Entre intégration et marginalisation

De
Publié par

Parmi les pays bordant l'Océan Indien, La Réunion et Mayotte pèsent d'un faible poids économique et se situent en marge des grands courants d'échanges. La participation de la Réunion aux associations régionales reste modeste. En matière de coopération régionale, les efforts déployés par les conseils général et régional sont contrariés par la faiblesse de leur budget. L'insertion de Mayotte dans son espace régional est entravée par les revendications politiques de la République fédérale islamique des Comores(RFIC).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ici et ail leurs
La Réu nion et Mayotte dans l’océan Indien
Entre intégration
Par mi les pays bor dant l’océan Indien, La Réu nion et Mayotte
pè sent d’un faible poids éco no mique et se si tuent en marge des
grands cou rants d’échan ges. La par ti ci pa tion de La Réu nion aux
as so cia tions ré gio na les reste mo deste. En ma tière de co o pé ra tion
ré gio nale, les ef forts dé ployés par les conseils gé né ral et ré gio nal
sont con tra riés par la fai blesse de leur bud get. L’in ser tion de
Mayotte dans son es pace ré gio nal est en travée par les
re ven di ca tions po li ti ques de la Ré pu blique fé dé rale is la mique des
Co mo res (RFIC).
ayotte et La Réu nion oc cu pent trées et les sor ties. La réex por ta tion deLexique
une place mar gi nale dans les mar chan di ses à des ti na tion de la RFICM échan ges de mar chan di ses au re pré sente la qua si-to ta li té du ton nageL’aire in dia-océa nique ras semble tous
sein de l’es pace éco no mique de l’aire em bar qué. Les mar chan di ses dé bar quées les pays bai gnés par l’océan Indien.
in dia-océa nique. La fai blesse des ton na - -(trois quarts du tra fic por tuaire) pro vien
Une zone franche ex por ta trice (ZFE) nent es sen tiel le ment de Port-Réu nionges ma ni pu lés par les ports de Lon go ni à ras semble des en tre pri ses in dus triel les
Mayotte et de Port-Réu nion (res pec ti ve - qui as sure les fonc tions de trans bor de -qui échap pent à la lé gis la tion
ment 300 000 et 3 mil lions de ton nes en ment à des ti na tion de Mayotte. Mal gréna tio nale (exemp tions de droits de
1998) tra duit d’abord l’ab sence de res douane, al lé ge ment des taxes…). En - une si tua tion avan ta geuse à l’entrée du
théorie, el les ne peu vent pas vendre sour ces du sous-sol. À l’ex cep tion de ca nal de Mo zam bique, à proxi mi té d’une
leurs pro duits dans le pays qui les Sin ga pour (plus de 300 mil lions de ton - -im por tante route ma ri time in ter na tio
hé berge. nale, le port de Lon go ni mis en ser vicenes), plate-forme mul ti mo dale qui as sure
les fonc tions de sas entre l’aire Asie-Pa - en 1992, en tre tient peu de re la tions com -Les zo nes off shore (loin des cô tes)
ci fique et l’aire in dia-océa nique et de mer cia les di rec tes avec les ports desabri tent des so cié tés qui bé né fi cient de
ré gle men ta tions fis ca les avan ta geu ses port d’écla te ment du tra fic pé tro lier en pays voi sins.
et échap pent ain si à la lé gis la tion pro ve nance du golfe Per sique, les prin ci -
-na tio nale. Pour pro fi ter de l’ off shore, De puis la cons truc tion d’un nou veau ter paux ports sont des ter mi naux d’ex por ta -
les so cié tés doi vent exer cer leur mi nal spé cia li sé, Port-Réu nion se situetion mi né ra liers et pé tro liers.
ac ti vi té en de hors du pays qui les par mi les cinq pre miers ports fran çais
ac cueille. pour le tra fic des conte neurs. Les im por -
Pho to : P. MARCHAL - Mo zaïk ta tions re pré sen tent 85 % des ton na gesUn hub (moyeu) concentre puis
re dis tribue le tra fic aé rien. Au centre ma ni pu lés. Les ex por ta tions au dé part de
d’un ré seau en étoile, il per met aux La Réu nion se com po sent en ma jo ri té de
pas sa gers de se rendre d’un point à un pro duits agroa li men tai res fai ble ment
autre en em prun tant une seule trans for més.
plate-forme de cor res pon dan ces.
Des ac ti vi tés tour nées vers le
mar ché intérieur
À la dif fé rence de l’île Mau rice ou de
Sri Lan ka, la ca pa ci té de trans for ma tionMal gré des in fras truc tures très mo - in dus trielle de La Réu nion n’est pasder nes, les ac ti vi tés de réex por ta -
tion et de trans bor de ment res tent tournée vers l’ex por ta tion mais vers les
em bryon nai res. be soins du mar ché in té rieur. Elle n’est
pas fondée sur l’at trait qu’exer cent sur
les en tre pri ses mul ti na tio na les les ré gi -
La ra pide crois sance du tra fic por tuaire à mes fis caux et doua niers ac cueil lants des
La Réu nion et à Mayotte - res pec ti ve - zo nes fran ches ex por ta tri ces (ZFE) et
ment 11 % et 55 % d’aug men ta tion des l’avan tage com pé ti tif que pro cure une
ton na ges trai tés entre 1997 et 1998 - est main-d’œuvre dis ci plinée et bon mar ché.
sti mulée par les be soins très éle vés
d’im por ta tion de pro duits ma nu fac tu rés Dans le do maine des ser vi ces, ni à La
afin de sa tis faire la consom ma tion do - Réu nion, ni, a for tio ri à Mayotte, des ac -
mes tique. Le tra fic du port de Lon go ni ti vi tés se sont dé ve lop pées en di rec tion
montre un fort dé sé qui libre entre les en - des mar chés étran gers. Le con traste est
24ici et ail leurs
et marginalisation
et de trans bor de ment à par tir de leurs nes de l’océan Indien, l’aé ro port defrap pant avec l’île Mau rice, où le sec teur
ports et de leurs aé ro ports dans l’aire in - Mau rice est de ve nu le hub ma jeur dufi nan cier off shore gère des fonds dont le
dia-océa nique res tent em bryon nai res. À sud-ouest de l’océan Indien. Mal grémon tant était es ti mé à 400 mil liards de
l’in ter face de l’Asie, de l’Afrique et de d’im por tants tra vaux d’agran dis se mentdol lars en 1998. Si le nombre de tou ris -
l’Eu rope, Port-Louis va lo rise de fa çon et un tra fic de pas sa gers et de fret com -tes re çus à La Réu nion se rap proche des
op ti male sa po si tion géo gra phique. Il pa rable à ce lui de Plai sance, l’aé ro portchif fres de Mau rice et dé passe net te ment
s’im pose au jourd’hui en tant qu’es cale de Gil lot (1,5 mil lions de pas sa gers ence lui des Sey chel les et des Mal di ves, en
des gran des li gnes de porte-conte neurs 1999) peut dif fi ci le ment pré tendre sere vanche les re cet tes pro cu rées par l’ac - et tend à as su rer la fonc tion de port subs ti tuer à son ri val mau ri cien en tantti vi té tou ris tique y sont in fé rieu res. d’écla te ment du tra fic ma ri time dans que plate-forme mul ti mo dale de sa
l’aire in dia-océa nique. Par la di ver si té et sous-ré gion. La po la ri sa tion des flux aé -Bien que La Réu nion et Mayotte dis po -
la fré quence de ses liai sons aé rien nes riens émis vers et re çus de la mé tro polesent d’in fras truc tu res lo gis ti ques très
avec les prin ci pa les des ti na tions ri ve rai - en est la rai son prin ci pale.mo der nes, les ac ti vi tés de réex por ta tion
25ici et ail leurs
Une in ser tion dé li cate dans la
co o pé ra tion ré gio naleLa par ti ci pa tion des îles du sud-ouest de l’océan Indien
aux as so cia tions ré gio na les et à l’Union eu ro péenne Les or ga ni sa tions ré gio na les aux quel les
par ti ci pent les îles du sud-ouest de
l’océan Indien sont au nombre de quatre.
Asso cia tion des États ri ve rains ment et de la co o pé ra tion ré gio - Il s’agit de la COI, de la SADC, du
de l’océan Indien pour la co o pé nale. Elle a été of fi ciel le ment- COMESA et de l’Indian Ocean Rim
ra tion ré gio nale (IOR ARC). Cette re nou velée en juin 2000 à Co to nou (IOR ARC). Au sein de ces or ga ni sa -
as so cia tion, créée en 1995 et dont (Bé nin) pour une pé riode de vingt tions, La Réu nion n’est membre que de
le siège est à Mau rice, re groupe 19 ans. la COI et Mayotte est to ta le ment exclue.
États (1 710 mil lions d’ha bi tants)
Ré gions ul tra pé ri phé ri ques. Elles La mar gi na li sa tion de La Réu nion, etde l’océan Indien dont Ma da gas-
sont cons ti tuées des DO M (France), plus en core de Mayotte, s’ex plique parcar, Mau rice et les Sey chel les. Elle
des Ca na ries, Ceu ta et Me lil la la par ti cu la ri té des sta tuts ins ti tu tion nels.se pro pose de fa ci li ter le com merce
(Espagne) et des Aço res et Ma dère et les in ves tis se ments entre les En tant que dé par te ment fran çais, La(Por tu gal). Elles bé né fi cient de lapays mem bres. Réu nion ap par tient à la COI en qua li tépart de l’UE de fi nan ce ments spé ci -
Com mis sion de l’océan Indien fi ques, sur les Fonds struc tu rels, de membre re pré sen té par le pré fet. La
(COI). Créée en 1984, la COI, dont pour as su rer leur dé ve lop pe ment, France agit donc au près de la COI pour
le siège est à Mau rice, as socie 5 dans le res pect des ob jec tifs du le compte de son dé par te ment de La
mem bres (18 mil lions d’ha bi tants) mar ché in té rieur eu ro péen. Réu nion. En re vanche, les pays mem -
dont quatre États in dé pen dants (la bres des au tres or ga ni sa tions ré gio na les
Fonds struc tu rels. Ils sont lesRé pu blique fé dé rale is la mique des n’en vi sa gent pas, pour le mo ment, l’ad -prin ci paux ins tru ments fi nan ciersCo mo res [RFIC], Ma da gas car, hé sion d’un ter ri toire qui de meure sousd’in ter ven tion de l’UE au ni veau ré -Mau rice et les Sey chel les) et un tu telle d’une an cienne puis sance co lo- -gio nal à l’in té rieur de l’es pace eu ro dé par te ment fran çais (La Réu nion). niale.péen, ré gions ul tra pé ri phé ri ques in -Elle éla bore et met en œuvre des
clu ses.pro jets de co o pé ra tion di plo ma - La col lec ti vi té ter ri to riale fran çaise de
tique, éco no mique, com mer ciale, Mayotte, connaît une si tua tion d’au tantFonds eu ro péen de dé ve lop pe -
cul tu relle, en vi ron ne men tale, scien - - plus dif fi cile que la RFIC en re ven diquement (FED). Le FED est l’ins tru
ti fique et tech nique. ment prin ci pal de la co o pé ra tion fi - tou jours la sou ve rai ne té. Dans ces
nan cière et tech nique de l’Union condi tions, son ad hé sion à la COI, dontCom mu nau té de dé ve lop pe ment
eu ro péenne avec les pays ACP et la RFIC est membre, est condi tionnée au de l’Afrique aus trale (SADC).
les PTOM. rè gle ment po li tique d’une si tua tion quiCréée en 1980, la SADC, dont le
per dure de puis 1976.siège est à Ga bo rone (Bots wa na), Pays et ter ri toi res d’outre-mer
com prend 14 mem bres (200 mil - (PTOM). Les PTOM sont les der - Les dif fé ren ces sta tu tai res de Mayottelions d’ha bi tants) dont Mau rice et les niers ves ti ges des em pi res co lo - et de La Réu nion ont une in ci dence no -Sey chel les. Elle de vrait fi na li ser sa niaux eu ro péens. Ils re lè vent au - table sur les re la tions que ces ter ri toi reszone de libre-échange à l’échéance jourd’hui de quatre pays mem bres en tre tien nent avec l’Union eu ro péenne.de sep tembre 2000. de l’Union eu ro péenne (France, Mayotte, en qua li té de PTOM, est as -
Royaume du Da ne mark, Royaume
Mar ché com mun de l’Afrique sociée à l’Union eu ro péenne. Elle dis -des Pays-Bas et Royaume-Uni).orien tale et aus trale (COMESA). pose ain si d’avan ta ges ana lo gues à ceuxLes PTOM bé né fi cient d’un ré gimeCréé en 1994, le COMESA, dont le que la conven tion de Lomé offre auxd’as so cia tion avec l’Union eu ro --siège est à Lu sa ka (Zambie) com États ACP comme la RFIC, Mau rice,péenne ; ils sont éli gi bles aux cré -prend 21 mem bres (370 mil lions Ma da gas car et les Sey chel les.dits du FED.d’ha bi tants) dont la RFIC, Ma da -
gas car, Mau rice et les Sey chel les. La Réu nion en tant que dé par te mentZone de libre échange. Zone où
Sa zone de libre échange doit être -les droits de douane et les bar riè fran çais s’in tègre à l’Union eu ro péenne
réa lisée en 2001 et abou tir en suite res non ta ri fai res sont abo lis. Les en qua li té de ré gion ul tra pé ri phé rique
à l’ins tau ra tion d’un mar ché com- pays si gna tai res des ac cords de et bé né ficie de l’ap port des fonds struc -
mun. libre échange conser vent ce pen - -tu rels. Cette in té gra tion à l’es pace éco
-dant une po li tique doua nière na tio no mique eu ro péen a pour ef fet l’ex clu -Con ven tion de Lomé. Cette
nale en vers les pays tiers.conven tion, signée pour la pre sion de La Réu nion des ac cords com--
mer ciaux ré gio naux (SADC et COMESA).mière fois en 1975, as socie 71 Mar ché com mun. Zone de libre
-pays d’Afrique (dont la RFIC, Ma échange dotée d’un ta rif ex té rieur
da gas car, Mau rice et Sey chel les), doua nier com mun (Union doua - Les col lec ti vi tés lo ca les
de la Ca raïbe et du Pa ci fique (dits nière). À l’in té rieur de la zone, la
réu nion nai ses et lapays ACP) à 15 mem bres de libre cir cu la tion des fac teurs de
l’Union eu ro péenne (UE). Elle ins - - co o pé ra tion ré gio nalepro duc tion (main-d’œuvre et ca pi
taure un par te na riat entre l’UE et taux) est au to risée et fa ci litée.
les ACP dans les do mai nes com - Le conseil ré gio nal, qui jouit d’une cer -
mer cial, de l’aide au dé ve lop pe - taine au to nomie pour sa po li tique de co -
o pé ra tion ré gio nale in ten sifie ses ac tions
de puis la loi de co o pé ra tion dé cen tra -
26ici et ail leurs
lisée de 1992. Elles s’ar ti cu lent au tour in ter na tio naux. L’im passe di plo ma tique Les au teursd’opé ra tions mul ti la té ra les au sein de la ac tuelle conduit les conseils ré gio nal et
- gé né ral de La Réu nion à ex clureCOI et bi la té ra les en di rec tion no tam
n Di dier BENJAMIN est pro fes seur enment de Ma da gas car. Les pro jets du Mayotte des pro gram mes de co o pé ra - clas ses pré pa ra toi res com mer cia les et
tion. Cette si tua tion semble pa ra doxaleconseil ré gio nal s’orien tent vers la créa - lit té rai res et cher cheur au Centre de
puisque la ré gion mène des ac tions detion de pô les d’ex cel lence réu nion nais re cher ches et d’étu des en géo graphie
en ma tière d’édu ca tion, de re cherche, de dé ve lop pe ment avec la RFIC. de l’Uni ver si té de La Réu nion
(CREGUR) - La bo ra toire detech no logie et d’en vi ron ne ment. Ce pen - -Quant à la co o pé ra tion ré gio nale im l’en vi ron ne ment na tu rel.dant, le bud get af fec té à la co o pé ra tion
pulsée par l’Union eu ro péenne dansré gio nale est mo deste (12 mil lions de n Hen ry GODARD est pro fes seur àl’océan Indien, elle n’abou tit pas tou -francs en 1999, soit 0,5 % du bud get de l’Uni ver si té de La Réu nionjours. En ef fet, lors qu’il s’agit d’as so cier
(dé par te ment de géo graphie) etla Ré gion) et les pro jets ont peu de re - Mayotte, La Réu nion et un État ACP, la cher cheur au Centre de re cher ches ettom bées éco no mi ques im mé dia tes.
mise en com mun de fonds d’ori gine dif - d’étu des en géo graphie de l’Uni ver si té
fé rente (FED et Fonds struc tu rels) pose de La Réu nion (CREGUR) - La bo ra toire Le conseil gé né ral est li mi té par ses
des pro blè mes tech ni ques. Mayotte est de l’en vi ron ne ment na tu rel.com pé ten ces sta tu tai res et par la fai -
da van tage pé na lisée que La Réu nion.blesse du bud get qu’il consacre à la n Fran çois TAGLIONI est maître de
coopé ra tion ré gio nale (3 mil lions de confé ren ces à l’Uni ver si té de LaEn rup ture avec l’hé ri tage co lo nial, lesfrancs en 1999, soit 0,1 % du bud get du Réu nion (dé par te ment de géo graphie)pays ri ve rains de l’océan Indien cher -
et cher cheur au Centre de re cher chesDé par te ment). Il fi nance des ac tions chent dé sor mais à in ten si fier leurs re la - et d’étu des en géo graphie ded’ac com pa gne ment dans les do mai nes tions éco no mi ques mu tuel les. De nou - l’Uni ver si té de La Réu nion (CREGUR) - cul tu rels et d’aide au dé ve lop pe ment par vel les pers pec ti ves de dé ve lop pe ment La bo ra toire de l’en vi ron ne mentle re lais d’as so cia tions qui pos sè dent s’ou vrent à me sure que pro gres sent la li - na tu rel.
une an tenne ou un siège à La Réu nion. Il bé ra li sa tion des échan ges et l’in ter na tio -
n Les car tes ont été éla bo rées par less’agit donc da van tage d’une po li tique de na li sa tion des éco no mies. au teurs et réa li sées par le la bo ra toire-sou tien à des pro jets en cours que d’ini
de car to graphie de l’Uni ver si té de Latia ti ves pro pres au Dépar te ment. Ici aus - L’île Mau rice met en œuvre cette po li -
Réu nion (Ber nard REMY, Armellesi, les pers pec ti ves éco no mi ques sont li tique d’ou ver ture in ter na tio nale : par la-
KAUFMANT).mi tées et l’éva lua tion des pro jets est par ti ci pa tion aux ac cords ré gio naux de
im pré cise. libre échange ; par la va lo ri sa tion de la
po si tion géo gra phique et des avan ta ges Bi blio graphiecom pa ra tifs (la qua li té du ser vice tou ris -De meil leu res pers pec ti ves
tique par exemple) ; par la créa tion d’un
d’in ser tion pour La Réu nion Com mis sion de l’océan Indien (2000) -en vi ron ne ment éco no mique fa vo rable à
Rap port an nuel 1999 - COI : Port-Louis, l’ins tal la tion d’in dus tries et de ser vi ces
70 p.La nou velle loi d’orien ta tion pour les in ter na tio na li sés.
DOM, en cours de dis cus sion au Par le - GEMDEV (1999) - L’Union eu ro péenne
La Réu nion et Mayotte ne peu vent pas et les pays ACP, un es pace dement en juil let 2000, don ne ra aux pré si -
res ter à l’écart de cette dy na mique qui co o pé ra tion à cons truire, Pa ris :dents des conseils ré gio nal et gé né ral la
s’étend dé sor mais à l’échelle de l’océan Kar tha la - GEMDEV, 459 p.pos si bi li té de si gner des ac cords in ter na -
Indien (Indian Ocean Rim), à moins detio naux en ma tière de co o pé ra tion ré gio - GEMDEV (1994) - L’Inté gra tion
re non cer à la pers pec tive d’un dé ve lop - ré gio nale dans le monde, Pa ris :nale avec les États voi sins. Le contexte
pe ment plus au to nome par rap port à la Kar tha la - GEMDEV, 304 p.ins ti tu tion nel semble donc fa vo rable au
mé tro pole. Alors que Mayotte est han di -ren for ce ment et à l’ap pro fon dis se ment La Do cu men ta tion fran çaise (1995). Les capée par son iso le ment di plo ma tique etde l’in ser tion de La Réu nion dans son or ga ni sa tions in ter na tio na les à vo ca tion par les dif fi cul tés à gé rer les ef fets de laen vi ron ne ment ré gio nal. D’au tant que la ré gio nale, Pa ris : La Do cu men ta tion
pres sion dé mo gra phique, La Réu nion-concer ta tion ré gu lière entre la pré fec fran çaise - coll. Les no ti ces, 124 p.
hé site à dé fi nir des ob jec tifs clairs pourture, la Ré gion et le Dé par te ment ain si
une stra tégie de dé ve lop pe ment. Le pro -que l’aug men ta tion sen sible des moyens
jet de loi d’orien ta tion des DOM tracefi nan ciers ap por tés par le con trat de plan
un cadre gé né ral, que les res pon sa blesÉtat-Ré gion (2000-2004) et le Plan de
-po li ti ques et ac teurs éco no mi ques réu dé ve lop pe ment ré gio nal de l’Union eu -
nion nais doi vent dé sor mais ani mer.ro péenne (2000-2006) sont aus si des élé -
ments d’une po li tique de co o pé ra tion
Di dier BENJAMIN, Hen ry GODARDplus ac tive.
et Fran çois TAGLIONI
En re vanche, les pers pec ti ves d’in ser tion
ré gio nale de Mayotte res tent in cer tai nes.
En juil let 2000, la po pu la tion a ap prou vé
le ré fé ren dum qui per met, à court terme,
de do ter Mayotte du sta tut de col lec ti vi té
dé par te men tale ; ce lui-ci pour ra être mo -
di fié en 2010. Ce pen dant, cette évo lu -
-tion ins ti tu tion nelle ne lè ve ra cer tai ne
ment pas les obs ta cles po li ti ques
27

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.