deux volets, l'un objectif, l'autre subjectif.
D'abord, une carrière se compose concrètement d'une succession de posi
tions, de réalisations ou de modes de vie, qui peuvent être influencés par cer
taines circonstances ou caractéristiques individuelles. Cet enchaînement
dépend des choix opérés par l'individu, qui entre deux séquences peut ré
orienter sa trajectoire. Ensuite, sur le plan subjectif, à chaque étape de sa car
rière l'individu s'engage moralement, et doit pouvoir justifier ses choix et ses
pratiques, ce qui implique éventuellement qu'il recompose son identité en
réinterprétant son histoire personnelle (2).
Enfin, nous testerons les hypothèses proposées. Pour cela nous exploite
rons l'enquête ESPAD {European school survey on alcohol and other drugs),
qui fait partie du dispositif pérenne d'observation des usages, des attitudes et
des opinions relatifs aux drogues, mis en place par l'Observatoire français des
drogues et des toxicomanies (Ofdt) depuis 1997. Les données de cette en
quête ont été recueillies par questionnaire auto-administré, de mars à mai
1999, auprès de 12 113 collégiens et lycéens de la métropole, dont les classes
ont été sélectionnées par un sondage aléatoire stratifié à deux degrés (3). En
travaillant sur la tranche d'âge des 14-19 ans (soit 10 810 individus), nous dé
finirons d'abord différentes catégories de consommateurs de cannabis. Il
s'agira ensuite d'étudier les carrières «objective» et «subjective» de ces
consommateurs, autrement dit les déterminants du passage d'une catégorie
(2) Sur ce point, voir par exemple la notion Conseil de l'Europe (Groupe Pompidou). Pour
d'illusion rétrospective (Goffman, 1968, 1999, le volet français a été réalisé par Г Inserm
pp. 198-199). (Unité 472, Santé de l'adolescent), en parte-
(3) Cette enquête, qui doit être reconduite nariat avec Г Ofdt et le ministère de
en 2003, est menée dans une trentaine de pays l'Éducation nationale. On en trouvera une
européens, à l'initiative du Conseil suédois présentation plus complète dans F. Beck et al.
pour l'information sur l'alcool et les autres (2000).
drogues (Can). Ce projet est soutenu par le Revue française de sociologie
d'usage à l'autre, puis les variations des opinions et des attitudes exprimées à
l'égard de soi et des drogues selon ces catégories.
Les difficultés d'une approche quantitative des usages de cannabis
Le «biais épidémiologique »
Becker entame Outsiders par un tour d'horizon des définitions existantes
de la déviance. Il ne s'attarde guère sur la définition statistique, qu'il juge tr
iviale, et critique plus longuement une conception très répandue qui repose sur
une analogie médicale. Cette conception situe la source de la déviance à l'in
térieur de l'individu, elle tient pour acquis que le déviant possède nécessaire
ment des caractéristiques particulières; elle assimile la déviance à une
pathologie, à un «mal» qui aliène l'individu et dont il faut découvrir «l'étio-
logie» (Becker, 1985, pp. 27-30, p. 45). Une telle conception n'est pas comp
atible avec une approche séquentielle en termes de carrière, car celle-ci
suppose un acteur disposant d'un certain libre arbitre, qui construit sa trajec
toire en opérant des choix selon les circonstances qui s'offrent à lui. Au cont
raire, la métaphore médicale présente le déviant comme un malade, qui est
davantage agi par le mal qui l'habite plutôt qu'acteur de sa déviance. En parti
culier, selon le «modèle de la maladie» (Valleur, 1994), le toxicomane est
victime d'un processus morbide plus ou moins irréversible ou incurable qui se
développe indépendamment de sa volonté. Dans cette perspective, le premier
rôle n'est plus tenu par l'individu mais par l'agent pathogène, censé entraîner
inévitablement la déchéance physique, morale et sociale du toxicomane. Pour
Becker, il est donc important d'affirmer que le fumeur de cannabis peut très
bien être un individu «normal», ne souffrant pas de problèmes psychologi
ques particuliers. Surtout, il souligne bien le fait que la marijuana ne pro
voque pas de dépendance physique. Ce point, encore valide aujourd'hui
(Zimmer et Morgan, 1997; Roques, 1999) est essentiel dans son argumentat
ion. En effet, l'absence de dépendance permet de récuser le stéréotype du
toxicomane compulsif esclave de son vice (4). D'un point de vue méthodolog
ique, elle justifie le recours à la notion de carrière, et par là même le rejet des
théories déterministes de la déviance (5). Dans cette optique, il ne s'agit donc
plus de montrer pourquoi un individu donné devait nécessairement devenir un
usager de cannabis, mais comment cet usage a pu devenir possible (Becker,
1994).
(4) L'article au titre évocateur Marijuana : avec humour que souvent les sociologues qui
assassin of youth (Anslinger et Cooper, 1998), développent des théories déterministes pour
initialement paru en juillet 1937 dans décrire les individus qu'ils observent changent
Г American magazine, illustre parfaitement ce radicalement de discours pour raconter leur
stéréotype. propre parcours, en invoquant alors volontiers
(5) H. S. Becker (1994) remarque d'ailleurs le hasard ou la chance. Patrick Peretti-Watel
Venons-en maintenant à Г epidemiologie qui a massivement investi, depuis
déjà plusieurs décennies, le champ des études quantitatives des usages de dro
gues. Elle y a notamment introduit les notions d'incidence et de prévalence :
par exemple, pour quantifier la diffusion de l'usage du cannabis au sein d'une
population, on calculera le flux de nouveaux usagers qui se déclarent pendant
une période de temps donnée (l'incidence), le cumul des incidences mesurant
quant à lui le «stock» d'usagers (la prévalence) (6). Les épidémiologistes dé
finissent leur discipline comme la recherche des causes des maladies, ou plus
largement des phénomènes de santé (Rumeau-Rouquette et al, 1993; Saliou
et Dupuis, 1995). L'usage de drogues relève indéniablement des «attitudes et
comportements de santé» (Arènes et al, 1997), toutefois il ne s'y réduit pas.
Or, par déformation professionnelle, certains épidémiologistes qui étudient
l'usage de cannabis ont tendance à assimiler celui-ci à une maladie, et s'appli
quent alors à en rechercher les causes et les effets, en mettant cet usage en re
lation avec d'autres troubles physiques ou psychiques. Grâce à des enquêtes
longitudinales coûteuses, ils tentent d'établir l'ordre chronologique d'appari
tion de plusieurs troubles (dont la consommation de cannabis), pour en dé
duire une relation causale (la cause précédant l'effet), autrement dit pour
identifier les pathologies qui mènent à l'usage de cannabis, et inversement
celles auxquelles conduit cet usage. Parmi les causes examinées pour expli
quer la consommation de cannabis, on trouve notamment les symptômes dé
pressifs (Kandel et Davies, 1992), des facteurs psychopathologiques, des
désordres affectifs et des traumatismes précoces (Hôfler et al, 1999). Concer
nant les conséquences envisagées de cette consommation, notons par exemple
les troubles mentaux (McGee et al., 2000) et les tentatives de suicide
(Beautrais et al, 1999). Le vocabulaire utilisé dans ces travaux est également
symptomatique du «biais épidémiologique ». Par exemple, à partir d'une
étude longitudinale, A. Perkonigg et al. (1999) calculent un «taux de rémis
sion», c'est-à-dire la proportion d'usagers «lourds» (prenant du cannabis au
moins trois fois par semaine) qui réduisent significativement leur consommat
ion au cours de l'enquête. Rappelons que dans le domaine médical la rémis
sion d'un patient signifie que les symptômes de sa maladie disparaissent, mais
que le risque de rechute demeure (7).
Évidemment, nous ne prêtons à ces travaux aucune intention hostile à
l'égard des usagers de cannabis. Simplement, l'analogie médicale souvent
employée par l'épidémiologie tend à présenter la consommation de cannabis
comme une maladie, et donc les usagers comme des malades. Or cette ana-
(6) Ces deux notions sont aussi utilisées explicitement au modèle «dose-effet»,
pour l'étude de la victimation, quoique dans un méthode typique des études de toxicité, visant à
sens légèrement différent. L'épidémiologie a étudier les réactions d'un organisme à un
fourni aux sciences sociales d'autres outils stimulus, et souvent plus particulièrement la
commodes, comme les méthodes d'analyse des résistance d'un parasite ou d'un micro
données de survie (par exemple pour modéliser organisme à un agent toxique qui lui est inoculé
le temps nécessaire à un chômeur pour pour le détruire. Quant à Clayton, il oppose aux
retrouver du travail). « facteurs de risque » des « facteurs protec-
(7) Par ailleurs, pour analyser les effets de teurs », censés, tels des vaccins, inhiber ou au
l'usage du cannabis, Perkonig et al. se réfèrent moins réduire le «risque d'abus de drogue». Revue française de sociologie
logie fait le jeu d'opinions peu scientifiques qui ont recours à la métaphore de
la contagion pour décrire les drogues et leurs usages, et qui assimilent en par
ticulier les usagers de cannabis à des malades contagieux, qui ont perdu leur
libre arbitre, et qu'il faut soigner avant qu'ils ne contaminent leur entourage,
ou qu'ils ne soient happés par l'engrenage de la dépendance et de «l'esca
lade» (Nahas, 1976; Hovnanian, 1999) (8). Les sociologues ont peut-être da
vantage l'habitude de ce type de problèmes : ils savent que leurs travaux
risquent d'être repris et éventuellement déformés dans le discours social,
«d'autant plus que certains acteurs ont intérêt à dramatiser le danger»
(Faugeron et Kokoreff, op. cit., p. 6). Lorsqu'un sociologue investit un do
maine de recherche, il est aussitôt confronté à des rapports de force, donc à
des vocabulaires concurrents : s'il opte sans discernement pour le langage
d'un des groupes en présence, il biaise d'emblée son travail. Lors d'une
conférence récente, Becker a souligné cette difficulté en s'appuyant sur Asiles
de E. Goffman : ce dernier ajustement évité cet écueil, en ne définissant pas
les individus internés dans les hôpitaux psychiatriques à partir du vocabulaire
employé par le personnel hospitalier. Pour le cannabis, Becker souligne de
même le poids des mots utilisés : faut-il parler ď addiction ou ď usage? Le
cannabis intoxique-t-'û ou fait-il planer? (9). Le fait d'assimiler cette consom
mation à une maladie cautionne le vocabulaire de l'addiction et de l'intoxica
tion, qui lui-même présente le consommateur comme un individu devenu
dépendant, et qui n'a plus le contrôle de lui-même.
En France, le «biais épidémiologique » est peut-être moins prononcé que
dans les pays anglo-saxons. Les analyses quantitatives de l'usage de cannabis
ou d'une autre drogue illicite sont aussi moins nombreuses. Les travaux de
l'iNSERM constituent sans doute la référence en la matière, et témoignent
d'une certaine circonspection à l'égard des analyses étiologiques. Ainsi, avant
de présenter les résultats d'une étude consacrée aux facteurs associés à
l'usage de drogues (essentiellement le cannabis) parmi un échantillon d'ado
lescents scolarisés, M. Choquet, S. Ledoux et C. Maréchal avertissent le lec-
(8) C'est-à-dire avant qu'ils ne «passent» "being intoxicated by," or of "being under the
du cannabis à des drogues « plus dures » influence of" this substance ? If I choose the
(héroïne, crack, etc.). Sur la thèse de l'escalade terms used by the people who "own" the
telle qu'elle est perçue par l'opinion, voir F. territory, and therefore choose the perspectives
Beck et P. Peretti-Watel (2000). Évidemment associated with those terms, I let my analysis
l'analogie médicale ne pose pas toujours be shaped by conventional social arrangements
problème: lorsque l'on modélise la durée de ana* the distribution of power and privilege they
chômage avec les outils mis au point pour create. [...] The moral consequence of
étudier la durée de vie de patients atteints du adopting existing language and perspectives
cancer, on assimile donc la sortie du chômage toward the phenomena we study is that we
au décès, mais pour l'instant il n'est venu à accept, willingly or not, all the assumptions
l'idée de personne de tirer partie de cette about right and wrong contained in those
analogic words and ideas. We accept, in the case of
(9) « If I study marijuana, do I speak of drugs, the idea that addicts are people who
"marijuana addiction " or, as I chose to do, in have lost control of themselves and therefore
a minor linguistic variation that connoted a cannot help doing things which are inherently
serious shift in perspective, of "marijuana bad. » (Becker, 1999).
use " ? Do we speak of "getting high on, " of Patrick Peretti-Watel
teur : « Les facteurs pouvant avoir un rôle étiologique dans le processus de
consommation sont très diversifiés : sociodémographiques, d'environnement
social et familial, relationnels. On se propose de considérer [...] successive
ment quelques-uns de ces facteurs, sans pour autant conclure à leur valeur
causale. En effet, les données transversales actuellement disponibles ne nous
autorisent pas à ces conclusions. De plus, une extrême prudence s'impose
dans ce domaine où l'on attribue, parfois trop hâtivement, un poids étiolo
gique à un facteur associé. Afin d'éviter des glissements de ce type, l'analyse
des résultats restera volontairement très descriptive. Au lecteur de conclure,
eu égard à la multiplicité des facteurs en jeu, à la complexité du phénomène. »
(Choquet et al, 1990, p. 31). Les auteurs ont tout à fait raison de mettre en
garde le lecteur contre des conclusions trop hâtives sur d'éventuels rapports
de cause à effet. En revanche, si les chercheurs eux-mêmes s'interdisent de
conclure, ils devraient aussi l'interdire au lecteur, ou du moins le lui décons
eiller, au lieu de l'inviter à le faire, surtout sur un sujet aussi «sensible»,
pour lequel les moindres résultats chiffrés et donc auréolés de scientificité ont
tôt fait d'être réinterprétés par les acteurs du débat politique.
Bref, parce qu'elle étudie l'usage de cannabis comme on fait l'étiologie
d'une maladie, l'épidémiologie doit être attentive aux interprétations hasar
deuses que ses résultats peuvent susciter.
Facteurs de confusion et confusion des facteurs
Aujourd'hui l'épidémiologie se réfère à un modèle causal multifactoriel :
elle ne recherche plus guère la cause unique et déterministe qui provoque une
maladie donnée, mais plutôt un faisceau de causes ni nécessaires ni suffisant
es, c'est-à-dire des «facteurs de risque», qui favorisent cette maladie. Le ca
ractère multifactoriel d'une telle analyse nécessite que l'on soit attentif aux
«facteurs de confusion» : plus les variables envisagées sont nombreuses, plus
il est probable que certaines sont statistiquement liées, de sorte que l'i
nfluence apparente d'une variable sur le phénomène étudié peut très bien méd
iatiser l'influence autre variable, et disparaître dès que celle-ci est
prise en compte. Dans ce cas, la première variable est un facteur de confusion
qu'il s'agit de contrôler. Par exemple, les tentatives «sérieuses» de suicide
sont plus fréquentes parmi les individus qui «abusent» du cannabis. Néan
moins, une fois pris en compte le profil sociodémographique et l'histoire
familiale des individus, cette relation s'avère en fait considérablement a
tténuée : autrement dit, si l'on compare deux individus pour lesquels ce profil
et cette histoire sont identiques, le premier abusant du cannabis et l'autre pas,
les risques d'une tentative sérieuse de suicide ne seront que légèrement infé
rieurs pour le second (Beautrais et al, 1999). Pour neutraliser les facteurs de
confusion et pouvoir interpréter des résultats valables « toutes choses égales
par ailleurs», les statisticiens ont recours à des méthodes d'analyse de la va
riance. Lorsque la variable d'intérêt est dichotomique (par exemple, consom
mer une substance ou non) ou plus généralement qualitative, ils utilisent le