Les activités maritimes et portuaires de la région Havraise

De
Publié par

L'outil de mesure et de suivi de l'activité portuaire mis en place est le fruit d'une collaboration entre le Port autonome du Havre, l'Agence d'urbanisme de la Région du Havre et de l'estuaire de la Seine et l'INSEE de Haute-Normandie. Il vise à définir les contours de l'activité maritime et des structures productives qui y sont liées en s'appuyant sur les expertises des trois organismes. Il cherche aussi à montrer comment les métiers portuaires ont évolué et comment ils se sont adaptés aux progrès techniques et à la croissance des trafics.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

LESACTIVITÉSMARITIMES
ETPORTUAIRESDELARÉGIONHAVRAISE
L’outil de mesure et de
suivi de l’activité portuaire
mis en place est le fruit L’ACTIVITÉ PORTUAIRE
d’unecollaborationentrele
Port autonome du Havre,
l’Agence d’urbanisme de la
région du Havre et de Une dynamique économique liée
l’estuaire de la Seine et
l’INSEE de Haute-Nor- aux échanges maritimes internationaux
mandie. Il vise à définir les
contours de l’activité mari-
itué sur la façade maritime du nord-ouest de l’Europe, le port du Havre est dans unetime et des structures pro- Sdynamique de croissance, impulsée par l’intensification des échanges internatio-ductives qui y sont liées en
s’appuyant sur les experti- naux et l’accélération des progrès dans les techniques maritimes et portuaires.
ses des trois organismes. Il Entre 1995 et 2003, cette tendance générale s’est traduite au Havre par un double-
cherche aussi à montrer ment du trafic des conteneurs, qui
comment les métiers por- L’ACTIVITÉ PORTUAIRE HAVRAISE EN 2003frôle aujourd’hui la barre des deux
tuaires ont évolué et com-
millions de conteneurs EVP (équi- Vracs liquides (produits pétroliers et chimiques) 44,6 Mt
ment ils se sont adaptés
Vracs solides (charbon, agrégats,...) 4,9 Mtvalent vingt pieds), soit 60% duauxprogrèstechniquesetà
Marchandises diverses 22,0 Mt
trafic transitant par les ports fran-la croissance des trafics.
Dont conteneurs 19,1 Mt
L’activité portuaire est très çais. Dans le même temps, la part Avitaillement 0,4 Mt
liée aux échanges interna- du conteneur a progressé de 16 à
Total 71,9 Mt
tionaux. Cette croissance 26% dans le trafic total. Au- Nombre d’escales 7 550
économique génère de
jourd’hui, près d’un navire sur Nombre de passagers 860 000nombreux emplois tertiai-
deux qui escale au Havre est un Source : Port autonome du Havre Unités : million de tonnes, nombreres. La mesure dans la-
quelle le projet d’extension
Port 2000 pourra redynami-
ser l’économie locale cons-
titue un enjeu important
pour ce bassin d’emploi,
fortement marqué par les
difficultés de l’industrie.porte-conteneurs, navire dont les dimensions vont égale- Au confluent de l’environnement et de l’économique,
ment croissant, tout comme les volumes débarqués en de l’économie publique et de l’économie privée, de l’in-
moyenne à chaque escale, mobilisant ainsi une part gran- ternational et du national, Port 2000 a enclenché une dy-
dissante des emplois liés aux activités maritimes et namique de modernisation du port du Havre qui articule
portuaires. de façon interdépendante extension de capacité, compéti-
Le port du Havre n’en est pas moins un port généra- tivité, desserte des marchés, maîtrise des risques, préser-
liste qui se situe au deuxième rang national (après Mar- vation des équilibres environnementaux et aménagement
seille) pour le tonnage total. L’activité industrielle et du territoire.
énergétique sur la zone industrielle et portuaire est Le changement d’échelle impose de nouvelles coopé-
confortée par une série d’investissements récents ou en rations au sein du périmètre portuaire, telles les conven-
cours, tels ceux de Total pour la cogénération et l’adjonc- tions d’exploitation de terminal associant le port auto-
tion de nouvelles unités de traitement pour sa raffinerie nome, les opérateurs et les armements concernés autour
d’engagements durables. Au-delà du cadre portuaire tra-(530 M€).
ditionnel, s’établissent également de nouvelles coopéra-Afin de se maintenir dans cette tendance générale de
tions fonctionnelles (sites logistiques, formation,croissance qui le place en compétition directe avec ses
environnement…).concurrents du nord de l’Europe, le port du Havre a initié
Si les performances du port du Havre sont mesuréesle projet Port 2000 dès 1994. Ayant donné lieu en
par les tonnages manutentionnés, il est essentiel de dispo-1997-1998 au premier débat public organisé en France
ser en complément d’un outil de mesure et de suivi régu-pour les grands projets d’infrastructure (loi Barnier), Port
lier de l’impact de l’activité portuaire et de son dévelop-2000 est aujourd’hui l’un des plus gros chantiers portuai-
pement en termes d’emplois. La capacité du territoireres européens qui offrira au port du Havre, au terme de la
local à fixer la valeur ajoutée liée aux flux transitant parréalisation de douze postes à quais, une capacité supé-
les terminaux portuaires, l’évolution des métiers portuai-rieure à 5 millions d’EVP. Il catalyse plus d’un milliard
res, de leur dispersion géographique sur le territoired’euros d’investissements publics et privés et est réalisé
local, ainsi que les effets combinés de la croissance desde pair avec un programme exemplaire de mesures envi-
trafics et de l’augmentation de productivité, sont autantronnementales (45 M€), visant en particulier à réhabiliter
d’informations attendues du travail entrepris parles fonctions biologiques de l’estuaire, notamment par le
l’INSEE, l’AURH et le PAH dont les premiers résultatsmaintien, voire le développement des vasières sur la rive
sont présentés ici.nord de l’estuaire de la Seine.
L’EMPLOI PORTUAIRE
L’activité portuaire dynamise les services marchands
es activités maritimes et portuaires sont toutes des acti-
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI SALARIÉ ENTRE 1998 ET 2002Lvités dépendant du secteur tertiaire. La zone d’emploi
du Havre est fortement urbanisée, c’est même la plus densé-
110
ment peuplée de la région. Un Haut-Normand sur cinq
108réside et travaille dans ce territoire qui ne représente qu’un
dixième de l’espace régional. Organisé autour des deux
106
Zone d’emploipôles, Le Havre et Bolbec, ce bassin d’emploi présente une
du Havre
104autre caractéristique forte : c’est un bassin industriel qui a
Activités maritimes
été marqué par un long mouvement de désindustrialisation et portuaires
102
sur les 25 dernières années. Plus récemment, il a même
100connu de gros sinistres industriels. Dans ce contexte diffi-
cile, le secteur tertiaire s’est relativement peu développé si
98
l’on compare ses évolutions à celles de la région ou de la 1998 1999 2000 2001 2002
zone de Rouen. Le commerce est assez peu représenté au
Source : INSEE ; URSSAF et estimations d’emploi Unité : indice base 100 en 1998regard de la taille de son centre urbain et le développement
2 - LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES DE LA RÉGION HAVRAISEÉVOLUTION DE L’EMPLOI SALARIÉ PAR ACTIVITÉ
Effectif salarié au 31 décembre Évolution
2000/2002 Contribution
2000 2001 2002 (en %) à l’évolution
Armements, consignataires et agents maritimes 1 932 1 962 1 965 1,7 3,5
Manutention 1 770 1 908 1 936 9,4 17,8
Pilotage, remorquage, lamanage 519 470 489 -5,8 -3,2
Assurances, expertises, inspections et contrôles techniques 439 449 445 1,4 0,6
Réparation navale 344 329 314 -8,7 -3,2
Entreposage 2 774 2 999 3 067 10,6 31,5
Transit et négoce 1 174 1 272 1 304 11,1 14,0
Réparation, dépôt, négoce de conteneurs 458 467 484 5,7 2,8
Port autonome 1 483 1 527 1 543 4,0 6,4
Douanes 434 444 450 3,7 1,7
Autres services portuaires 700 728 719 2,7 2,0
Transport routier 1 978 2 084 2 234 12,9 27,5 par chemin de fer 462 450 431 -6,7 -3,3
Transport fluvial 233 242 252 8,2 2,0 par conduite 17 16 15 -11,8 -0,2
Ensemble des activités maritimes et portuaires (1) 14 717 15 347 15 648 6,3 100,0
Zone d’emploi du Havre (emploi salarié total) 129 655 131 135 132 283 2,0
Sources : INSEE - URSSAF Unités : emploi, %
(1) voir encadré “méthodologie” page 11.
des services s’est surtout fait sentir dans les services admi- se sont produites, notamment dans les compagnies de na-
nistrés. Actuellement, les services mobilisent près de six vigation et la logistique.
emplois sur dix, dont un peu plus de la moitié sont des ser-
vices marchands.
La fonction tertiaire, influencée par l’activité mari- L’activité portuaire mobilise
time et portuaire, se distingue notamment par l’impor- directement 15 600 emplois salariés...
tance du transport dont le poids dans l’emploi salarié
local est double par rapport à l’ensemble de la Fin 2002, les activités maritimes et portuaires présen-
Haute-Normandie. Depuis 1998, ce secteur suit une ten- tes sur le port du Havre offraient directement 15 600 em-
dance plus favorable que la plupart des autres activités de plois, soit 36% des emplois de services marchands de la
services de la zone d’emploi. Ses effectifs progressent zone. L’activité portuaire peut être décrite en une quin-
aussi plus rapidement que la moyenne régionale du sec- zaine d’activités distinctes.
teur. D’autres activités du secteur privé, comme le Parmi elles, l’armement, les consignataires et agents
conseil et assistance, s’inscrivent dans cette récente dy- maritimes génèrent près de 2 000 emplois répartis dans
namique de développement. 50 établissements. Dans la manutention portuaire, qui
Au cours des deux dernières années, les activités ma- compte 1 900 salariés, l’emploi est très concentré chez
ritimes et portuaires ont créé plus de 900 emplois supplé- trois opérateurs. Les pilotage, remorquage et lamanage
mentaires, contribuant ainsi aux deux tiers de la création offrent près de 500 emplois ; les assurances, expertises,
d’emplois de services marchands de la zone du Havre. inspections et contrôles techniques, plus de 400 emplois.
Cette croissance de +6,3 % est trois fois supérieure à La réparation navale ne comporte plus que quelques
celle de l’emploi salarié dans la zone d’emploi du Havre unités de taille moyenne et 300 emplois. L’entreposage,
(+2%). Mais cette progression globale masque des dispa- avec près de 3 100 postes répartis au sein de 100 établis-
rités car les différentes activités maritimes et portuaires sements, représente un emploi sur cinq. Les activités de
ne se sont pas développées au même rythme. Les plus dy- transit et de négoce, qui mobilisent 1 300 salariés, sont
namiques ont été l’entreposage (300 emplois créés), le assez dispersées car les deux tiers des 110 établissements
transport routier (+250), la manutention (+170), le transit présents comptent moins de 10 salariés et les plus impor-
et négoce (+130). Ces quatre activités ont contribué à tants, une cinquantaine d’emplois. La réparation, le dépôt
90% de la progression de l’emploi de la filière portuaire et le négoce de conteneurs offre près de 500 emplois. Le
en 2001 et 2002, dont 32% pour l’entreposage et 28% Port Autonome du Havre emploie pour sa part plus de
pour le transport routier. Sur cette période, l’augmenta- 1 500 salariés, les Douanes comptent 450 emplois.
tion des effectifs s’est largement opérée par des embau- D’autres services portuaires, dont l’avitaillement, génè-
ches dans des établissements existants plutôt que par des rent 700 emplois. En lien direct avec l’entreposage, le
implantations nouvelles, même si certaines d’importance transport routier offre 2 200 emplois répartis dans 120
LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES DE LA RÉGION HAVRAISE - 3RÉPARTITION DE L’EMPLOI SALARIÉ AU 31 DÉCEMBRE 2001 PAR ACTIVITÉ ET CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE
Cadres
et chefs Professions Ouvriers Ouvriers
d’entreprise intermédiaires Employés qualifiés non qualifiés Apprentis
Armements, consignataires et agents maritimes 20,8 18,9 36,2 21,7 2,3 0,1
Manutention 3,2 10,2 5,7 78,6 2,3 0,0
Pilotage, remorquage, lamanage 33,2 15,6 6,0 44,7 0,5 0,0
Assurances, expertises, inspections et contrôles techniques 24,1 36,5 27,0 5,5 6,5 0,4
Réparation navale 5,8 20,6 6,7 56,3 9,3 1,3
Entreposage 8,3 18,3 22,5 38,2 12,3 0,4
Transit et négoce 16,3 24,4 47,4 7,3 3,8 0,8
Réparation, dépôt, négoce de conteneurs 7,0 13,2 15,9 55,6 7,6 0,7
Port autonome 10,9 15,7 24,1 46,9 2,4 0,0
Services portuaires 16,4 25,6 23,4 24,1 8,3 2,2
Transport routier 5,1 7,4 10,9 73,7 2,7 0,2 fluvial 11,3 6,7 6,3 71,5 1,1 3,1
Ensemble des activités maritimes et portuaires 11,2 16,6 22,0 44,6 5,2 0,4
Zone d’emploi du Havre (emploi salarié total) 8,2 21,9 28,9 26,3 11,9 2,8
Source : INSEE - Déclarations annuelles de données sociales Unité : %
établissements. Ce secteur comporte également des indé- vanche sous-représentées sauf dans les activités d’assu-
pendants plus difficiles à dénombrer. Enfin, le transport rance, d’inspection et de contrôle technique, chez les
par chemin de fer fournit 450 postes, le transport fluvial, transitaires et les services portuaires. Ces derniers comp-
250 postes. tent aussi avec les armateurs nombre d’employés, caté-
gorie socio-professionnelle moins fréquente que dans
l’ensemble de la zone d’emploi.
…très souvent occupés par des hommes
Les emplois des activités maritimes et portuaires sont Un défi majeur :
majoritairement occupés par des hommes. La proportion le renouvellement des actifs
d’hommes s’élève à 74% contre 63% dans l’ensemble de
la zone d’emploi du Havre, qui figure parmi les moins La structure par tranche d’âge est également diffé-
ouvertes à l’emploi féminin de Haute-Normandie. Les rente, dans la mesure où les salariés des activités portuai-
métiers portuaires les plus féminisés sont le transit et res sont en moyenne plus âgés que dans l’ensemble de la
négoce, les assurances, expertises, inspections et contrô- zone d’emploi, du fait de la faiblesse des embauches dans
les techniques, les armements, consignataires et agents ces activités au cours des décennies passées. Néanmoins,
maritimes, ainsi que les services portuaires et l’avitaille- la progression des effectifs ces dernières années a permis
ment. C’est dans ces activités que les proportions d’em- un rajeunissement de l’ensemble des métiers portuaires.
ployés sont les plus élevées. Les autres activités em- La manutention, les armements, consignataires et agents
ploient souvent moins de 20% de femmes et même moins maritimes ainsi que les services portuaires constituent les
de 5% dans le cas de la manutention, du pilotage, remor- activités qui emploient les plus fortes proportions d’actifs
quage et lamanage et de la réparation navale. de moins de 30 ans.
Cependant, le vieillissement des actifs est une carac-
téristique importante des activités maritimes et portuaires
dans la mesure où 51% de la main-d’œuvre est âgée d’auUne forte proportion d’ouvriers qualifiés
moins 40 ans alors que cette proportion est inférieure de
La structure des qualifications dans les activités mari- près de 4 points pour les salariés de la zone d’emploi du
times et portuaires se différencie nettement de celle de Havre. Les salariés de plus de 50 ans sont à peine moins
l’ensemble de la zone d’emploi du Havre. Les ouvriers y nombreux que ceux de moins de 30 ans (un sur cinq).
sont fortement représentés et ils sont, dans la plupart des Dans les activités les plus concernées, cette part atteint
métiers, à plus de 90%, qualifiés. C’est le cas notamment presque un tiers alors que la proportion de jeunes oscille
dans la manutention et le transport routier ou fluvial. Les entre 15 et 20%. C’est le cas du PAH ou du transport flu-
cadres et chefs d’entreprises sont également bien pré- vial. Autre cas marquant, la réparation navale compte
sents compte tenu de l’importance des transitaires, arma- près de 30% de seniors et moins de 10% de jeunes de
teurs et consignataires ou encore des pilotes et services moins de 30 ans. Pilotes, remorqueurs et lamaneurs sont
portuaires. Les professions intermédiaires sont en re- aussi concernés mais on observe un certain rajeunisse-
4 - LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES DE LA RÉGION HAVRAISERÉPARTITION DE L’EMPLOI SALARIÉ AU 31 DÉCEMBRE 2001 PAR ACTIVITÉ , SEXE ET ÂGE
Sexe Tranche d’âge
Moins De 25 De 30 De 40 50 ans
Hommes Femmes de 25 ans à29ans à39ans à49ans et plus
Armements, consignataires et agents maritimes 55,4 44,6 9,4 15,7 29,0 30,9 15,0
Manutention 95,3 4,7 18,4 7,5 21,3 32,2 20,6
Pilotage, remorquage, lamanage 96,5 3,5 21,1 3,5 21,6 25,6 28,2
Assurances, expertises, inspections et contrôles techniques 53,9 46,1 8,2 10,9 27,2 32,2 21,5
Réparation navale 93,3 6,7 5,8 3,8 17,7 44,4 28,3
Entreposage 71,8 28,2 7,3 11,7 33,2 31,6 16,2
Transit et négoce 48,4 51,6 8,7 13,4 32,4 29,4 16,1
Réparation, dépôt, négoce de conteneurs 82,8 17,2 8,7 12,4 32,0 27,6 19,3
Port autonome 81,2 18,8 6,0 9,0 14,7 37,6 32,7
Services portuaires 66,8 33,2 12,9 15,6 31,9 22,5 17,1
Transport routier 85,6 14,4 7,3 12,2 33,9 28,6 18,0 fluvial 85,2 14,8 14,1 7,0 21,1 26,1 31,7
Ensemble des activités maritimes et portuaires 74,2 25,8 9,8 11,4 27,7 31,3 19,8
Zone d’emploi du Havre (emploi salarié total) 62,5 37,5 12,4 12,9 27,2 28,1 19,4
Source : INSEE - Déclarations annuelles de données sociales Unité : %
ment puisqu’un cinquième des emplois est occupé par
LIEU DE RÉSIDENCE DES SALARIÉS AU 31 DÉCEMBRE 2001
des jeunes de moins de 25 ans. Dans cette dernière activi-
Salariés des activitésté, la moitié des cadres est âgée d’au moins 50 ans et les
maritimes et portuaires
trois quarts d’au moins 40 ans. A plus long terme, des
Zone d’emploi du Havre 84,9
secteurs où les quadragénaires sont nombreux seront
Zone de Lillebonne 2,3
concernés, comme les assurances, expertises, inspections Zone d’emploi de Rouen 1,8
Zone de Fécamp 1,4et contrôles techniques, la manutention, l’entreposage ou
Zone d’emploi de Pont-Audemer 0,7encore les armements, consignataires et agents
Zone de Dieppe 0,2
maritimes.
Autre zone d’emploi de Haute-Normandie 0,6
Bretagne 2,1
Basse-Normandie 1,2
Une grande majorité Ile-de-France 1,0
Nord-Pas-de-Calais 0,7d’actifs résident sur place
Autre région 3,0
Cantons de :La plupart des actifs des activités portuaires résident à
Le Havre (9 cantons) 51,7proximité de leur lieu de travail : en 2001, 85% d’entre
Montivilliers 11,8
eux sont domiciliés dans la zone d’emploi du Havre et
Gonfreville-l’Orcher 5,9
52% dans la ville du Havre. Cette tendance se renforce Saint-Romain-de-Colbosc 5,1
Criquetot-l’Esneval 3,0puisqu’en 2000 ces proportions étaient inférieures d’un
Goderville (partie) 2,1point. Les cantons les plus proches, Montivilliers, Gon-
Source : INSEE - Déclarations annuelles de données sociales Unité : %freville-l’Orcher, et Saint-Romain-de-Colbosc hébergent
respectivement 12 %,6%et5%de cette main d’œuvre.
Dans 92 % des cas, les actifs résident en Haute-Nor- la région, la plupart viennent de Bretagne, de Basse-Nor-
mandie, le plus souvent près du Havre, dans les zones mandie, d’Île-de-France ou encore du Nord-Pas-de-Calais.
d’emploi de Lillebonne, de Fécamp, de Rouen ou de Ils exercent souvent leur activité dans les armements et
Pont-Audemer. Parmi les actifs qui résident en dehors de chez les consignataires et agents maritimes.
LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES DE LA RÉGION HAVRAISE - 5LES LOGIQUES DE LOCALISATION
DES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES
Des implantations nouvelles
qui s’intègrent dans l’histoire portuaire
ans un contexte d’intensification des échanges mari- partir d’un système d’information géographique (SIG)
Dtimes internationaux et de concurrence entre les qui localise à l’échelle de l’agglomération havraise l’en-
ports à l’échelle du territoire européen, l’efficacité d’une semble des établissements relevant du champ de l’étude :
place portuaire repose sur l’adaptation de ses outils et sur les activités maritimes et portuaires et l’ensemble des ac-
l’organisation de ses entreprises qui interviennent à tivités des quartiers sud du Havre et de la zone indus-
toutes les étapes de la chaîne de transport. Dans les sites trielle portuaire (ZIP). La base de données géographiques
portuaires d’estuaire, où les pressions environnementales qui sert de support au SIG contient toutes les informa-
et urbaines sont fortes, la question de l’espace est cen- tions disponibles sur les infrastructures portuaires et ur-
trale dans ce processus d’adaptation. Les ports doivent à baines ainsi que les attributs des îlots des communes de
la fois développer des outils de productivité qui occupent plus de 5 000 habitants. Les attributs des établissements
de l’espace, accueillir des entreprises nouvelles qui ont reproduisent le contenu du fichier SIRENE. Nous dresse-
leur propre logique d’implantation tout en préservant rons dans un premier temps un état de la localisation des
l’espace vital du tissu historique d’entreprises qui a ac- activités pour analyser ensuite les logiques d’implanta-
compagné le développement portuaire. tion des établissements dans l’espace urbano-portuaire et
Bien avant que ne se fassent sentir les effets de Port leur dynamique d’évolution.
2000, la croissance soutenue du trafic conteneurisé et
l’arrivée d’opérateurs internationaux ont eu des consé-
quences immédiates dans l’organisation spatiale des es- Des activités essentiellement « urbaines »
paces portuaires. Des logiques d’implantation nouvelles
se juxtaposent aux localisations héritées de l’histoire por- Le zonage établi pour restituer l’information statis-
tuaire. Ces logiques d’implantation ont été analysées à tique sur l’emploi repose sur l’évolution historique des
emprises portuaires,
depuis le site qui a vu la
LES TERRITOIRES PORTUAIRES
naissance du port autour
de l’anse Notre-Dame et
du bassin du Roy
jusqu’aux terminaux por-
L’agglomération urbaine dense Le port de la deuxième tuaires du port rapide au
moitié du XIXe siècle sud en passant par la ZIP
L’industrialisation des
desservie par l’écluse
quartiers sud : bassin
François Premier et le
Vauban, bassin de Leure
Grand Canal du HavreLe port François 1er :
[voir schéma ci-contre].Bassin du Roy,
La Zone d’emploi Plusieurs « territoires » seanse Notre-Dame,
du Havrebassin du Commerce sont ainsi progressivement
juxtaposés correspondant
chacun à un concept por-Le port du début du
tuaire dominant, étroite-XXe siècle (ouest), le
ment associé aux phasesport rapide des
années 80 (est) successives de l’économie
La ZIP derrière l’écluse mondiale.Le port du XXIe siècle
François 1er, le bateauPort 2000 L’agglomération dense
dans l’usine
et la ZIP du Havre
regroupent la quasi-totalité
6 - LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES DE LA RÉGION HAVRAISELES EMPLOIS DANS LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES (AMP) EN 2002
SELON LES TERRITOIRES PORTUAIRES
NOMBRETOTALD’EMPLOISAMP:15648
des emplois des activités maritimes et portuaires de la RÉPARTITION DES EMPLOIS DES ACTIVITÉS MARITIMES
ET PORTUAIRES (AMP) SELON LA ZONE GÉOGRAPHIQUEzone d’emploi du Havre en 2002. Contrairement à ce que
Part danspourrait laisser penser le spectacle des navires à quai, des
Nombre l’ensemble des
entrepôts, des terminaux et de l’outillage portuaire, Zone géographique d’emplois AMP AMP (en %)
l’emploi maritime et portuaire a une localisation essen- Centre-ville 5 194 33,2
tiellement urbaine. Le centre ville du Havre concentre un Reste agglomération 819 5,2
tiers des effectifs. Avec les quartiers sud, cette part atteint Quartiers sud 2 631 16,8
les 50%. Le territoire de la Ville du Havre accueille ainsi Port sud 2 615 16,7
Terminaux sud 1 477 9,4plus des trois quarts des emplois, la ZIP 15%, essentielle-
Zone industrielle portuaire (ZIP) 2 397 15,3ment sur trois sites : le parc du Hode, le Parc Logistique
Hors zones citées ci-dessus 515 3,3du Pont de Normandie (PLPN) et les terminaux
ENSEMBLE 15 648 100,0spécialisés.
Sources : INSEE - PAH - AURH - 31/12/2002 Unités : emploi, %La mesure de la part de l’emploi des activités mariti-
mes et portuaires dans l’emploi salarié total montre que
la spécialisation économique des espaces s’accentue du
PART DES EMPLOIS DES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES
centre ville vers l’estuaire, phénomène que renforcera
(AMP) DANS L’EMPLOI SALARIÉ TOTAL
prochainement l’ouverture des premiers postes à quai de SELON LA ZONE GÉOGRAPHIQUE
Port 2000. L’emploi maritime et portuaire représente
Part des
emplois28% de l’emploi dans les quartiers sud, 58% sur le port
AMP dans
sud où sont présents de grands établissements industriels, Nombre Emploi l’emploi
d’emplois salarié salarié total
la quasi-totalité de l’emploi dans les terminaux sud. Sur
Zone géographique AMP total (en %)
la ZIP, où il ne représente que 13% de l’emploi total, Quartiers sud 2 631 9 525 27,6
l’emploi industriel prédomine (75%), le contraste est fort Port sud 2 615 4 529 57,7
entre les établissements industriels ayant de fortes densi- Terminaux sud 1 477 1 494 98,9
tés d’emploi à l’hectare (jusqu’à 500 emplois/ha pour Zone industrielle portuaire (ZIP) 2 397 18 884 12,7
l’automobile) et les activités maritimes et portuaires qui, Sources : INSEE - PAH - AURH - 31/12/2002 Unités : emploi, %
LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES DE LA RÉGION HAVRAISE - 7avec les différents types d’entreposage, proposent des Les localisations héritées
densités d’occupation plutôt faibles (10 à 30 emplois/ha).
Parmi les cinq catégories d’activités les plus impor- Le site historique du port, autour des bassins du
tantes en effectifs et en dehors de la manutention, qui se centre ville du Havre, concentre la majorité des emplois.
positionne naturellement à proximité des terminaux por- Bien entendu, depuis le XVIIe siècle, leur nature a
tuaires, les établissements se répartissent de manière plus changé, les cols blancs du transit et des armements inter-
spécifique, en fonction de l’histoire portuaire, des types nationaux ont remplacé les débardeurs et les brouettiers,
de locaux utilisés et des variations spatiales du marché de mais le tropisme reste vivace. Les agences maritimes dis-
l’immobilier d’entreprise (voir cartes pages 9 et 10). séminées sur les terminaux tendent d’ailleurs à se reloca-
Les armements et agents maritimes ont une locali- liser dans le secteur délimité par le Centre de commerce
international, le siège du Port autonome et la gare SNCF,sation plutôt urbaine autour du Centre de commerce in-
ternational, à l’image de sièges de compagnies maritimes comme l’illustrent des exemples récents.
Les quartiers sud du Havre, les quartiers portuaires durécemment implantées. Au vu des implantations des der-
nières années, un pôle d’activités de bureaux orienté vers XIXe siècle, conservent également leur importance stra-
les transports se consolide sur un espace situé entre le tégique pour les activités maritimes et portuaires. Situés à
l’interface entre le centre ville et les terminaux contem-siège du Port autonome du Havre, la gare SNCF et les
docks Vauban. D’autres compagnies, qui n’ont pas à va- porains, ils disposent, de plus, d’un tissu urbain hétéro-
gène qui favorise les opportunités immobilières.loriser « l’effet de siège », restent localisées pour l’instant
à proximité des terminaux portuaires.
L’entreposage : la ZIP, avec les installations récentes La logique d’accessibilité
sur le parc du Hode et le Parc Logistique du Pont de Nor-
La proximité de certains facteurs de production a jouémandie, regroupe la moitié des emplois de ce secteur
un rôle indéniable, y compris pour des relations qui sontdans des établissements de grande taille, correspondant
désormais dématérialisées. C’est bien sûr le cas pour lagénéralement aux nouveaux critères d’entreposage. Les
quartiers sud et le port sud (30% des emplois) disposent proximité des infrastructures portuaires, pour les entre-
prises de manutention, mais également des « grands »d’un parc d’activités et de locaux plus hétérogènes avec
services aux marchandises (douanes) ou au navire, (capi-notamment quelques bâtiments datant du début du siècle
tainerie du port) autour desquels gravitent toujours lesau nord et des entrepôts portuaires en voie de modernisa-
transitaires ou les pilotes.tion au sud.
La proximité des nœuds autoroutiers, selon une lo-Le transport routier : les quartiers sud (un quart des
gique de branchement, voire de « vitrine de l’entreprise»,emplois) abritent une multitude de petites et moyennes
va jouer pour les entreprises d’entreposage (parc duentreprises. Les plus grosses se trouvent sur la ZIP (17%
Hode, Parc Logistique du Pont de Normandie).des emplois, notamment sur le parc du Hode), à Gonfre-
Enfin, la localisation optimum entre donneursville-l’Orcher et à proximité des terminaux portuaires.
d’ordres (en centre ville) et espaces d’activité (en péri-Le transit : c’est une activité essentiellement
phérie) renforce l’intérêt pour les localisations dans lesconcentrée dans des établissements de petite taille, bu-
quartiers sud ou pour la partie occidentale de la ZIP.reaux du centre ville du Havre (50% des emplois) et dans
les quartiers sud (29%) où subsistent des exemples d’im-
Les logiques immobilièresplantations associant bureaux directionnels et entrepôts.
Ces logiques ont prévalu au début des années 80
quand a été construit le Centre de commerce internationalLes logiques de localisation
qui abrite près de 600 emplois relevant des activités mari-des entreprises dans l’espace
times et portuaires sur les 800 du Centre.urbano-portuaire : entre tradition
Aujourd’hui, plusieurs situations peuvent se rencon-et modernisation
trer : la recherche d’immobilier à bas prix permettant de
démarrer une activité ou d’assurer une activité requérantL’analyse des relations topologiques entre les établis-
de l’espace bâti hétérogène oriente vers les quartiers sud.sements et leurs activités d’une part et les éléments d’en-
La recherche de réserves foncières pour garantir les pos-vironnement au sens large (terminaux, dessertes routières
sibilités d’extension oriente vers les nouvelles zones lo-et ferroviaires, services spécialisés et grandes administra-
gistiques de la ZIP. Il en va de même quand il s‘agit detions) d’autre part, permet d’identifier trois logiques de
disposer d’un outil de production compétitif et donclocalisation qui s’articulent dans les processus de
récent (entrepôts de nouvelle génération) ou de répondrerecomposition.
8 - LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES DE LA RÉGION HAVRAISELES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES : ARMEMENTS ET AGENTS MARITIMES
LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES : L’ENTREPOSAGE
LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES DE LA RÉGION HAVRAISE - 9LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES : LES TRANSPORTEURS ROUTIERS
LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES : LES ENTREPRISES DE TRANSIT
10 - LES ACTIVITÉS MARITIMES ET PORTUAIRES DE LA RÉGION HAVRAISE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.