Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le fondement populaire des solutions militaires « dures ». Le cas de la Chine en 1952 - article ; n°1 ; vol.10, pg 37-58

De
25 pages
Revue française de sociologie - Année 1969 - Volume 10 - Numéro 1 - Pages 37-58
Richard F. Hamilton : Die Zustimmung der amerikanischen Bevolkerung zu « harten » militarischen Losimgen ; der Fall China im Jahre 1952.
Anhand einer uber die Wahlen von 1952 durchgefiihrten Untersuchung versucht der Verfasser in der amerikanischen Bevolkerung die Anhanger einer « harten » Politik gegen das offiziell neutral China, das das damais gegnerische Korea versorgte, zu identifizieren. Mehrere Bilder mit doppeltem Eingang lassen den Prozentsatz der günstigen Einstellungen zur Bombardierung Chinas ( « harten » Losung) in Verhältnis zu den Grundzugen der Untersuchten erscheinen. Die Anhanger einer « harten » Politik sind allgemeinerweise : die weissen, wohlsituierten Protestanten, die assimilierten Katholiker, die Mitglieder dieser beiden Gruppen, deren Information aus der gedruckten Presse herkommt, und diejenige, die in Bezug auf die Wirtschaft und die Rechte der Schwarzen konservativ eingestellt sind. Diese Einstellung wird hauptsächlich von zwei bedeutenden Faktoren bestimmt : der durch die Bildung erleichterte Einfluss der schriftlichen Information und der Einfluss der wesentlichen Veranlagungen der weissen Protestanten und zwar, vor allem, einer gewissen Klassenheuchelei. Umgekehrt neigen die Gruppen, die eine gewisse Unsicherheit in ihrem Leben empfinden (die verschie- denen Minoritäten, die Armen, die Arbeiterklasse) dazu, eine Verhandlungspolitik zu unterstiitzen. Zum Schluss werden diese Ergebnisse und diejenige einer gleichartigen über die Einstellung zum Vietnamischen Krieg durchgeführten Untersuchung verglichen.
Richard F. Hamilton : El fundamiento popular de las soluciones militares « duras » ; el caso de China en 1952.
Basándose en una encuesta a propósito de las elecciones de 1952, el autor procura identificar en la población a los partidarios de una politica « dura » para con la China, pais oficialmente neutro, que abastecia entonces Corea en guerra con los Estados Unidos. Varios cuadros, con dos entradas, subrayan el porcentaje de las actitudes que « favorecen el bombardeo » de China (solución « dura ») según las características de los informadores. En general, los partidarios de una politica « dura » son : los Protestantes blancos acomodados, los Católicos asimilados, los miembros de ambos grupos cuya información proviene sobre todo de la prensa escrita y los que son conservadores en materia económica y a pro pósito de los derechos de los negros. Los dos factores fundamentals que determinan esa actitud son la influencia de la información escrita, facilitada por la instrucción y la de las disposiciones fundamentals de los Protestantes blancos, sobre todo cierto « farisaismo » de clase. Al revés los grupos que experimentan cierta inseguridad en su existencia, las minorías diversas, los elementos pobres, la clase obrera, tienen tendencia a mantener una politica de negociación. Acaba el autor con una comparación entre esos resultados y los de una encuesta simlar sobre la actitud para con la guerra de Viet-Nam.
Richard F. Hamilton : The mass support for « tough » military initiatives in the 1952 China case.
Starting from a survey made during the 1952 elections, the author tries to identify the partisans of a « tough » policy toward China which was officially neutral, but sent supplies to Korea, then at war with the United States. Several tables show the percentage of attitudes « favorable to bombing » China (the « tough » solution) in relation with the characteristics of those interviewed. In general, the partisans of a « tough » solution are : well-off white protestants, assimilated catholics, and those who are conservative in economic matters and in the matter of civil rights for the Blacks. The two fundamental factors which determine this attitude are written information, made available through education, and the basic feeling of « self-righteousness » characteristic of white protestants. On the other hand, the groups which are exposed to a certain insecurity in their lives : the various minorities, the poor, the working class, have a tendency toward supporting a policy of negociation. At the end of the article, the author makes a comparison with the results of a similar study on attitudes toward the war in Vietnam.
Ришард, Ф. Гамильтон : Основы популярности военного решительного разрешения вопроса; пример Китая в 1952 году.
Исходя из анкеты проведенной по случаю выборов в 1952 году, автор стремится определить количество сторонников решительной политики в отношении Китая, который будучи официально нейтральной страной, но поддерживая Корею в войне с США. Целый ряд двусторонних таблиц определяют процентные отношения « желающих бомбардировки » Китая (решение решительное) в соотношении с характеристикой опрашиваемых. В общем сторонники решительной политики это : белые зажиточные протестанты, ассимилированные католики, о этих двух группах имеется информация преимущественно из прессы, и те которые являются главным образом консерваторы в экономических вопросах и по поводу прав черного населения. Две основные причины определяющие такое отношение к вопросу, это влияние прессы, способствующей образованности и принципиальные настроения белых протестантов, а главным образом их некоего рода классовый « фарезеизм ». Наоборот, группы которые подвергаются некой необеспеченности в их быте, разные меньшинства, бедное население, рабочий класс, имеют тенденцию поддерживать политику негоциации.
Автор заканчивает сравнением результатов этой анкеты с подобной анкетой об отношении к войне в Вьет-Наме.
22 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Richard F. Hamilton
Le fondement populaire des solutions militaires « dures ». Le
cas de la Chine en 1952
In: Revue française de sociologie. 1969, 10-1. pp. 37-58.
Citer ce document / Cite this document :
Hamilton Richard F. Le fondement populaire des solutions militaires « dures ». Le cas de la Chine en 1952. In: Revue française
de sociologie. 1969, 10-1. pp. 37-58.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1969_num_10_1_1479Zusammenfassung
Richard F. Hamilton : Die Zustimmung der amerikanischen Bevolkerung zu « harten » militarischen
Losimgen ; der Fall China im Jahre 1952.
Anhand einer uber die Wahlen von 1952 durchgefiihrten Untersuchung versucht der Verfasser in der
amerikanischen Bevolkerung die Anhanger einer « harten » Politik gegen das offiziell neutral China, das
das damais gegnerische Korea versorgte, zu identifizieren. Mehrere Bilder mit doppeltem Eingang
lassen den Prozentsatz der günstigen Einstellungen zur Bombardierung Chinas ( « harten » Losung) in
Verhältnis zu den Grundzugen der Untersuchten erscheinen. Die Anhanger einer « harten » Politik sind
allgemeinerweise : die weissen, wohlsituierten Protestanten, die assimilierten Katholiker, die Mitglieder
dieser beiden Gruppen, deren Information aus der gedruckten Presse herkommt, und diejenige, die in
Bezug auf die Wirtschaft und die Rechte der Schwarzen konservativ eingestellt sind. Diese Einstellung
wird hauptsächlich von zwei bedeutenden Faktoren bestimmt : der durch die Bildung erleichterte
Einfluss der schriftlichen Information und der Einfluss der wesentlichen Veranlagungen der weissen
Protestanten und zwar, vor allem, einer gewissen Klassenheuchelei. Umgekehrt neigen die Gruppen,
die eine gewisse Unsicherheit in ihrem Leben empfinden (die verschie- denen Minoritäten, die Armen,
die Arbeiterklasse) dazu, eine Verhandlungspolitik zu unterstiitzen. Zum Schluss werden diese
Ergebnisse und diejenige einer gleichartigen über die Einstellung zum Vietnamischen Krieg
durchgeführten Untersuchung verglichen.
Resumen
Richard F. Hamilton : El fundamiento popular de las soluciones militares « duras » ; el caso de China en
1952.
Basándose en una encuesta a propósito de las elecciones de 1952, el autor procura identificar en la
población a los partidarios de una politica « dura » para con la China, pais oficialmente neutro, que
abastecia entonces Corea en guerra con los Estados Unidos. Varios cuadros, con dos entradas,
subrayan el porcentaje de las actitudes que « favorecen el bombardeo » de China (solución « dura »)
según las características de los informadores. En general, los partidarios de una politica « dura » son :
los Protestantes blancos acomodados, los Católicos asimilados, los miembros de ambos grupos cuya
información proviene sobre todo de la prensa escrita y los que son conservadores en materia
económica y a pro pósito de los derechos de los negros. Los dos factores fundamentals que
determinan esa actitud son la influencia de la información escrita, facilitada por la instrucción y la de las
disposiciones fundamentals de los Protestantes blancos, sobre todo cierto « farisaismo » de clase. Al
revés los grupos que experimentan cierta inseguridad en su existencia, las minorías diversas, los
elementos pobres, la clase obrera, tienen tendencia a mantener una politica de negociación. Acaba el
autor con una comparación entre esos resultados y los de una encuesta simlar sobre la actitud para
con la guerra de Viet-Nam.
Abstract
Richard F. Hamilton : The mass support for « tough » military initiatives in the 1952 China case.
Starting from a survey made during the 1952 elections, the author tries to identify the partisans of a «
tough » policy toward China which was officially neutral, but sent supplies to Korea, then at war with the
United States. Several tables show the percentage of attitudes « favorable to bombing » China (the «
tough » solution) in relation with the characteristics of those interviewed. In general, the partisans of a «
tough » solution are : well-off white protestants, assimilated catholics, and those who are conservative
in economic matters and in the matter of civil rights for the Blacks. The two fundamental factors which
determine this attitude are written information, made available through education, and the basic feeling
of « self-righteousness » characteristic of white protestants. On the other hand, the groups which are
exposed to a certain insecurity in their lives : the various minorities, the poor, the working class, have a
tendency toward supporting a policy of negociation. At the end of the article, the author makes a
comparison with the results of a similar study on attitudes toward the war in Vietnam.
резюме
Ришард, Ф. Гамильтон : Основы популярности военного решительного разрешения вопроса;
пример Китая в 1952 году.Исходя из анкеты проведенной по случаю выборов в 1952 году, автор стремится определить
количество сторонников решительной политики в отношении Китая, который будучи официально
нейтральной страной, но поддерживая Корею в войне с США. Целый ряд двусторонних таблиц
определяют процентные отношения « желающих бомбардировки » Китая (решение
решительное) в соотношении с характеристикой опрашиваемых. В общем сторонники
решительной политики это : белые зажиточные протестанты, ассимилированные католики, о этих
двух группах имеется информация преимущественно из прессы, и те которые являются главным
образом консерваторы в экономических вопросах и по поводу прав черного населения. Две
основные причины определяющие такое отношение к вопросу, это влияние прессы,
способствующей образованности и принципиальные настроения белых протестантов, а главным
образом их некоего рода классовый « фарезеизм ». Наоборот, группы которые подвергаются
некой необеспеченности в их быте, разные меньшинства, бедное население, рабочий класс,
имеют тенденцию поддерживать политику негоциации.
Автор заканчивает сравнением результатов этой анкеты с подобной анкетой об отношении к
войне в Вьет-Наме.R. franc. Sociol, X, 1969, 37-58
Richard F. HAMILTON
Le fondement populaire
des solutions militaires «dures»
Le cas de la Chine en 1952*
(Traduit de l'anglais par Mme Perrin-Jassy)
Dans le cas d'une « guerre limitée », selon la définition couramment
admise, un problème politique revient toujours, celui de l'attitude à
adopter à l'égard du pays officiellement neutre qui ravitaille en fait
l'ennemi. Cette question se posa au début des années cinquante en Corée
(ce que Mac Arthur appelait le problème du « sanctuaire privilégié »)
et s'est posée de nouveau récemment au Viêt-Nam. D'une façon générale,
les alternatives politiques qui furent discutées en ces deux occasions
étaient, soit le retrait pur et simple, soit la négociation d'un accord,
soit la poursuite plus intense de la guerre par le moyen d'offensives
terrestres ou le bombardement des routes de ravitaillement et des
bases situées dans le pays voisin. Des choix similaires se sont présentés
dans d'autres contextes (en France, par exemple, pendant la guerre
d'Algérie) et se présenteront sans doute dans de nombreux conflits à
venir. Etant donné l'importance manifeste et la répétition de ces circons
tances, il n'est pas inutile de se demander quelle est l'origine du soutien
que ces orientations politiques trouvent dans la population (1). Cette
étude constitue un premier pas dans cette direction.
Méthode
Le rapport qui va suivre est fondé sur l'analyse secondaire d'une
étude réalisée par le Survey Research Center sur les élections de 1952.
* L'auteur tient à exprimer sa gratitude à l'égard du Center of International
Studies of Princeton University qui a bien voulu lui accorder son appui dans cette
étude.
(1) Nous ne cherchons pas à montrer ici que les partisans d'une politique sont
ceux qui la suscitent ou ceux qui la déterminent, ou inversement que ce sont eux
qui devraient le faire. Notre propos immédiat est simplement de décrire une situa
tion, c'est-à-dire de savoir qui ou quel genre de personnes sont en faveur de la plus
violente, de la plus « dure » des alternatives possibles.
37 Revue française de sociologie
Les défauts de l'analyse secondaire sont peut-être encore plus apparents
ici que dans la plupart des études semblables. Les problèmes les plus
importants viennent du fait que, si nos conclusions fondamentales reposent
sur des bases satisfaisantes (c'est-à-dire celles qui concernent l'identi
fication des partisans de la tendance « dure ») , la plupart de nos efforts
d'interprétation ont rendu nécessaire l'emploi d'indicateurs indirects pour
déterminer les variables causales présumées. Nous avons eu recours, en
outre, à des explications simplement plausibles pour rendre compte de
faits que les résultats de l'enquête ne pouvaient pas confirmer, direct
ement ou indirectement. Nous avons cependant présenté les preuves indi
rectes et les suppositions non confirmées sans tenir compte de ces insuffi
sances. En effet, nous avons pensé que la présentation d'un sujet nouveau
serait plus fructueuse, stimulerait par la suite des efforts de réflexion
plus nombreux, si l'exploitation des matériaux était poussée « jusqu'à
sa limite ». Ceci revient à proposer une série d'hypothèses explicatives,
à l'appui desquelles nous présentons en même temps des données mani
festement très limitées, de façon à indiquer la valeur de ces hypothèses.
Il faut donc clairement considérer les résultats et les commentaires qui
suivent, en particulier les discussions explicatives, comme « l'ouverture »
d'un terrain de recherche et non comme un exposé définitif sur le sujet.
L'étude effectuée sur les élections de 1952 contient une question
qui permet l'exploration des choix politiques des masses populaires. Elle
est énoncée de la façon suivante : (Q. 27) « Parmi les attitudes suivantes,
quelle est selon vous la meilleure que nous puissions adopter maintenant
en Corée ? » Les réponses proposées étaient « Nous retirer complètement
de la Corée, » (la position isolationniste classique, choisie par 9 %
seulement des sujets); «Continuer à chercher un règlement pacifique»,
(c'est-à-dire négocier, position choisie par 45 %) ; et, « Adopter une posi
tion plus ferme et bombarder la Mandchourie et la Chine,» (38%). Les
8 % restant comprenaient principalement des « je ne sais pas » et des
« sans réponse » en même temps qu'un très petit nombre de sujets qui
souhaitaient soit un retrait soit un bombardement de la Chine (2). Nous
nous intéresserons ici aux 38 % qui se déclarèrent en faveur d'une
guerre plus offensive.
Jusqu'en 1914 au moins, il était généralement admis, dans les milieux
intellectuels comme dans les masses populaires, que l'agressivité en
(2) La première présentation des résultats de cette étude se trouve dans Angus
Campbell, Gerald Gurin et Warren E. Miller, The Voter decides, Evanston, Row,
Peterson, 1954. L'accès aux matériaux de base fut assuré par l'intermédiaire de
l'Inter-University Consortium for Political Research. Je remercie les premiers
chercheurs et le pour avoir permis l'usage de ces matériaux. Tous les
pourcentages qui figurent dans cet article sont établis à partir du nombre total de
cas relevé pour un sous-groupe donné. Ceci nous donne essentiellement le pourcen
tage des attitudes favorables aux bombardements, et le pourcentage des « autres »,
le sous-groupe le plus important étant celui des partisans de la négociation. Pour
un commentaire plus approfondi sur les alternatives politiques en Corée, et pour
une évaluation de l'influence de « l'opération de police » sur la campagne électorale,
voir Louis Harris, is there a republican majority ? New York, Harper, 1954, pp. 23-
31. Le périodique Time (22 sept. 1952, p. 25) cite une enquête de Roper dont les
résultats sont les suivants: retrait de Corée, 12 %; poursuite des négociations, 22 %;
et débarrasser la Corée des communistes une fois pour toutes, 53 %.
38 Richard F. Hamilton
matière de politique étrangère était une attitude caractéristique des élites,
des classes moyennes supérieures (les edwardiens convaincus, les lecteurs
de Kipling) , et aussi de quelques éléments de la classe moyenne inférieure
qui s'identifiaient à une nation puissante ou voyaient dans l'impérialisme
une source de profits. Pour la plupart, les travailleurs manuels étaient
considérés comme pacificistes, surtout parce que les partis socialistes
européens avaient officiellement adopté cette position. Plus tard, cette
façon de voir se trouva encore renforcée, par exemple en France durant
la guerre d'Algérie où les classes moyennes et supérieures se prononç
aient avec plus de force que les travailleurs manuels en faveur d'une
organisation méthodique de la campagne.
Dans les Etats-Unis d'aujourd'hui règne une opinion diamétralement
opposée. Là, en grande partie sous l'influence d'un article fameux de
Seymour Martin Lipset, une attitude « favorable aux bombardements »
est considérée comme un signe « d'autoritarisme ». Elle paraît caracté
ristique d'une mentalité anti-intellectuelle de vigilance, propre à ceux qui
sont fatigués, ou qui se méfient des « paroles » et qui veulent prendre
des mesures directes contre l'ennemi. Partant, on s'attend à trouver une
attitude favorable aux bombardements chez les travailleurs manuels,
chez les personnes dont le niveau social est bas, celles qui ont peu d'ins
truction, chez les déshérités et les défavorisés. De la même façon, « les
classes moyennes supérieures » aux Etats-Unis nous présentent l'image
inverse. Elles ont été dépeintes comme « libérales » (tout au moins en
matière de libertés civiles) , comme favorables au déroulement régulier
des affaires, comme « souples » dans leur façon de voir, et enclines aux
compromis. Etant donné ces caractéristiques, il semble peu probable
qu'elles puissent soutenir une politique « dure » (3) .
Résultats
Un examen rapide des principaux tableaux à double entrée montre
qu'en réalité les positions sont exactement à l'inverse de ce qui précède.
L'attitude favorable aux bombardements se rencontre avec une fréquence
supérieure à la moyenne dans les groupes suivants : les hommes, les
blancs, les professions supérieures, les personnes instruites, celles dont
les revenus sont importants, les protestants, les personnes qui résident
ailleurs que dans le Sud, les jeunes, les républicains, les personnes qui
s'intéressent à la politique, et celles qui prêtent une grande attention à
(3) A propos du premier de ces points de vue, qui résume les attitudes françaises
durant la guerre d'Algérie, des éléments d'information peuvent être obtenus dans
différents numéros de Sondages. Revue française d'opinion publique, (3), 1956, pp.
23-29; (2), 1957, pp. 37-50; (3), 1958, pp. 39-46 et (4), 1958, particulièrement pp. 24, 52 et
54. Les maigres résultats obtenus aux Etats-Unis sont résumés par Milton J. Rosenb
erg, « Images in relation to the policy process : American public opinion on cold
war issues », in': Herbert C. Kelman, International behavior : A social-psychological
analysis, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1965, pp. 277-334. Pour le point de
vue inverse, voir Seymour Martin Lipset, Political Man, Garden City, Doubleday
& Co., 1960, en particulier le chapitre IV, « Working-class authoritarianism ».
39 Revue française de sociologie
Tableau I. — Relations et la situation entre l'opinion des personnes sur la conduite interrogées. de la guerre en Corée
Pourcentage des préférences.
Autres, Situation « NE dement des personnes Retrait SAIS PAS » , N CIATION DE LA interrogées SANS Chine RÉPONSE
9 Total 45 38 7 (1613)
Race
9 44 40 7 Blanc (1452)
15 55 20 11 Noir (157)
Sexe
Masculin 7 43 44 6 (737) Féminin 11 47 33 9 (876)
.Profession du chef
de famille
Profession libérale. 9 47 37 7 (107) Patron; directeur.. 3 40 50 7 (224) Employé, vendeur . 8 45 39 7 (154)
O.Q., O.S 6 46 40 6 (459)
Manœuvre, service. 11 50 29 9 (174)
Services de
tion 4 27 65 4 (26)
Chômeur 4 56 16 24 (25)
Fermier 13 46 33 8 (178)
Instruction
26 BombarAucune 11 NÉGO60 28 12 (25) Etudes primaires
inachevées 11 48 28 13 (335) Etudes
terminées 13 51 29 7 (300) Etudes secondaires
inachevées 7 46 40 6 (248)
Etudes
terminées 8 41 45 6 (245)
Etudes secondaires
inachevées, plus
enseignement
technique *x ■17 i *k M g 40 ÍT7\ (II)
Etudes secondaires
plus
ment technique. . 4 51 40 4 (142)
Etudes supérieures
inachevées 7 32 57 4 (133)
Niveau licence .... 12 40 39 9 (105)
Revenus
Moins de $1 000 . . . 10 53 22 15 (135)
$1000-1999 12 48 26 14 (177)
$2 000-2 999 11 49 30 9 (255)
$3 000-3 999 10 45 40 5 (364)
$4 000 - 4 999 6 49 42 3 (233)
$5 000 - 7 499 6 40 47 6 (273)
$7 500-9 999 9 42 46 4 (81)
$10 000 et au-delà. 52 10 (61)
40 Richard F. Hamilton
Tableau I {suite).
Autres, Situation « NE dement des personnes Retrait SAIS PAS », N CIATION DE LA INTERROGÉES SANS Chine RÉPONSE
Religion
Protestants-
blancs 9 41 42 8 (1013)
noirs 15 54 19 12 (142)
Catholiques 8 38 50 4 (335)
juifs 2 28 64 6 (50)
Autre 7 21 50 21 (14)
Sans 18 61 15 6 (34)
Région
Nord-Est 8 49 36 7 (389)
Centre-Ouest 9 45 41 5 (580)
Sud 8 48 32 и (440)
Ouest 14 43 8 35 (204)
Age
38 Bombarde 18 à 24 ans 8 41 4 47 (101)
de 25 à 29 ans 9 4 45 41 (182)
de 30 à 34 ans 5 50 38 6 (202)
de 35 à 39 ans 8 5 44 43 (189)
de 40 à 44 ans 9 48 6 36 (191)
de 45 à 49 ans 11 44 36 8 (148)
de 50 à 54 ans. . . . 12 36 9 43 (136)
de 55 à 59 ans 9 10 44 36 (128)
de 60 à 64 ans 12 39 41 8 (105)
de 65 et plus 11 47 11 31 (209)
Intérêt pour les
tions politiques
S'y intéresse
coup . . . 5 8 44 43 (451)
S'y assez. 6 7 46 40 (616)
S'y intéresse peu.. 13 47 32 8 (333)
Ne s'y pas. 13 47 27 13 (159)
Etiquette politique :
Démocrate 52 36 6 7 (751)
Indépendant 41 41 8 10 (356)
Républicain 42 7 12 (439)
Intérêt porté à l'i
nformation.
Suit la campagne
dans les périodi
ques :
Avec attention .... 34 52 (227)
De temps en temps. 45 39 (421)
Pas du tout 10 48 34 (954)
41 Revue française de sociologie
Tableau I (suite).
Autres, Situation « NE dement des personnes Retrait SAIS PAS » N CIATION DE LA interrogées SANS Chine RÉPONSE
Suit la campagne
dans les quoti
diens :
Avec attention .... 7 39 47 6 (630)
De temps en temps. 9 49 6 54 Bombar36 (644) 13 NÉGOPas du tout 13 11 52 23 (332)
Principale source
d'information :
Périodiques 5 4 35 56 (80)
10 7 Quotidiens 42 41 (353)
Télévision 7 49 38 6 (504)
Radio 12 44 36 8 (445)
Aucune 15 18 (101)
l'information, en particulier celles qui suivirent les élections dans les
journaux périodiques et quotidiens (Tableau I). Dans le seul cas d'un
petit nombre de travailleurs des « services de protection » (police) appar
aît une mentalité du type au toritariste -vigilant, avec un pourcentage
d'attitudes favorables aux bombardements bien supérieur à celui des
autres professions. Le pourcentage des partisans des bombardements
parmi les chômeurs, chez qui ce syndrome semblerait avoir le plus de
chances de se manifester, est inférieur de moitié à la moyenne de
l'échantillon.
Ce premier aperçu du sujet nous montre que l'attitude « favorable
aux bombardements » est plus répandue chez ceux dont les informations
proviennent « en grande part » des journaux périodiques, ou qui consi
dèrent ceux-ci comme leur principale source d'information. Un autre
milieu important, propice au développement des attitudes favorables aux
bombardements, est celui des protestants blancs, en particulier ceux dont
les revenus sont moyens ou supérieurs (au-dessus de 3.000 dollars par
an), qui se prononcent en faveur des bombardements dans une proportion
de 49 %. Puisque le « protestantisme aisé » et l'intérêt porté à l'informa
tion sont liés de façon aussi caractéristique à l'attitude « favorable aux
bombardements », nous nous intéresserons surtout à ces deux facteurs (4) .
(4) La combinaison de ces deux caractéristiques avec d'autres figurant au Ta
bleau I fait apparaître certains pourcentages très élevés en faveur des bombardem
ents. Parmi les protestants aisés, ceux qui sont jeunes, qui disent être indépendants
ou républicains, et qui lisent attentivement les périodiques, par exemple, 79 %
(N =: 33) se prononcent en faveur des bombardements. Dans le même tableau nous
pouvons identifier les groupes dont la tendance à « l'isolationnisme classique » est plus
accentuée que la moyenne. Il s'agit des femmes, des noirs, des personnes qui exer
cent des professions subalternes, de celles dont l'instruction et les revenus sont
inférieurs à la moyenne, des personnes âgées, de celles qui ne s'intéressent pas à
la politique, et de celles qui prêtent peu d'attention à l'information écrite. Les
42 Richard F. Hamilton
Les protestants blancs aisés *
Les protestants blancs qui bénéficient de revenus moyens ou supé
rieurs donnent largement leur appui à la solution offensive. Ce trait ne
résulte pas d'une composition particulière du groupe car l'originalité des
protestants persiste à égalité de revenus, de statut professionnel et de
niveau d'instruction avec les autres groupes (5). Nous proposerons une
groupes favorables à la négociation possèdent les mêmes caractéristiques que les
isolationnistes classiques.
Après l'examen « d'une grande variété de données relatives à l'opinion », Johan
Galtung a déclaré qu'il y aurait lieu de « douter qu'une simple formule puisse
exprimer le rapport entre la situation sociale et l'attitude ». La périphérie, ou les
« classes inférieures », pourraient tout aussi bien être disposées à la paix que portées
à la guerre... Plus précisément, les matériaux disponibles ne permettent pas de croire
que le « peuple » soit particulièrement favorable à la « paix », et qu'il constitue
ainsi un rempart contre « le complexe industriel militaire », ou les marchands de
canons, ou les gouvernements nationalistes, ou de « sinistres puissances » du même
genre. A l'appui de cette dernière déclaration, Galtung mentionne l'écart qui sépa
rait les résolutions de la deuxième internationale, et la participation réelle de
« la classe ouvrière » à la première guerre mondiale.
Les matériaux présentés ici montrent qu'à une époque et dans des circonstances
données, la « périphérie » était en fait « plus pacifiste » que guerrière, ou tout au
moins favorable à un retrait ou à une négociation. Je crois en outre, après avoir
examiné une grande variété de données touchant l'opinion, que nous trouverions
sans doute cette disposition fondamentale presque partout et à presque toutes les
époques. Les personnes qui appartiennent à la périphérie ont une peur plus grande
de la guerre que les autres membres de la société, et plus que ceux-ci en fait, ont
tendance à vivre dans une perpétuelle crainte de cette éventualité. J'ai l'impression
que le choix du retrait ou de la négociation est un reflet de la pauvreté, ou des
conditions de vie de la classe ouvrière. Les personnes qui se trouvent à la périphérie
n'ont pas les moyens de « prendre des positions fermes. » La condition préalable
d'une vie satisfaisante dans un tel contexte est d'éviter les conflits coûteux et
imprévisibles, et inversement la nécessité d'organiser et de maintenir des systèmes
qui profitent aux deux partis. Nous cherchons à montrer par là que les réactions
indiquées plus haut sont le produit d'une sous- culture ouvrière dans laquelle éviter
les conflits et établir une réciprocité (négocier) sont deux nécessités fondamentales
de l'existence. Cette hiérarchie des valeurs serait particulièrement nette dans le cas
d'un conflit éloigné, car j'ai l'impression qu'il serait très difficile alors pour la péri
phérie d'évaluer les dépenses nécessaires en capitaux et en hommes.
Voir Galtung, « Foreign policy as a function of social position », Journal of Peace
Research, (3-4), 1964, pp. 206-231. Il est impossible d'apprécier la valeur des opinions
exprimées à propos de la sous-culture ouvrière au point où en sont nos recherches.
Pour un survol du sujet, voir William J. Newman, « The Culture of the 'Proles' »
Dissent, (5), 1958, pp. 154-161; Richard Hoggart, The Uses of literacy, Londres, Chatto
and Windus, 1957; Michael Young and Peter Willmot, Family and kinship in East
London, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1957; Andrée Michel, « Relations pa
rentales et relations de voisinage chez les ménages ouvriers de la Seine », Cahiers
internationaux de Sociologie 17, juil.-déc, 1954, pp. 140-153; Donald E. Muir and
Eugene A. Weinstein, « The Social Debt : an investigation of lower-class and middle-
class norms of social obligation », American sociological Review 21, août 1962, pp.
532-539.
(5) Un examen séparé des différences régionales montra que la plupart des traits
originaux du Sud (notés ci-dessus) provenaient de la proportion inaccoutumée de
noirs dans la population locale. Une comparaison régionale des blancs montra qu'à
égalité de revenus, ceux du Sud se prononçaient plus largement en faveur de la
négociation, tandis que ceux des autres régions adoptaient une position plus proche
de l'isolationnisme classique, et que la proportion des partisans des bombardements se
trouvait essentiellement la même dans les deux cas. Rien ne permet de croire que
les « pauvres blancs » du Sud aient une attitude particulièrement combative et
favorable aux bombardements. Comme leurs équivalents partout ailleurs dans le
pays, ils se prononcent en faveur de la négociation.
* Par « aisés » nous entendons les individus ayant un revenu supérieur à $3.000.
43

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin