La lecture en ligne est gratuite
Lire Télécharger
temps
ARGUMENT · JUIN 2010
«Déguster du vin, cela s’apprend»
Georges De Smaele
est maître œnologue
G
eorges est régulièrement invité, en
tant qu’orateur, par des associations
et asbl et il écrit des articles journa-
listiques sur les aliments et le vin
dans des revues néerlandophones. A côté de
cela, il est accompagnateur dans des voyages
vinicoles en Belgique et à l’étranger ainsi que
membre directeur de diverses associations vini-
coles. Il met un point d’honneur à ne ‘pas être
lié commercialement’ au monde vinicole.
Depuis le mois de janvier, Georges est à la pen-
sion. Il travaillait en tant que correspondant en
chef à l’université de Gand, l’UGent, une fonc-
tion administrative qui consistait à donner aux
étudiants des informations de base concernant
les inscriptions, exigences de diplômes, pro-
grammes d’études, etc. au rectorat. Mais
Georges était et est toujours actif en tant que
délégué VSOA (Groep Onderwijs). La direction
locale du VSOA-UGent l’a nommé membre direc-
teur dans la fonction de vice-président. En
dehors de son job à temps plein, il a obtenu
exemption de service pour assister aux réunions
du CCB (comité de concertation de base UGent)
qui a été modifié en POC. Il était ainsi régulière-
ment appelé à siéger dans les Comités de
concertation UGent, Conseils du Travail UGent,
Comités du travail UGent, en tant que représen-
tant assesseur du VSOA. Il était aussi invité
mensuellement par la Direction Générale (VSOA
Onderwijs) de Bruxelles au UBG en tant que
technicien. Au sein de l’association UGent (uni-
versité et écoles supérieures) il a été nommé
délégué VSOA par la Direction Générale de
Bruxelles. Il est toujours, depuis sa mise à la
retraite, délégué VSOA à la Commission du
Travail au sein de l’UGent.
Mais sa plus grande passion est le vin.
Georges : «Mes parents buvaient régulièrement
une bouteille de vin à table et discutaient lon-
guement de l’origine, du cépage et des aliments
qui convenaient le mieux à ce vin. C’est dans les
gènes.»
En fait, comment doit-on déguster du vin ?
«La question à se poser est : comment peut-on
apprendre à déguster du vin ? Et bien, tout
d’abord en nous servant de nos sens. Il faut
ensuite apprendre à connaître les différents
grands cépages ainsi que les méthodes de vini-
fication et puis, bien sûr, il faut déguster du vin
régulièrement et mémoriser les caractéristiques
qui sont apparues.»
Vous êtes un maître œnologue. Qu’est-ce
que cela veut dire ?
«Un maître œnologue a une connaissance
approfondie de l’industrie vinicole, des terroirs
(les sols), des régions vinicoles, des types et
styles de vins. Il possède aussi une vaste
connaissance des techniques de dégustation de
vins en même temps que de l’harmonie entre les
mets et les vins ; il a une connaissance organi-
sationnelle de l’achat, la conservation et la
vente des vins, liqueurs et spiritueux. Pour obte-
nir le diplôme de maître œnologue, il faut réus-
sir un examen.»
A quoi faut-il prêter attention quand on
goûte du vin ?
«La dégustation de vin demande un examen
organoleptique complet (étude des organes et
de leurs fonctions) basé sur nos sens. La vue
nous donnera une première impression en
observant la couleur, l’intensité, la clarté, la
viscosité/les larmes, le bord par rapport au cen-
tre. L’examen par l’odorat concerne la pureté,
l’intensité, la complexité, les différents arômes
et leur évolution. Le goût définit entre autres le
début et la pureté, la douceur, l’acidité, l’ai-
greur, la salure, le tanin, l’umami (5ème goût),
le taux d’alcool, la texture, la vinification, la
maturation (goût du bois) et l’arrière-goût. La
conclusion de tout cela nous révèle le type, le
style, le climat et le mûrissement des raisins, le
cépage, l’origine, l’année, l’âge, l’équilibre, la
capacité de vieillissement ainsi que le rapport
qualité/prix. Après différentes dégustations, le
vin recevra une cotation.»
LOVENDEGEM – Georges De Smaele
(63 ans) peut se nommer maître
œnologue. Sa carte de visite
mentionne également qu’il est le
détenteur du certificat WSET LEVEL3,
qui lui permet de donner des cours
d’œnologie internationalement.
8
SLFP
©SMITS
libre
ARGUMENT · JUIN 2010
Combien coûte une bonne bouteille de vin ?
«Le prix dépend de la description précédente et
de l’origine, de la qualification (par ex. vin de
table, vin du pays, VDQS (vignes de qualité supé-
rieure), AOC (contrôle de qualité français), du
cru, de la géologie, de la topographie, du viticul-
teur (la vinification), de la machine propagande-
marketing, de la maturation, des chaix, de l’éti-
quette, des accises, du bouchon en liège ou
non… etc. Le goût personnel joue aussi incon-
testablement un rôle important.»
Qu’entend-on par ‘vins du monde’ ?
«A côté des vins classiques français et euro-
péens, les vins du ‘nouveau monde’ sont très à la
mode. Il s’agit de l’Afrique du Sud, l’Amérique
Latine, la Californie, l’Australie et la Nouvelle
Zélande. Les nouvelles régions de vin dont nous
devons tenir compte dans le futur sont la Chine,
l’Inde et le Japon. Certaines régions se trouvent à
des latitudes idéales pour la culture de la vigne.»
Et nos vins belges ?
«A côté de la région la plus prisée, la Hesbaye,
nous avons aussi une bonne viticulture en
Hageland, en Heuvelland et en Wallonie
(Sambre/Meuse) pour ne citer que les princi-
pales régions de vignobles de notre pays.»
Vous avez également reçu une sorte de cer-
tificat international pour la connaissance
des vins ?
«En effet, c’est le WSET LEVEL3. Pour pouvoir
suivre à l’échelle mondiale ce monde vinicole
complexe et toujours en évolution, il est impor-
tant de se profiler en tant que professionnel sur
le marché vinicole international.
Le Wine and Spirit Education Trust est une
valeur sûre sur ce marché international. Il pro-
pose des cours œnologie dans plus de quarante
pays différents et est ainsi le plus grand éduca-
teur vinicole au monde. En Belgique, ces cours
sont proposés par WineWise, l’instructeur belge
reconnu par WSET. Après avoir suivi ce cours, on
possède une bonne connaissance du monde
vinicole international et une idée sommaire des
spiritueux. On est capable en outre d’analyser
un vin et de choisir celui qui accompagnera le
mieux un repas. Les personnes qui réussissent
l’examen reçoivent l’Advanced Certificate,
reconnu mondialement dans le commerce des
vins et le secteur horeca. Mais pour pouvoir par-
ticiper à ces examens, il faut déjà avoir réussi
l’examen de maître en vins du monde et/ou de
sommelier conseil et/ou de maître œnologue. »
Quel est votre vin préféré ?
«Suite à mes nombreux voyages vinicoles au
Portugal en tant qu’accompagnateur de groupes,
je ne peux m’empêcher de donner tous les hon-
neurs à un Douro rouge tranquille, du cépage
touriga nacional.»
Pouvons-nous le goûter ? Je vous souhaite
encore beaucoup de succès.
B.C.
Info : georges.de.smaele@telenet.be
9
Et vous ?
Votre hobby est-il particulier
ou original ?
Faites-le-nous savoir à l’adresse
bert
@
reflextc.be.
Vous serez peut-être notre prochain invité
dans «Temps libre».
SLFP
©SMITS