La filière automobile, moteur économique pour L'Alsace-Franche-Comté

De
Publié par

La filière automobile emploie 78 000 personnes en Alsace-Franche-Comté, soit 10 % de l'emploi marchand des deux régions dont la moitié au sein du groupe PSA Peugeot-Citroën. Le poids de l'investissement de la filière représente une part importante de l'investissement régional : 23% pour la Franche-Comté et 19% pour l'Alsace. Depuis 1975, le secteur automobile a perdu un quart de ses effectifs. Cette évolution, plus forte sur la zone d'emploi de Montbéliard, s'est accompagnée d'une hausse des qualifications. La main-d'œuvre est relativement âgée dans le secteur et plus de 13 000 personnes devraient partir à la retraite de 2010 à 2015.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 45
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

INSEE Franche-Comté - Nº 3 - décembre 2005
1
nº 83
décembre 2005
La filière automobile emploie 78 000 personnes
en Alsace-Franche-Comté, soit 10% de l’emploi
marchand des deux régions dont la moitié au sein
du groupe PSA Peugeot-Citroën.
Le poids de l’investissement de la filière représente
une part importante de l’investissement régional :
23% pour la Franche-Comté et 19% pour l’Alsace.
Depuis 1975, le secteur automobile a perdu un quart
de ses effectifs. Cette évolution, plus forte sur la zone
d’emploi de Montbéliard, s’est accompagnée d’une
hausse des qualifications. La main-d’œuvre est
relativement âgée dans le secteur et plus de 13 000
personnes devraient partir à la retraite de 2010 à 2015.
En 2002, la Franche- groupe PSA Peugeot-Citroën proprement dite et concer-
Comté est la première ré- est de plus de 400 000 vé- nent l’ensemble de la filière.
gion industrielle de France hicules produits par an. Le Les constructeurs et les
par le poids de l’industrie potentiel de équipemen-La filière automobile
dans la valeur ajoutée, de- production tiers consti-en Alsace
vant la Haute-Normandie annuelle des et Franche-Comté tuent le cœur
atteint une tailleet l’Alsace. L’automobile deux sites de celle-ci.
comparable à celleest une composante ma- groupés Elle comprend
de l’Île-de-Francejeure du secteur industriel s’étend de en outre des
de ces régions. Depuis le 800 000 à 1 million de fournisseurs, qui travaillent
début des années 2000, sur véhicules. parfois exclusivement,
chacun des deux sites de Les enjeux relatifs à l’auto- mais le plus souvent par-
www.insee.fr
Sochaux et de Mulhouse, le mobile dépassent largement tiellement, pour le secteurinsee-contact@insee.fr
0 825 889 452 (0,15€/mn) rythme de croisière du la construction automobile automobile.
ESS058318 Prix : 2,50€INSEE Franche-Comté - l'essentiel Nº 83 - décembre 2005
2
La France possède la se- est plus important en Alsace métallurgie-transformation
conde industrie automobile - Franche-Comté qu’au ni- des métaux à la plasturgie en
européenne après l’Allema- veau national. Cette activité passant par la fabrication de
gne. Une étude de 1999 du emploie 36 000 personnes sièges automobiles. Ils sont
ministère de l’Industrie re- alors que les équipementiers implantés autour de Montbé-
cense 469 000 personnes en regroupent 12 000 et les liard et Mulhouse depuis bien
dans la filière automobile autres fournisseurs 30 000. plus longtemps que dans la
française. L’Île-de-France, Le cœur de la filière (cons- zone de Belfort qui se posi-
Rhône-Alpes et la Franche- truction et équipements auto- tionne désormais comme une
Comté offrent un mobiles) est prin-Des effectifs
tiers des emplois cipalement im-concentrés autour
de deuxde la filière. Pour planté dans les
agglomérationsl’Alsace et la zones d’emploi
Franche-Comté réunies, la fi- de Montbéliard et Mulhouse.
lière atteint une taille compa- Dans le classement des zo-
rable à celle de l’Île-de- nes d’emploi françaises se-
France. lon le nombre d’emplois
Au sein de la filière en Alsace dans la construction et l’équi-
- Franche-Comté, plus de pement automobile, Montbé-
90% des emplois dépendent liard et Mulhouse occupent
d’un siège social extérieur à respectivement les première
la région, et plus de 85% s’in- et troisième places.
sèrent dans un groupe. Sept Les autres fournisseurs tota-
groupes présents en Alsace lisent près de 14 000 em-
(1)dépassent 1 000 salariés plois dans le Sud Alsace et le
mais la Franche-Comté n’en Nord Franche-Comté. Ils
compte qu’un seul : PSA Peu- exercent leur activité dans des
geot-Citroën. Ce dernier con- secteurs variés, allant de la
centre près de 70% des sala-
riés de la filière en Franche-
Comté et plus de 30% en Al-
sace.
En 2003, la filière automo-
bile en Alsace - Franche-
Comté totalise 78 000 sala-
riés (36 500 en Franche-
Comté et 41 500 en Alsace),
au sein de 450 établisse-
ments. Cette main-d’œuvre
représente 30% de l’emploi
industriel des deux régions et
presque 10% de l’emploi
marchand.
Au sein de la filière, le poids
de la construction automobile
(1) Il s’agit des salariés des établisse-
ments français de ces groupesINSEE Franche-Comté - Nº 3 - décembre 2005
3
plate-forme à mi-distance qu’au début des années qua-
des deux sites principaux. tre-vingt avant de retrouver,
Dans les deux régions réu- en 1999, son niveau de
nies, le groupe PSA Peugeot- 1975. Parallèlement, le site
Citroën compte plus de de Sochaux a constamment
39 000 salariés (50% de la perdu des emplois depuis la
filière) en 2002 : plus de fin des années soixante dix.
25 000 en Fran- Ces évolutionsUne évolution
de l’emploiche-Comté, et doivent être rela-
plus favorableprès de 14 000 tivisées par les
en Alsace qu’enen Alsace. profondes trans-
Franche-Comté
33 000 salariés formations qui
du groupe travaillent dans la touchent l’appareil productif.
construction automobile. Ils De nombreuses activités,
se répartissent essentielle- exercées autrefois chez les
ment sur trois sites relative- constructeurs, ont en effet été
ment proches : Montbéliard, externalisées au sein d’entre-
(16 900 salariés), Mulhouse prises de services, telles que
(12 600), et Vesoul (3 000). les bureaux d’études, les en-
Les 6 000 salariés du groupe treprises de maintenance ou
ne travaillant pas dans la de nettoyage. Les emplois et 53 600 ouvriers, dont 80%
construction automobile exer- correspondants n’ont donc de qualifiés. En 25 ans, l’ef-
cent leur activité dans l’équi- pas tous disparu, certains fectif des ouvriers qualifiés du
pement automobile (59%), et continuant d’ailleurs à s’exer- secteur automobile a pro-
chez les autres fournisseurs cer dans les mêmes locaux, gressé de 47%.
(41%). Pour ces derniers, il sous une autre raison sociale. Le degré de qualification
s’agit principalement d’in- Chez les équipementiers, des ouvriers est plus élevé
dustrie des biens intermédiai- l’évolution des effectifs suit chez les constructeurs que
res (plasturgie, …). celle de la construction auto- chez les équipementiers et
De 1975 à 1999, le secteur mobile mais de façon plus les autres fournisseurs.
automobile en Alsace - Fran- atténuée. L’équipement auto- Dans la construction auto-
che-Comté (constructeurs et mobile perd des emplois à mobile, 90% des ouvriers
équipementiers seuls) a Montbéliard depuis le début possèdent une qualifica-
perdu un quart de ses effec- des années soixante-dix. Dans
tifs salariés. En 25 ans, les le même temps, le Sud Alsace
effectifs ont diminué de 30% enregistre une hausse de
dans la cons- 140% de l’em-Une main-d’œuvre
truction auto- dont la qualification ploi. Cette forte
progressemobile et de progression de
13% chez les équipementiers. l’équipement automobile en
Au sein de la construction, sur Alsace est liée à son caractère
cette période, les effectifs de encore embryonnaire en
PSA-Peugeot Citroën restent 1975.
stables en Alsace alors qu’ils En 2002, la filière automo-
reculent dans la zone de bile en Alsace - Franche-
Montbéliard. Sur le site de Comté compte 7 600 cadres,
Mulhouse, plus récent, l’em- 13 400 techniciens et agents
ploi a continué à croître jus- de maîtrise, 2 700 employésINSEE Franche-Comté - l'essentiel Nº 83 - décembre 2005
4
tion. Chez les équipemen- d’encadrement est réduit
tiers, les trois quarts des (23% de cadres et profes-
ouvriers sont qualifiés, 64% sions intermédiaires). Entre
chez les autres fournisseurs. 1975 et 1999, le nombre
Ces différences sont liées en d’ouvriers qualifiés a con-
partie à la plus grande an- sidérablement augmenté,
cienneté de la main- compensant partiellement
d’œuvre employée par les la baisse d’effectif des non
constructeurs. qualifiés. Globalement, le
En 2002, au sein de la fi- nombre d’ouvriers a baissé
lière en Alsace - Franche- de 12%.
Comté, plus d’un salarié sur Dans la zone de Montbéliard,
quatre est cadre ou relève l’effectif des ouvriers a dimi-
des profes- nué plus forte-Des évolutions
sions intermé- d’emploi contrastées ment (– 53%
par zone d’emploidiaires (contre- en 25 ans). Le avec la présence du centre mobile, les écarts salariaux
maîtres notamment). Le taux taux d’encadrement est plus informatique de PSA, le importants entre zones d’em-
d’encadrement est légère- élevé qu’à Mulhouse (31% taux d’encadrement atteint ploi sont dus en grande par-
ment plus important chez les de cadres et professions in- 42%. tie à la spécificité des activi-
fournisseurs que chez les termédiaires). Cette diffé- La filière automobile se classe tés réalisées - qui impliquent
constructeurs. La progres- rence s’explique en partie parmi les activités industriel- le recours à un personnel
sion du nombre de cadres par la présence des sites de les qui offrent les meilleurs plus ou moins qualifié - ainsi
s’explique notamment par recherche et développe- salaires. En 2002, le salaire qu’à l’âge des personnels
la volonté du constructeur ment de Belchamp et So- annuel net moyen par sala- employés. Avec un salaire
PSA-Peugeot Citroën d’enra- chaux, qui totalisent environ rié dans la filière s’établit à moyen global de plus de
ciner un important pôle de 5 000 personnes. environ 20 700 € en Alsace 21 500 €, les salariés de
développement sur le site de La zone d’emploi de Bel- - Franche-Comté. Les salai- Montbéliard, relativement
Sochaux. fort est celle où l’effectif res versés par les plus qualifiés etUne main-d’œuvre
Dans la zone de Mulhouse, ouvrier, dans le secteur constructeurs plus âgés, ga-âgée chez les
la main-d’œuvre du secteur automobile, a le plus dimi- automobiles constructeurs gnent plus que
et dans la zoneautomobile est fortement nué : il a été divisé par trois sont un peu plus ceux de Mul-
de Montbéliardouvrière (74%) et le taux en un quart de siècle. Mais, élevés que ceux house ou de Bel-
versés par les autres fournis- fort.
seurs, les équipementiers En 2002, dans la filière auto-
étant un peu en retrait. mobile en Alsace - Franche-
Dans le secteur automobile, Comté, 22% des salariés ont
l’éventail des rémunérations plus de 50 ans. Cette classe
salariales franc-comtois est d’âge rassemble plus de 28%
moins large que dans le reste des salariés chez les construc-
de la France. La différence teurs. En revanche, la propor-
des salaires perçus entre un tion des plus de 50 ans est
cadre et un ouvrier qualifié inférieure à 20% chez les
de l’automobile est de équipementiers et avoisine
20 200 € en Franche- 15% chez les fournisseurs.
Comté, alors qu’elle s’élève À l’opposé, les 25 ans et
à 24 200 € sur l’ensemble moins représentent 14% des
du territoire français. effectifs de la filière. Cette
Au niveau de la filière auto- part est de 15% chez les cons-INSEE Franche-Comté - Nº 3 - décembre 2005
5
tructeurs et les fournisseurs,
mais se situe autour de 10 % Automobile en Europe et autour de l’Alsace - Franche-Comté
chez les équipementiers.
Géographiquement, la si- En 2001, le secteur
automobile emploie 2,17tuation est aussi inégale.
millions de personnesLe pôle de Montbéliard dis-
en Europe. La constructionpose d’une main-d’œuvre
automobile européenne
plutôt âgée (30% a plus de
représente 34% de la
50 ans), celui de Mulhouse production mondiale.
présente une distribution L’Allemagne est le premier
plus jeune (21% de plus de producteur avec 27,5%
de la production européenne.50 ans).Dans la zone de
Viennent ensuite la France,Belfort, une grande partie
puis l’Espagne et ledes salariés travaillent
Royaume-Uni. Les grandespour les autres fournis-
régions automobiles prochesseurs. La main-d’œuvre y
de l’Alsace - Franche-Comté
est très jeune : on y compte sont, côté France, la Lorraine
à peine 14% de salariés de (28 000 salariés) et Rhône-
plus de 50 ans. Alpes (61 000 salariés) et
Depuis plusieurs années, la en Allemagne, les régions de
Karlsruhe (40 000 salariés)filière automobile en Alsace
et Stuttgart (150 000- Franche-Comté tente de re-
salariés).lever le défi du renouvelle-
ment d’une main-d’œuvre
vieillissante. Les plans de
préretraite dans la filière ont
© IGN - Agence de Développement et d’Urbanisme du Pays de Montbéliard (ADUPM)d’ores et déjà permis de li-
miter les tensions sur le mar-
ché du travail. Cependant,
sous l’hypothèse d’un âge de
60 ans au moment du dé- pas moins important. À Entre 1993 et 2003, l’indus-
part, environ 13 400 sala- l’heure actuelle, le vieillisse- trie automobile (constructeurs
riés, alsaciens et francs- ment affecte beaucoup plus + équipementiers) a investi
comtois à parts égales, de- la main-d’œuvre des grands 2,7 milliards d’euros en Fran-
vraient quitter la filière entre constructeurs que celle des che-Comté et 1,9 milliard en
2010 et 2015. fournisseurs de Alsace. Depuis le milieu desDes départs
Le pic des dé- pièces. C’est années 90, elle est le premierà la retraite
importantsparts devrait se pourquoi, PSA- investisseur dans chacune
concentrés sursituer en 2010. Peugeot Citroën des deux régions. De 1993
une courte périodeCela corres- semble avoir à 2003, les investissements
pond aux années de départ pris les devants en pratiquant représentent ainsi 38% de
à la retraite des générations des plans d’embauche régu- l’investissement total de l’in-
issues du « baby-boom ». liers à échelle nationale. Ce- dustrie manufacturière en
En raison des gains de pro- lui de l’année 2004 pré- Franche-Comté, et 16% en
ductivité possibles, ces dé- voyait ainsi le recrutement Alsace.
parts ne seront sans doute de 7 000 personnes, dont Au cours de ces dix années,
pas remplacés poste pour 800 salariés sur le seul site l’ensemble Alsace - Franche-
poste. L’enjeu n’en demeure de Sochaux. Comté figure aux premièresINSEE Franche-Comté - l'essentiel Nº 83 - décembre 2005
6
Méthodologie
Contrairement au secteur automobile strict, la filière automobile
réunit toutes les unités de production élaborant ou assemblant les
pièces utilisées dans les véhicules automobiles à destination des
particuliers ou des professionnels - de la carrosserie aux diodes des
tableaux de bord -. En pratique, elle peut être scindée en trois grands
domaines :
la « construction » qui produit des véhicules assemblés et prêts à
être livrés. C’est le domaine des grands groupes automobiles (tels
que PSA-Peugeot Citroën en Franche-Comté) et des carrossiers ;
les « équipements » concerne les pièces fabriquées directement
pour le compte des constructeurs et carrossiers impliqués dans la
conception des véhicules ;
les « autres fournisseurs » de pièces non répertoriés parmi les
équipementiers. Contrairement à ces derniers, ils ne sont pas en
places du classement des ré- des constructeurs, même s’ils relation directe avec les constructeurs, à quelques exceptions près
(Faurecia Sièges, par exemple, fait partie des autres fournisseurs,gions françaises selon les in- restent synchronisés.
mais a des relations directes avec PSA-Peugeot Citroën). Ce sontvestissements du secteur Entre 1993 et 2002, dans le
souvent des sous-traitants des équipementiers ou d’autresautomobile, et même la pre- secteur automobile, l’investis-
fournisseurs.mière en 1994. sement annuel moyen par
Comme beaucoup d’autres salarié est supérieur en Al- Cet article s’appuie sur les travaux réalisés par le groupe de travail
secteurs, la construction auto- sace par rapport à la Fran- « Connaissance de la filière automobile » réunissant la CRCI et la
mobile investit souvent de ma- che-Comté (respectivement DRIRE Alsace, les CCI du Sud Alsace, du Territoire de Belfort et
du Doubs, PerfoEst, ASTRID (Agence de Soutien des Technologiesnière irrégulière, par cycles. 10 500 et 9 700 €). Selon
de la Recherche Industrielle et du Développement) et les agencesCeux-ci correspon- cet indicateur,
Un niveau de développement d’Alsace et du Pays de Montbéliard dans le cadredent à la mise en l’ensemble Alsaced’investissement du Pôle automobile Alsace - Franche-Comté. Ces travaux ont
fabrication ou à la - Franche-Comtéimportant, débouché sur la constitution d’un fichier des établissements
montée en puis- occupe la neu-mais inférieur travaillant au sein de la filière automobile en Alsace et en Franche-
à celui desance de nouvelles vième place des Comté. Ils devraient se poursuivre dans le cadre du Pôle de
l’Île-de-France,séries. C’est parti- régions françai- compétitivité « Véhicule du futur » et permettre de mieux cerner
du Nord- les contours mouvants de la filière en y intégrant par exempleculièrement le cas ses. L’investisse-
Pas-de-Calais certaines entreprises bisontines des microtechniques non prises enen Franche-Comté ment annuel
ou de la Lorraine compte ici mais qui ont pourtant d’importants débouchés dansoù l’investissement moyen par salarié
l’automobile.
a une évolution assez heurtée chez les constructeurs est
avec des pics en 1994 et 1999- identique dans les deux ré-
2000 correspondants à la sor- gions (11 500 €). En revan-
tie de la 406 puis des 607 et che, chez les équipementiers,
307. Par contre, l’Alsace a in- l’investissement par salarié
vesti de façon plus régulière de est plus fort en Alsace qu’en Luc Briot, Philippe Becquet,
1993 à 2002. Les investisse- Franche-Comté avec respec- Christian Guerraz (INSEE),
ment des équipementiers tivement 8 300 et 6 100 € Jérôme Thévenot,
sont moins cycliques que ceux en moyenne par salarié. Samuel Widmer (ADUPM)
Agence de Développement et d’Urbanisme du Pays de Montbéliard (ADUPM)
8 avenue des alliés - BP 98407 25208 MONTBÉLIARD CEDEX - Tél : 03 81 31 86 00 - Fax : 03 81 31 86 19 - contact@adu-montbeliard.fr
INSEE Franche-Comté « le Major » 83, rue de Dole - BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99
Directeur de la publication : Didier Blaizeau Rédacteur en chef : François-Xavier Dussud Rédacteur en chef adjoint : Patrice Perron Mise en page : Maurice Boguet, Yves Naulin
Imprimerie : Camponovo-Bouchard - Nº de CPPAP : 3 021 AD - ISSN : 1248-2544 © INSEE 2005 - dépôt légal : Décembre 2005
z?zz

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.