Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Patrimoine national et marché international. Les dilemmes de l'action publique - article ; n°3 ; vol.38, pg 465-495

De
34 pages
Revue française de sociologie - Année 1997 - Volume 38 - Numéro 3 - Pages 465-495
Raymonde Moulin : Patrimonio nacional y mercado internacional. Los dilemas de la accion pública.
Articulando el análisis sociológico de las interacciones al análisis económico de la informacion , imperfecta, este artículo estudia los dilemas que encuentra la acción pública confrontada a dos lógicas divergentes, la protección del patrimonio nacional рог una parte, y el desarrollo del mercado para la libre circulación de los bienes artísticos mobiliarios por otra parte. Sucesivamente son examinados dos de los contextos en los cuales se sitúa esta acción : el contexto geográfico y económico de la mundialización del mercado y el contexto histórico y jurídico de la patrimonialización de las obras. Constatando que la noción de patrimonio nacional en la Europa comunitaria se pierde actualmente en los límites de su extensión, y se lo remplaza por la comprensiva noción de tesoro nacional ; el análisis de las proceduras de calificación de los bienes artísticos es efectuado a partir de la evolución del examen de las disposiciones legislativas y reglamentarias al mismo tiempo que a partir del estudio de los actores comprometidos en las operaciones de calificación.
Raymonde Moulin : Nationaler Kulturbesitz und internationaler Markt. Das Dilemma der öffentlichen Aktion.
Durch die Verbindung der soziologischen Analyse der Interaktionen mit der wirtschaftlichen Analyse der unvollständigen Information untersucht dieser Aufsatz das Dilemma, das für die öffentliche Aktion durch die Gegenüberstellung von zwei abweichenden Logiken entsteht, der Schutz des nationalen Kulturbesitzes einerseits, die Marktentwicklung durch den freien Verkehr von Kunstgütern andererseits. Es werden nacheinander zwei Verhältnisse untersucht, in denen diese Aktion wirkt : das geographische und wirtschaftliche Umfeld der Marktmondialisierung und der historische und juristische Kontext der Nationaleinbehaltung der Kunstgüter. Hierbei wird festgestellt, dass der Begriff des Nationalkunstgutes, dessen Ausweitung heutzutage seine Grenzn verliert, in der Europäischen Gemeinschaft durch den komprehensiven Begriff des Nationalschatzes ersetzt wird. Die Analyse der Qualifizierungsprozesse der Kunstgüter geschieht über die Prüfung der gesetzlichen Vorschriften und deren Entwicklung, sowie über die Studie der in den Qualifizierungsverfahren arbeitenden Aktoren.
Raymonde Moulin : National heritage and the international market. The dilemma facing public intervention.
By bringing together sociological analysis of interaction and economic analysis of imperfect information, this article examines the dilemma encountered by public intervention when confronted with two diverging logics : whether to protect national heritage or to develop the market by allowing free circulation of all artistic items. Two of the contexts in which this action is situated are examined successively : the geographical and economic context of allowing the market to become world-wide and the historic and legal context where the items become national heritage. It can be observed that today, in a European community, the notion of national heritage is losing its boundaries and is covered by a comprehensive notion of national treasure ; the analysis of the qualification procedures for artistic items is based both on an examination of the legislative and statutory provisions and their evolution, and on a study carried out by those who take part in qualification operations.
En articulant l'analyse sociologique des interactions à l'analyse économique de l'information imparfaite, cet article étudie les dilemmes que rencontre l'action publique affrontée à deux logiques divergentes, celle de la protection du patrimoine national d'une part, celle du développement du marché par la libre circulation des biens artistiques mobiliers d'autre part. Deux des contextes dans lesquels se situe cette action sont successivement examinés : le contexte géographique et économique de la mondialisation du marché et le contexte historique et juridique de la patrimonialisation des œuvres. On constate qu'à la notion de patrimoine national, dont l'extension perd actuellement ses limites, se substitue, dans l'Europe communautaire, la notion comprehensive de trésor national ; l'analyse des procédures de qualification des biens artistiques est effectuée à partir de l'examen des dispositions législatives et réglementaires et de leur évolution en même temps qu'à partir de l'étude des acteurs engagés dans les opérations de qualification.
31 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Madame Raymonde Moulin
Patrimoine national et marché international. Les dilemmes de
l'action publique
In: Revue française de sociologie. 1997, 38-3. pp. 465-495.
Citer ce document / Cite this document :
Moulin Raymonde. Patrimoine national et marché international. Les dilemmes de l'action publique. In: Revue française de
sociologie. 1997, 38-3. pp. 465-495.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1997_num_38_3_4644Resumen
Raymonde Moulin : Patrimonio nacional y mercado internacional. Los dilemas de la accion pública.
Articulando el análisis sociológico de las interacciones al análisis económico de la informacion ,
imperfecta, este artículo estudia los dilemas que encuentra la acción pública confrontada a dos lógicas
divergentes, la protección del patrimonio nacional рог una parte, y el desarrollo del mercado para la
libre circulación de los bienes artísticos mobiliarios por otra parte. Sucesivamente son examinados dos
de los contextos en los cuales se sitúa esta acción : el contexto geográfico y económico de la
mundialización del mercado y el contexto histórico y jurídico de la patrimonialización de las obras.
Constatando que la noción de patrimonio nacional en la Europa comunitaria se pierde actualmente en
los límites de su extensión, y se lo remplaza por la comprensiva noción de tesoro nacional ; el análisis
de las proceduras de calificación de los bienes artísticos es efectuado a partir de la evolución del
examen de las disposiciones legislativas y reglamentarias al mismo tiempo que a partir del estudio de
los actores comprometidos en las operaciones de calificación.
Zusammenfassung
Raymonde Moulin : Nationaler Kulturbesitz und internationaler Markt. Das Dilemma der öffentlichen
Aktion.
Durch die Verbindung der soziologischen Analyse der Interaktionen mit der wirtschaftlichen Analyse der
unvollständigen Information untersucht dieser Aufsatz das Dilemma, das für die öffentliche Aktion durch
die Gegenüberstellung von zwei abweichenden Logiken entsteht, der Schutz des nationalen
Kulturbesitzes einerseits, die Marktentwicklung durch den freien Verkehr von Kunstgütern andererseits.
Es werden nacheinander zwei Verhältnisse untersucht, in denen diese Aktion wirkt : das geographische
und wirtschaftliche Umfeld der Marktmondialisierung und der historische und juristische Kontext der
Nationaleinbehaltung der Kunstgüter. Hierbei wird festgestellt, dass der Begriff des Nationalkunstgutes,
dessen Ausweitung heutzutage seine Grenzn verliert, in der Europäischen Gemeinschaft durch den
komprehensiven Begriff des Nationalschatzes ersetzt wird. Die Analyse der Qualifizierungsprozesse der
Kunstgüter geschieht über die Prüfung der gesetzlichen Vorschriften und deren Entwicklung, sowie über
die Studie der in den Qualifizierungsverfahren arbeitenden Aktoren.
Abstract
Raymonde Moulin : National heritage and the international market. The dilemma facing public
intervention.
By bringing together sociological analysis of interaction and economic analysis of imperfect information,
this article examines the dilemma encountered by public intervention when confronted with two
diverging logics : whether to protect national heritage or to develop the market by allowing free
circulation of all artistic items. Two of the contexts in which this action is situated are examined
successively : the geographical and economic context of allowing the market to become world-wide and
the historic and legal context where the items become national heritage. It can be observed that today,
in a European community, the notion of national heritage is losing its boundaries and is covered by a
comprehensive notion of national treasure ; the analysis of the qualification procedures for artistic items
is based both on an examination of the legislative and statutory provisions and their evolution, and on a
study carried out by those who take part in qualification operations.
Résumé
En articulant l'analyse sociologique des interactions à l'analyse économique de l'information imparfaite,
cet article étudie les dilemmes que rencontre l'action publique affrontée à deux logiques divergentes,
celle de la protection du patrimoine national d'une part, celle du développement du marché par la libre
circulation des biens artistiques mobiliers d'autre part. Deux des contextes dans lesquels se situe cette
action sont successivement examinés : le contexte géographique et économique de la mondialisation
du marché et le contexte historique et juridique de la patrimonialisation des œuvres. On constate qu'à la
notion de patrimoine national, dont l'extension perd actuellement ses limites, se substitue, dans l'Europecommunautaire, la notion comprehensive de trésor national ; l'analyse des procédures de qualification
des biens artistiques est effectuée à partir de l'examen des dispositions législatives et réglementaires et
de leur évolution en même temps qu'à partir de l'étude des acteurs engagés dans les opérations de
qualification.Л', franc, social. XXXVIII, 1997, 465-495
Raymonde MOULIN
Patrimoine national et marché international
Les dilemmes de l'action publique
«Le marché et l'État sont deux modes de régu
lation économique à la fois antagonistes et profon
dément liés» (Guesnerie, 1996, p. 106;.
Résumé
En articulant l'analyse sociologique des interactions à l'analyse économique de
l'information imparfaite, cet article étudie les dilemmes que rencontre l'action publique
affrontée à deux logiques divergentes, celle de la protection du patrimoine national
d'une part, celle du développement du marché par la libre circulation des biens
artistiques mobiliers d'autre part. Deux des contextes dans lesquels se situe cette action
sont successivement examinés : le contexte géographique et économique de la mond
ialisation du marché et le contexte historique et juridique de la patrimonialisation
des œuvres. On constate qu'à la notion de patrimoine national, dont l'extension perd
actuellement ses limites, se substitue, dans Г Europe communautaire, la notion compre
hensive de trésor national; l'analyse des procédures de qualification des biens artis
tiques est effectuée à partir de l'examen des dispositions législatives et réglementaires
et de leur évolution en même temps qu'à partir de l'étude des acteurs engagés dans
les opérations de qualification.
Le débat sur le rôle respectif du marché et de l'État est au cœur de
l'analyse des politiques nationales de protection du patrimoine face à l'inte
rnationalisation du marché de l'art. Nous nous proposons d'analyser quel
ques-uns des dilemmes que rencontre l'action publique affrontée à deux
logiques divergentes, celle de la protection du patrimoine national d'une
part, celle du développement du marché par la libre circulation des biens
artistiques mobiliers d'autre part.
La divergence entre libéralisme économique et protectionnisme, sous
leurs formes pures, renvoie à deux conceptions différentes de l'universalité
des biens de culture. Ces biens doivent-ils être considérés comme partie
intégrante d'un héritage national et ancrés dans un lieu mémoriel, selon
la conception protectionniste de l'universel in silu'] Faut-il au contraire
admettre que les biens de culture appartiennent au patrimoine commun de
l'humanité, et que leur caractère universel appelle leur libre circulation?
465 Revue française de sociologie
Dans l'hypothèse mixte d'une protection sélective, faut-il limiter l'action
publique à la protection des œuvres fortement associées au «génie natio
nal», pour reprendre une expression de Quatremère de Quincy, et ouvrir
aux autres une carrière sur le marché ou, au contraire, dans une attitude
de sauvegarde du patrimoine accumulé au cours du. temps, définir d'une
manière extensive les œuvres interdites de sortie?
La problématique de l'intérêt public, dans ses rapports avec les intérêts
privés, sous-tend les choix de l'action publique. Peut-on concilier, les exi
gences des intérêts privés, ceux des collectionneurs, des marchands, des
propriétaires de biens d'art et celles de l'intérêt général de la collectivité?
Comment faire la part du patrimoine national et du patrimoine public, du
«patrimoine à protéger» et du «patrimoine à acquérir», de celui qui, in
terdit de; sortie, demeure en mains privées et de celui qui entre dans les
collections publiques? Faut-il accroître le montant des financements pu
blics destinés à l'acquisition des œuvres d'art ou favoriser l'entrée des
reuvres dans le patrimoine national par la multiplication des incitations
fiscales ? Faut-il admettre - le droit à l'indemnisation du propriétaire pour
répondre à la dépréciation de son bien ou soutenir le point de vue du droit
strict, à savoir que la valeur d'un objet mobilier dépend du lieu où il se
trouve. et de la législation à laquelle il est en conséquence soumis? (J.
Châtelain, F. Châtelain, 1990).
Le s-dilemmes-de choix- de-l'action-publique-ne-sonrpas- indépendants
de la valeur marchande des biens d'art qui s'exprime en un prix sur, le
marché. Notre hypothèse est que, dans le processus d'internationalisation,
et d'interdépendance renforcée des marchés et des politiques patrimoniales,
les contraintes informationnelles sont les contraintes de base de l'action
publique et que le marché est, en interaction avec le musée, un auxiliaire;
essentiel; de l'intervention étatique dans les pays européens. La difficulté
de l'action publique, dans le secteur qui nous intéresse ici, naît de l'i
ncertitude et de l'asymétrie d'information qui caractérisent les marchés de
l'art. Les indicateurs sur ce marché sont mal connus et difficiles à inter
préter, sinon par les initiés. De plus, la dénégation de l'économie, géné
ralisée dans les mondes de l'art, contribue à minimiser: la fonction^
informationnelle du marché.
Pour saisir les aspects concrets des dilemmes que rencontre l'action pu
blique, nous proposons d'évoquer deux des contextes dans lesquels se situe
cette action : le contexte géographique et économique de la mondialisation
du marché et le historique et juridique de la patrimonialisation
des œuvres. L'extension du marché mondial affecte la capacité d'interven
tion des États nationaux et appelle, en France, une réévaluation des formes
à visée protectionniste de l'intervention publique:. Cette intervention doit
désormais prendre en compte les multiples distorsions de concurrence entre
les États et leurs effets sur le fonctionnement du marché français. L'analyse
comparative de l'évolution des dispositions législatives et réglementaires
dans les pays de la Communauté européenne sera effectuée du triple point
466. Raymonde Moulin
de vue de la définition, des modes de sélection, et des instruments juridi
ques et financiers de protection et d'acquisition des trésors nationaux. Enf
in, à travers l'étude de deux cas significatifs et contrastés, nous tenterons
de saisir, les compromis grâce auxquels se poursuit, dans le tâtonnement
et. sous l'influence de groupes de pression aux intérêts divergents, la réa
lisation des objectifs de l'action publique.
Mondialisation du marché de l'art
Concentration du marché; international et compétition des politiques
nationales
Le commerce international de l'art n'est pas un fait récent. De plus,
l'internationalisation du marché n'exclut pas le maintien des marchés lo
caux, régionaux et nationaux qui ont leur dynamique propre. La spécificité
des quinze dernières années réside dans le fait que le marché de l'art, au
niveau le plus élevé, ne fonetionne plus comme une juxtaposition de mar
chés nationaux communiquant plus ou moins bien entre eux, mais comme
un marché mondial. La, mondialisation du marché a suivi le mouvement
d'internationalisation des échanges des biens et des services; elle a été
stimulée par la dématérialisation des flux financiers capables de s'investir;
clans des biens d'art. Les ivuvres et les objets d'art estimés à une valeur
supérieure à 500 000 F (environ $ 100 000) constituent une masse flottante
à- la recherche des meilleurs lieux de valorisation. Acheteurs et vendeurs
sont internationalement mobiles.
Au niveau des prix les plus élevés, la certification de la valeur des
œuvres, du passé ou du présent, s'effectue internationalement. Il est dé
sormais bien connu que les marches artistiques sont des contextes dans
lesquels règne l'incertitude sur la valeur des biens (Menger, 1989 ; Menger,
Revel, 1993). En réduisant cette incertitude, l'authentification, par les ex
perts, des œuvres classées, et la validation, pard'autres experts, des œuvres
contemporaines sont des moyens de corriger l'asymétrie d'information ca
ractéristique des marchés de l'art. La réputation de l'artiste contemporain,
se construit à. travers l'accumulation' de crédits obtenus au cours d'un it
inéraire international jalonné d'appréciations esthétiques et d'évaluations
financières. De façon plus complexe et moins. visible, des coalitions i
nformelles se nouent entre l'élite internationale des experts d'aujourd'hui
comme entre l'élite européenne des connaisseurs d'autrefois pour certifier
la valeur des œuvres du passé. L'interdépendance entre les deux systèmes
de références, champ artistique et marché, est particulièrement marquée
au niveau international.
Le marché mondial se caractérise par un degré élevé de concentration.
Les opérateurs sont peu nombreux, puissamment armes financièrement, et
467 Revue française de sociologie
la concurrence entre eux est intense. Les regroupements se multiplient dans
le secteur de l'art comme dans beaucoup d'autres secteurs de l'économie:
Si l'ampleur actuelle du marché international doit beaucoup aux stratégies
agressives des grandes maisons de vente aux enchères et au développement
des foires internationales, on assiste, dans les deux cas, à des mouvements <
de concentration. Pour accroître son contrôle du >■> marché, Sotheby's a
développé une politique d'association avec des galeries privées. On:
constate aussi un mouvement de coordination ■; des foires internationales.
On pourrait également citer bien des exemples, plus ou moins récents, des
politiques de rachat, de partenariat, de diversification des points de vente
pratiquées par les grands marchands, majoritairement anglo-saxons.
Le marché américain représente à lui seul environ la moitié du marché'
mondial et la Grande-Bretagne un quart. Les places mondialement domi
nantes sont, dans l'ordre, New York, Londres et Paris, ce qui ne signifie
pas que vendeurs et acheteurs soient, dans leur majorité, des résidents des
places concernées. Les deux grandes firmes anglo-saxonnes Sotheby's et.
Christie's représentent près des trois quarts du marché mondial des ventes
publiques - contre environ 12% pour Drouot. En Europe; la France, avec
10% de la totalité du: marché des ventes publiques européennes, a perdu
la première place au profit de la Grande-Bretagne qui en assure environ -
30%.
Heujude_vente_sonUejitrêmemenUdispersés*- Les- stratégies-des-mai—
sons > de vente contribuent à cette dispersion dans la mesure où elles r
echerchent de nouvelles clientèles et de nouveaux objets à vendre. Christie's
est présente dans trente-sept pays, avec quinze salles de vente et de nom
breux bureaux. Elle organise plus de neuf cents ventes aux enchères chaque:
année. Sotheby's qui est devenue américaine, et dont les actions sont cotées
à la Bourse de New York et à celle de Londres, dispose de centres de
vente dans quatorze pays et a installé ses bureaux sur tous les conti
nents (l).
La dissémination et le déplacement des marchés ne sont pas indépen
dants des contextes politiques, économiques et financiers dans lesquels ils
se situent et des interventions des Etats nationaux. Les marchés sont très
mouvants. Ils se déplacent en fonction de l'évolution des taux de change,
des taux d'intérêts et des marchés boursiers. Les travaux du greqam mont
rent que les fluctuations de la Bourse précèdent celles du marché de l'art :
la Bourse agit sur le marché, celui-ci réagissant avec un retard d'environ
une année (Chanel, 1993). Comme révélateur de la santé économique, le
marché de l'art semble bien suivre les places financières qui constituent*
généralement les sources des fonds investis.
(1) Les plus dynamiques des commis- saires-priseurs français. Maître Tajan (5e rang)
saires-priseurs parisiens ont développé une. et Maître Loudmer (10e rang) figuraient en
activité internationale : création de bureaux 1995 dans la liste des dix premières maisons
ou de sociétés à l'étranger, direction de va- mondiales {Art news letter. 21, 17, 16 april
cations à Tokyo ou ailleurs. Deux commis- 1996).
468' Raymotnle .Moulin
Les marchés se déplacent en fonction de; la réallocation des richesses,
notamment en direction des pays du Moyen-Orient, de l'Est et du Sud-Est
asiatique. Pour ne prendre que deux exemples, nous mentionnerons que
Christie's, possédant des bureaux à Hong-Kong, T'ai-pei, Tokyo, .Singa
pour; Shanghai, Séoul, Bombay, Jakarta et Qualalumpur, a récemment ou
vert la première maison de vente internationale à Pékin et que la dernière
Foire internationale d'art contemporain de Paris, en octobre 1996, a invité
une sélection de galeries coréennes.
Les marchés se déplacent en fonction des événements politiques. Les
événements politiques mondiaux des récentes années, et particulièrement
la chute du mur de Berlin, ont ouvert de. nouveaux espaces au marché
international de l'art. Les pays du centre etde l'Est européen constituent
de vastes gisements et les protections douanières instaurées par les États
sur les reuvres et: objets historiques, particulièrement sur les icônes an
ciennes, résistent mal aux appétits des intermédiaires, autorisés ou clan
destins, du commerce international.
Les marchés se déplacent en fonction des législations et réglementations
en vigueur. Dans un marché mondial, tout différentiel fiscal peut entraîner
le déplacement des lieux de-vente. C'est ainsi, pour prendre un exemple
entre beaucoup d'autres, que le marché de l'art a presque complètement
disparu en Belgique à. la suite de l'application d'un taux de TVA à 19%
entre 1977 et 1982; La concurrence qui s'instaure actuellement entre les
capitales du Sud-Est asiatique pour attirer vendeurs et acheteurs semble
avoir pour objectif la création de. paradis fiscaux du marché de l'art. La
taxe à l'importation des reuvres d'art, inexistante aux États-Unis, réduite
à 2,5% en Grande-Bretagne, et maintenue à 5,5% en France constitue, à
l'intérieur de la Communauté européenne, une distorsion de concurrence,
entre ces deux derniers pays; elle n'encourage guère le retour en France
d'oeuvres situées hors de la Communauté. La politique fiscale, qu'elle en
trave ou renforce la compétitivité des marchés nationaux, apparaît ainsi
comme un enjeu majeur aux yeux des opérateurs du* marché. Toutefois,
dans la comparaison des charges qui pèsent sur les transactions effectuées chacun des marchés de l'art, des éléments d'appréciation autres que
la fiscalité entrent en ligne de compte, au , nombre desquels le.système
d'organisation des ventes publiques, actuellement en cours de réforme en
France, le droit de suite, et la réglementation des importations et des ex
portations. C'est cette dernière question, celle de la réglementation patr
imoniale relevant du pouvoir régalien. de l'État qui: retiendra, dans cet
article, toute notre attention.
Les mesures restrictives imposées aux exportations des biens artistiques
sont en contradiction avec le fonctionnement d'un marché libéral, dyna
mique et attractif sur le plan international. Pourtant, les arguments recensés
par les économistes ne manquent pas, qui justifient la démarche tutélaire
de l'État. La valeur d'existence, la valeur d'option, la valeur positive d'hé
ritage pour les générations futures, la educative, la valeur de prestige
469 Revue française de sociologie
- et ses externalités touristiques - incitent à l'adoption de législations et
de réglementations encadrant et limitant les exportations des biens d'art
de -telle sorte que le pillage par l'argent ne prenne-pas le relais, comme
le redoutait déjà. Edouard Herriot, du pillage par la guerre.
Déclin du marché français et fuite des biens culturels (2)
Des déséquilibres inquiétants apparaissent dans la structure des échanges
internationaux, qui traduisent l'exode massif du patrimoine européen. À
cet égard, l'exemple de la France devenu le premier exportateur d'œuvres
d'art est particulièrement significatif. Le déficit des importations françaises
d'œuvres et d'objets d'art peut s'interpréter différemment selon que l'on
se place du, point de vue de la balance du commerce extérieur ou.de la
protection des biens culturels nationaux ayant vocation de. biens publics..
Les exportations appauvrissent le patrimoine national et paralysent son r
enouvellement.
En 1994, le montant des exportations d'objets d'art (peintures, gravures,
sculptures, objets de collection, antiquités) s'est élevé à 2 320 millions de
francs et le montant des importations à 974 millions de francs. Les pein
tures représentent à elles seules 59% du montant des exportations. Les
trois principaux pays de destination pour l'ensemble des objets d'art sont,
les Etats-Unis (894 millions de francs), la Suisse (748 millions de francs);
et le Japon (224 de francs). Ces trois derniers pays représentent;
82,6% du volume total des exportations de peinture.
On constate de plus, en comparant la balance entre importations et ex
portations sur les deux années 1993 et 1994, un accroissement de presque
80% du déséquilibre entre les entrées et les sorties d'objets d'art. Les
exportations représentaient en 1993 un volume supplémentaire de 753 mil
lions de francs à celui des importations. En 1994, la différence est passée
à 1 346 millions de francs.
À l'étranger, l'offre et la demande de l'art français ou exécuté en France
demeurent très élevées. Sur 112 000 résultats enregistrés par Art sales in
dex au cours de la saison 1995/96, 17 649 (soit 16% du total) concernaient"
des œuvres d'artistes français. La prééminence française s'affirme très net
tement du point de vue des prix records : parmi 98 œuvres ayant été ad
jugées à plus d'un million de livres, on trouve 42 artistes français (suivis
de 14 Espagnols, 11 Américains, 8 Italiens et seulement 2 Anglais). Le
rayonnement de l'art français sur le marché mondial n'est pas moins manif
este que le retrait de la place commerciale de Paris et l'affaiblissement
du patrimoine national.
(2) Voir en annexe, graphique : et : tableaux illustrant les mouvements internationaux
d'œuvres d'art.
470 Moulin Raymomle
Au cours des récentes années, c'est sous la contrainte européenne et
dans la voie du libéralisme économique que la France a entrepris de faire
évoluer sa législation en matière de protection du patrimoine et d'incitation
au marché. Les résultats précités témoignent d'un relatif échec dans les
deux secteurs et invitent à s'interroger sur la politique patrimoniale de la
France dans la conjoncture actuelle de mondialisation des échanges et d'in
tégration européenne. Comment sélectionner les œuvres qui doivent échap
per au marché international? Jusqu'où la démarche tutélaire de l'État
peut-elle ^'exercer, compte tenu de l'héritage culturel que représentent les
doctrines héritées de la Révolution française, lesquelles sont partie inté
grante de notre inconscient historique?
Patrimonialisation des biens artistiques
Du patrimoine national au trésor, national
L'État collectionneur a certes précédé de loin, en France, l'État protect
eur. «Les conservateurs savent que le principe selon lequel les collections
royales avaient un caractère national et devaient au moins partiellement
être mises à la disposition du public s'est fait jour dès avant 1789, même
si la Révolution a systématisé ce principe avec une grande vigueur pratique
et théorique» (Saint-Pulgent, 1993).
Dans.un raccourci simplificateur, on peut > cependant attribuer, aux r
évolutionnaires l'invention <, du patrimoine national, en suivant, ici André
Chastel. Celui-ci insiste, en- effet, sur.le fait qu'une de ses plus grandes
surprises d'historien a été de découvrir que la notion de patrimoine était
née des «désastres inouïs» de la Révolution française (Chastel, 1986,
1993). L'idée de nation constituait, à. ses yeux, le préalable à la prise de
conscience. historique du patrimoine, français. C'est effectivement au nom
de:la nation que l'Abbé Grégoire dénonçait, devant les conventionnels,
les «vandalistes», «destructeurs de la production des arts». C'est en son
nom qu'il défendait les œuvres menacées par les réactions iconoclastes:
« Le respect public doit entourer particulièrement les objets nationaux qui,
n'étant à personne; sont la propriété de tous.» Indissociable de l'idée de
nation et d'une politique de nationalisation des biens du clergé et des émi
grés, la conception française de patrimoine national qui, tend à faire pré
valoir la notion de public sur. celle de privé se distingue dès l'origine de
['heritage anglo-saxon. Certes, le terme de patrimoine inclut- l'idée
d'héritage, mais, comme le remarque Robert Hewison : «Pour un Anglais,
Vheritage est; fortement associé simultanément' à la propriété privée et!à-
l'idée plus générale de legs du passé» (Hewison, 1994).
471