Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le cumul des désavantages : les élèves des centres ménagers - article ; n°1 ; vol.13, pg 80-93

De
17 pages
Revue française de sociologie - Année 1972 - Volume 13 - Numéro 1 - Pages 80-93
Philippe Fritsch et Christian De Montlibert : A plurality of disadvantages: a study of the Housework Vocational Schools' students.
Officially fulfilling a role of housework, family and social education, these vocational schools constitute an institution for the recovery of « failures » of primary school. However a survey of these vocational schools' students reveals that they are made of girls who are burdened by a plurality of social and cultural disadvantages which manifest themselves, first by their successive failures in primary schools, then by their relegation on a marginal educational institution, and finally by their being fated to a limited social and professional future. It is as if their experience in housework vocational schools prepared the students for the lowest jobs and for an acceptance of their destiny. Therefore these vocational schools contribute specifically to the maintenance of social inequalities.
Philippe Fritsch et Christian De Montlibert : La acumulación de las desventajas: estudio de las alumnas de las escuelas que dan una formación casera.
Presentados oficialmente como desempeñando un papel de educación casera, familial y social ,constituyen esas escuelas una situación de recuperación de las alumnas que fracasaron en la primera enseňanza. No obstante, révéla el estudio de las alumnas que frecuentan esas escuelas que se trata de jóvenes agobiadas por un cúmulo de desventajas sociales y culturales, que se traduj eron primero por un fracaso durante la primera escolaridad, segundo por su relegación a una institution escolar marginal, por fin por una condenación a un porvenir profesionál y social limitado. Todo ocurre como si el paso por las escuelas caseras préparera a las alumnas a tener oficia reservados a las más desfavorecidas y sobre todo a aceptar su destino. Por eso contribuyen especificamente las escuelas caseras a mantener las desigualdades sociales.
Philippe Fritsch et Christian de Montlibert : Häufung der Nachteile: Studie über Schiiler der Haushaltsschulen.
Offiziel als Einrichtung zur Erziehung fiir Haushalts- Familien- und Gesellschaftsaufgaben dargestellt, sind die Haushaltsschulen in Wirklichkeit eine Institution zur Auffangung des « Abfalls » der Grundschule. Das Studium der Schülerinnen dieser Haushaltsschulen zeigt, dass es sich un Mädchen handelt, die von einer Anhäufung sozialer und kultureller Nachteile belastet sind, was sich zunachst in ihrem gescheiterten Grundschulablauf, und schliesslich in ihrer Unterbringung in schulischen Randeinrichtungen sowie in ihrer Verurteilung zu einer beruflich und gesellschaftlich begrenzten Zukunft ausdrückt. Alles läuft darauf hinaus, dass die Verabfolgung dieser Haushaltsschulen die Schülerinnen auf die niedrigsten Arbeitsstellen vorbereitet, besonders aber darauf, ihr Schicksal zu akzeptieren. Hiermit tragen die Haushaltsschulen spezifisch zur Aufrechterhaltung der sozialen Ungleichheit bei.
Philippe Fritsch, Christian de Montlibert : Нагромождение неблагоприятных обстоятельств : исследование учениц Центров домашнего хозяйства.
Официально представленные как исполняющие задание по обучению домашнему хозяйству с семейным и социальным значением, в действительности эти центры являются учреждениями для « рекуперации отбросов » начального обучения. Исследование учениц посещающих эти центры показывает, что речь идет о девочках обремененных нагромождением неблагоприятных социальных и культурных обстоятельств. Это обнаруживается прежде всего неудачами в течение начального обучения, затем удалением в маргинальные школьные учреждения и наконец обречением на социально ограниченное профессиональное будущее. Казалось бы что центры домашнего хозяйства существуют только для того чтобы подготавливать учеников занять должности отложенные для больших неудачников, а главным образом для того чтобы они покорились своей участи. Поэтому центры домашнего хозяйства особенно содействуют сохранению социального неравенства.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Philippe Fritsch
Christian de Montlibert
Le cumul des désavantages : les élèves des centres ménagers
In: Revue française de sociologie. 1972, 13-1. pp. 80-93.
Citer ce document / Cite this document :
Fritsch Philippe, de Montlibert Christian. Le cumul des désavantages : les élèves des centres ménagers. In: Revue française de
sociologie. 1972, 13-1. pp. 80-93.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1972_num_13_1_2038Abstract
Philippe Fritsch et Christian De Montlibert : A plurality of disadvantages: a study of the Housework
Vocational Schools' students.
Officially fulfilling a role of housework, family and social education, these vocational schools constitute
an institution for the recovery of « failures » of primary school. However a survey of these vocational
schools' students reveals that they are made of girls who are burdened by a plurality of social and
cultural disadvantages which manifest themselves, first by their successive failures in primary schools,
then by their relegation on a marginal educational institution, and finally by their being fated to a limited
social and professional future. It is as if their experience in housework vocational schools prepared the
students for the lowest jobs and for an acceptance of their destiny. Therefore these vocational schools
contribute specifically to the maintenance of social inequalities.
Resumen
Philippe Fritsch et Christian De Montlibert : La acumulación de las desventajas: estudio de las alumnas
de las escuelas que dan una formación casera.
Presentados oficialmente como desempeñando un papel de educación casera, familial y social
,constituyen esas escuelas una situación de recuperación de las alumnas que fracasaron en la primera
enseňanza. No obstante, révéla el estudio de las alumnas que frecuentan esas escuelas que se trata
de jóvenes agobiadas por un cúmulo de desventajas sociales y culturales, que se traduj eron primero
por un fracaso durante la primera escolaridad, segundo por su relegación a una institution escolar
marginal, por fin por una condenación a un porvenir profesionál y social limitado. Todo ocurre como si
el paso por las escuelas caseras préparera a las alumnas a tener oficia reservados a las más
desfavorecidas y sobre todo a aceptar su destino. Por eso contribuyen especificamente las escuelas
caseras a mantener las desigualdades sociales.
Zusammenfassung
Philippe Fritsch et Christian de Montlibert : Häufung der Nachteile: Studie über Schiiler der
Haushaltsschulen.
Offiziel als Einrichtung zur Erziehung fiir Haushalts- Familien- und Gesellschaftsaufgaben dargestellt,
sind die Haushaltsschulen in Wirklichkeit eine Institution zur Auffangung des « Abfalls » der
Grundschule. Das Studium der Schülerinnen dieser Haushaltsschulen zeigt, dass es sich un Mädchen
handelt, die von einer Anhäufung sozialer und kultureller Nachteile belastet sind, was sich zunachst in
ihrem gescheiterten Grundschulablauf, und schliesslich in ihrer Unterbringung in schulischen
Randeinrichtungen sowie in ihrer Verurteilung zu einer beruflich und gesellschaftlich begrenzten Zukunft
ausdrückt. Alles läuft darauf hinaus, dass die Verabfolgung dieser Haushaltsschulen die Schülerinnen
auf die niedrigsten Arbeitsstellen vorbereitet, besonders aber darauf, ihr Schicksal zu akzeptieren.
Hiermit tragen die Haushaltsschulen spezifisch zur Aufrechterhaltung der sozialen Ungleichheit bei.
резюме
Philippe Fritsch, Christian de Montlibert : Нагромождение неблагоприятных обстоятельств :
исследование учениц Центров домашнего хозяйства.
Официально представленные как исполняющие задание по обучению домашнему хозяйству с
семейным и социальным значением, в действительности эти центры являются учреждениями
для « рекуперации отбросов » начального обучения. Исследование учениц посещающих эти
центры показывает, что речь идет о девочках обремененных нагромождением неблагоприятных
социальных и культурных обстоятельств. Это обнаруживается прежде всего неудачами в
течение начального обучения, затем удалением в маргинальные школьные учреждения и
наконец обречением на социально ограниченное профессиональное будущее. Казалось бы что
центры домашнего хозяйства существуют только для того чтобы подготавливать учеников занять
должности отложенные для больших неудачников, а главным образом для того чтобы они
покорились своей участи. Поэтому центры домашнего хозяйства особенно содействуют
сохранению социального неравенства.R. franc. Sociol, XIII, 1972, 80-93
Philippe FRITSCH et Christian de MONTLIBERT
Le cumul des désavantages :
les élèves des centres ménagers
Les centres ménagers dont il sera ici question ont pour fonction
explicite de dispenser un enseignement ménager ou plutôt d'assurer
une éducation ménagère. Selon les textes officiels et selon les propos
des enseignantes elles-mêmes, cette éducation tend à rendre possible
l'épanouissement personnel par l'adaptation et la participation aux trans
formations de la vie familiale et sociale. Quel que soit le rapport entre
cette expression des fins éducatives assignées à l'institution et les
considérations actuelles sur l'éducation — celles-ci manquent rarement à
l'usage d'entonner le refrain sur « les mutations du monde moderne » —
il est notable que cette finalité soit définie sans référence d'une part
à la place des centres ménagers dans le système scolaire, d'autre
part aux caractéristiques scolaires et sociologiques des élèves qui les
fréquentent, sans référence enfin aux débouchés professionnels de cet
enseignement. Que la définition du but de l'institution ne se réfère à
aucun de ces déterminants, cette absence ou omission joue de toute
évidence un rôle de masque. Pour autant, elle conduit à s'interroger
sur chacun de ces points afin de connaître la position des centres ménag
ers dans le système scolaire, donc les propriétés de position qui les carac
térisent et leur contribution spécifique à la reproduction de la structure
des rapports sociaux (1).
Un institution scolaire marginale
La position des centres ménagers dans le système scolaire peut tout
d'abord être définie par la place qu'ils occupent dans l'organisation de
(1) C'est au cours d'une session de réflexion pédagogique rassemblant pendant
cinq jours 46 enseignantes de 14 centres situés dans un même département qu'ont
été relevés les propos, observations et documents constituant le matériau à partir
de quoi cet article a été rédigé. Ce qui suit ne peut donc être présenté comme le
résultat d'une enquête dont chaque démarche aurait été effectuée en fonction d'un
projet préalable. Cela ne signifie pas pour autant que ce soit la réponse à une
interrogation de données obtenues fortuitement, interrogation faite après coup.
En effet notre intervention dans cette session tendait à la production d'une
connaissance sociologique des conditions de l'activité pédagogique dans les centres
ménagers.
80 Fritsch et Christian de Montlibert Philippe
l'enseignement. Si l'éducation ménagère figure dans les programmes
d'études des établissements du premier et du second degré, elle est
surtout dispensée dans l'enseignement technique aux élèves des lycées
et collèges d'enseignement technique et aux jeunes apprenties des centres
d'apprentissage (2). Cependant l'enseignement public n'assure pas à lui
seul l'éducation ménagère qui est aussi prise en charge par des établi
ssements privés (3). C'est parmi ceux-ci que se trouvent les centres
ménagers étudiés. Dans les années soixante ces établissements étaient
soumis au double contrôle de la direction de l'enseignement technique
(ministère de l'Education Nationale) et du ministère de la Santé Publique
et de la Population, dont ils recevaient des subventions. Depuis, leurs
rapports avec le ministère de l'Education Nationale sont réglés par une
convention. Il s'ensuit qu'ils occupent une place particulière dans l'orga
nisation scolaire : leur position actuelle ou surtout la signification de
celle-ci n'est pas indépendante du type de rapport prévalant actuellement
en France entre l'enseignement privé et l'enseignement public. Cependant
cette position n'est pas non plus sans dépendre plus particulièrement
de ce que fut l'histoire de l'éducation ménagère dans la région où sont
situés les centres ménagers étudiés et de ce que furent ses relations d'une
part avec l'Ecole, d'autre part avec certaines instances de légitimité ou
de pouvoir telles que l'Eglise mais aussi les entreprises par exemple.
Sur l'ensemble du territoire « bon nombre de congrégations religieuses
donnaient, dès la fin du xixe siècle, des rudiments de formation ménag
ère » (4) . Dans le département limitrophe qui nous intéresse, c'est au
début du siècle (1901-1902) qu'une congrégation envoie des religieuses
se former en Belgique et ouvre ensuite les premiers centres qui sont,
en fait, plutôt des ouvroirs et des cours de couture et de cuisine que
des centres ménagers. « Cependant, ces initiatives se développent et en
1912 une législation locale organise l'enseignement ménager en le mettant
sous la responsabilité du maire et sous le contrôle de l'administration
préfectorale avec possibilité d'obligation de l'enseignement ménager.
Au bout de quelques années, dans tous les arrondissements, sont créés
des cours d'enseignement ménager ou plus exactement de couture et
de cuisine auxquels sont astreintes les jeunes filles de quatorze à dix-
sept ans. Cet enseignement est pratiquement assuré par des congrégations
locales. En 1922, à la demande des industriels, l'Institut social familial
ménager de Paris envoie des équipes d'éducatrices dans la région sid
érurgique et dans les régions minières. Elles s'adressent alors aux mères
de famille dans des cours du soir et d'après-midi et dans des sessions
(2) «L'enseignement technique peut rapidement donner à l'enseignement mé
nager un essor considérable... L'enseignement ménager ne tenait plus (dans l'ense
ignement du premier degré) qu'une place dérisoire... Dans les établissements du
second degré, il ne restait de l'enseignement qu'un enseignement de la
couture et de la coupe, obligatoire pendant quelques années de scolarité, facultatif
ensuite» Sourgen (H), «L'enseignement ménager», Encyclopédie pratique de l'édu
cation en France, Paris, Institut Pédagogique National, S.E.D.E. 1960, p. 802.
(3) « On compte environ 1.800 établissements déclarés conformément à l'ordon
nance du 2 novembre 1945». Sourgen (H.), op. cit., p. 808.
(4) Sourgen (H.), op. cit., p. 808.
81 Revue française de sociologie
étalées sur plusieurs semaines, etc. » (5) . La période de 1939 à 1945
fut caractérisée par la mise en pièces de l'ensemble institutionnel exis
tant (centres détruits, affectés à d'autres usages, démunis de matériel et
de personnel) et ce d'autant plus que le département avait un statut
particulier dans la zone occupée. Pourtant c'est en avril 1942 que fut
promulguée la loi, toujours en vigueur actuellement, qui réorganisait
l'enseignement ménager en France (6). Après la fin de la guerre se
produisit dans le département un nouveau développement de l'enseign
ement ménager dont les traits essentiels furent la transformation des
ouvroirs ou écoles de couture en centres ménagers et le perfectionne
ment des monitrices au cours de journées ou de sessions intensives sanc
tionné par la récupération de titres pour les éducatrices déjà en activité
depuis longtemps. En outre « parallèlement à la mise en place d'un
enseignement ménager pour les jeunes démarrèrent des activités pour
adultes, à l'initiative de la Caisse d'allocations familiales, dès 1952, et
par la suite par différents organismes et services sociaux » (7) . Une école
de cadres, créée en 1948, prit son autonomie en 1954 dans le même temps
que s'organisait une fédération des centres d'enseignement ménager privés
(1950) regroupant les monitrices et veillant à leur perfectionnement.
« L'enseignement public, de son côté, ouvrait à partir de 1946 des centres
ménagers ainsi que des cours d'enseignement ménager dans les
professionnels féminins » (8) . En 1965 la mise en application de la réforme
de l'enseignement aboutit à une distinction plus nette entre d'une part ménager dans le cadre de la scolarité obligatoire, d'autre
part les activités auprès des adultes.
En dépit de leur caractère lacunaire ces quelques notations historiques
permettent de relever que dès leur origine les centres ménagers se
situent en marge de l'organisation scolaire. La première initiative d'édu
cation ménagère dans le département fut confessionnelle et donna lieu
à des oeuvres charitables destinées aux filles des milieux pauvres. On
peut penser que, sous couvert de bienfaisance et à travers ce rôle de
suppléance joué par les congrégations religieuses (9), ces institutions
privées constituent des manifestations de l'entreprise systématique dont
parle Luc Boltanski et qui vise à « régler la vie, particulièrement celle
des membres des basses classes, tous les actes de la vie, y
compris les plus intimes et les plus privés, ceux qui s'accomplissent à
l'intérieur de la maison, au sein du foyer » (10) . D'ailleurs cette édu-
(5) Cette citation et les renseignements historiques qui suivent sont extraits
d'une brochure éditée par le Conseil social et culturel du département (64 p.).
(6) « [L'enseignement ménager] a été considéré comme ayant une importance
technique — apprentissage du métier de ménagère — ou comme étant d'importance
« sociale », comme élément d'oeuvres sociales et non plus tout droitement comme
un chapitre normal des programmes d'éducation générale. De là cette dispersion
actuellement anarchique de l'enseignement ménager et la position inconfortable
de l'Université devant le problème qui s'est posé» Sourgen (H.), op. cit., p. 802.
(7) Brochure du Conseil social et culturel du département, p. 7.
(8) ibid., p. 8.
(9) Nombre d'initiatives confessionnelles en d'autres domaines ont souvent été
présentées comme suppléant à l'absence d'institutions publiques pour résoudre un
problème social urgent.
(10) Boltanski (L.), Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1969, p. 15.
82 Philippe Fritsch et Christian de Montlibert
cation ménagère s'applique sans doute d'abord aux adolescentes mais
aussi dès 1922 aux mères de famille appartenant aux milieux popul
aires. Si les modalités éducatives diffèrent dans l'un et l'autre cas,
les institutions sont parentes et leur projet se révèle commun. En
outre nombre de conseillères ménagères s'adressant à un public d'adultes
sont encore d'anciennes monitrices d'enseignement ménager, ayant exercé
leur fonction auprès d'adolescentes (11). C'est dire que les centres
ménagers se rapportent certes à l'Ecole mais qu'ils appartiennent à
un autre ensemble institutionnel en marge de l'Ecole. D'oeuvres de
bienfaisance, qu'ils étaient initialement, les centres ménagers semblent
peu à peu avoir été reconnus comme institutions ayant vocation d'assis
tance sociale autant que d'éducation. D'une part c'est bien le sens que
les initiateurs de l'éducation ménagère semblent avoir donné à leur
action et l'on retrouve encore cet aspect dans les propos des monitrices
actuelles. D'autre part c'est aussi le sens que paraît avoir l'intervention,
dès 1952, de la Caisse d'Allocations Familiales et d'autres organismes
ou services sociaux (12). L'étude de l'histoire des centres ménagers
révèle encore d'autres indices de marginalité par rapport à l'institution
scolaire. C'est ainsi que la congrégation à qui revient en 1901 l'initiative
d'une éducation ménagère dans le département a envoyé des religieuses
se former en Belgique. Ce fait s'explique sans doute par les relations
privilégiées entre congrégations religieuses ou entre communautés natio-
nalement distinctes mais appartenant à une même congrégation. Il n'en
reste pas moins vrai que cette démarche constitue un recours à une
instance autre que l'institution scolaire nationale alors qu'en France,
dès 1880, les programmes des établissements publics prévoyaient l'ense
ignement ménager pour toutes les filles (13). Ultérieurement ces institu
tions se font reconnaître par d'autres instances de légitimité que l'Ecole,
à savoir les autorités locales et départementales, lors même que leur
enseignement devient obligatoire pour les jeunes filles de quatorze à
dix-sept ans.
La position des centres ménagers dans le système scolaire peut ensuite
être définie par les caractéristiques scolaires des élèves qui les fré
quentent. Comme il vient d'être dit, les élèves sont des filles de quatorze
à dix-sept ans. Provenant directement de l'école primaire — soit des
classes de fin d'études, soit du CM. 2, voire du CM. 1 ou d'une classe
de perfectionnement — ces élèves n'ont pu entrer en sixième et, pour
(11) Cf. Mangin (O.) : Contribution à une étude de la fonction de conseillère
ménagère. Nancy, Institut National pour la Formation des Adultes, 1969, Multigr.
87 p.
(12) « Les Caisses d'allocations familiales ont considéré que la formation familiale
ménagère se place parmi les formes les plus élevées de l'action sociale, celles qu'il
serait le moins convenable de sacrifier. L'effort des caisses en faveur de l'ense
ignement ménager se répartit entre une participation à des initiatives extérieures
et des réalisations en gestion directe (bourses d'études, subvention d'équipement,
bourses d'études pour les élèves des écoles de cadres, etc.) » Sourgen (H.), op. cit.,
p. 808.
(13) II est vrai qu'à l'époque, selon Henriette Sourgen, « personne ne prenait
cet enseignement au sérieux... il était entendu que c'était dans leur famille et auprès
de leurs mères que les jeunes filles devaient apprendre à bien tenir leur maison,
selon les traditions établies dans chaque milieu social ». Op. cit., p. 801.
83 Revue française de sociologie
elles, les études secondaires mais aussi les études techniques (y compris
dans une section d'éducation professionnelle) ne sont plus possibles.
Si l'âge des élèves de sixième varie entre 10 et 15 ans, on constatait
pour l'année 1967-1968 que près de la moitié des effectifs était, de façon
constante, âgée de 11 ans, tandis que près de l'autre moitié était âgée
de 12 ans (14). Il s'ensuit que, compte tenu de leur âge, les élèves qui
entrent dans les centres ménagers devraient être en classe de quatrième
ou en première année d'enseignement technique court (préparation d'un
C.A.P. en 3 ans). Cependant ces jeunes filles ne sont pas sous contrat
d'apprentissage et n'ont pas une activité professionnelle (15). Le niveau
d'instruction des élèves à leur entrée est donc au mieux celui du Certi
ficat d'Etudes Primaires. Quant à leur niveau de sortie, après trois ans
d'études, il est au plus celui d'un C.A.P. (soit d'aide maternelle, soit
d'employée de collectivité, soit des métiers de l'habillement). De ce fait
les centres ménagers, tout en étant une sorte de « planche de salut » pour
des filles qui sans cela seraient dès l'âge de 14 ans éliminées du système
scolaire, constituent une voie de relégation n'offrant qu'un enseignement
court et un éventail restreint de compétences professionnelles. Il convient
d'ailleurs d'observer que certaines élèves — sans que l'état de la docu
mentation permette de présenter des chiffres — cessent de fréquenter le
centre ménager avant d'obtenir un C.A.P., leurs parents ayant obtenu
pour elles la dérogation à l'obligation scolaire : ces jeunes filles deviennent
alors le plus souvent vendeuses ou employées de maison. Tant par le
recrutement des élèves que par les possibilités qu'ils offrent à celles-ci,
les centres ménagers occupent une position particulière dans le système
scolaire : ils se situent en quelque sorte aux confins de l'enseignement
professionnel.
Des élèves particulièrement défavorisées
Les centres ménagers ont un recrutement essentiellement populaire :
les quatre cinquièmes des élèves sont filles d'ouvriers. Certes, dès leur
création, ces centres étaient destinés aux filles appartenant aux milieux
modestes et leur public réel correspond au public prévu institution-
nellement. Mais il ne suffit pas de reconnaître cette correspondance
pour expliquer comment il se fait que les centres ménagers soient effe
ctivement « réservés » à l'usage exclusif des filles originaires de la classe
populaire.
Mieux que les résultats bruts, la répartition comparée des élèves de
centres ménagers et des élèves du second degré au niveau de la classe
de quatrième, selon la catégorie socio -professionnelle des parents, accen
tue le caractère populaire du recrutement et montre qu'il s'agit d'un
(14) Cf. Note d'Information (13) 8 mars 1969, ministère de l'Education Nationale,
Service central des statistiques et de la conjoncture.
(15) On sait qu'en dépit de la prolongation de la scolarité, le nombre de jeunes
dérogeant à l'obligation scolaire est important. Les statistiques sur la scolarisation en
1967-68 de la génération née en 1953 révèlent que les dérogations ont été accordées à
35.127 enfants âgés de 14 ans (l'effectif total de la génération s'élevant à 814.000). Cf.
Note d'Information (2) déc. 1968, ministère de l'Education Nationale, Service central
des statistiques et de la conjoncture.
84 .
.
Philippe Fritsch et Christian de Montlïbert
effet du système de transformation des déterminations sociales en déter-
minismes scolaires. Aucun autre type d'établissement ne reçoit un taux
aussi important d'élèves originaires de la classe populaire et, parmi
celles-ci, de filles d'ouvriers (avant tout des filles de manœuvres et
d'ouvriers spécialisés). Les filles de salariés ou d'exploitants agricoles
sont ici nettement moins représentées qu'ailleurs. A la différence des
autres types d'établissement les centres ménagers ne sont fréquentés que
par une minorité de filles issues des classes moyennes (8,4 %) et la classe
supérieure n'y a aucun représentant. Mais surtout, à partir de cette
Tableau I. — Répartition comparée des élèves du second degré au niveau
de la classe de 4° et des élèves des centres ménagers, selon la catégorie
socio-professionnelle des parents (*).
Année scolaire 1967-68 RÉPARTITION
DES MÉNAGES 1969-70 AYANT DES Elèves des ENFANTS DE C.S.P. du père CENTRES 16 ANS MÉNAGERS ET MOINS (N = 310) (recensement
1962)
Agriculteurs exploitants 5,4 9,1 5,8 6,0 1,6 11,6
Salariés agricoles 1,1 3,1 4,5 3,2 0,3 3,7
Patrons industrie et com
merce 11,5 11,1 5,7 6,7 9,8
Petits commerçants 0,6
Professions libérales.
Cadres supérieurs 24,5 6,5 7,3 1,6 5,8 moyens 18,1 11,0 4,0 5,4 0,3 7,8
Techniciens et contremaît
res 2,3
Ouvriers 19,9 36,6 51,8 54,0 80,3 40,9
Employés 11,6 11,7 7,0 8,5 5,2 8,1
Personnels de service... 1,0 1,9 2,7 3,0 2,3 1,7
Autres actifs 5,2 6,3 5,9 6,1 3,3
Sans profession ou pro
fession inconnue 1,7 2,7 5,3 5,5 7,1 7,3
100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
* Source en ce qui concerne les élèves du second degré : « Enquête nationale », Note
d'information (6), 15-1-69, ministère de l'Education Nationale, Service central des sta
tistiques et de la conjoncture.
Source en ce qui concerne les élèves des centres ménagers : enquête auprès des direc
trices de centres et monitrices d'enseignement ménager du département étudié.
comparaison, il apparaît que la composition de cette population d'élèves
de centres ménagers est le résultat du processus d'élimination des élèves
d'origine populaire, qui s'opère tout au long de la scolarité.
A mesure qu'est descendue l'échelle de statut des types d'établiss
ement scolaire, la part des élèves originaires des catégories supérieures
diminue jusqu'à devenir nulle dans les centres ménagers tandis que croît
la part des élèves dont le père est ouvrier. En outre, on note une diff
érence importante entre la répartation des élèves situés en première année
85 Revue française de sociologie
préparatoire à un C.A.P. et celle des élèves de centres ménagers : la
représentation de la classe ouvrière est une fois et demie plus grande
chez celles-ci que chez ceux-là où elle est déjà plus importante que
dans la répartition des ménages ayant des enfants de 16 ans et moins.
Issues des classes défavorisées, ces élèves semblent avoir subi, au
cours de leur scolarité primaire, plus encore que d'autres parvenant à
l'enseignement technique court, ce qui pourrait être appelé la loi de
l'échec. Leur moindre réussite scolaire n'a certes pas entraîné l'élim
ination brutale (en quoi consisterait leur condamnation à l'activité pro
fessionnelle dès l'âge de 14 ans) mais ne leur a pas permis de trouver
place dans une section d'éducation professionnelle ou dans un centre
d'apprentissage.
Originaires de la classe populaire, ces élèves n'ont reçu aucune aide
directe de leurs parents eux-mêmes peu scolarisés, peu informés sur
l'Ecole, guère avertis de la signification des filières, des choix, des résul
tats et sanctions scolaires; bien sûr, elles n'ont bénéficié d'aucun des
avantages culturels (savoirs, savoir-faire, goûts et manières) que les
enfants des milieux favorisés trouvent dans leur famille et dont on
connaît l'incidence sur la réussite scolaire; plus encore, elles n'ont guère
été stimulées par leurs conditions de travail à la maison ni par les exi
gences scolaires de parents dont les aspirations étaient à la mesure
du peu de chances objectives de réussite à l'Ecole et d'ascension sociale
par l'Ecole pour les enfants des milieux défavorisés. Ce double désavant
age, tant le manque d'un capital culturel rentable scolairement que
l'absence de conditions propres à susciter le désir de réussite scolaire et
d'acquisition culturelle, est renforcé à l'école dans la mesure où ses
effets sont traduits en termes de défauts personnels : c'est ainsi que les
enseignantes des centres ménagers considèrent assez facilement leurs
élèves comme « peu douées pour les études », « peu portées à l'effort
scolaire », voire même « paresseuses ». Il est vrai que, parmi les ensei
gnantes, certaines disent volontiers que ces défauts ne sont pas imputables
aux élèves — « ce n'est pas de leur faute à ces pauvres petites ! » —
mais c'est alors pour en rendre responsables les parents qui ne
« poussent » pas leurs enfants ou surtout les conditions d'existence des
familles. A s'en tenir aux propos des enseignantes sur leurs élèves et
sans qu'il ait été possible de contrôler les informations ainsi recueillies,
il semblerait que beaucoup d'élèves proviennent de familles nombreuses
et que les aînées, vouées très tôt à s'occuper des plus jeunes, aient part
iculièrement à en souffrir. En outre, toujours selon la même source,
nombre de ces filles vivraient dans des familles constituant des « cas
sociaux » (16) . Sans tenir pour régularité statistique ce qui demeure de
l'ordre des appréciations personnelles, liées à la position sociale des
enseignantes, il semble effectivement que ces élèves des centres ménagers
se soient heurtées à des obstacles venant renforcer les désavantages
communs aux enfants originaires de la classe populaire.
(16) L'insistance sur le concubinage ou la dissociation familiale n'est pas sans
relation avec l'indignation morale manifestée volontiers par des membres de la
classe moyenne à propos des conduites populaires.
86

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin