Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Pour une analyse sociologique de la planification française - article ; n°2 ; vol.6, pg 147-163

De
20 pages
Revue française de sociologie - Année 1965 - Volume 6 - Numéro 2 - Pages 147-163
Michel Crozier : Für eine soziologische Analyse der französischen Planung.
Die Planung wird hier als Anlernprozess, als neues Modell des Handelns und als Veranderungsprozess der institutionnellen Formen betrachtet. Durch die Planung tritt die Rationalität des Wachstums an die Stelle der burokratischen Rationalitat. Die Planung war und bleibt in Frankreich das erste Antriebselement und der Katalysator der Veranderung sowohl in den Strukturen und Einstellungen der öffentlichen Aemter, wie in der Nätur der Beziehungen des Staates zu dem Privatsektor der Wirtschaft und zu den anderen sozialen Gruppen. Indem das Verhandeln zur Grundlage der Handlungsweise wurde, die Beschlussfassung abgesprochen wurde und Ziele wie Strategien koordiniert wurden, ist es einer kleinen Gruppe von Anregern gelungen, allgemeine Uebereinstimmung über Wachstum auf längere Sicht zu erlangen. Zum Schluss fragt sich der Autor wodurch die Planung, eine Bemuhung um den Wiederaufbau eines vom Kriege zerstörten Landes, zu einer allgemeinen und vielfältigen Bemuhung um das Wachstum eines sozialen und wirtschaftlichen Systems werden kann.
Michel Crozier : Para un análisis sociológico de la planif icación francesa.
Aquí se considéra la planification juntamente como mecanismo de aprendizaje, modelo nuevo de acción y proceso de modification de las formas institucionales. A la racionalidad burocrática, ésa sustituye la del desarrollo. Fué y va siendo en Francia el primer motor y el elemento catalizador del cambio tanto en las estructuras y actitudes de las administraciones públicas como en la naturaleza de las relaciones del Estado con el sector económico privado y los demás grupos sociales. Un grupo reducido de animadores půdo conseguir un consenso general a propósito del desarrollo para un periodo medio, recurriendo a modos de acción basados en la negotiation, decisiones concentradas e integration de los fines y las estrategías. Concluye el autor interrogándose cómo la planification, esfuerzo de reconstruction de un pais devastada por la guerra, puede volverse esfuerzo general y multidimensional de desarrollo de un sistema social y económico.
Michel Crozier : For a sociological analysis of French planification.
Planification is considered here at the same time as a learning mechanism, a new model for action and a modification process of institutional forms. It substitutes growth to bureaucratic rationality. In France it was and remains the main spring and catalysing element for change as well in the structures and attitudes of public administration as in the nature of the state's relations with the private economic sector and other social groups. A small staff of animators were able to obtain a general consensus on average time growth by recuring to modes of actions based on négociations, concerted decision-making, and the integration of ends and strategies. The author concludes by an interrogation on the manner in which the planification of efforts for the reconstruction of a war devastated country may become a general and multidimentional effort for the growth of a social and economic system.
Мишель Крозье: Для социологического анализа французской планификации.
В этом отрывке планификация рассматривается одновременно как учение, новый пример действия, и как процесс изменения учредительных форм. Бюрократическую рациональность она заменяет рациональным возрастанием.
Планификация была и продолжает существовать во Франции первой движущей силой и катализатором изменений, как в структуре и в отношении государственных учреждений, так и в соотношениях Государства с частным экономическим сектором и с другими социальными группами. Небольшой группе зачинателей удалось добиться общего согласия относительно возростания средней посылки, обращаясь к методам действия, которые базируются на переговорах, на согласованных решениях, на включении намерений и стратегий.
Автор кончает, задавая вопрос о том способе планификации, который может стать всеобщим и многоразмерным усилием (усилием страны разоренной войной), ростом социальной и экономической системы.
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Michel Crozier
Pour une analyse sociologique de la planification française
In: Revue française de sociologie. 1965, 6-2. pp. 147-163.
Citer ce document / Cite this document :
Crozier Michel. Pour une analyse sociologique de la planification française. In: Revue française de sociologie. 1965, 6-2. pp.
147-163.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1965_num_6_2_1896Zusammenfassung
Michel Crozier : Für eine soziologische Analyse der französischen Planung.
Die Planung wird hier als Anlernprozess, als neues Modell des Handelns und als Veranderungsprozess
der institutionnellen Formen betrachtet. Durch die Planung tritt die Rationalität des Wachstums an die
Stelle der burokratischen Rationalitat. Die war und bleibt in Frankreich das erste
Antriebselement und der Katalysator der Veranderung sowohl in den Strukturen und Einstellungen der
öffentlichen Aemter, wie in der Nätur der Beziehungen des Staates zu dem Privatsektor der Wirtschaft
und zu den anderen sozialen Gruppen. Indem das Verhandeln zur Grundlage der Handlungsweise
wurde, die Beschlussfassung abgesprochen wurde und Ziele wie Strategien koordiniert wurden, ist es
einer kleinen Gruppe von Anregern gelungen, allgemeine Uebereinstimmung über Wachstum auf
längere Sicht zu erlangen. Zum Schluss fragt sich der Autor wodurch die Planung, eine Bemuhung um
den Wiederaufbau eines vom Kriege zerstörten Landes, zu einer allgemeinen und vielfältigen
Bemuhung um das Wachstum eines sozialen und wirtschaftlichen Systems werden kann.
Resumen
Michel Crozier : Para un análisis sociológico de la planif icación francesa.
Aquí se considéra la planification juntamente como mecanismo de aprendizaje, modelo nuevo de
acción y proceso de modification de las formas institucionales. A la racionalidad burocrática, ésa
sustituye la del desarrollo. Fué y va siendo en Francia el primer motor y el elemento catalizador del
cambio tanto en las estructuras y actitudes de las administraciones públicas como en la naturaleza de
las relaciones del Estado con el sector económico privado y los demás grupos sociales. Un grupo
reducido de animadores půdo conseguir un consenso general a propósito del desarrollo para un
periodo medio, recurriendo a modos de acción basados en la negotiation, decisiones concentradas e
integration de los fines y las estrategías. Concluye el autor interrogándose cómo la planification,
esfuerzo de reconstruction de un pais devastada por la guerra, puede volverse esfuerzo general y
multidimensional de desarrollo de un sistema social y económico.
Abstract
Michel Crozier : For a sociological analysis of French planification.
Planification is considered here at the same time as a learning mechanism, a new model for action and
a modification process of institutional forms. It substitutes growth to bureaucratic rationality. In France it
was and remains the main spring and catalysing element for change as well in the structures and
attitudes of public administration as in the nature of the state's relations with the private economic sector
and other social groups. A small staff of animators were able to obtain a general consensus on average
time growth by recuring to modes of actions based on négociations, concerted decision-making, and the
integration of ends and strategies. The author concludes by an interrogation on the manner in which the
planification of efforts for the reconstruction of a war devastated country may become a general and
multidimentional effort for the growth of a social and economic system.
резюме
Мишель Крозье: Для социологического анализа французской планификации.
В этом отрывке планификация рассматривается одновременно как учение, новый пример
действия, и как процесс изменения учредительных форм. Бюрократическую рациональность она
заменяет рациональным возрастанием.
Планификация была и продолжает существовать во Франции первой движущей силой и
катализатором изменений, как в структуре и в отношении государственных учреждений, так и в
соотношениях Государства с частным экономическим сектором и с другими социальными
группами. Небольшой группе зачинателей удалось добиться общего согласия относительно
возростания средней посылки, обращаясь к методам действия, которые базируются на
переговорах, на согласованных решениях, на включении намерений и стратегий.
Автор кончает, задавая вопрос о том способе планификации, который может стать всеобщим и
многоразмерным усилием (усилием страны разоренной войной), ростом социальной и
экономической системы.R. franc. Sodol, VI, 1965, 147-163
Pour une analyse sociologique
de la planification française
par Michel Crozier
La signification sociologique de la planification
Quel que soit le nom qu'on lui donne — planification, programmation
ou concertation — la préparation rationnelle de la croissance économique
et du développement des activités collectives s'est imposée comme un
trait caractéristique et indispensable des sociétés modernes. Une telle
activité peut être mise exagérément en valeur ou à l'inverse cachée
ou déguisée pour des raisons idéologiques. Elle n'en exerce pas moins
toujours une influence diffuse très profonde. Chaque société industrielle
ou post-industrielle a élaboré une ou plusieurs formes d'activité plani
ficatrice et commence à réaliser qu'elle devrait faire davantage en ce
domaine.
La raison en est simple. Quand le rythme de croissance restait lent
et que le progrès économique pouvait se développer pendant de longues
périodes à l'intérieur des frontières d'un ordre social rigide, l'homme
pouvait facilement croire que son avenir était façonné par le jeu har
monieux mais aveugle du marché (la main invisible) ou éventuellement
par les forces tout aussi aveugles du déterminisme historique. Il contest
ait parfois ces forces, il est vrai, mais c'était pour des raisons morales
et jamais il n'assumait la responsabilité du résultat du développement
final. Le changement social pourtant n'était pas absent; mais il survenait
seulement quand les pressions que provoquait le retard institutionnel
devenaient trop fortes. Il n'était jamais préparé — planifié — rationnelle-
* Une première version de ce texte a été présentée au Séminaire international
sur la Planification qui s'est tenu en juillet 1964 à Minnowbrook (Etat de New York),
sous les auspices du Comparative Administration Group de l'Association Américaine
de Science Politique et de la Maxwell School de l'Université de Syracuse. Je tiens
à remercier tous les participants de ce Séminaire et particulièrement son inspirateur
et animateur le professeur Bertram Gross dont les critiques m'ont été extrêmement
utiles.
147 Revue française de sociologie
ment et tendait à se produire à travers des crises (économiques ou
socio-politiques). Un tel modèle de changement social peut être tole
rable tant que le rythme du changement n'est pas trop rapide et tant
portent sur les décisions économiques et sur les moyens de les coordon-
que le contenu du changement n'affecte pas l'homme trop profondément.
Mais quand l'accélération du rythme du changement et le poids de la
simple accumulation des progrès passés exigent que l'homme s'adapte
plus fréquemment à des changements plus profonds, quand en pratique
l'adaptation au progrès exigerait plus d'une crise sociale par génération,
le modèle traditionnel de la crise comme moyen d'adaptation devient
trop coûteux, et crée de trop grandes tensions pour pouvoir être accepté
facilement Une forme quelconque de régulation rationnelle et cons
ciente devient indispensable à partir du moment où les mécanismes
d'auto-régulation traditionnels sont devenus trop disruptifs pour le
système social complexe et vulnérable dans lequel la société se trouve
désormais engagée.
Les activités de régulation, toutefois, ne peuvent réussir par la seule
vertu de leur intention. Le grand problème de la planification est le
problème des moyens d'action que l'homme peut utiliser pour contrôler
son environnement social c'est-à-dire ses propres activités. Il était
naturel que les premières conceptions de la régulation soient dérivées
du modèle classique de l'organisation scientifique du travail. Mais l'adop
tion d'une perspective aussi simpliste devait conduire à penser que
l'important c'est de prendre des décisions correctes et qu'une fois ces
décisions prises, il devrait être possible de les mettre à exécution de
façon scientifique, si seulement toutes les sources de pouvoir capables
de fausser l'expérience pouvaient être éliminées. Une telle conception a
suscité à l'Ouest beaucoup de répulsion et fut à la source de nombreuses
oppositions. Son application dans les Etats socialistes a montré d'autre
part qu'un type de planification aussi rationnel en apparence aboutissait
la plupart du temps à des résultats beaucoup plus irrationnels encore que
les mécanismes de régulation inconscients ou à demi-conscients qui se
sont développés dans les pays capitalistes.
Mais pourquoi la planification serait- elle nécessairement associée à
un système d'exécution rigoureux, de décisions générales totalitaires ?
La pensée moderne sur la planification est en train de se développer
dans une nouvelle direction depuis qu'on s'est rendu compte que le
modèle d'organisation classique déjà bien insuffisant pour comprendre
le fonctionnement d'une organisation simple était complètement ina
déquat pour analyser le fonctionnement d'une société et pouvait être
remplacé par des modèles probabilistes beaucoup plus complexes, per
mettant de faire leur place à la liberté de choix des différents acteurs
économiques. Dans ce nouveau type de raisonnement, la discussion
ne porte plus sur le caractère correct ou incorrect de la décision à
prendre mais sur la façon dont les décisions réelles sont prises et sur
les moyens dont on peut disposer pour influencer ces décisions. On
s'aperçoit alors que le vrai point sensible est la préparation des décisions
et que c'est à ce stade que la régulation peut s'exercer au moindre coût.
148 sociologique de la planification française Analyse
Une nouvelle conception de la planification se développe alors qui
s'appuie sur une compréhension plus précise des multiples influences qui
portent sur les décisions économiques et sur les moyens de les coordon
ner et de les orienter.
De tels raisonnements se sont développés de façon tout à fait empir
ique. Mais ils posent avant tout des problèmes sociologiques. Paradoxa
lement pourtant la planification a été étudiée jusqu'à présent presque
exclusivement du point de vue de l'économiste ou du point de vue du
politologue. Ces deux approches apparaissent également insuffisantes
dans la perspective nouvelle.
Du point de vue de l'économiste le problème que l'on se pose reste
toujours et beaucoup trop le problème de la rationalité des résultats
de l'action. On n'arrive pas à envisager de façon réaliste l'ensemble des
facteurs qui commandent la stratégie des acteurs. Pour le politologue, par
contre, la planification apparaît comme une série de structures formelles;
on se demande qui a le droit ou qui devrait avoir le droit de prendre
telle ou telle décision et non pas « comment arrive-t-on à prendre des
décisions ».
Si on veut se concentrer sur la préparation des décisions et non plus
sur leur contenu ou sur le cadre formel dans lequel elles sont prises,
une approche beaucoup plus large est nécessaire. C'est à ce stade que
le recours à la sociologie devient indispensable.
Non pas que l'importance des modèles économiques comme mode de
raisonnement doive être diminuée, bien évidemment. Mais si l'objectif
essentiel des planificateurs se révèle être d'influencer la stratégie d'agents
économiques autonomes ou au moins à demi autonomes, la valeur scien
tifique des modèles utilisés pour établir leurs propositions reste un
argument nécessaire mais ne peut plus être considérée comme un argu
ment suffisant. Il devient indispensable de connaître les limites d'ordre
essentiellement psycho-sociologique qui pèsent sur les prises de décision
et de trouver les moyens d'intégrer une telle connaissance dans un
raisonnement global.
Le nouveau contexte de la prise de décision
La planification apparaît dans un monde où le mécanisme des prises
de décision tend à se transformer. Elle contribue elle-même à cette
transformation qui constitue en même temps la condition essentielle
de son apparition. Il n'est pas possible de comprendre le sens et la
portée de la planification française sans analyser les grandes tendances
qui gouvernent l'évolution et les mécanismes des prises de décision.
Ces tendances se manifestent dans trois perspectives essentielles :
— l'image que les membres de la société se font de ce que peut être
une action rationnelle;
— les modèles de négociation et de relations de pouvoir auxquels ils
obéissent;
— l'importance prise par les processus d'influence.
149 Revue française de sociologie
La transformation des conceptions de la rationalité,
le passage des principes à la stratégie
Dans la perspective générale qui a prévalu jusque dans les années
30, il y avait toujours un fossé infranchissable entre le monde des fins
et le monde des moyens. Le monde des fins était réservé à la discussion
des principes et des objectifs et le monde des moyens, dominé par la
recherche impitoyable du one best way, était abandonné aux ingénieurs.
Une séparation aussi radicale rendait extrêmement difficile d'avoir une
vue réaliste du rôle des facteurs humains dans l'action. Elle suscitait
une interrogation angoissée sur les rapports entre les fins et les moyens
et sur les conséquences inattendues de l'action, mais ne permettait pas
d'y répondre (1). Le plus grand problème qu'elle soulevait, toutefois,
était celui du pouvoir. Si les objectifs devaient toujours et exclusive
ment avoir le pas sur les moyens, il devenait essentiel en effet de savoir
qui aurait le droit d'élaborer et de proposer des fins ? Les disputes de
principes et les luttes de pouvoir devaient naturellement être exacerbées
et il était d'autant plus difficile de faire participer les individus et les
groupes à l'orientation de l'action.
Durant les derniers vingt ou trente ans des progrès lents mais décis
ifs se sont accomplis qui ont permis de dépasser ces contradictions et
d'entrevoir une nouvelle forme de rationalité beaucoup plus Souple,
capable d'intégrer dans la discussion des fins le problème des moyens,
c'est-à-dire de la résistance des facteurs humains. Pour y parvenir; il a
fallu abandonner la vision utilitaire, taylorienne, d'êtres humains gou
vernés seulement par des stimulants économiques et dépasser également
la vision psychologique des relations humaines qui les considérait comme
gouvernés d'abord par leur affectivité, pour mettre l'accent, finalement,
sur la liberté de l'homme qui reste, quelle que soit sa situation, ' un
agent autonome capable de négocier sa coopération. Cette nouvelle сол-
ception du rôle de l'homme dans l'action supprime la barrière théorique
entre les exécutants réduits à l'application des moyens et les dirigeants,
seuls admis à discuter des objectfs. Elle tend à réduire la violence des
oppositions de principe et à diminuer l'intensité de la lutte pour le pouv
oir. Elle permet enfin et favorise même la participation des groupes.
En revanche elle dévalorise les leçons de la morale traditionnelle comme
principe d'action. On peut soutenir que l'on tend ainsi à passer très géné
ralement de la discussion morale à une analyse de la stratégie des
acteurs (2).
La planification française reste partagée entre les deux conceptions :
le raisonnement traditionnel sur les fins [quel type de société voulons-
(1) Le livre d'Aldous Huxley, La fin et les moyens, en est un des meilleurs
exemples. J'ai essayé de développer ce thème dans un essai intitulé « La révolution
culturelle », paru dans le numéro spécial de Daedalus sur la nouvelle Europe,
Harvard, décembre 1963, à paraître en français aux éditions du Rocher.
(2) La morale n'est pas éliminée pour autant de la discussion, mais elle passe
à vin autre niveau. Il ne s'agit plus de dicter aux acteurs des règles imperatives
mais de raisonner sur les fondements moraux qui règlent, limitent et déterminent
leur stratégie.
150 Analyse sociologique de la planification française
nous] et la pratique empirique, peu raisonnée encore, de l'organisation
des processus d'influence [qui permet d'échapper aux mécanismes de la
contrainte mais qui conditionne indirectement les choix possibles en
fonction des conditions mises par les divers acteurs à leur participation].
Si la première conception domine encore dans l'inspiration des planifi
cateurs, la seconde s'affirme de plus en plus dans leur style même
d'action.
Les deux faces du pouvoir et leur transformation
Si l'on examine les relations de pouvoir qui se développent dans le
cadre de toute activité organisée, on peut distinguer très clairement deux
pôles opposés. D'un côté, le pouvoir est honoré et respecté comme
l'expression nécessaire et légitime du contrôle social indispensable au
succès de l'entreprise commune dans laquelle tous les participants sont
engagés. Il assure le respect des règles du jeu indispensables qui inter
disent à chaque participant de tirer un avantage illégitime de sa situa
tion. De l'autre, les relations de pouvoir apparaissent comme quelque
chose d'inavouable et de honteux qu'on peut symboliser par les tactiques
de chantage qui leur sont consubstantielles.
Les deux faces du pouvoir, si opposées qu'elles paraissent, sont
toutefois toujours associées. Un supérieur ne peut pas gouverner ses
subordonnés sans abuser en quelque façon de son autorité légitime.
S'il veut en effet répondre aux pressions et aux tentatives de chantage
dont il est l'objet, il lui faut nécessairement prendre quelque liberté
avec les règles qu'il est chargé d'appliquer, de façon à pouvoir menacer
ses subordonnés d'exercer ou de ne pas exercer son sur eux,
selon le comportement qu'ils adoptent à son égard. Tout expert, ou
tout subordonné se sachant indispensable d'autre part (et à la limite est l'expert de quelque chose), auront tendance à
exercer un chantage sur l'organisation dont ils font partie ou sur leurs
propres collègues. Mais ce chantage, ils ne pourront l'exercer que s'ils
souscrivent aux formes et aux procédures de l'organisation, c'est-à-dire
s'ils acceptent ses objectifs. Ils ne pourront la manipuler que s'ils accep
tent d'être manipulés par elle. Dans les deux cas, la face honteuse et
la face noble sont inextricablement mêlées, le chantage sera utilisé
pour atteindre des objectifs nobles et le pouvoir légitime sera l'instr
ument nécessaire des opérations de chantage.
Nous avons utilisé des termes moraux parce que ces termes consti
tuent actuellement encore le fonds commun des jugements en matière
de pouvoir. Le pouvoir est bon et noble s'il correspond au pacte social
officiellement reconnu. Il est mauvais et immoral s'il est utilisé pour tirer
parti des avantages de la situation. Mais ces jugements sont contradic
toires s'ils restent seulement moraux.
C'est dans la perspective organisationnelle que la distinction peut
devenir plus solide. La consécration morale qui est donnée au «pouv
oir légitime » est la conséquence de l'extrême difficulté que toute
organisation humaine rencontre pour obtenir l'adhésion et la conformité
151 Revue française de sociologie
de ses membres. Elle ne peut imposer la primauté des objectifs collect
ifs sur les objectifs individuels ou sur les objectifs de groupe que si
ces objectifs collectifs sont exaltés et si le pouvoir de négociation de
chacun de ses membres est restreint. Considérer un tel pouvoir comme
un chantage inavouable constitue le premier et plus naturel moyen
de contrôle. La négociation restera interdite aussi longtemps que la
liberté de chaque participant risquera de mettre en cause l'existence
même de l'organisation.
Durant les cinquante dernières années cependant, le droit à la
négociation a été reconnu progressivement pour les ouvriers et les
syndicats et pour certains problèmes d'abord, puis, de plus en plus,
pour tous les membres et pour tous les problèmes au fur et à mesure
que les organisations sont devenues plus complexes, plus puissantes
et plus capables d'admettre la contestation.
Mais la reconnaissance des conditions réelles du jeu tend à trans
former ces conditions. Ce qui autrefois devait être exprimé à travers
de longs détours et en utilisant les questions de morale, peut maintenant
être réglé plus vite et plus directement dès lors que les interdits
anciens disparaissent. Cette évolution ne signifie pas que le pouvoir
hiérarchique soit appelé à se dissoudre mais qu'il ne pourra plus
reposer sur l'étouffement de tout autre pouvoir. Il peut perdre dans
ces conditions son caractère «moral» et acquérir à la fois plus de
souplesse et plus d'efficacité.
En outre, la reconnaissance de ce qui était autrefois considéré
comme pratique inavouable ne tend pas à développer de telles pra
tiques mais plutôt à les régulariser et à les soumettre à des normes.
L'ébranlement progressif de la traditionnelle dichotomie entre le monde
rigide de la hiérarchie officielle et le monde obscur des tractations
secrètes est comparable à la réhabilitation par la psychanalyse des pul
sions cachées. Elle donne à l'homme une nouvelle forme de liberté et
de responsabilité qui ont une répercussion directe sur la possibilité
même de la planification.
Le rôle de l'influence dans la structure du pouvoir
Cette tendance à la réintégration des aspects ignorés et réprimés du
pouvoir ne se développe pas seulement à l'intérieur d'ensembles orga
nisés, mais aussi dans les rapports entre organisations. Il ne s'agit plus
alors toutefois seulement d'intégrer ces pratiques de négociation jus
qu'alors réprimées dans le processus officiel des prises de décision, mais
ďy intégrer aussi en même temps les éléments de consensus incons
cients et les influences à demi conscientes qui limitent l'autonomie
théorique des agents libres. En ce qui concerne le rôle des pouvoirs
publics par exemple on voit se développer à la fois un phénomène organi-
sationnel — l'abandon de la distance et de la réserve formelle tradi
tionnelle du fonctionnaire et la reconnaissance de contacts entre les
officiels et les représentants des intérêts permettant une forme moralisée
de négociation d'une part, et un phénomène politique, d'autre part —
152 sociologique de la planification française Analyse
l'utilisation de sources d'influences nouvelles comme l'information, la
recherche et la prévision pour orienter les décisions en rendant plus
conscients, plus rationnels et plus précis les éléments de consensus impli
cites qui déjà limitaient la liberté pratique des acteurs.
Mais au fur et à mesure que ces réseaux d'influence qui doublent,
complètent et renouvellent le système de pouvoir, sont de plus en plus
connus et compris, ils se trouvent intégrés eux aussi dans le système de
pouvoir. Chaque acteur s'efforce de diriger son jeu dans les réseaux
d'influence dont il fait partie dans l'intention de se servir des positions
qu'il pourra acquérir ainsi, afin de mieux négocier dans une autre
structure. Dans un tel jeu, les règles deviennent un élément décisif du
contrôle social et les tendances nouvelles s'affirment d'abord dans l'él
aboration de règles plus formelles, plus publiques et plus conscientes.
Dans ce nouveau contexte il arrive fréquemment que le cadre dans
lequel chaque type de décision doit être pris et les règles formelles et
informelles qui doivent être observées aient beaucoup plus d'importance,
en fait, que les recommandations et même les ordres communiqués aux
acteurs par les autorités publiques.
L'originalité de la planification a la française
La croissance de l'économie française dans les derniers dix ans n'a
pas été si spectaculaire, au premier abord, que la croissance de l'éc
onomie allemande ou italienne mais elle a présenté des particularités
originales qui peuvent permettre de mieux comprendre le problème posé
par la planification.
a) Cette croissance était inattendue dans un pays paralysé par des
crises politiques périodiques et dont les entrepreneurs avaient acquis
depuis longtemps des réflexes de conservatisme et de pessimisme.
b) Elle a été réalisée à des coûts moindres qu'ailleurs (c'est-à-dire
avec un volume d'investissement relativement plus faible) (3).
c) Elle s'est développée à travers une nouvelle forme de processus
social, la planification non coercitive dont l'avantage essentiel aura été
d'apporter une certaine mesure d'ordre et de rationalité dans la crois
sance sans les inconvénients bureaucratiques habituels.
Le succès de méthodes aussi originales dans un contexte à première
vue peu favorable peut s'expliquer par les raisons suivantes :
1° L'existence d'une crise profonde affectant l'ensemble de la société
et présentant un caractère d'urgence avec parallèlement un accord impli
cite de l'ensemble de la société, quelle que soit par ailleurs la violence
des désaccords portant sur tout le reste de l'action collective, pour
donner la priorité au redressement économique.
2° L'impuissance relative du monde des affaires incapable de ra
isonner facilement et de lui-même en termes d'expansion et de s'adapter
aux formes modernes de la rationalité économique fondée sur le raison-
(3) Ce point a été contesté par Hubert Brochier, notamment au cours du Colloque
de Grenoble sur la planification (mai 1964).
153