Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Un atelier de fabrication de microperçoirs au Chasséen : le site de la Cabre (Var) - article ; n°3 ; vol.100, pg 517-532

De
17 pages
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 2003 - Volume 100 - Numéro 3 - Pages 517-532
L'étude technologique de l'industrie en silex bédouliens vauclusiens du site chasséen de la Cabre (Var) a mis en relief l'existence d'un atelier de fabrication de microperçoirs. Grâce à l'analyse des processus spécifiques de production, un style de débitage non encore connu en contexte chasséen a été caractérisé. Les résultats de cette recherche mettent alors en évidence le statut particulier du site au sein du terroir. Cette approche a par ailleurs permis de développer une méthodologie précise concernant les industries du Chasséen méridional, en testant, à partir d'un assemblage issu de prospections, la valeur chronologique des différents styles de débitage provençaux déjà connus.
The technological study of the Vaucluse Bedoulian flint industry from a Chassey culture site, La Cabre (Var, France), has allowed the identification of a micro-awl production centre. Analysis of the specific production processes has shown the existence of a knapping style hitherto unknown in the Chassey culture. The results of this research testify to the particular status of the site. This study has also permitted the development of methodology concerning the southern Chassey culture lithic industry: it tests the chronological value of the different Provence knapping styles found within the lithic surface material from the La Cabre site.
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Vanessa Léa
Un atelier de fabrication de microperçoirs au Chasséen : le site
de la Cabre (Var)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 2003, tome 100, N. 3. pp. 517-532.
Résumé
L'étude technologique de l'industrie en silex bédouliens vauclusiens du site chasséen de la Cabre (Var) a mis en relief l'existence
d'un atelier de fabrication de microperçoirs. Grâce à l'analyse des processus spécifiques de production, un style de débitage non
encore connu en contexte chasséen a été caractérisé. Les résultats de cette recherche mettent alors en évidence le statut
particulier du site au sein du terroir. Cette approche a par ailleurs permis de développer une méthodologie précise concernant les
industries du Chasséen méridional, en testant, à partir d'un assemblage issu de prospections, la valeur chronologique des
différents styles de débitage provençaux déjà connus.
Abstract
The technological study of the Vaucluse Bedoulian flint industry from a Chassey culture site, La Cabre (Var, France), has allowed
the identification of a micro-awl production centre. Analysis of the specific production processes has shown the existence of a
knapping style hitherto unknown in the Chassey culture. The results of this research testify to the particular status of the site. This
study has also permitted the development of methodology concerning the southern Chassey culture lithic industry: it tests the
chronological value of the different Provence knapping styles found within the lithic surface material from the La Cabre site.
Citer ce document / Cite this document :
Léa Vanessa. Un atelier de fabrication de microperçoirs au Chasséen : le site de la Cabre (Var). In: Bulletin de la Société
préhistorique française. 2003, tome 100, N. 3. pp. 517-532.
doi : 10.3406/bspf.2003.12870
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_2003_num_100_3_12870Un atelier de fabrication
de microperçoirs au Chasséen :
Vanessa LEA le site de la Cabre (Var)
fabrication Résumé L'étude permis prospections, provençaux a le chasséen du de été statut production, Chasséen caractérisé. de technologique particulier de développer déjà la méridional, microperçoirs. un Cabre connus. valeur Les style du résultats une de site (Var) chronologique l'industrie débitage méthodologie au en sein a Grâce testant, de mis cette du non en à terroir. à recherche l'analyse silex encore relief des précise partir bédouliens différents Cette Г connu existence d'un concernant des mettent approche processus en assemblage styles vauclusiens contexte alors d'un a les de par en spécifiques atelier industries chasséen débitage évidence ailleurs issu du site de
Abstract
The technological study of the Vaucluse Bedoulian flint industry from a
Chassey culture site, La Cabre (Var, France), has allowed the identification
of a micro-awl production centre. Analysis of the specific production
processes has shown the existence of a knapping style hitherto unknown in
the Chassey culture. The results of this research testify to the particular
status of the site. This study has also permitted the development of methodol
ogy concerning the southern Chassey culture lithic industry: it tests the
chronological value of the different Provence knapping styles found within
the lithic surface material from the La Cabre site.
et en Italie septentrionale), son abondance et sa diversINTRODUCTION
ité dans les modalités de circulation (préformes chauf
Dès le Néolithique ancien et a fortiori au Chasséen, il fées prêtes à être débitées ou produits finis) constitue
est possible de parler d'une exploitation différenciée une approche fondamentale et privilégiée de l'organi
des ressources de l'environnement, à laquelle corres sation de l'espace (Binder et Perlés, 1990; Léa, 2002,
pond une gestion différenciée de l'espace (Beeching p. 27 à 30 et 389 à 391 ; Léa, sous presse).
et Brochier, 1989; Beeching et al, 1989). Cette forte Le site récepteur de la Cabre (Var), éloigné des sources
différenciation fonctionnelle intraterritoriale, qui traduit de matériaux, illustre particulièrement bien cette idée.
une complémentarité entre sites de nature diverse, est L'analyse des industries en silex bédouliens montre
notamment révélée par la circulation de matières pre une production orientée dès l'amont de la chaîne
mières lithiques sur de grandes distances (silex blonds opératoire vers la fabrication de centaines de microp
bédouliens, roches vertes, callaïs, obsidienne...). erçoirs. Cette production révèle ainsi la réalisation
L'étude de celle-ci permet alors d'appréhender chaque sur place d'une activité spécialisée liée à l'utilisation
site comme l'élément d'un réseau et révèle la comp de ces microperçoirs et confère au site de la Cabre un
lexité de la structuration territoriale. statut particulier au sein du terroir. Cette étude origi
nale a permis d'élaborer une méthode d'approche Parmi ces matériaux, la diffusion des silex bédouliens
technologique des systèmes de débitage chasséens sur originaires du Vaucluse, de par son ampleur géogra
phique (tout le Midi de la France jusqu'en Catalogne silex bédouliens (Léa, 1997).
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 3, p. 517-532 518 Vanessa LEA
Cabre
Fig. 1 - Situation du site de la Cabre dans le Sud-Est de la France.
les prospections nous avons choisi la plus récente et PRESENTATION DU SITE
la mieux documentée effectuée par Rogers et Brent- ET DES OBJECTIFS DE L'ÉTUDE
chaloff en 1994. Plusieurs centaines de microlithiques
Le site y avaient en effet été récoltées. Pour s'assurer de
l'homogénéité culturelle de l'échantillon, un tri selon
Le site de la Cabre (Saint-Raphaël, fig. 1), est connu les matières premières, le traitement thermique et les
depuis le début du siècle par de nombreux préhistoriens techniques de débitage, a été réalisé. L'échantillon
et amateurs (Varaldi, 1907; de Ville d'Avray, étudié est ainsi composé de 1695 éléments en silex
bédouliens (dont 889 lame(lle)s et 16 nucleus). Une 1907-1909; Cotte, 1924; Courtin, 1974; Onoratini,
1975 ; Girard, 1977). Il se trouve à environ 150 km des comparaison avec le mobilier provenant de prospec
affleurements de silex bédouliens, dans le sud du tions plus anciennes conservé au dépôt de Saint-
massif cristallin de l'Estérel. Cette situation est un lieu Raphaël (Var) a permis d'évaluer la représentativité de
de passage privilégié puisque le site est au carrefour l'échantillon en notre possession (1 100 lames et la
de trois vallons qui constituent autant d'axes de pénét melles, et près de 60 nucleus ou fragments de nucleus
ration naturels et qui débouchent sur la mer seulement ont été dénombrés à Saint-Raphaël). Si le nombre des
1 500 m plus loin. Ceci est un fait très important au nucleus diffère donc de beaucoup, celui des lamelles
regard de la circulation des matières premières. est à peu près équivalent.
Si le site de la Cabre est seulement connu par de nomb Un aspect remarquable caractérise ce mobilier. Il s'agit
reuses prospections (aucune fouille n'a en effet été d'une double patine blanchâtre qui se présente sur des
réalisée), il n'en constitue pas un moins un site de dizaines de lamelles et sur sept nucleus dont six sont
référence pour le Chasséen méridional. L'occupation du clairement des nucleus sur éclat (fig. 2). Ces surfaces
Chasséen a depuis longtemps été reconnue par la pré blanchâtres sont recoupées par les négatifs des la
sence de milliers de lamelles débitées par pression à melles. Deux hypothèses sont formulées pour expliquer
partir de silex bédouliens chauffés (Courtin, 1974), celle la formation de cette patine, phénomène encore mal
d'éléments en obsidienne (Binder et Courtin, 1994) et connu et souvent difficilement interprétable : soit la
enfin celle de céramiques caractéristiques. Ces découv patine a une valeur chronologique et il peut alors s'agir
ertes justifiaient amplement que l'on s'intéresse à ce d'une récupération d'éclats; soit la patine n'a pas de
site de ramassages. Les quantités étonnantes de micro- valeur chronologique, et elle pourrait être le résultat
perçoirs sur lamelles, ainsi que celles, pour l'heure sans d'une altération due au traitement thermique. Il semb
lerait en effet que la patine se forme préférentielle- équivalent, d'éclats et de lamelles en obsidienne, lais
saient présager un statut particulier pour ce site. ment sur les surfaces brutes de chauffe (communicat
ion orale D. Binder). Notre méconnaissance des
Validité et composition phénomènes liés à la chauffe et des procédés mis en
de l'échantillon étudié œuvre ne nous permet cependant pas de trancher sur
l'interprétation de ces observations. Dans tous les cas,
Le très abondant matériel lithique recueilli n'avait qu'il s'agisse d'une récupération d'éclats ou d'un phé
jusqu'alors jamais fait l'objet d'étude. Une analyse nomène lié au traitement thermique, le débitage lami
approfondie s'imposait donc à partir d'un échantillon naire est postérieur : la patine a ainsi valeur de cortex,
sélectionné selon plusieurs critères. En ce qui concerne et ces surfaces ont alors été appelées "néocorticales".
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 3, p. 517-532 Un atelier de fabrication de microperçoirs au Chasséen : le site de la Cabre (Var) 519
- s'agit-il d'une ou plusieurs populations humaines et
notamment s'agit-il de synchrones?
L'originalité de cette étude réside en effet dans la
possibilité de tester, à travers l'observation des styles
de débitage sur silex bédouliens, l'homogénéité chro
nologique de cet assemblage issu de prospections.
L'ÉLABORATION
D'UNE MÉTHODOLOGIE ADAPTÉE
Pour répondre à ces objectifs une méthodologie adap
tée a été élaborée, d'une part en s 'inspirant des études
technologiques antérieures réalisées sur des assem
blages lithiques provençaux (Binder, 1984 et 1991), et
d'autre part en mettant au point une grille d'observat
ion précise pour certains critères (méthodologie déve
loppée dans Léa, 1997).
Les références provençales disponibles
Les études antérieures de l'industrie de la grotte de
l'Église supérieure (Var), de Fontbrégoua (Var) et de
5 ■■■■■ cm Trets (Bouches-du-Rhône) ont permis de mettre en
évidence un débitage rythmé (Binder et Gassin, Fig. 2 - Présence d'une double patine blanchâtre sur les nucleus.
1988). Les productions de lamelles par pression en
silex bédouliens ont pour objectif l'obtention de pro
duits très standardisés : lamelles de code opératoire
212' et 123-321 (fig. 3). Les lamelles de code opérat
oire 212' montrent que les deux versants latéraux ont Objectifs
été débités postérieurement au versant central. En
L'étude technologique est guidée par trois questions : revanche, les lamelles de code opératoire 1-2-3/3-2-1
- quelle est la variabilité du débitage laminaire ? montrent que les négatifs se succèdent chronologique
- dans quelle mesure peut-on dire que le site de la ment de gauche à droite (1-2-3), ou de droite à gauche
Cabre est un site spécialisé ? L'étonnante abondance (3-2-1). Cette rythmique permet l'exploitation max
de microperçoirs correspond-elle à une production imum d'un bloc de matière première grâce à l'exten
spécifique? Si tel est le cas, l'analyse des modes de sion de la phase de plein débitage. Un troisième
fabrication des microperçoirs devrait mener à la groupe de lamelles est souvent rencontré. Il s'agit des
distinction d'une ou plusieurs chaînes opératoires lamelles à plus de trois négatifs d'enlèvements l
amellaires correspondant soit à un changement spécifiques de leur fabrication ;
CODE 2-1-2'
CODE 1-2-3
Fig. 3 - Schéma d'extraction des lamelles de code 212' et 123/321 (d'après Binder et Gassin, 1988).
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 3, p. 517-532 :
:
Vanessa LEA 520
Cabre plusieurs éléments en silex oligocènes ont ainsi
été écartés de l'étude (Blet et al, 2000, p. 155).
• Les tris technologiques ont été effectués à plusieurs
niveaux : tris selon le traitement thermique (essentiel
à l'individualisation des différentes chaînes
opératoires); tris selon la place qu'occupent les l
amelles dans le déroulement de la chaîne opératoire ; tris
selon le rythme de débitage (cf. supra). De plus, afin
de tester l'homogénéité de la série, les caractères jouant
un rôle majeur dans la distinction des différents styles
de débitage (cf. supra) ont fait l'objet d'une attention
particulière. Ainsi, les extrémités proximales ont été
analysées pour déterminer la nature et l'inclinaison du
talon (90-70° : non incliné ; 60-45° et moins : incliné),
Caractéristiques des produits Caractéristiques des produits de même que le type de traitement de la corniche • Talons facettés ou lisses non inclinés • Talons lisses et inclinés (abrasion ou réduction de la corniche par pression; • Abrasion des corniches • Corniches réduites par pression
• Nombreuses lames de code • Peu de lames à plus de 3 enlève Binder, 1984, p. 83). Les extrémités distales ont été 123/321 et à plus de 3 enlèvements ments laminaires séparées en différents groupes (réfléchies, outrepassées, • Nombreuses lames de code 212' laminaires • Bon parallélisme des bords • Parallélisme des bords et des nervu obtuses, aiguës) et la morphologie des outrepassages • Déroulé plat res médiocre a systématiquement été décrite car elle varie nettement • Déroulé des lamelles arquées • Terminaisons obtuses
• Terminaisons aiguës selon le style de débitage concerné. Plusieurs informat
ions concernant l'allure de la lamelle ont de même été CHASSÉEN STYLE ANCIEN CHASSÉEN STYLE RÉCENT
notées : arcure, section, torsion. Enfin, et c'est là un (d'après Binder, 1984)
élément important à prendre en compte dans la recons
Fig. 4 - Variabilité stylistique du débitage des préformes chauffées au titution des styles de débitage chasséens, le paral
Chasséen. lélisme des bords et des nervures des lamelles centrales
(212' et 123/321) a été étudié selon une grille précise
(fig. 5) : la présence récurrente de nervures conver
d'orientation de l'axe de débitage (pièces présentant gentes caractérise un style de débitage semi-conique,
des enlèvements en écharpe recoupés par un ou plu alors que celle de nervures parallèles et divergentes
sieurs axiaux), soit à la convexité opt caractérise un style de débitage quadrangulaire plat.
imale du nucleus en fin de débitage (plus de trois
enlèvements parallèles) (Binder et Gassin, 1988). A Ce système de débitage connaît une certaine variabilité
RÉGULIÈRES stylistique en relation avec l'évolution chronologique
Parallèles centrées. (fig. 4; Binder, 1984 et 1991). Le passage d'un style A : égalité de la largeur semi-conique ou conique de débitage à un style qua- des négatifs laminaires.
drangulaire plat, sur silex bédouliens chauffés, marque В : inégalité.
en effet celui d'un pôle ancien à un pôle récent du
Chasséen. C'est donc la reconstitution des styles de
débitage de l'industrie de la Cabre qui permettra d'ap CONVERGENTES précier l'homogénéité de la série. Ceci implique alors Non parallèles. une sélection précise des caractères à observer. Les nervures se rejoignent
en partie distale.
Le choix des critères observés
L'analyse est constituée de quatre étapes essentielles :
tris des matières premières, tris technologiques et ana DÉCENTRÉES
lyse fine des lamelles débitées après chauffe, et enfin Parallèles.
étude typologique (Léa, 1997, p. 44-50). Inégalité de la largeur
des négatifs laminaires. • À l'heure actuelle, un examen à la binoculaire est le
moyen le plus sûr d'identification des silex bédouliens
(Barbier, 1995 ; Binder, 1998) : ils se distinguent par
une texture fine et homogène (mudstone), une pâte DIVERGENTES saumonée en raison des grains d'oxyde ou de sulfure Non parallèles. de fer, la présence de quartz détritiques et de bioclastes Les nervures s'écartent (spongiaires et échinodermes notamment). Le tri des en partie distale.
matériaux a donc été effectué à la loupe binoculaire
avec un grossissement entre x 10 et x 40 par D. Binder.
Ce tri est indispensable pour éviter les confusions avec
Sens du débitage les silex oligocènes très fins débités par pression après
Fig. 5 - Grille d'étude pour le parallélisme des nervures. chauffe et quasi identiques à l'œil nu. Sur le site de la
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 3, p. 517-532 :
Un atelier de fabrication de microperçoirs au Chasséen le site de la Cabre (Var) 521
• L'étude typologique de l'industrie de la Cabre est deux cas, les nucleus ne présentent que de petites
fondée sur le répertoire du Néolithique ancien pro réserves corticales ou néocorticales sur leur flanc, leur
vençal (Binder, 1987). Son intérêt est de prendre en face postérieure ou leur extrémité distale, en correspon
compte le support, la technique de façonnage et sa dance avec les résidus retrouvés sur les produits de
chronologie. Nous pensons en effet que les critères débitage.
techniques sont plus objectifs et plus stables que les Le débitage de ces deux types de préformes (sur éclat
critères morphologiques. Cependant, certaines catégor ou entièrement préformées) a été effectué sur place,
ies ont été regroupées faisant fi des caractères mor comme l'atteste la présence de nombreux éléments
phométriques qui se distinguent fortement de ceux d'entretien et de réfection, ainsi que celle de lamelles
établis pour les industries du Néolithique ancien pro latérales. Les lamelles d'entame ne sont cependant pas
vençal. Néanmoins, si la typologie s'intéresse aux présentes sur le site et ont sans doute été débitées sur
supports aménagés par retouches ou façonnage, il faut l'atelier d'extraction et de mise en forme en Vaucluse.
rappeler ici que les lamelles sont souvent utilisées Les nucleus sur éclat pourraient avoir été entamés par
brutes au Chasséen (Gassin, 1996). le débitage d'une lamelle ayant les caractères d'un
coup de burin, comme cela avait été identifié pour les
nucleus sur éclat de l'Épipaléolithique de l'abri Martin DEUX STYLES DE DÉBITAGE DIFFÉRENTS (Gréolières, Alpes-Maritimes; Binder, 1982). Ce sysÀ VALEUR CHRONOLOGIQUE tème présente un grand avantage puisque le débitage
Les différentes chaînes opératoires de lamelles peut commencer directement, sans mise en
forme particulière, profitant de la convexité de la face
L'industrie de la Cabre est caractérisée par la prédomi inférieure de l'éclat-nucléus. Les préformes, qui ne
nance du plein débitage ; et les éléments appartenant à sont pas sur éclat, ont été mises en forme par crêtes
l'optimum de (lamelles centrales 212' et postéro-latérales (les lamelles qui recoupent des traces
123/321) représentent près de la moitié de l'échantillon de mise en forme montrent presque exclusivement des
étudié (tabl. 1). Les silex bédouliens sont arrivés sur enlèvements qui partent du bord de la lamelle vers son
le site sous forme de produits finis exclusivement centre). Les rares exceptions, de petit module, sont des
représentés par des lames robustes non chauffées, ainsi néocrêtes de réparation en cours de débitage.
que de préformes chauffées prêtes à être débitées Pourquoi deux types de préformes? À la Cabre, la
(tabl. 2), les phases de mise en forme ayant sans doute différenciation de ces chaînes opératoires (sur éclat ou
eu lieu sur les sites producteurs en Vaucluse. Deux non) est aussi perceptible à travers l'observation des
types de préformes sont identifiés à travers l'analyse produits de débitage. Les lamelles issues des nucleus
des nucleus et des produits de débitage : des nucleus sur éclats et qui appartiennent à une première série
sur éclat de petit module (maximum 2,5 cm d'épais débitée, comportent sur leur face supérieure la double
seur) comportant une surface néocorticale (double patine blanchâtre (cf. supra). Ce versant patiné est
patine) et des nucleus entièrement préformés. Dans les recoupé par au moins un enlèvement laminaire. Or,
une comparaison des modules de ces lamelles avec les
autres types de lamelles "d'ouverture" (à versant Plein débitage Effectifs %
cortical ou qui recoupent des traces de mise en forme 123/321 193 22
avant ou après traitement thermique) montre clair212 189 21
ement que les lamelles qui comportent un versant néo123/321 avec résidus néocorticaux distaux 1 0,1
cortical ne dépassent jamais la largeur de 10 mm et 212' avec résidus corticaux distaux 19 2
contrairement aux autres (fig. 6). Le choix de l'éclat- Sous-total de l'optimum de débitage 402 45
nucléus permet donc l'obtention de lamelles de petite Lamelles à plus de 3 enlèvements laminaires 115 13
largeur, et ce dès les premières phases de débitage. Il 12/21 86 10
révèle ainsi une forte prédétermination du module Lamelles de code 121 2 0,2
souhaité dès l'amont de la chaîne opératoire. Cette Multidirectionnelles 19 2
production ne peut en aucun cas être comparée à celle 222 Sous-total 25
de lamelles de module plus important, révélée par les Total du plein débitage 624 70
nucleus entièrement préformés et les éclats de reprise. Traces de (re)mise en forme
Mais à quel style de débitage ces nucleus sur éclat Lamelles comportant des traces de mise en forme 30 3,5
donnent-ils lieu ? un versant brut de chauffe 45 5
Total 75 8,5
Les indices qualitatifs Tabl. 1 - Composition de l'industrie laminaire. de différents styles de débitage
Chauffés Non chauffés Plusieurs styles de débitage sont révélés par l'observa
Nucleus 8 3 tion des nucleus et des lamelles. Ces premiers sont
Éclats 504 107 cependant parfois repris pour l'obtention d'éclats, ne
667 Lames et lamelles 168 permettant alors pas la reconstitution de la morpholog
Total 1179 278 ie initiale du nucleus.
Tout d'abord, et c'est sans doute le plus intéressant, le Tabl. 2 - Répartition de l'industrie selon le trait
ement thermique. débitage de lamelles sur éclat, qui n'était pas encore
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 3, p. 517-532 1
1
Vanessa LEA 522
Traces de
mise en forme Plages mates Corticales Néocorticales
m m
18
16
L A 14 a
r A A 12 A g
e AA u A 10 AA r AAA
8
6 A A AA
4
2
m m
0 -
024024 0246
Épaisseur
Fig. 6 - Nuages de points selon la largeur et l'épaisseur en millimètres des lamelles latérales.
connu en contexte chasséen, atteste un style de débi- convergentes (qu'elles soient régulières, décentrées ou
tage particulier. La morphologie de ces éclats-nucléus divergentes; tabl. 3), d'extrémités distales obtuses ou
ne correspond pas à celles précédemment évoquées. Le réfléchies (tabl. 4), de lamelles recoupant des traces de
style de débitage de ces éclats n'est en effet pas direct mise en forme dont la section triangulaire et épaisse
ement comparable au style semi-conique du Chasséen trahit un angle droit entre la surface de débitage et le
ancien ou au style quadrangulaire plat du flanc du nucleus quadrangulaire, et enfin de talons
récent. Ces nucleus, de section allongée et plus ou lisses fortement inclinés (tabl. 5).
moins triangulaire, ont conservé, dans la presque tota
lité des cas, la face inférieure de l'éclat sur leur flanc Nervures Total %
(fig. 7). Le plan de pression de ces nucleus montre une Convergentes 61 15
très grande variabilité en ce qui concerne l'inclinaison et sinueuses 3 0,5
et les extrémités distales des négatifs de lamelles sont Sinueuses 35 9
de morphologies diverses. Le parallélisme des nervures Décentrées 71 17,5
montre des enlèvements convergents dans certains cas Sinueuses et décentrées 4 1
Sous-total des irrégulières 174 43,5 et des nervures parallèles dans d'autres. Ce débitage
donne assez souvent lieu à des lamelles torses au n Régulières 203 50,5
Indéterminées 25 6 iveau de l'extrémité proximale.
Les deux styles de débitage provençaux connus, semi- Total 402 100
conique et quadrangulaire, se retrouvent de même sur Tabl. 3 - Parallélisme des nervures. le site de la Cabre. Un style semi-conique à conique
est clairement révélé par la présence de lamelles de Morphologies distales Total % plein débitage à enlèvements convergents (tabl. 3), Réfléchie 5 5,5 dont des lamelles caractéristiques à plus de trois en Outrepassée 42 44,5 lèvements en écharpe, d'extrémités distales aiguës ou Obtuse 10 11 outrepassées dont la morphologie est proche du pyra- 18 Aiguë 19 midion (tabl. 4) et enfin de nucleus coniques à plan de Indéterminées 20 19 pression facetté ou lisse non incliné (fig. 8 et tabl. 5). 94 100 Total Un style quadrangulaire plat est identifié par la r
econnaissance de lamelles centrales aux nervures non Tabl. 4 - Morphologie des extrémités distales.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 3, p. 517-532 :
Un atelier de fabrication de microperçoirs au Chasséen le site de la Cabre (Var) 523
Quel est alors le lien entre les différents types de Talons Total %
préformes et les différents styles de débitage identifiés Lisses inclinés 36 81
à la Cabre ? S'il est clair que le style de débitage qua- Lisses non inclinés 67 29,5
drangulaire plat correspond à des nucleus entièrement Total des lisses 148 65,5
préformés, la question se pose sérieusement pour les 14 Facettés non inclinés 31
nucleus de type semi-conique ou conique à plan de inclinés 13 5,5
pression non incliné. Ces nucleus étant totalement Total des facettés 44 19,5
épuisés, il est difficile de dire s'ils ont été entièrement Indéterminés 34 15
préformés ou s'ils correspondent à une fin de débitage Total 100 226
Tabl. 5 - Les différents types de talons.
12 13 2
В
surface néocorticale
plage mate
1 2cm
Enlèvement recoupé
Enlèvement non recoupé
С А В
Fig. 7 - Nucleus sur éclat présentant une double patine blanchâtre.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 3, p. 517-532 524 Vanessa LEA
Talons Abrasion de Réduction de
1 2 cm la corniche la corniche
par pression Enlèvement recouPé
Type de talons Nbre % % jra йа surface néocorticale Enlèvement non recoupé Facettés non inclinés 31 87 13 inclinés 13 69 31
Lisses non inclinés 66 79 19,5
Lisses inclinés 80 20 79
Tabl. 6 - Types de talons et traitement de la corniche.
80 □ Abrasion 70 ■ Réduction par pression
60 -|
£50
g 40 H
Ы 30
20
10
Fig. 8 - Nucleus de style conique. Talons
facettés non inclinés
Fig. 9 - Types de talons et traitement de la corniche.
des nucleus sur éclat. Le débitage de nucleus sur éclat
mène en effet fréquemment, en fin de production, à
l'obtention de produits lamellaires à enlèvements
convergents. Nous privilégierons donc cette deuxième de talons et leur inclinaison avec le type de traitement
hypothèse, sans pourtant pouvoir totalement exclure de la corniche (tabl. 6). Le résultat très explicite montre
l'hypothèse de nucleus semi-coniques entièrement une nette différenciation (fig. 9) : les talons facettés
préformés. Quelle est alors la signification de chaque inclinés ou non et les talons lisses non inclinés sont
style de débitage? La présence de différents styles souvent associés à une abrasion de la corniche, à l'i
doit-elle être interprétée en termes de chronologie ? nverse des talons lisses inclinés qui se trouvent préfé-
rentiellement sur les lamelles dont la corniche est
Deux phases d'occupation révélées réduite par pression. Ceci permet donc de poser l'hypo
par les croisements de données thèse de deux styles de débitage différents à valeur
chronologique : les trois premiers types de préparation
En l'absence de stratigraphie, l'un des objectifs de cette du plan de pression faisant référence à un style ancien ;
étude était de tester l'homogénéité de la série afin de au contraire du dernier type de préparation du plan de
savoir si le matériel lithique correspondait à une ou pression qui fait référence à un style récent. Néan
deux phases d'occupation. Pour cela, de nombreux moins, la présence de lamelles que l'on peut appeler
croisements de données ont été effectués afin de véri mixtes, c'est-à-dire qui comportent à la fois des carac
fier la présence ou l'absence de relation entre les dif tères évolués (par exemple talons lisses inclinés) et des
férents caractères des produits de débitage : rythme de caractères archaïques (par exemple abrasion de la
débitage, parallélisme des nervures, type de talon et corniche), doit être soulignée. Elles peuvent être mises
inclinaison. . . " Qui marche avec quoi ? " Autrement dit, en relation avec le débitage de lamelles sur éclat, ou
quel caractère se trouve fréquemment associé à tel montrent une certaine souplesse du système : il est par
autre, ou, au contraire, quel caractère ne se trouve exemple raisonnable de penser que l'on peut parfois
jamais associé à tel autre. Ces croisements de données faire appel à une abrasion de la corniche à une phase
ont tout d'abord été effectués terme à terme. Néan récente du Chasséen.
moins, étant vite limitée par le nombre de caractères Afin de vérifier l'hypothèse de la présence de deux
qu'il était possible de prendre en considération, une phases d'occupation, un croisement de données a été
analyse factorielle des correspondances a été réalisée effectué entre les préparations du plan de pression et
permettant alors de confronter un maximum de don les rythmes de débitage (fig. 10). Encore une fois le
nées. résultat montre une répartition nettement différenciée :
d'une part, les lamelles 123/321 sont plus souvent
Croisements terme à terme issues de préparation de type chasséen ancien, d'autre
part, les lamelles 212' sont plus fréquemment débitées L'un des éléments de différenciation les plus discrimi
nants entre le style ancien et le style récent est la partie à partir d'un plan de pression de type chasséen récent.
proximale de la lamelle. Elle révèle non seulement le La même expérience a alors été tentée en prenant en
type de mise en forme du plan de pression (incliné ou considération le parallélisme des nervures et en le
non) mais aussi le traitement de la corniche en cours confrontant avec les différents types de préparation du
de débitage (abrasion ou réduction par pression). Nous plan de pression (fig. 11), ainsi qu'avec le rythme de
avons donc en premier lieu croisé les différents types débitage (tabl. 7). Dans le premier cas, les lamelles aux
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 3, p. 517-532 Un atelier de fabrication de microperçoirs au Chasséen : le site de la Cabre (Var) 525
212' Effectifs 123/321 Nervures 25 Nbr. % Nbr. %
Régulières 127 67 76 39,5
Convergentes 25 13 36 18,5 et sinueuses 1 0,5 2 1
Décentrées 21 11 50 26 et sinueuses 2 1 2 1
Tabl. 7 - Parallélisme des nervures et rythme de débitage.
le deuxième rassemble les lamelles 123/321 aux ner
123/321 212' vures convergentes débitées à partir d'un plan de pres
sion facetté ou lisse non incliné. Ces premiers résultats ■ Préparation de type Chasséen récent (talons lisses tendraient donc à montrer la présence de styles de inclinés + réduction de la corniche par pression)
□ de type ancien (talons facettés/ débitage à valeur chronologique en référence aux styles lisses non inclinés + abrasion de la corniche) des couches 7-8 et 5 -4b de la grotte de l'Église su
Fig. 10 - Plan de pression et rythme de débitage. périeure (Binder, 1991). Néanmoins, il nous fallait
croiser la totalité des caractères technologiques et
prendre en compte d'autres caractères, comme les
données métriques.
L'analyse factorielle des correspondances
et la classification ascendante hiérarchique
L'analyse des (AFC), bien
décrite par Fénelon (Fénelon, 1981), offre la possibilité
de croiser un nombre important de critères. Pour cela
elle les hiérarchise en distinguant des " descripteurs "
Régulières Convergentes Décentrées et des "caractères ". Chaque descripteur est à envisa
□ Préparation de type récent ger comme un ensemble de caractères : par exemple, ■ de type ancien le descripteur " inclinaison du talon " comprend deux
Fig. 11 - Parallélisme des nervures et préparation du plan de caractères, à savoir " inclinaison forte du talon " et
pression. " inclinaison faible du talon". Les descripteurs et
caractères ici retenus (tabl. 8 à 10) permettent de dis
tinguer différentes chaînes opératoires (traitement ther
nervures régulières (parallèles et centrées) sont très mique, rythme de débitage), de discuter des problèmes
souvent issues d'un plan de pression incliné de type d'homogénéité chronologique (type de talon, inclinai
chasséen récent au contraire des lamelles aux nervures son du talon, parallélisme des nervures) et enfin de
décentrées et convergentes. Dans le deuxième cas, il caractériser le module des lamelles sur la base de
apparaît nettement que les lamelles de code 212' ont classes de largeur et d'épaisseur (tabl. 10). La classif
beaucoup plus souvent des nervures régulières que les ication ascendante hiérarchique (САН) permet ensuite
lamelles 123/321 qui se distinguent par une part plus de regrouper les lamelles qui comportent de nombreux
importante de nervures convergentes révélatrices d'un caractères communs, au sein de classes plus ou moins
mode de débitage semi-conique ou conique. Deux homogènes.
groupes se distinguent donc nettement : le premier La validité de l'échantillon testé repose sur l'homog
rassemble les lamelles de code 212' aux nervures régu énéité des données croisées. Nous avons alors opéré
lières débitées à partir d'un plan de pression incliné; un choix selon la fragmentation, chaque partie de la
Descripteurs Caractères Individus %
Type de talon Talon facetté 44 19
Talon lisse 148 65
Inclinaison du talon Inclinaison faible ou nulle 99 44 forte 93 41
Traitement de la corniche Abrasion de la corniche 116 51
Réduction de la par pression 96 42
74 33 Régulières
Parallélisme des nervures Convergentes 10 4,5
Décentrées 32 14
Sinueuses 22 9,5
Tabl. 8 - Descripteurs et caractères permettant de discuter des problèmes de chronologie
(AFC).
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 3, p. 517-532