L'année économique et sociale 2011

De
Publié par

L'année économique et sociale 2011 L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157 "Une année en demi-teinte" Après une année 2010 témoignant d'un certain redressement de l'économie régionale, 2011 est une année à deux facettes. Le premier semestre a été caractérisé par une poursuite de la reprise économique ; l'irruption de la crise des dettes publiques durant l'été a entraîné une nette dégradation de la situation économique au second semestre, interrompant la reprise de manière plus ou moins marquée selon les secteurs. C'est particulièrement le cas pour l'emploi. Dans un contexte d'amélioration de l'activité économique, amorcée au quatrième trimestre 2010, le nombre des emplois a progressé et le chômage a diminué au cours des premiers mois de l'année 2011. Toutefois, dès le deuxième trimestre, un nouveau ralentissement de l'activité s'est accompagné d'un recul sensible de l'intérim et d'une remontée ininterrompue du chômage jusqu'en fin d'année. Malgré tout, certains secteurs ont vu leur activité s'améliorer. La fréquentation des hôtels et des campings augmente, comme l'activité dans les transports. La construction résiste bien. L'année économique et sociale établit le bilan de la région Rhône-Alpes pour cette année en demi-teinte ; elle permettra également au lecteur de trouver les principaux points de comparaison avec les années précédentes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 36
Voir plus Voir moins

L'année
économique
et sociale 2011L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157"Une année en demi-teinte"
Après une année 2010 témoignant d'un certain redressement
de l'économie régionale, 2011 est une année à deux facettes.
Le premier semestre a été caractérisé par une poursuite de
la reprise économique ; l'irruption de la crise des dettes
publiques durant l'été a entraîné une nette dégradation de la
situation économique au second semestre, interrompant la
reprise de manière plus ou moins marquée selon les secteurs.
C'est particulièrement le cas pour l'emploi. Dans un contexte
d'amélioration de l'activité économique, amorcée au quatrième
trimestre 2010, le nombre des emplois a progressé et le
chômage a diminué au cours des premiers mois de l'année
2011. Toutefois, dès le deuxième trimestre, un nouveau
ralentissement de l'activité s'est accompagné d'un recul
sensible de l'intérim et d'une remontée ininterrompue du
chômage jusqu'en fin d'année. Malgré tout, certains secteurs
ont vu leur activité s'améliorer. La fréquentation des hôtels et
des campings augmente, comme l'activité dans les transports.
La construction résiste bien.
L'année économique et sociale établit le bilan de la région
Rhône-Alpes pour cette année en demi-teinte ; elle permettra
également au lecteur de trouver les principaux points de
comparaison avec les années précédentes.
Destiné à tous les acteurs et observateurs de la région, je
forme le vœu que ce bilan soit utile au débat public et qu'il
participe à l'éclairage des décisions publiques, dans une
période marquée par l'incertitude et les difficultés de la
prévision économique. Coordonné et réalisé par l'Insee, il
s'appuie sur des contributions de plusieurs services de l'État
et de la Banque de France.
Que chaque contributeur à cet édifice commun soit ici
vivement remercié.
Pascal Oger
Directeur de l’Insee Rhône-Alpes
L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157Synthèse régionale
"Une année en demi-teinte"
our la deuxième année consécutive, l'emploi salarié L'accompagnement des chômeurs s'articule toujours autourPhors intérim enregistre en 2011 une hausse de des contrats de transition professionnelle (CTP) et des
l'ordre de 1 %. Les 17 500 emplois gagnés sont conventions de reclassement personnalisées (CRP) qui,
essentiellement le fait du secteur tertiaire, l'industrie et la en 2011, fusionnent vers le contrat de sécurisation des
construction conservant simplement leurs emplois. En parcours (CSP). Les contrats aidés demeurent, pour les
revanche, l'intérim s'oriente nettement à la baisse, personnes les plus éloignées de l'emploi, un soutien majeur
après la très forte hausse de l'année dernière, plus encore même s'ils sont moins utilisés. Enfin, pour les jeunes, les
en Rhône-Alpes (- 7,2 %) qu'au niveau national (- 3,2 %). contrats en alternance - contrat de professionnalisation et
Le secteur perd 5 300 emplois avec une inversion de apprentissage - constituent des leviers importants de
tendance en milieu d'année ; c'est fin 2011 que les l'action de l'État. En Rhône-Alpes, le contrat
destructions d'emplois sont les plus importantes. d'apprentissage a d'ailleurs fait l'objet de la signature d'un
accord avec le Conseil régional, le "Com'apprenti".In fine, le niveau global de l'emploi reste toutefois
26 740 contrats d'apprentissage ont été conclus en 2011inférieur de 8,4 % à celui de fin 2007, même si cette
dans le secteur privé, soit une augmentation de 3,5 % parévolution a permis à la région de retrouver deux emplois
rapport à 2010.sur trois perdus lors de la crise de 2008-2009.
56 400 nouvelles entreprises ont été créées dans la
********
région en 2011. Après une dizaine d'années de hausse, ce
nombre est en recul d'environ 10 % par rapport à 2010. La construction a retrouvé en 2011 un niveau d'activité
Cette diminution touche tous les secteurs d'activité excepté soutenu après une année 2010 en demi-teinte. L'emploi a
les activités immobilières (+ 14,5 %), la santé humaine et légèrement progressé dans la région alors qu'il a diminué
action sociale (+ 7,5 %) et le transport (+ 1 %). au niveau national. D'autres indicateurs (production de
Parallèlement, et pour la deuxième année consécutive, on "béton prêt à l'emploi", consommation de ciment, de
enregistre une baisse du nombre de défaillances. granulats) enregistrent une croissance d'environ 10 %.
Ainsi, 5 500 entreprises ont cessé en 2011 (- 6 %), dans Côté construction neuve, le nombre de permis de construire
pratiquement tous les secteurs d'activité. augmente de près de 15 % par rapport à 2010. Les mises
en chantier progressent de 26 %. Toutefois, les ventesDans ce contexte, le nombre d'emplois progressant dès le
n'ont pas connu la même croissance, conduisantquatrième trimestre 2010, le chômage a diminué au cours
mécaniquement à l'augmentation des stocks. Dans cedes premiers mois de l'année 2011. Mais, dès le deuxième
contexte globalement favorable, la prise en compte de latrimestre, un nouveau ralentissement de l'activité a
dimension environnementale se poursuit. Ainsi, lesdéclenché un recul sensible de l'emploi intérimaire et une
labellisations "bâtiment basse consommation" (BBC) ontremontée ininterrompue du chômage jusqu'en fin d'année.
augmenté en volume, surtout dans le collectif, plaçantEn définitive, le nombre total des personnes inscrites à
Rhône-Alpes au premier rang des régions françaises enPôle emploi en catégories A, B et C a cru dans la région
termes de labellisations BBC accordées.pour la quatrième année consécutive, passant de
370 400 à 391 400. Comme en 2010, l'aggravation du À l'image du secteur de la construction, l'activité dans le
chômage a principalement concerné les séniors mais aussi secteur des transports est également à la hausse et
plus largement les femmes : + 7,2 % contre + 4,1 % pour permet une croissance de l'emploi de 0,7 % dans un
les hommes. Le chômage de longue durée a continué de contexte de forte hausse des prix des carburants. Le
croître ; l'ancienneté moyenne d'inscription des demandeurs transport de marchandises par route retrouve en 2011 une
d'emploi s'est allongée dans la région de 19 jours. tendance nettement haussière (+ 9,1 % en volume), même
Face aux difficultés qui perdurent, les acteurs de la si les quantités transportées restent très en deçà de celles
politique de l'emploi ont exprimé la volonté de qui l'étaient en 2008. Bon indicateur de l'activité, les
renforcer le suivi des chômeurs dans les territoires. immatriculations de véhicules utilitaires légers et de poids
Quoique moins fortement mobilisé que l'an passé, le lourds ont progressé pour la deuxième année consécutive.
chômage partiel reste un outil important. En Rhône-Alpes, En revanche, les ventes de voitures particulières neuves
près de 3 millions d'euros d'aides ont été octroyés dans le ont de nouveau décru. 206 000 voitures particulières neuves
cadre de ce dispositif. ont été immatriculées au cours de l'année, soit une
4 L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157Synthèse régionale
diminution de 0,8 % par rapport à 2010. Le trafic ferroviaire Après le rebond constaté en 2010, le commerce
de voyageurs dans son ensemble progresse de 3,7 %. Le extérieur de la région Rhône-Alpes poursuit sa
transport par air confirme lui aussi une tendance à la hausse progression. Mais, si les exportations sont en hausse de
amorcée en 2010. Le low cost concentre l'essentiel de 12,7 %, les importations augmentent plus fortement encore
cette croissance ; 22,1 % des passagers ont utilisé des (17,3 %). Dans un contexte international difficile, où la
vols à bas prix en 2011. Lyon-Saint Exupéry, qui a ouvert balance commerciale de la France approche le déficit
un nouveau terminal low cost fin 2011, et Saint-Étienne historique de 2008 (- 70,8 milliards d'euros), Rhône-Alpes
Bouthéon profitent de cet essor. conserve sa deuxième place nationale à la fois pour
les exportations et pour les importations. L'UnionL'agriculture a souffert d'une sécheresse printanière
européenne reste le principal partenaire de la région avecexceptionnelle qui a limité les rendements. La pluie qui
60 % de ses exports et 61 % de ses imports. La quasi-revient au cours de l'été dope certaines productions
totalité des échanges sont des produits manufacturierscéréalières et maintient les prix à un niveau soutenu. Sur
avec, pour principaux secteurs concernés, la chimie, lesles marchés des fruits et légumes, l'offre est abondante et
machines industrielles et agricoles, les produitsse trouve confrontée à une vive concurrence ainsi qu'à une
informatiques et électroniques, les équipements électriquesconsommation peu importante. La production régionale de
et ménagers, les produits métallurgiques et métalliquesvins est en augmentation après trois années de faibles
ainsi que les matériels de transports notammentrécoltes et les cours progressent, autour de 10 %. Le
automobiles.prix du lait de vache poursuit sa hausse et entraine
avec lui la production qui gagne 3 % en volume par rapport
à 2010. Les producteurs de viande profitent de cours ********
supérieurs à ceux de 2010, même si cette hausse est
atténuée par l'augmentation des prix des facteurs de
En relation avec la dégradation du contexte socio-production.
économique, ce sont près de 20 000 dossiers de
Après trois années de stagnation, la fréquentation surendettement qui ont été déposés dans la région
touristique dans l'hôtellerie et les campings de la région en 2011. Ceci correspond à une hausse de 3 % par rapport
est en hausse. S'il s'agit d'une tendance déjà ancienne à 2010. Entre 2008 et 2011, l'augmentation atteint près de
pour les campings, cette hausse intervient après trois 30 %, avec des évolutions particulièrement marquées dans
années de baisse consécutives dans l'hôtellerie. 2011 est la Loire et l'Ain mais aussi dans le Rhône et l'Isère.
aussi caractérisée par le retour de la clientèle étrangère
aussi bien en hôtellerie qu'en camping. Dans l'hôtellerie, Selon les résultats de l'enquête typologique 2010 sur le
on enregistre 18 millions de nuitées pour un taux surendettement, la population des surendettés se
d'occupation global qui atteint 58,1 %, en progression de caractérise par la prédominance de personnes vivant seules
2,6 points par rapport à 2010. Les campings de Rhône- et n'ayant pas de personne à charge. Près d'un quart des
Alpes représentent 8,7 millions de nuitées, en hausse de dépôts de dossiers sont dus à des difficultés familiales
5,5 %. Cet accroissement profite largement aux impliquant une diminution de ressources. Les difficultés
emplacements pourvus d'équipements. Si, sur l'ensemble professionnelles sont également très importantes. Une
de la saison, le taux d'occupation est de 34 %, en hausse personne surendettée sur deux est sans activité (au
de 1,4 point, ce taux est plus élevé en juillet et en août où chômage, sans profession ou sans activité) et dispose de
il peut atteindre plus de 80 % pour les emplacements ressources inférieures ou égales au SMIC. Le niveau
équipés. d'endettement moyen s'établit à 34 500 euros, pour
10 dettes recensées par dossier.Par ailleurs, avec 21 millions de nuitées, la fréquentation
dans les autres hébergements collectifs devance celle des
campings et des hôtels. Les trois quarts de ces nuitées
Thierry Geaysont réalisées en résidence de tourisme et résidence
Insee Rhône-Alpeshôtelière, où le taux d'occupation atteint 60,7 %. C'est dans
ce type d'hébergements que la durée de séjour est la plus
élevée avec 5,4 jours en moyenne contre 5,1 jours en
camping et seulement 1,8 jour dans l'hôtellerie.
L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157 5Sommaire
ECONOMIE
Contexte national La croissance du PIB se maintient à 1,7 % 8
et international A. Dupré - Insee Rhône-Alpes
Emploi L'emploi salarié privé a récupéré une grande partie des emplois 10
perdus pendant la crise
P-J. Chambard - Insee Rhône-Alpes
Chômage Quatrième année consécutive de hausse du chômage 12
C. Jakse, J-M. Dupont - Direccte Rhône-Alpes
Politique de l'emploi Une année orientée vers le suivi "au plus près" des chômeurs 14
C. Jakse, A. Dunez - Direccte Rhône-Alpes
Commerce extérieur Les importations augmentent plus fortement que les exportations 16
M. Hermitte, J. Mercier - Direccte Rhône-Alpes
Comptes des entreprises À l'exception des travaux publics, en léger retrait, l'activité 18
économique continue de progresser
C. Traversaz, Y. Viatte - Direction des Affaires Régionales - Banque de France
Démographie d'entreprises Moins de créations d'entreprises et moins de défaillances 20
A. Rebatet - Insee Rhône-Alpes
Crédit Progression de toutes les composantes du crédit 22
C. Traversaz, Y. Viatte - Direction des Af
POPULATION - SOCIETE
S
Surendettement En relation avec la dégradation du contexte socio-économique, 24
le nombre de dossiers de surendettement déposés continue de croître
C. Traversaz, Y. Viatte - Direction des Affaires Régionales - Banque de France
6 L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157Sommaire
SECTEURS D’ACTIVITE
Agriculture Des prix favorables tempèrent les effets de la sécheresse 26
Pôle conjoncture Sersip - Draaf Rhône-Alpes
Tourisme Une hausse de la fréquentation dans l'hôtellerie et les campings 28
après la stagnation de 2010
M. Bel - Insee Rhône-Alpes
Construction Bonne résistance de la construction 30
L. Herbeaux - Cera - Observatoire régional du BTP
Y. Pothier - Dreal Rhône-Alpes
Transports Une reprise de l'activité qui se traduit par une hausse des 32
déplacements de personnes et du trafic poids lourds
Y.
L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157 7Contexte national et international
La croissance du PIB se maintient à 1,7 %
En 2011, la croissance de l'économie française se maintient : le produit intérieur brut progresse de
1,7 % en moyenne annuelle, rythme du même ordre qu'en 2010 (1,4 %). La croissance est soutenue par
la demande des entreprises. Leurs dépenses d'investissement accélèrent et elles reconstituent leurs
stocks. Importations et exportations augmentent, si bien que les échanges extérieurs sont neutres sur
la croissance. La consommation des ménages progresse d'à peine 0,3 %. Le pouvoir d'achat du revenu
disponible brut des ménages croît à un rythme ralenti ; l'accélération des prix l'emporte sur celle des
revenus d'activité.
ans un contexte dominé par les tensions sur les Pour ces trois groupes, l'investissement enD dettes souveraines de certains états de la zone construction repart à la hausse. Pour les
euro fragilisés par la crise, tels que la Grèce, l'Irlande, entreprises non financières, la hausse porte
le Portugal, l'Italie ou l'Espagne, le rétablissement également sur les biens manufacturés, avec le
de la situation économique en France s'annonce lent. renouvellement de leur parc automobile et l'achat de
machines, ainsi que sur les services, notamment
informatiques.En 2011, le produit intérieur brut (PIB) croît au
rythme de 1,7 % en euros constants, semblable à
celui de 2010, après la forte récession de 2009 A contrario, les dépenses d'investissement des
(- 3,1 %). L'activité retrouve ainsi un niveau administrations publiques reculent de nouveau,
comparable à celui d'avant la crise de 2008-2009. bien que moins fortement qu'en 2010 (- 1,9 %
après - 8,1 %), notamment dans la construc-
La production industrielle ralentit (+ 2,0 % pour tion (- 1,4 % après - 8,6 %).
+ 4,8 % en 2010) : elle demeure inférieure de 5,5 %
à son niveau de 2007. La branche "énergie-eau-
La demande des entreprises influe également surdéchets" est le principal facteur du ralentissement
l'activité via leur comportement de stockage ; après(- 3,9 %), en raison du climat particulièrement doux
deux années de déstockage, la reconstitution desen 2011. La production des branches de services,
stocks contribue notablement à l'activité, à hauteurprincipalement marchands, progresse au même
de 0,8 point de croissance du PIB (+ 0,1 point enrythme qu'en 2010 (+ 2,4 % après + 2,3 %).
2010 et - 1,2 point en 2009).
Enfin, après trois années de recul, la production dans
la construction renoue avec la croissance (+ 1,5 %
Après un fort rebond en 2010, les échangesaprès - 5,2 %).
extérieurs ralentissent mais restent dynamiques
La formation brute de capital fixe (FBCF) de en 2011 : + 5,3 % après + 9,6 % pour les exportations
l'ensemble des agents économiques accélère de et + 4,9 % après + 8,9 % pour les importations. Les
nouveau en 2011 (+ 3,5 % après + 1,2 % en 2010 échanges extérieurs dépassent ainsi, en niveau, ceux
et - 10,6 % en 2009). Son niveau reste toutefois de 2007. Importations et exportations évoluant
inférieur à celui de 2007. Ce dynamisme est porté parallèlement, la contribution comptable du
principalement par les entreprises, à la fois commerce extérieur à la croissance est nulle. La
financières (+ 8,2 % après - 12,2 %) et non financières hausse des importations concerne principalement les
(+ 5,1 % après + 6,3 %), qui contribuent biens manufacturés, tandis que les exportations tirent
conjointement à hauteur de 0,6 point à la croissance leur dynamisme des biens mais aussi, dans une
du PIB. De même, l'investissement des ménages moindre mesure, des services, notamment des
progresse à nouveau (+ 3,1 %) ; c'est la première activités liées au tourisme. Alors qu'elles étaient le
fois depuis 2007. principal facteur de hausse de la demande en 2010,
8 L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157Contexte national et international
les dépenses de consommation des ménages par tête. Le revenu mixte des entrepreneurs
sont atones en 2011 (+ 0,3 % en euros constants individuels augmente de 2,4 %, soit un rythme plus
après + 1,4 % en 2010). En particulier, du fait de soutenu qu'en 2010 (+ 1,9 %). La croissance des
températures très clémentes en début et fin d'année, revenus d'activité, du patrimoine et des prestations
les dépenses en "énergie-eau-déchets" (notamment sociales est compensée par une progression rapide
gaz et électricité) et en produits raffinés (notamment des impôts sur le revenu et sur le patrimoine.
fioul et propane pour le chauffage) sont en
recul, - 9,0 % et - 2,6 % respectivement. Ces baisses Le revenu disponible brut des ménages ne rend pas
contribuent pour moitié au ralentissement d'ensemble compte de l'ensemble des ressources dont ils
de la consommation des ménages. Les dépenses en disposent. En effet, au-delà de leurs dépenses de
autres biens ralentissent légèrement, bien que consommation, les ménages consomment également
toujours soutenues par le dynamisme des achats de des biens et services dont le coût est pris en charge
biens d'équipement (+ 6,8 % après + 7,2 %). Les par la collectivité : éducation, santé, allocations
dépenses de services décélèrent quelque peu logement... En 2011, le revenu disponible ajusté des
(+ 0,9 % après + 1,1 % en 2010), avec des dépenses ménages, qui englobe ces dépenses, progresse au
en services de transport toujours en hausse (+ 3,5 % même rythme que le revenu disponible brut (2,6 %).
après + 2,2 %), mais une baisse des dépenses en
information-communication (- 1,2 % après + 0,2 %) Alain Dupré
et en services aux ménages (- 0,1 % après + 2,5 %). Insee Rhône-Alpes
En 2011, les dépenses des administrations
publiques ralentissent de nouveau (+ 0,2 % en
euros constants après + 1,8 %), sous l'effet à la fois
des mesures de modération de la dépense publique,
mais aussi du contrecoup des importantes livraisons
de matériels militaires intervenues en 2010.
En 2011, le revenu disponible brut des ménages
augmente de + 2,6 % en valeur (après + 2,0 %
l'année précédente).
Dans le même temps, la hausse des prix atteint
+ 2,1 % (contre + 1,1 % en 2010), en raison
notamment de la hausse des prix de l'énergie. La
croissance du pouvoir d'achat du revenu disponible
ralentit donc (+ 0,5 % après + 0,9 % en 2010). Compte
tenu de la croissance de la population, le pouvoir
d'achat au niveau individuel (pouvoir d'achat par unité
de consommation) baisse légèrement en 2011
(- 0,1 %), alors qu'il augmentait de 0,3 % en 2010.
La masse salariale nette reçue par les ménages
accélère également à + 2,9 %, après + 2,4 % en
Rédigé à partir de l'Insee Première n°1401 paru en mai 2012, portant sur les comptes de la nation en 2011.2010. Elle est soutenue par la reprise de l'emploi,
Auteurs : Anne-Juliette Bessone, Vladimir Passeron, Aurélien Poissonnier, département des Comptes
dans un contexte de stabilité du salaire moyen net nationaux, Insee.
L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157 9Emploi
L'emploi salarié privé a récupéré une grande partie
des emplois perdus pendant la crise
Pour la deuxième année consécutive, l'emploi salarié privé hors intérim connaît en Rhône-Alpes
une hausse de l'ordre de 1 %. Cette progression ne permet pas à la région de retrouver tous les
emplois perdus lors de la crise de 2008-2009, le niveau global restant encore inférieur de 8,4 % à
celui de fin 2007. Les 17 500 emplois gagnés en 2011 sont essentiellement le fait du tertiaire.
L'industrie et la construction conservent leurs emplois. L'intérim s'oriente nettement à la baisse.
près une hausse annuelle de plus en plus forte de (de + 0,6 à + 0,8 %) dans l'Isère, la Loire et la Savoie, plusA 2005 à 2007, l'emploi salarié privé hors intérim est sensiblement (de + 1,3 à + 1,6 %) dans l'Ain, la Drôme, le
entré en crise en 2008. Les pertes d'emplois se sont Rhône et la Haute-Savoie. Le Rhône gagne 8 300 emplois
poursuivies, à un rythme toujours plus soutenu chaque au total et accroît ainsi sa prédominance : il représente
trimestre, jusqu'à l'automne 2009. La reprise amorcée alors désormais 35 % de l'emploi régional. Seule l'Ardèche perd
s'est confirmée depuis : à l'exception d'un léger repli au des salariés (baisse de 1,3 %).
e3 trimestre 2011, la région a gagné régulièrement des Pour la première fois depuis une décennie, le solde
emplois ces deux dernières années, dont 17 500 pour la d'emplois est très légèrement positif dans l'industrie
seule année 2011. La hausse annuelle est de + 1,1 %, (+ 1 400 au total, + 0,3 %). C'est surtout en début d'année
comparable à celle enregistrée l'année précédente. Le que l'emploi industriel est bien orienté, la situation tendant
niveau de l'emploi régional reste cependant inférieur de à se dégrader ensuite. Le bilan régional annuel est
8,4 % à celui d'avant la crise, fin 2007. légèrement meilleur qu'au niveau national (- 0,1 %), et la
La progression de l'emploi en 2011 est plus marquée dans région reste la deuxième région industrielle française
la région que sur l'ensemble du territoire français (+ 0,6 %). derrière l'Île-de-France. Mais cette quasi-stabilité fait suite
Rhône-Alpes, deuxième région française (un emploi sur à des années difficiles pour le secteur : près de
dix) est celle qui gagne le plus d'emplois après l'Île-de- 100 000 emplois industriels ont disparu en une décennie.
France. Un salarié rhônalpin sur quatre est employé dans l'industrie
aujourd'hui ; c'était un sur trois il y a dix ans.L'emploi est orienté à la hausse dans quasiment tous
les départements rhônalpins. Il progresse modérément La métallurgie, la plasturgie, le textile, les industries
L'essentiel des gains d'emploiSeule l'Ardèche perd des emplois
dans le commerce et les services
Évolution de l'emploi salarié privé hors intérim Évolution trimestrielle de l'emploi salarié hors intérim
% en Rhône-Alpes par département en Rhône-Alpes
2,5 120 * e ConstructionCJO-CVS , base 100 au 4 trimestre 2001
2,0 115
Services marchands hors intérim
1,5 110
Commerce
1,0 105
Ensemble
1000,5
950,0
90- 0,5
Industrie85- 1,0
80- 1,5
Ain Ardèche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute- Région
Savoie
2010-2009 2011-2010
* Corrigé des jours ouvrables et des variations saisonnières
Source : Insee, estimations d'emploi Source : Insee, estimations d'emploi
10 L’année économique et sociale 2011 - Dossier n° 157
2001T4
2002T2
2002T4
2003T2
2003T4
2004T2
2004T4
2005T2
2005T4
2006T2
2006T4
2007T2
2007T4
2008T2
2008T4
2009T2
2009T4
2010T2
2010T4
2011T2
2011T4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.