Le coût de la main-d'oeuvre en France et en Allemagne en 1996

De
Publié par

En 1996, dans les entreprises de 10 salariés et plus de l'industrie, le coût annuel moyen d'un salarié était en France de 241 057 francs soit 37 126 Ecus. Il s'établissait à 44 960 Ecus en Allemagne occidentale (anciens Länder) soit 21 % de plus qu'en France. Cet écart est plus important dans l'automobile ; il est plus réduit dans le commerce, l'énergie, l'intermédiation financière. Dans l'hôtellerie, le coût de la main-d'oeuvre est même inférieur outre-Rhin. Avec une durée annuelle effective du travail moins élevée en Allemagne qu'en France, les écarts de coût horaire sont généralement plus forts que ceux observés en termes de coût annuel. Le poids des coûts indirects (principalement des charges patronales légales et conventionnelles) est plus important en France : un tiers du coût total dans l'industrie hors énergie contre un quart en Allemagne. Entre 1992 et 1996, le coût de la main-d'oeuvre a davantage augmenté en Allemagne qu'en France sous l'effet essentiellement d'une hausse nettement plus forte des coûts indirects outre-Rhin.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Tags :
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

N° 622 - DÉCEMBRE 1998
Prix : 15 F
Le coût de la main d’œuvre en
France et en Allemagne en 1996
Adrien Friez, division Salaires et revenus d’activité,
dans le cadre d’une coopération entre l’Insee et le Statistisches Bundesamt
Un écart entre les deux pays de
n 1996, dans les entreprises de
21 % dans l’industrie
10 salariés et plus de l’industrie, le
Ecoût annuel moyen d’un salarié Le coût annuel moyen par salarié en équivalent
temps complet est supérieur de 21 % en Allema
était en France de 241 057 francs soit
gne occidentale dans l’industrie ( y compris cons
37 126 Ecus. Il s’établissait à 44 960 Ecus
truction et énergie).
en Allemagne occidentale (anciens Län L’écart de coût (exprimé en Ecus) est réduit à
10 % dans le commerce, et 3 % dans l’intermé
der) soit 21 % de plus qu’en France. Cet
diation financière. Dans le secteur des hôtels ca
écart est plus important dans l’automo
fés restaurants, le rapport est inversé : le coût
bile ; il est plus réduit dans le commerce, d’un salarié est en moyenne inférieur en Allema
gne occidentale de 5 % par rapport au coût d’un
l’énergie, l’intermédiation financière.
salarié en France.
Dans l’hôtellerie, le coût de la main-d’œu
Dans l’industrie au sens large, l’écart relatif
vre est même inférieur outre Rhin. Avec moyen entre l’Allemagne et la France varie selon
les grands regroupements d’activité, de 44 %
une durée annuelle effective du travail
dans l’automobile à 6 % dans l’énergie et l’eau.
moins élevée en Allemagne qu’en France,
Il se situe à 28 % pour les autres biens de con
les écarts de coût horaire sont générale sommation durables, à 13 % dans les industries
agro alimentaires et à 11 % dans l’industrie des
ment plus forts que ceux observés en
biens d’équipement ( tableau 1).
terme de coût annuel.
A un niveau sectoriel plus fin (divisions de la
Le poids des coûts indirects (principale NACE Rev1) au sein de l’industrie hors énergie
les écarts présentent la même diversité : le plus
ment des charges patronales légales et
souvent autour de 20 %, l’écart entre les deux
conventionnelles) est plus important en
pays est plus faible dans l’imprimerie édition
France : un tiers du coût total dans l’in (10 %), les machines de bureau et le matériel
informatique (8 %), et les appareils de radio télé-
dustrie hors énergie contre un quart en
vision (12 %). Hormis l’automobile, les écarts
Allemagne.
sont les plus importants dans le travail du bois
Cette publication a bénéficié
Entre 1992 et 1996, le coût de la main (37 %), et les plus faibles dans le papier carton
d’un travail collectif réalisé à
(6 %) et la fabrication d’instruments médicaux et
Wiesbaden et à Paris avec
d’œuvre a davantage augmenté en Alle
de précision (0,4 %).
pour la partie française, outre
magne qu’en France sous l’effet
L’automobile se situe en France parmi les sec
A. Friez, V. Alexandre, L. de
essentiellement d’une hausse nettement teurs ayant un coût salarial moyen proche de
Gimel, J. L. Faure, et pour la
l’ensemble de l’industrie à la différence de l’Alle
partie allemande W. Buchwald,
plus forte des coûts indirects outre-Rhin.
magne où il fait partie des secteurs industriels à
A. Dresch, P. Kaukewitsch et
coût salarial élevé. C’est l’inverse pour la fabrica
E. Heppt.
tion de matériel médical et de précision. A ces
Les données sont disponibles
En 1996, en France dans les entreprises de exceptions près, le classement des secteurs est
simultanément en France et en
10 salariés et plus de l’industrie (y compris éner globalement proche en France et en Allemagne.
Allemagne.
gie et construction), un salarié représentait, en Dans les deux pays, l’énergie et l’intermédiation
équivalent temps complet, un coût moyen de financière sont les secteurs à coût salarial élevé ;
241 057 francs par an en moyenne soit ce sont aussi ceux où l’écart entre la France et
37 126 Ecus calculé au taux de change courantl’Allemagne est faible. En France, l’assujettisse
en incluant l’ensemble des charges liées directe ment du secteur financier à la taxe sur les salaires
ment au versement d’un salaire et à l’emploi des(payée par les entreprises qui ne sont pas sou
salariés. En Allemagne occidentale, un salarié mises à la TVA) contribue à hauteur de 5 % au
coûtait en moyenne 44 960 Ecus ( Pour compren rapprochement des coûts dans les deux pays. Au
dre ces résultats ). niveau sectoriel fin, l’industrie informatique et l’in
INSEE
PREMIERE¸?˚
1
dustrie chimique font également partie nuel des entreprises de 500 salariés et Les secteurs dans lesquels on travaille
Coût du travail selon la taille de l’entreprise dans l’industrie hors énergie (r03 à enr08) 1996
2
dans les deux pays des secteurs où le coût plus, comparé à celui des entreprises de quantitativement le moins sont les mêmes
En Ecu
est élevé. 10 à 49 salariés, est plus élevé de 46 % dans les deux pays (travail des métaux,
Coût annuel Coût horaire Heures travaillées par an
Taille de l’entreprise
A l’opposé, parmi les grands secteurs à en Allemagne contre 39 % en France ( ta automobile et fabrication d’autres maté
Allemagne (a) France (b) (a)/(b)*100 Allemagne (c) France (d) (c)/(d)*100 Allemagne France
coûts salariaux relativement faibles, on re- bleau 2) et cette accentuation est encore riels de transport). Dans l’automobile, le
10 à 49 salariés 35 192 30 536 115 21,17 17,99 118 1 662 1 697
trouve dans les deux pays les hôtels-res plus marquée sur le coût indirect. L’écart coût par heure travaillée est supérieur de
50 à 249 salariés 38 666 32 715 118 23,85 19,76 121 1 621 1 656
taurants, les industries agro alimentaires de coût entre les deux pays est ainsi plus 51 % en Allemagne à celui observé en
250 à 449 salariés 42 253 36 639 115 26,51 22,42 118 1 594 1 634
et la construction, et à un niveau sectorielélevé pour les grandes entreprises France.
500 salariés et plus 51 487 42 410 121 33,11 26,21 126 1 555 1 618
fin, les industries du textile habillement, du(+ 21 %) que pour les petites (+ 15 %).
Total industrie 45 230 36 783 123 28,46 22,34 127 1 589 1 646
cuir chaussure et le commerce de détail. Avec un poids plus important des très
Le poids des charges
1. Définis dans la recommandation de la Commission Européenne du 8 février 1996 (JO/CE 16.02.96) Champ : unités locales des entreprises de 10 salariés et plus
Le niveau de coût dépend à la fois de la grandes entreprises en Allemagne, la
2. Un Ecu vaut 1,90954 DM et 6,49300 FF en 1996 Source : Enquête européenne sur le coût de la main d’œuvre en 1996, Insee StBa
patronales plus fort en France
composition de la main d’œuvre qui, pour structure du tissu industriel contribue aus
un secteur donné, peut différer entre la si à renforcer l’écart moyen qui se trouve Dans l’industrie hors énergie, le coût indi- 1992 et 1996, tandis qu’il progresse de
France et l’Allemagne, et du coût relatif dede ce fait supérieur à celui observé pour rect, composé principalement des char- 2,0 points outre Rhin, notamment du fait
ges patronales de protection sociale, de la création de l’assurance dépendance
chaque catégorie de main d’œuvre mar chaque classe de taille.
LE COÛT ANNUEL MOYEN DU TRAVAIL EN 1996 DANS LES ANCIENS
représentait en France en 1996 le tiers du et de la hausse des cotisations vieillesse-
qué par une meilleure rémunération des
ET NOUVEAUX LÄNDER ALLEMANDS
chômage maladie.
ouvriers en Allemagne et des cadres en coût total contre le quart en Allemag ta ne (
Les écarts de coûts horaires
Le choix a été fait de comparer la France à l’Allemagne en se restreignant aux anciens Länder. En
En monnaies nationales, les évolutions
France. Ainsi, dans l’automobile, les ca- bleau 3).
sont plus marqués effet, les niveaux de salaire et de coût entre la partie occidentale et orientale de l’Allemagne ne sont
(2,9 % par an en France contre 3,6 % en
dres représentent de l’ordre de 12 % des En montant, les niveaux de coûts indirects
pas homogènes. En 1996, les nouveaux Länder étaient encore en phase de transition.
Allemagne) sont moins fortes qu’en Ecus Alors même que le nombre d’heures travaillées est supérieur dans les nouvLändereaux (1 695 heu
emplois en Allemagne contre moins de Les écarts entre la France et l’Allemagne sont toutefois proches en France et en Al
res contre 1 592 heures dans les anciens Länder, soit 6,5 % de plus pour l’ensemble de l’industrie
en raison de l’appréciation du Franc et du
10 % en France. Parallèlement, les ou- sont accrus si on considère le coût par lemagne (respectivement 11 880 Ecus et
y compris construction), le niveau de productivité entre anciens et nouveaux Länder n’est pas
Mark par rapport à l’Ecu entre 1992 et
vriers y sont aussi plus nombreux en Alle-heure travaillée plutôt que le coût annuel 11 350 Ecus). La différence observée sur
directement comparable et la plupart des conventions collectives prévoient un rattrapage progressif
1996. La différence entre les deux pays
magne (73 % des emplois en Allemagne par salarié. En moyenne dans l’industrie y le coût total provient donc uniquement du
des salaires et contributions sociales (les taux de cotisations sont identiques, mais non les plafonds).
sur l’évolution du coût salarial correspond En 1996, dans l’industrie, le coût annuel du travail dans les nouveaux Länder était de 55 259 DM
contre 65 % en France). compris énergie et construction, la durée coût direct (24 900 Ecus en France contre
(soit 28 939 Ecus) et représentait 64 % du coût observé dans les anciensLänder (85 852 DM soit
dans l’industrie manufacturière à celle ob-
de travail à temps complet des salariés 33 880 Ecus outre Rhin) plus élevé de
44 960 Ecus). Entre 1992 et 1996, l’écart de coût entre nouveaux et anLänderciens s’est réduit de
d’outre Rhin est inférieure de 3,8 % à celle 36 % en Allemagne. servée sur le prix de production (+ 0,3 %
Les différences de taille
9 points.
de leurs homologues français, ce qui aug par an en France, + 0,9 % en Allemagne)
d’entreprises renforcent les
mente d’autant l’écart de coût qui passe entre 1992 et 1996. Ainsi, déflatée par le Les nouveaux Länder par rapport aux anciens en 1996
Le coût salarial a davantage
écarts
En %
de + 21 % pour le coût annuel à + 26 % prix de la production, l’évolution en termes
progressé en Allemagne
Coût annuel par salarié Nombre d’heures annuelles
pour le coût horaire. Ceci tient notamment réels du coût du travail dans l’industrie ma-
L’effet de la taille des entreprises sur le
Activités Economiques Sections NACE
équivalent temps complet effectivement travaillées
à un poids du nombre légal de jours fériésEntre 1992 et 1996, le coût de la main nufacturière est très voisine en France
niveau et la structure des coûts salariaux
Industrie (y compris construction et énergie) 35,6 + 6,5
d’œuvre dans l’industrie manufacturière a (2,5 % par an) et en Allemagne (2,7 %).
est du même type en France et en Allema- plus important en Allemagne.
Industries extractives - 24,0 + 4,8
augmenté en Ecus de 4,2 % en moyenne Elle doit être mise en regard de l’évolution
gne. Lorsque la taille augmente, le coût Hormis l’énergie, c’est généralement dans
Industrie manufacturière 37,3 + 7,2
par an en France contre + 5,1 % outre de la productivité dans chacun des pays.
annuel total, le coût direct et le poids des les secteurs où les écarts de coût sont plu
Electricité gaz et eau 36,9 + 1,0
Or entre 1992 et 1996, d’après les Comp-
coûts indirects sont plus élevés ; parallè- tôt faibles que les horaires sont les plus Rhin ( tableau 4 ). Ceci provient du coût in-
Construction 29,0 + 5,0
tes nationaux, la production en volume par
lement, le nombre d’heures travaillées est proches. C’est notamment le cas dans les direct. En effet, son poids progresse en
Commerce 27,3 + 4,2
salarié dans l’industrie manufacturière a
plus faible dans les deux pays. industries agro alimentaires, les hôtels Allemagne tandis qu’il recule en France.
Hôtels restaurants 21,6 + 1,8
augmenté plus rapidement que le coût sa-
L’effet global de la taille des entreprises restaurants ainsi que dans l’intermédiation Sous l’effet des diverses mesures d’allé-
1
Intermédiation financière 24,6 + 2,4
larial et au même rythme dans les deux
sur le coût de la main d’œuvre est cepen-financière, et en particulier dans la banquegement de charges patronales, le coût in-
1. Hors auxiliaires financiers d’assurance
pays (+ 3,6 % par an en France et + 3,7 %
dant plus fort en Allemagne qu’en France. où les coûts annuels sont plus élevés en direct exprimé en pourcentage du coût
Champ : établissements des entreprises de 10 salariés ou plus
Dans l’industrie hors énergie, le coût an- France qu’en Allemagne. direct diminue de 1,6 point en France entre en Allemagne). Toutefois, cette similitude
Source : Enquête européenne sur le coût de la main d’œuvre en 1996, StBa
Coût du travail salarié en 1996 en France et en Allemagne selon les Regroupements d’activité pour l’analyse économique
1
Coût annuel par équivalent temps complet Coût horaire du travail
Heures travaillées par an et
Structure du coût du travail en 1996 dans l’industrie hors énergie (r03 à r08)
1
équivalent temps complet
Regroupements d’activité economique Allemagne France Allemagne France
Ratio Ratio
En %
2 2 2 2
100*(a)/(b) 100*(c)/(d)
DM ECU (a) FF ECU (b) DM ECU (c) FF ECU (d) Allemagne France
Allemagne France
r02-r09 Industrie y. c. construction et énergie 85 852 44 960 241 057 37 126 121 53,92 28,24 146,0 22,49 126 1 592 1 652
Coût direct 74,9 67,0
r02 Energie et eau 111 748 58 521 357 717 55 093 106 72,30 37,86 220,0 33,89 112 1 546 1 626
dont :
r03 r08 Industrie hors énergie 86 368 45 230 238 833 36 783 123 54,34 28,46 145,1 22,34 127 1 589 1 646
Rémunération directe 63,2 56,3
r03 Biens intermédiaires 85 275 44 657 233 861 36 017 124 53,58 28,06 141,8 21,85 128 1 592 1 649
Rémunération des jours non travaillés 11,0 7,0
r04 Automobile 102 028 53 431 241 645 37 216 144 66,85 35,01 150,1 23,12 151 1 526 1 610
Autre (avantages en nature et épargne salariale) 0,7 3,6
r05 Biens d’équipement 89 471 46 855 273 851 42 176 111 56,16 29,41 165,3 25,46 116 1 593 1 656
Coût indirect 25,1 33,0
r06 Biens de consommation durables 76 839 40 240 204 357 31 473 128 48,73 25,52 124,8 19,22 133 1 577 1 638
dont :
r07 Agro Alimentaire 68 388 35 814 206 347 31 780 113 41,08 21,51 124,0 19,10 113 1 685 1 664
Cotisations sociales légales à la charge de l’employeur 15,4 20,0
r08 Biens de consommation courante 83 409 43 680 236 746 36 462 120 52,29 27,38 144,2 22,21 123 1 595 1 641
Cotisations sociales conventionnelles à la charge de l’employeur 4,2 6,3
r09 Construction 74 698 39 118 213 744 32 919 119 46,04 24,11 127,2 19,58 123 1 622 1 681
Contributions sociales imputées à la charge de l’employeur 3,8 2,4
r10 Commerce 69 601 36 449 214 691 33 065 110 42,05 22,02 126,5 19,48 113 1 655 1 697
Autre (y compris taxes nettes de subventions) 1,8 4,3
r11 Hôtels, cafés, restaurants 51 425 26 931 183 821 28 311 95 30,25 15,84 107,4 16,54 96 1 700 1 711
Total 100,0 100,0
3
r14 Intermédiation financière 104 908 54 939 347 574 53 531 103 64,39 33,72 213,9 32,95 102 1 629 1 625
1. Définis dans la recommandation de la Commission Européenne du 8 février 1996 (JO/CE 16.02.96)
Champ : unités locales des entreprises de 10 salariés et plus
1. Définis dans la recommandation de la Commission Européenne du 8 février 1996 2. Un Ecu vaut 1,90954 DM et 6,49300 FF en 1996 Champ : unités locales des entreprises de 10 salariés et plus
Source : Enquête européenne sur le coût de la main d’œuvre en 1996, Insee StBa
(JO/CE 16.02.96) 3. Hors auxiliaires financiers d’assurance (division 67 de la NACE Rev1) Source : Enquête européenne sur le coût de la main-d’œuvre en 1996, Insee - StBaq˝qq
1
Évolution entre 1992 et 1996 du coût annuel moyen par équivalent temps complet dans l’industrie manufacturière
Allemagne France
2
1992 1996 Évolution annuelle 1996/1992 (en %) 1992 1996 Évolution annuelle 1996/1992 (en %)
3 3
DM DM DM ECU FF FF FF ECU
Coût total dont : 75 189 86 585 3,6 5,1 214 176 239 787 2,9 4,2
coût direct 57 128 64 796 3,2 4,7 143 455 162 336 3,1 4,5
coût indirect 18 061 21 790 4,8 6,3 70 721 77 451 2,3 3,7
1. Section D de la NACE Rev1 Champ : unités locales des entreprises de 10 salariés et plus
2. Non compris la récupération (division 37 de la Nace Rev1) Source : Enquêtes européennes sur le coût de la main d’œuvre en 1992 et 1996, Insee StBa
3. Un Ecu vaut 2,02031 DM et 6,84839 FF en 1992, 1,90954D M et 6,49300 FF en 1996
part de la protection sociale à la charge de l’em articulés sur la NACE et visent à permettre des ana
résulte d’une diminution nettement plus
ployeur et les autres coûts (formation, taxes liées à lyses macro-économiques, de même que la Nomen
forte de l’emploi en Allemagne où la pro-
l’emploi salarié nettes de subventions de même clature Economique de Synthèse (NES) utilisée en
duction manufacturière a baissé sur la pé-
type). Les coûts liés à l’emploi des apprentis et France. Sur le champ de l’industrie, ces regroupe
riode. jeunes en formation entrent dans le coût indirect en ments (RAE) sont d’ailleurs assez proches de la NES.
tant que dépenses de formation sans que ces em Les différences de champ des enquêtes au cours du
plois apparaissent dans la force de travail mise en temps ainsi que les changements de nomenclatures
Pour comprendre
œuvre (effectifs salariés et heures travaillées). En d’activité rendent les comparaisons dans le temps
ces résultats
revanche, la taxe professionnelle en France n’est délicates. L’évolution entre 1992 et 1996 est donc
pas incluse dans le coût du travail car son assiette limitée à l’industrie manufacturière où, en France et
Les résultats sont issus de la dernière enquête en Allemagne, des résultats homogènes peuvent
ne dépend pas exclusivement de la masse salariale.
européenne sur le coût de la main d’œuvre en 1996. Les allégements de charges dans les secteurs à bas être produits.
L’enquête est réalisée tous les quatre ans depuis salaires intervenus en France au cours de l’année Ces évolutions sont rapprochées des évaluations de
1984 dans l’ensemble des pays de l’Union Euro
1996, ont en moyenne annuelle peu d’impact sur lesprix et de productivité issues des Comptes nationaux.
péenne sous la coordination d’Eurostat, dans le différences de coûts entre la France et l’Allemagne Une estimation est effectuée en France à partir des
cadre d’un règlement européen. même dans les secteurs les plus concernés (textile- évaluations au prix de l’année précédente pour se
Pour la France et l’Allemagne, le champ est l’en
habillement, cuir notamment). rapprocher de prix constants base 1991 en Allemagne.
semble des unités locales appartenant aux entrepri Les effectifs retenus sont constitués des salariés La conversion en Ecus est faite aux taux du
ses de 10 salariés ou plus. Les secteurs d’activité ayant un contrat de travail, permanents, occasion- change annuel moyen des monnaies nationales
couverts par l’enquête sont l’ensemble de l’indus
nels ou saisonniers, à temps partiel ou à temps pour les années considérées bien que les parités
trie, y compris énergie et construction, le commerce complet, mais sans les apprentis et jeunes en for Franc/Deutch Mark définitives liées à la mise en
et les hôtels cafés restaurants (NACE Rev1 C à H), mation. Ne sont pas non plus pris en compte dans œuvre de l’Euro soient déjà fixées (3,35386 francs
les activités financières (NACE Rev1 J sauf les
les évaluations de coût et d’effectifs, les travailleurs pour un Mark). Ce choix résulte de l’optique écono
auxiliaires financiers d’assurance). Sont également à domicile, les VRP (Vendeurs-Représentants Pla- mique retenue, orientée vers l’offre.
couverts en France, mais pas en Allemagne, les ciers), les aides familiaux et les intérimaires ni en
agences de voyage et les secteurs de l’immobilier, Allemagne, les salariés non soumis à cotisation aux
des locations, et des services principalement rendus assurances sociales pour durée de travail insuffi-
aux entreprises (hors recherche développement). sante. Cette dernière limitation conduit à prendre
Pour en savoir plus
En France, 19 000 établissements ont été interro avec précaution les évaluations de coût dans les
gés sur une population d’environ 300 000 établisse
secteurs à forte densité de salariés à temps partiel
" Structure des salaires en France et en Alle
ments dans le champ de l’enquête, soit un taux de court (le commerce notamment). Les effectifs sala-
magne, 1995 : une analyse statistique com-
sondage de 6,5 %. En Allemagne, 32 000 des riés sont comptés en équivalent temps complet sur
parative des hiérarchies salariales ",
231 000 entreprises relevant du champ de l’enquête
toute l’année, c’est à-dire au prorata de leur durée
P. Kaukewitsch et D. Rouault, Economie et
ont été interrogés (soit environ 14 %). Les données d’emploi dans l’année et de leur taux d’emploi lors
Statistique n° 315 98 5, novembre 1998, Insee.
de coût recueillies concernent tous les salariés de qu’ils sont à temps partiel : un salarié ayant travaillé
" Comparaison des systèmes statistiques
l’établissement retenus dans le champ ; n’étant pas
trois mois en 1996 et à mi temps compte ainsi pour
français et allemand ", V. Alexandre, L. de
individualisées, elles ne permettent pas des évalua 1/8ème dans les effectifs.
Gimel, D. Heinlein, Courrier des Statistiques
tions selon le type de salarié (par catégorie socio Le nombre d’heures effectivement travaillées se
n° 83 84, Insee.
professionnelle, type de contrat...).
déduit du nombre d’heures rémunérées, en les di-
" Le coût salarial en 1992 I",nsee Première
La notion de coût de la main d’œuvr est défie nie minuant des heures de congés, ponts et jours fériés,
n° 462, Michèle Lavigne, juin 1996 etIns ee
conformément au règlement européen (CE) n°23/97 et des heures de formation et d’absence rémuné-
Résultats série Emploi Revenus n° 119.
et inclut l’ensemble des dépenses directement liées
rées (maladie, maternité). Rapportées aux effectifs
" Le coût de la main d’œuvre en 1992 princi-
à l’emploi de salariés. Le coût direct comprend les en équivalent temps complet, elles permettent de
paux résultats",Euros tat 3C et Statistiques en
salaires bruts (y compris primes, rémunération des calculer une durée annuelle effective de travail.
Bref, Eurostat 1995 14.
heures supplémentaires), les avantages en nature
La nomenclature d’activité utilisée est la NACE
" Séries longues sur les salaires ", M. Julhes,
et l’épargne salariale (participation, intéressement, Rev1 (règlement (CEE) n° 3037/90) au niveau le
Insee Résultats série Emploi Revenus n° 136.
abondement de Plans d’Epargne d’Entreprise). Une plus détaillé et " les Regroupements pour l’Analyse
partie rémunère des heures effectivement tra- Economique " (‘RAE’, recommandation de la Com " Les salaires jusqu’en 1997 ", à paraître dans
vaillées, l’autre des congés. Le coût indirect corres mission n°96/162/CE) à un niveau plus agrégé. Ces la collecion Synthèses, Insee.
pond au complément du coût direct c’est à dire la regroupements définis au niveau européen sont
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1998
Paul Champsaur
1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Baudouin Seys
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________
Rédacteurs : J W Angel,
Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani
___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : P. Zanusso
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
Code Sage IP98622
Date : _______________________________ Signature
ISSN 0997 3192
© INSEE 1998

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.